Face à face : Xiaomi Mijia 2pro (2020) / BenQ W2000 (2015) : l’avis de Cattod.

Profitant de la présence momentanée à la maison de deux vidéoprojecteurs de générations différentes mais de créneau de gamme analogue, c’était là l’occasion de les confronter en une comparaison objective en côte-à-côte. Alors hop! Déployons l’écran classique blanc mat de 2 mètres de base (Oray Fly Mono gain 1,1), fermons les stores, plaçons les appareils de façon à ce que leurs images rentrent à peu près juxtaposées dans le cadre et voyons cela en images et en commentaires.

Gardez cependant à l’esprit tout au long de cet exposé sans prétention que votre serviteur est un vidéoprojectofan amateur et enthousiaste, mais pas un expert bardé d’expérience ou d’outils de mesure, loin s’en faut. Le regard est certes un tantinet averti mais surtout il a la volonté de témoigner en retour de ses constats instinctifs, et ce plutôt dans l’esprit pragmatique de servir à monsieur ou madame Profane.

A ma droite et défendant le vieux monde

Le BenQ W2000. Faut-il encore le présenter? Ce fut un best-seller dès sa sortie en fin 2015, encensé par tous les tests, prix EISA 2016-2017, jouissant même encore à l’heure actuelle d’une réputation justifiée par un rendu d’image exemplaire et fort d’un rapport qualité-prix excellents à l’époque (prix de lancement 1200€). Il se démarque notamment par le fait qu’en sortie de boite son réglage d’usine REC 709 est aux petits oignons, ce qui signifie que nul n’est besoin d’un quelconque calibrage, et pour ma part cette caractéristique « prêt aux meilleurs services » confirmée par un certain testeur prénommé Grégory [déjà] a pesé fort dans le choix d’achat, et je n’ai eu qu’à m’en féliciter. C’est donc le projecteur idéal pour servir de référence si on le compare à un autre, en tout cas un autre Full HD de gamme équivalente. D’ailleurs à la base l’idée était qu’il serve ainsi d’étalon de valeur sûre pour juger des qualités de rendu de son adversaire dans une comparaison, pour savoir si ce dernier était dans les clous quoi. Somme toute, il n’y aura donc rien à redire quant à la qualité colorimétrique et globale de l’image du W2000 : c’est la référence.

BENQ W2000
BENQ W2000

A ma gauche et représentant la nouvelle vague

Le Xiaomi Mijia 2pro. Sorti en 2020, son test complet sur PHC date de septembre dernier et s’est conclu par l’attribution d’un Gold Award. Vous saurez donc tout en consultant ce récent banc d’essai (ici). Par rapport au W2000, on a grimpé d’une génération. Plus concrètement, ce projecteur rassemble les caractéristiques dont on espérait il y a quelques années qu’elles soient cristallisées un jour en une machine aussi performante qu’équilibrée, et ce sans se fâcher avec son banquier. On en rêvait… les chinois l’ont fait! et il faut le reconnaître avec une maestria surprenante car l’arrivée du dragon rouge dans le monde de la vidéoprojection de qualité est un vrai débarquement aussi massif que récent ; les tests de PHC de 2019 et 2020 en rendent largement compte.

Test Xiaomi Mijia 2Pro
Xiaomi Mijia 2Pro

Qu’ont-ils en commun ?

Ce sont tous deux des DLP de résolution native Full-HD soit donc 1080p, et ils naviguent dans le même créneau de puissance lumineuse situé peu ou prou autour de 1000 lumens effectifs, de quoi projeter sur des cadres de 2 à 3 mètres à mon avis. Les comparer est donc cohérent. Sinon, ils sont tous deux de bonne facture, ils offrent les options de base telle la correction électronique de trapèze, les modes miroir, etc., puis abritent en leur sein des enceintes stéréo intégrées… et en gros voilà tout pour les points communs! (S’cusez, mais à vrai dire concernant ces systèmes sonores intégrés je ne m’en sers quasiment jamais même en déplacement, préférant nettement le rendu d’une bonne petite enceinte externe. A mon avis les constructeurs nous rendraient bien davantage service en faisant l’impasse sur ces inutiles haut-parleurs internes en les remplaçant pour le même prix par l’interpolation d’images, ce que n’a malheureusement ici aucun des deux projecteurs).

Ah si! : ils sont tous les deux blancs (et, pardonnez moi encore mais, de mon point de vue que les parasites lumineux horripilent tout en jetant au diable les considérations esthétiques, j’y vois d’ailleurs là un vilain et bête défaut commun car leurs capots reflètent la lumière et m’obligent à les napper d’un linge noir).

Mais à part ça les analogies sont donc peu nombreuses, c’est dire combien quelques années seulement peuvent engendrer d’avancées… c’est dingue… ce monde est dingue!

Ce qui les distingue

Partons donc du socle logique pour définir leurs différences, en l’occurrence du BenQ 2000W. C’est le type même du projecteur classique « à l’ancienne« , à lampe UHP à arc, et qui diffuse par l’intermédiaire obligé d’une source extérieure comme une passerelle ou un boitier multimédias, ou encore un PC, une platine DVD, bref une source externe qui ajoutera au projecteur un cordon à celui du secteur et le cas échéant à celui d’enceintes. La forme elle-même du BenQ W2000 est celle la plus courante des projecteurs des années 2000-2010. Notez que son bloc optique est à zoom et doté d’un Lens-shift vertical, le tout permettant un certain volant de distance et de hauteur de placement de l’appareil.

Le Xiaomi Mijia 2pro est pour sa part un diffuseur de la récente génération en vogue, à la fois compact, à LED puis dit « intelligent » dans le sens où l’engin possède en interne des « applis » et notamment un lecteur multimédia. Il est aussi capable de se connecter sans fil via Bluetooth et wifi, en plus bien-entendu de pouvoir être relié classiquement à des sources externes, ne serait-ce qu’une simple clé USB. Avec le Xiaomi on risque moins de se prendre les pieds dans les fils puisque si on le veut il ne subsiste plus que celui du secteur. Un projecteur à LED bénéficie aussi par principe d’une grande endurance de sa source lumineuse alliée à une moindre voracité en énergie (au bas mot deux fois moins qu’un projo à ampoule), le tout conjugué à un refroidissement moins exigeant et donc un fonctionnement normalement plus silencieux (ce qui est flagrant comparé au BenQ). C’est aussi nettement moins fragile et en outre allumage comme extinction sont quasiment instantanés. Tout ça constitue des atouts notables et ils sont ici bien l’apanage de ce jeune et fougueux Xiaomi Mijia 2pro, même si dans la balance comparative son optique n’a ni zoom ni Lens-shift (tout ça existe mais électroniquement). Un autre point fait défaut chez le chinois, celui de pieds de réglage d’assiette et aussi de vis de fixation, ce qui pour un projecteur apte à être transporté ou ne serait-ce que déplacé d’une pièce de la maison à l’autre s’avère vraiment une lacune.

En définitive et avant tout, entre le W2000 et le Mijia, il y a l’écart d’un monde technique, énergétique et de polyvalence comme de praticité, comme entre un téléphone fixe à cadran et un smartphone, ce dernier ne téléphonant pas forcément mieux ni avec plus de fiabilité mais pouvant faire bien des choses annexes.

On ajoutera qu’au chapitre des différences il y en a une de taille pour ceux qui ont les honorables soucis de conscience d’un commerce de raison puis de la commodité d’emploi : le BenQ bénéficie d’une distribution qu’on dira normale, avec par exemple nous concernant garantie, réseau & SAV nationaux, et notice explicite. En fonctionnement c’est limpide: tous les menus sont en français, qui prennent d’ailleurs la forme d’une simple interface de type OSD. La navigation est des plus claires, on comprend donc tout, et on peut faire des réglages en cours de visionnage ce que permet moins l’engin chinois. Avec le bon vieux BenQ même un éternel novice comme bibi s’y retrouve facilement, c’est dire. Et la télécommande est complète et rétro-éclairée.

… Hé bien le Xiaomi, à plus forte raison en tant que produit d’import direct, c’est exactement l’inverse! On pourrait dire qu’à juste titre c’est du chinois, même si une part des trucs et machins dont est bourrée l’interface est accessible en anglais. Commercialement et éthiquement parlant on ajoutera que seul Pékin goûte au beurre et l’argent du beurre des marrons tirés de son propre feu. Mais bon, là comme ailleurs dans pareil principe je radote, semble-t-il essentiellement dans une mer d’indifférence… Mais passons, et revenons à nos boutons : la télécommande, bien que commode après accoutumance, est minimaliste, à touches symboliques et sans éclairage. Au sujet de la circulation interne, ça m’emmène à imaginer la cohue cauchemardesque des rues de Shanghai car je ne compte plus les fois où je rate mon coup, où je me perds rageusement dans les menus, options, sous-options, infra-options, en passant par plein de trucs à mes yeux inutiles dont est bourrée l’interface, souvent des applis obscures, des couloirs labyrinthiques issus de la non-adaptation du produit à l’international. Quant aux réglages qu’il faudra déjà trouver en tant que « device setting », heureusement que Grégory a donné des valeurs, sans quoi…

On dira que ce produit et ses analogues sont trop en avance sur mon temps, j’suis largué, ce n’est plus pour moi, le train roule trop vite désormais, en tout cas pour bibi qui aime bien regarder les vaches! (Mais c’est le cas aussi avec les smartphones dont je me demande à chaque dérapage comment la planète en arrive à considérer avec tant d’importance ces onéreux bidules à pubs, à tweets et soi-disant sociaux. Mais ceci est une autre histoire! 🙂

Bon, c’est bien beau tout ça, toutes ces élucubrations, mais avançons le schmilblick : en résumé du point de vue technologique le Xiaomi ne joue naturellement pas dans le même jardin que l’ancêtre W2000.

Alors qu’en est-il surtout du rendu de l’image, objet premier de ce face à face générationnel? Ça vient, c’est là, juste après, et je me fais votre étoile du berger.

Les rois images

Pour cette partie de la confrontation et comme vous l’aurez compris, le BenQ W2000 projette en mode « REC 709 » configuré d’usine, point barre. Au bout de 2000 heures d’usage (je vous laisse calculer combien ça peut représenter de films 😉 je n’ai jamais eu à tiquer. Au contraire, chaque fois la réflexion sinon l’exclamation qui vient spontanément est que l’image est magnifique, plus belle même que celle des cinémas du coin, pour dire mon ressenti enthousiaste à l’égard de ce bon vénérable vévé2000, fidèle et fiable. La puissance de lampe sélectionnée est intermédiaire (« smart-éco »).

Le Xiaomi Mijia 2pro est quant à lui configuré avec les valeurs de Grégory à quelques points d’écart près, valeurs qui figurent dans son test.

Les deux projecteurs sont placés pour donner des images d’à peu près 1m20 de base de manière qu’elles soient juxtaposées sur l’écran à titre comparatif, même si elles se chevauchent quelque peu d’un bord et débordent de l’autre. Inutile de s’attarder sur la mise au point ; ça n’a posé de problème sur aucun modèle, d’ailleurs sur le Xiaomi on peut choisir qu’elle soit automatique.

Des photos de l’expérience sont jointes à cet exercice comparatif (le BenQ toujours à droite), faites en mode manuel à diaphragme fixe. Autant le dire d’emblée : elles ne rendent pas forcément compte ni des différences ni à l’inverse des similitudes qui apparaissent pour l’œil humain. A l’évidence les capteurs photographiques, même en prenant soin de faire des balances de couleurs, ne peuvent traduire certaines nuances de façon démonstrative. Ce n’est pas nouveau, mais pourtant beaucoup l’ignorent voire l’oublient, à en juger par certains commentaires ou questions qu’on peut lire dans les retours quant aux illustrations accompagnant les tests. Bref, rien ne vaut l’appréciation en réel, et les photos et vidéos sont davantage données à titre illustratif. Si elles démontrent certains points, mon invitation à l’égard du lecteur ici est plutôt qu’il s’en remette à mon ressenti de visu, même si venant d’un œil non-expert. L’espoir est de traduire le propos assez simplement.

En gros, les nuances entre les deux projecteurs sont faibles, ces monarques tirent tous les deux la fève de la galette mais:

– Le meilleur contraste du BenQ est perceptible, et aussi son image est certes moins ciselée que celle du Xiaomi mais elle paraît, je ne saurais expliquer ni pourquoi ni comment, un peu plus agréable, plus naturelle. Elle est incontestablement plus équilibrée quelle que soit l’œuvre soumise à diffusion.

D’un film sur l’autre le résultat est toujours satisfaisant avec le W2000, tandis qu’avec le Mijia 2pro il interpelle quelques fois. Un exemple que je puis donner est concernant Avatar, dans lequel les grands escogriffes couleur de Schtroumpf et leurs charmants animaux de compagnie m’ont surpris par une certaine étrangeté colorimétrique, qui fait que j’ai tourné la roulette de plusieurs modes disponibles sur le Xiaomi, sans vraiment être comblé. Toutefois rassurez-vous, ce n’est pas non plus un flagrant délit ; c’est davantage de l’ordre du perfectionnimz’, même si c’est relatif me concernant en matière de jugement d’image.

– A la diffusion de mires et notamment visible sur les gris, puis d’ailleurs sur les photos de ces mires et même sur les autres clichés, on sent un léger excès de vert chez le Xiaomi, que je n’ai pu corriger. C’est bien perceptible sur mire mais dans un film ça ne se sent pas, ou plutôt peut-être la petite différence colorimétrique et de ressenti global par rapport au BenQ vient-elle en tout ou partie de là.

– La cinétique du W2000 est un poil plus fluide. A défaut de système d’interpolation d’images pour les deux appareils peut-être que ce qui pénalise le Xiaomi est la conversion du signal en 60Hz, ainsi que le test de Grégory en faisait l’apostrophe.

– Côté luminosité il y a là aussi peu de différence. Sur l’écran en entier je n’ai pas non plus eu l’impression d’une inégalité en la matière ; les deux concurrents jouent bien dans le même créneau de performance lumineuse. Il est possible que les dissemblances sur certains clichés soient dues au fameux effet HK dont Grégory nous a souvent rappelé le principe. Encore une fois dans la réalité il n’apparaît pas de telles disparités.

– Côté effet arc-en-ciel, face auquel je demeure moyennement sensible et heureusement pas gêné, il apparaît bien rare que j’en surprenne même volontairement avec le Xiaomi, quand pour le W2000 si je cherche je trouve facilement.

Tout ça demeure de l’ordre du détail hein! : si l’image du BenQ W2000 ne souffre d’aucune contestation quant à sa qualité royale, à mon sens y’a pas de quoi remettre en question l’excellence princière du Xiaomi, loin s’en faut ; il n’est pas loin derrière. Qui donc en consultant les photos et vidéos à brûle-pourpoint pourrait d’ailleurs affirmer que tel projecteur est à droite et l’autre à gauche, main à couper au feu en jeu ? Je pense qu’il ne serait pas prudent de s’y risquer!

(Pour avoir confronté cet été le W2000 avec un autre projecteur récent également LED, en l’occurrence le XGimi MoGo Pro, là pour le coup il n’y avait pas photo : ce dernier dénotait surtout par son manque de puissance lumineuse, le restreignant à une image de 160cm de base et sans permission de conditions autrement que bien sombres, puis un contraste en deçà et une colorimétrie certes correcte mais pas à la hauteur du champion. Le petit MoGo ne jouait clairement pas dans la même catégorie, mais on ne le lui reprochera pas dans le sens où il a la vocation d’être un projecteur nomade, de table de salon ou de nuit dira-t-on, par opposition à une installation fixe plus conséquente comme le W2000 et d’ailleurs le Mijia en méritent).

En conclusion, disons simplement que le W2000 restera vraiment dans mon cœur un fameux diffuseur, facile d’usage et en français, mais qu’au delà de sa perfection d’image l’ayant fait méritoirement rentrer au panthéon des vidéoprojecteurs il ne peut que concéder le poids de son ancienneté de conception face aux progrès technologiques récents qui apportent d’autres intérêts même si, de mon point de vue et dans le cas présent du Mijia 2pro, ces intérêts ne sont pas à proprement parler visuels.

Voici en guise de final un petit tableau qui synthétise non les j’aime/j’aime pas des deux appareils (je les aime beaucoup l’un comme l’autre) mais plutôt les points déterminants à leur avantage respectif et mis en exergue au fil de cette confrontation:

Il reste donc objectivement quelques atouts au BenQ W2000, et cela signifie par là même que concernant le Xiaomi ou tout autre jeune concurrent ou successeur les choses pourraient avoir davantage de saveur. Autrement dit, les jeunes loups sont déjà très doués et très convaincants mais ne sont pas exempts de lacunes identifiées.

Hé! au fait : BONNE ANNEE !! 😀

[Le film en référence des vues est l’excellent « Billy Elliot » (2000)].

Le Xiaomi Mijia Projector 2 Pro est commercialisé depuis un entrepôt européen (ES ou CZ) au tarif de 698 € avec le code de réduction BGESFRP2 ici (cliquez sur le lien). Le BenQ W2000 n’est malheureusement plus commercialisé mais la version d’occasion de ce test est à vendre à petit prix.

32 Comments

  1. Une fois n’est pas coutume, c’est le camarade Cattod qui ouvre le bal de l’année 2021 avec une comparaison intéressante entre deux projecteurs séparés par 5 années : le BenQ W2000 et le Xiaomi Mijia 2PRO. Un match lampe classique versus LED.

    Je rajouterai mon grain de sel : malgré toutes ses qualités le BenQ W2000 ne peut lutter contre le Gamut plus large du Xiaomi, les couleurs du LED sont plus fortes, plus saturées que celles du BenQ et n’oublions pas que le Xiaomi est compatible 4K HDR et comme je l’ai démontré dans son banc d’essai, il le fait de belle manière.

    • Bonjour j’ai acheté suivant les conseils de l’époque le Benq W2000 qui me satisfait actuellement, je suis sur un écran de base de 3m et le projecteur a 4,50m posé en hauteur, j’ai deux sources bluray et Netflix comme mon projecteur est une ancienne génération, je me pose la question vers quel appareil vais je me diriger pour avoir au moins la même qualité, en vous remerciant d’avance pour vos réponses Di Carlo Pierre

  2. Hi-hi ! Le gamut, le gamut, tu parles chinois là. (J’ai du coup regardé sur le net ce que c’était car l’ignorant). Il n’empêche qu’à mes yeux c’est le BenQ qui délivre l’image la plus plaisante, que j’appelle équilibrée. Moi j’lui attribue un Gold Award d’honneur ! 😀
    Il est vrai que j’ai tenté l’expérience surprenante de la diffusion d’un 4K avec le Xiaomi, pour voir, surprenante car sur l’ordi le film montrait quelque chose de tout palot, décors comme personnages, cadavérique, tandis que diffusé par le Xiaomi ça rendait quelque chose de normalement coloré, naturel, et en effet bien saturé, ouf!

    • Salut et bonne année à tous
      Si c’est palot sur ton pc avec de la 4K, c’est sûrement que l’effet HDR n’est pas pris en charge, windows et/ou écran ne son pas compatible.
      Sur windows 10 l’effet HDR est activable dans Paramètres/Affichage

  3. J’ai lu avec intérêt ce compte rendu de Cattod
    Ravi que le BenQ, à lui comme à moi,en fonction des images présentées, me paraisse plus agréable à regarder !!
    Je suppose que mon BenQ W 5700 si bien calibré par Greg est encore supérieur au W 2000!
    J’en suis toujours extrêmement satisfait !
    Merci Greg et bonne année à tous !

  4. Bonsoir,

    Merci pour ce test très bien réalisé et surtout très bien écrit! (C’est bien simple : je n’ai rien lu de mieux cette année :p)

    J’ai une petite question au passage : je cherche à faire l’acquisition d’un projecteur pour une utilisation principalement SVOD/VOD séries/cinéma ou lecture de films sur NAS via Plex (tout ça sur un dongle type Fire stick ou le nouveau chromecast Google TV).

    J’étais attiré par le ViewSonic PX747-4K v2 avec son 4K simulé (a priori convainquant d’après le test de Grégory). Est-ce un choix correct dans cette gamme de prix (780-900€ d’après son historique de prix sur 2020) ? (En considérant l’achat secondaire d’un écran adapté)

    Que vaut-il face aux Xiaomi Mija APLD3.0 et autres modèles fullHD présentés sur le guide d’achat ?
    Est-il (très) préférable de gonfler le budget pour s’offrir le LG HU70LS et sa 4K native ?

    En vous souhaitant une très bonne année 2021!
    Bonne soirée

    • Comme différence il n’y a que ça en faveur du plus jeune :

      – Un système multimédias tout en un,
      – Une source lumineuse LED à longue durée de vie,
      – Une compatibilité 4K HDR,
      – Le wifi, Bluetooth,
      – Un allumage sans préchauffage,
      – Une discrétion de fonctionnement,
      – Un appareil idéal pour le Streaming….

      Une paille 😉

          • Chacun voit wifi à sa porte 😉
            Encore une fois perso je trouve l’image du W2000 plus équilibrée, tout en rappelant que sur des photos ou des vidéos il est difficile de s’en rendre compte. Mais s’il fallait retenir une vue qui illustrerait le mieux mon impression c’est la mire avec la nana allongée, où l’on voit aussi traduite la présence légère de verdâtre chez le Xiaomi.
            Ceci dit les avantages de ce dernier sont multiples et bien résumés par Grégory.

    • Tarifaire si, pour une qualité d’image somme toute très proche. Pour mémoire le W2000 a débuté sa commercialisation à 999€ contre 698€ pour le Xiaomi 2Pro qui est mieux équipé.

    • Oui Frank, pour ne parler que de l’image c’est aussi mon avis, mais c’est aussi une façon de rassurer celui qui viendrait des bonnes séries populaires de BenQ W (1070, 2000, 1090, etc.) et projette autour de la base d’écran la plus répandue (2,40m selon un vieux sondage) : il ne sera ni dépaysé ni ne perdra au change par la qualité d’image et la puissance lumineuse du Xiaomi Mijia 2pro, ce qui pour un projo à LED est par contre une avancée notable.

  5. Bonjour et bonne année
    Ici un dinosaure qui a commencé la videoprojection dans une galaxie lointaine..

    Il y a bien longtemps, les moins de vingt ans ne pouvaient connaître

    Salle semi dédiée
    Trou dans le mir derrière le canapé
    1 mur lateral sombre
    L aitre très éloigné
    Et pas de meuble possible sois l ecran ( waf.. et maf aussi finalement :))
    Donc premier impératif
    Rapport projection de 2 à 1,8 mini

    Que faire en 2021 ?????
    Merci pour ce blog fabuleux que je suis depuis toujours

    Thomas

    PS mon projecteur ( le 3eme déjà, mais acheté en 2009) est l un des premiers sxrd à-2500 euros,
    Je voudrais de meilleures couleurs assez généralement
    Des scènes sombres mieux rendues

      • Bonjour Grégory,
        Merci beaucoup, en effet on a finalement pas eu beaucoup d’innovation dans cette gamme, sauf à aller vers le haut de gamme JVC.

        Je suis sensible au ‘judder’ et mon lecteur passe en 4k60p ( et puis quand on change de matériel c’est aussi pour assurer la compatibilité avec les nouveaux formats qui devraient se standardiser ensuite….)
        donc mauvais point pour le 9400.

  6. Besoin d’un conseil pour l’achat d’un premier VP à focale classique.
    Configuration souhaitée : le VP sera à une distance de projection entre 2m50 et 2m70 d’un écran motorisé que je souhaite fixer au plafond au sommet d’une grande bibliothèque murale (HSP 2m70) de large. Le VP sera à hauteur d’assise, latéralisé par rapport au canapé dans un souci esthétique. Donc besoin d’une fonction irréprochable de keystone horizontal et vertical et d’un lenshift.
    A une telle distance, le W2000 (tjr en vente dans sa forme W2000W) me semblait faire le job, surement plus pour un écran de 2m (quitte à zoomer un peu ?) (je ne sais pas si 2m40 soit possible à un tel recul au vu de son rapport de projection, l’écran risque de ne pas être rempli). Est-ce que les VP plus récents chinois rapportés par Gregory dans son guide d’achat des VP à focale classique remplissent cette fonction de keystone permettant leur latéralisation ? Si oui, lequel peut projeter du 2m ou 2m40 à une distance de recul de 2m60…
    Merci

  7. Merci Gregory. J’hésite justement entre les 2 et ai du mal à trancher … c’est pour du visionnaire de Full HD, pas d’exigence particulière de 4K, pas de gaming, l’interface mandarine ou autre m’importe peu je vais brancher dessus mon Apple TV dernière génération connectée en wifi à mon NAS.
    En remesurant précisément, Je peux le mettre jusqu’à à 2m75 de recul, tu penses qu’il vaut mieux envisager un écran de 2.40m ou ça va être trop juste et dans ce cas prendre un 2m.
    Dommage qu’il n’existe pas de 2.20m

    • Difficile de répondre pour toi, la principale différence entre le BenQ et le Xiaomi c’est la présence d’une source lumineuse longue durée sur le 2Pro (LED). Personnellement je ne veux plus de projecteurs à lampe classique.

      • Je suis entièrement convaincu par cet argument ! Ma question reposait sur le choix Xiaomi vs Fengmi. Et désolé je vais paraître relou mais pour une position latéralisée à 2m70 2m75 de l’écran tu me conseilles un 2m ou un 2.40 ?
        Je n’ai pas eu l’occasion encore de l’écrire mais ce blog est une tuerie, bravo pour ce travail d’orfèvre qui ravit (et ronge) les âmes (indécises) de perfectionniste

  8. Bonsoir,

    Je dirais que ce qu’il manque à ce super blog, c’est un petit forum pour poser ce genre de questions 0:)

    Moi j’hésite encore…
    Pour l’instant, ViewSonic PX747-4K et LG HU70LS me font tous eux de l’œil!

  9. Bonsoir et meilleurs vœux à tous.
    Heureux propriétaire d’un BENQ W2000, je rebondis sur le commentaire de CATTOD et confirme que l’appareil à une patine cinéma.. ce qui ne veut pas dire grand chose car le cinéma à la maison dépend beaucoup ce qu’on en fait et dans quel cadre on le visionne (pièce dédiée, salon…) Cependant à force de REC 709 et autre certification ISF, on y arrive. Oui ce qu’il lui manque c’est une connectivité étendue RJ45, OS façon LG et HDMI 2.1 et 4K, pour voir l’avenir avec sérénité.
    C’est maintenant ce que j’attends d’un prochain appareil, qu’il puisse réunir tout cela pour moins de 3000 euros. (LG 810P ??, quand il aura montrer le bout de son nez et de son prix)
    Comme il est difficile en effet de comparer les vidéoprojecteurs dans les magasins, j’en profite pour remercier ici, sans flagornerie aucune, les Gregory et autres Cattod, passionnés de belles images, sans qui il me serait bien difficile de faire un choix et de pouvoir confronter mes opinions, pour leurs commentaires qui par ailleurs sont souvent bien écrits et pertinents.
    Bravo encore pour ce travail et je vous souhaite encore plein d’objets à tester car avec vous c’est un peu Noël tous les jours.

  10. Bonjour,
    Merci Gregory pour test qui m ont fait acquerir il y a 3 semaine le mogo pro+.
    Je suis satisfait de ce premier videoprojecteur et du peu de luminosité étant donné que je regarde dans le noir sur une base d image prochetée au mur de 2m30. Cependant ce qui me dérange c est l effet de grille très présent peu importe la distance d affichage. Saurais-tu me dire si avec un videoprojecteur type xiaomi 2pro ou xgimi h2 j aurai le meme problème ? Est ce une habitude a prendre ?

    Par avance merci

    • Hello,
      Tu as du te tromper de fil de discussion ; le MoGo Pro c’est par là : https://www.passionhomecinema.fr/blog/index.php/28/03/2020/test-xgimi-mogo-pro-lavis-de-gregory/
      Mais pour tenter de répondre à ta question, avec sa puce de 0.23″ le MoGo Pro a une définition native qui n’est pas Full HD (1920 x 1080 pixels) mais qHD (de 960 x 540). En fait il simule le Full HD. C’est d’abord peut-être ça qui donne cet effet de grille. Cependant, pour avoir eu cet appareil entre les mains, je n’ai pas été gêné par ce point. Peut-être es-tu trop près de l’écran ? Si tu conjugues cette éventuelle proximité avec une taille d’image peut-être excessive j’imagine que ça contribue à la perception de la grille : pour ma part, en salle sombre et sur l’écran cité dans le comparatif, 160cm m’a paru être la taille d’image satisfaisante de ce projecteur ; au-delà j’ai trouvé qu’on passait ses limites.
      Alors oui, le Xiaomi Mijia 2pro joue quant à lui dans une catégorie supérieure. Il est FullHD nativement et peut éclairer de façon satisfaisante des bases bien plus grandes. Personnellement je ne vois pas d’effet de grille.
      Pour le XGimi H2 je ne saurais dire ; je l’imagine un poil inférieur au Xiaomi en terme de puissance lumineuse mais sa définition native est également FullHD ; il doit donc jouer dans une catégorie au-dessus du MoGo Pro.
      … Ou sinon, veinard, ta vue est encore si bonne que tu perçois les petits détails et donc la grille ! 😀 … Et dans ce cas il faut que tu passes au FullHD, au minimum.

      • Bonjour Cattod,
        Top le comparatif ! Je pense effectivement que l image est trop grande pour ce videoprojecteur. Je pense tres bientot passer sur le xiaomi 2 pro.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*