Panasonic PT-FRQ50 : premier projecteur laser équipé de la nouvelle puce DLP650TE de Texas Instruments.

Test Panasonic PT-FRQ50
Panasonic PT-FRQ50

Dans quelques jours je vous proposerai une nouvelle exclusivité sur ce blog, le premier banc d’essai d’un projecteur équipé de la toute nouvelle puce DMD de Texas Instruments (réf : DLP650TE). Il s’agit du Panasonic PT-FRQ50, un diffuseur frontal avec source lumineuse laser de la gamme professionnelle du constructeur (5200 lumens annoncés).

Panasonic PT-FRQ50
Panasonic PT-FRQ50

Le nouveau chip DMD permet d’obtenir une image 4K (3840 x 2160) à partir d’une résolution native de 1920 x 1080 par traitement XPR.

Il offre également au vidéoprojecteur la capacité de prendre en charge une fréquence d’images de 240 Hz/1080p avec un input lag réduit à 8 ms.

La technologie Quad Pixel Drive de Panasonic, produit des images 4K extrêmement détaillées qui conservent toute leur clarté et leur netteté. Le vidéoprojecteur PT-FRQ50 comprend deux entrées HDMI qui prennent en charge les commandes CEC d’appareils compatibles, une connexion DIGITAL LINK facile à intégrer pour la transmission des signaux vidéo et de commande 4K sur de longues distances, et un terminal de contrôle LAN séparé.

Son zoom optique 2,0x permet de projeter de grandes images dans des espaces réduits avec des distances de projection flexibles. Associé à Lens-shfit (V : +71 %, -49 %, H : +34 %, -27 %), il permet de positionner facilement le vidéoprojecteur dans des environnements variés. Son rapport de projection est de 1,46 à 2,94.

Le Panasonic PT-FRQ50 sera commercialisé en janvier 2022. C’est donc encore une belle primeur que vous offre le blog passionhomecinema.fr avec son futur test.

85 Comments

  1. Va t’on enfin dire adieu à la puce 0,47″ et intégrer la nouvelle 0.65″ (DLP650TE) dans les futurs projecteurs de 2022 .
    Greg , on attend avec impatience ton test et voir s’il y a vraiment un gap significatif entre la 0,47″ et la 0,65″ .
    Et connais tu d’autre modèle qui va intégrer cette puce ?
    Merci

  2. Sur AVS, il parle aussi du BENQ X3000 avec la nouvelle puce 0.65… Hâte de lire ton test sur cette nouvelle matrice, surtout en comparaison de l’ancienne 0.65 avec son XPR x2.

  3. La nouvelle puce dans son architecture devrait aussi, normalement, mieux gérer le 24HZ.
    L’ancienne basculait tout systématiquement en 60HZ, avec des problèmes du coup de fluidité sur le 24HZ.
    Encore une belle exclue :), car beaucoup de DLP Users fondent des espoirs sur celle-ci et on dira : on en rêvait, Panasonic la fait 😉 …

  4. Bonjour Gregory,
    Tu as écrit :
    « Le Panasonic PT-FRQ50 sera commercialisé en juin 2022. »
    Ce n’est pas plutôt en janvier 2022 ?
    Merci pour tous tes tests.
    ps : tu peux effacer mon message après correction 😉
    Éric

  5. Bonjour Grégory,
    Quand pensez vous faire le test de ce Panasonic avec sa nouvelle puce et du Benq 3000 ?
    Sera t-il possible d’avoir une filière d’achat pour ne pas attendre juin 2022 ?
    Bien cordialement,

  6. Bonjour,

    Un projecteur compatible « salle dédiée » qui rompt avec la ribambelle d’UST et de « short throw » qui sévissent sur le marché. On peut toutefois espérer un dosage de la puissance car 5000 lumens, c’est trop pour la majorité des salles dédiées.

    Sinon:

    – DMD avec la même géométrie que celle des 0.65 pouces full HD des années 2010: 1920×1080, retour du tilt à ± 12° (au lieu de ±17% des 4K actuels) et retour aussi du très petit cadre « clair »: bandes de 14 micro-miroirs soit environ 5mm de cadre « clair » pour 2,5m de base.

    – Une puce contrôleur unique au lieu de deux sur les actuels 0.47: On devrait pouvoir dire adieu aux écrans scindés.

    – Une déclinaison DMD 0.47 pouces (DLP471TE) est apparue peu avant, à moindre capacité coté lumens.

    – Selon Panasonic: PT-FRQ50 disponible dès janvier en noir mais aussi, en juin prochain, une version blanche (d’où, peut-être la date indiquée par Gregory).

    • Bonjour,
      Je fais partie de l’équipe VISUAL pour Panasonic Business.
      Je précise qu’il s’agit bien d’un modèle commercialisé à partir de Juin 2022 (Pas avant), et via notre division professionnelle. Il ne s’agit pas d’un modèle « grand public » mais il nous a semblé intéressant de le tester avec Gregory car il utilise cette fameuse puce de TI.
      En terme de puissance, nous avons des vidéoprojecteurs laser allant de 4500 à 50 000 lumens, donc il s’agit pour notre division d’une petite puissance 🙂
      Principalement destiné aux marchés corporate (entreprises), muséographie, espaces immersifs, éducation… Mais il peut effectivement tout à fait être utilisé à domicile !
      Il reprend aussi toutes les recettes qui ont fait le succès de son petit frère le PT-RZ570, puis de l’actuel PT-FRZ50 (WUXGA): donc bloc optique scellé résistant aux espaces poussiéreux, refroidissement par radiateurs + watercooling, aucun filtre à changer, optique relativement large (1,46 – 2,94:1), opérabilité 24H/24 grâce à des composants doublés à l’intérieur du châssis…

  7. C’est un projo de la gamme pro donc usage bureautique ou très grande base. Si toutefois les mesures sont bonnes, cela peut intéresser les possesseurs d’écran de 3.5m et plus. A voir.

    • Tout dépend du recul et de la luminosité de la pièce où il sera installé:
      Pour une base de 3,5m, il sera placé entre un peu plus de 5m et 10m
      Possibilité de faire une base de 2m à un peu moins de 3m environ, après il est aussi possible de baisser la puissance lumineuse ou de le passer en mode éco ce qui améliorera aussi la durée de la source lumineuse laser.

  8. Bonjour Gregory, étant novice j’ai une question par rapport au benq ht8060/W11000H même si la source lumineuse n’est pas laser je le sais c’est une lampe classique, l’image sera de meilleur qualité ? Ou la différence est minime ? Encore merci pour la réponse. Bonne soirée

    • Les principaux avantages du laser versus lampe classique sont une maintenance et un coût réduits sur le long terme (car plus besoin de changer la lampe tous les xx mois), et surtout d’avoir une homogénéité plus importante à l’écran: sur les laser, la luminosité dans les angles est proche de celle au centre.

    • Difficile de comparer avec des technologies qui ont chacune des avantages et des points d’amélioration:
      – le 3xLCD apporte des taux de contraste moins bons que les 1xDLP car il se fait électriquement, ce n’est pas la meilleure technologie pour du home-cinéma, mais cela apporte des couleurs vives pour d’autres usages
      – le SXRD et/ou le LCoS apporte des noirs profonds mais sont généralement sur des petites puissances lumineuses, on retrouve beaucoup cette techno en home-cinéma mais très peu en professionnel
      – le 1xDLP est un équilibre en terme de contraste mais les couleurs seront moins éclatantes / plus proches du réel. Il y a aussi l’utilisation de roue chromatique et certaines personnes y sont sensibles, d’autres non…

      Il vaut mieux comparer un Epson 3xLCD versus Panasonic 3xLCD
      Ou un Panasonic 1xDLP avec un autre 1xDLP 😉

  9. Alors là, Greg, tu n’aurais pas pu créer plus belle surprise pour moi car depuis l’annonce de sa sortie, je l’ai rêvé, et Panasonic l’a fait ! Du moins, ton test le confirmera ou pas ? Comme tu te souviens peut-être, je possède grâce à toi et à un de tes excellents tests sur un blog passé, j’ai acquit d’occasion une version Full HD du même genre, le PT-RZ470, et voilà quasi 4 ans qu’il me ravi tous les jours, et j’insiste bien, tous les jours. Il date pourtant de 2012 mais était déjà bien plus que pointu et performant, même par rapport à quelques 4k testés ces derniers temps, car il tient très bien la route face à cette misérable puce 0,47″, lui étant équipé d’une 0,66″ ou 0,65″ (je ne sais plus) ? Que ce soit en terme de piqué, netteté, précision, fluidité, couleur, il n’a rien eu à leur envier… J’ai hâte de lire le test de ce qui pourrait être enfin le digne remplaçant de mon bon vieux Panasonic laser Full HD… Pour ceux qui se tracassent de la puissance (5200 lumens), par rapport à la taille de leur toile, sachez que, si c’est bien la même approche que celui que j’ai, normalement, le laser est réglable de 0 à 100%, et à titre d’exemple, chez moi, pour une question de place, j’ai une mini salle dédiée de 5m2 et je travaille sur 61% de puissance en mode économie d’énergie et je n’ai jamais ressenti un trop plein de luminosité malgré ces 3500 lumens ! J’ai un écran DIY en 2.39:1 de 1.85m de largeur/0.77m de hauteur que je regarde à 2.50m de distance, et zéro souci ! Pour avoir déjà parcouru le mode d’emploi de la version PT-FRZ50 qui est identiquement le même modèle mais en 1920×1200 pixels, je pense que la nomenclature des menus sera très semblable à ce que j’ai déjà donc… Je en parle même pas de la facilité de zoomer er dézommer l’image à sa guise pour adapter n’importe quel format à n’importe quel type d’écran sans passer par un objectif motorisé qui fini toujours par se dérégler ! À plus

    • Tout est à garder dans ce commentaire 🙂 Absolument vrai pour le réglage de la puissance lumineuse !
      Juste à noter que le PT-RZ470 utilisait une technologie 1xDLP hybride LED + laser, c’est une des machines les plus robustes que nous ayons lancé, c’est vraiment increvable.
      Le PT-RZ570 ou le PT-FRQ50 utilisent une technologie 1xDLP laser, la colorimétrie est meilleure.

    • Oui mais il dit sortie en juin et tu viens de préciser janvier. Bizarre non ?
      Bon de toute façon il sera hors prix pour moi et puis j’ai une installation UST. Donc faudra attendre cette puce sur un autre appareil.

  10. Oui, Oui, on avait suivi. Un grand bonjour à ROS sur le Blog et très honoré de sa présence 🙂
    Ce PT-FRQ50 doit avoir aussi visiblement une très bonne optique.

  11. Compatible avec un ecran ALR/CLR (à lamelle quoi pour UST) ? Possède t-il un système DTM et MEMC ? Merci

    Je suis en configuration UST (taille de la salle dédiée oblige, de cloison opposée à l’ecran 120’’ ~4,50m) et je cherche à remplacer sous peu mon HU85LS dont les noir en scène sombre commences à me lasser… j’attends le test du Xiaomi Laser TV 2 sans grande conviction mise à part le gain de constast (mais en 0,47’’) et le fameux DV.

  12. Merci à ROS pour son commentaire. Effectivement, la technologie émissive est différente entre le PT-RZ470 et le PT-FRQ50, mais je suis déjà convaincu que c’est pour un mieux ! Concernant le côté increvable, je confirme… Il est placé pour ma part dans mon garage, sans chauffage, car à l’extérieur de mon espace cinéma, mais sans humidité, c’est important, et subi bien sûr quelques écarts de température; malgré cela, il n’a jamais faibli, du moins, jusqu’à présent. Je l’utilise tous les jours, depuis février 2017, au minimum 1h30 et jusque 4h d’affilé certains jours de congé. Avec la pandémie, les vacances ne permettant pas de partir, j’en ai vraiment énormément profité… J’ai testé quelques 4K entre-temps avec la possibilité de les renvoyer vers le site de vente… Et ils sont repartis ! Vraiment un vidéo projecteur qui ne payait pas de mine en home-cinéma, mais suite à un très bon test positif de Greg, je suis tombé sur ce modèle Panasonic d’occasion, avec quasi très peu d’heures au compteur et j’ai tenté l’achat, en sachant que l’occasion ne se révèle une bonne affaire qu’après plusieurs années de bons et loyaux services, ce qui est le cas à présent… Donc ce PT-FRQ50 va plus que probablement devenir son successeur, surtout à lire et voir les premiers extraits du test de Greg, à plus

  13. Par contre la mollette à coté de l’optique (pour déplacer l’image je suppose,et la centrer sur l’écran…) je ne suis pas très fan,car j’ai eu un Pana pendant des années (increvable aussi )avec la meme mollette , elle faiblie avec le temps …

    • C’est pas la molette en plastique des modèles home cinéma. Celle-ci est en acier et elle respire la solidité, tout comme tout le reste de l’appareil. C’est un tank !

  14. On attend ton test avec impatience Greg. ROS bienvenue et merci de nous proposer une avant première avec greg sur ce projecteur. Ayant eu beaucoup de projo panasonic à l’époque des ptae, j’espère que vous avez dans les cartons une version plus home cinéma (moins lumineux, moins gros et moins cher)? Le retour de panasonic sur le secteur du home cinema serait forcément une bonne nouvelle.

    • Yes. There are many of us around the world waiting for a new Panasonic home cinema model. Their reputation for quality and performance (with affordability) is unmatched.
      Still own my PT-L300U and I would love to own another Panasonic!

  15. Je confirme la solidité du levier de déplacent de l’objectif pour avoir souvent dû modifier son réglage (3 modifications de ma mini salle cinéma en 4 ans, divers réglages et ces derniers temps, divers test VP 4K), et, jusqu’à présent, il n’a jamais donné des signes de faiblesse, jusqu’à présent, en tous cas ? À constater à plus long terme, bien que on se dise souvent: « cette fois, c’est mon dernier projecteur », mais dans la pratique, on fini toujours par en sortir un nouveau qui vous donne envie de changer… Ah! Le commerce! À plus

  16. Sans être à la place de Greg, et sans aucune de ses compétences techniques, je peux sans crainte dire que ce n’est pas du genre des VP Panasonic Professionnels, mais plutôt des éclairages uniformes et quasi sans déformations aux différentes parties de la toile, en tous cas, s’il est dans la continuité du mien, ce sera le cas ? À plus

  17. La gestion du laser est étalonnée de 100% (maximum) à 20% (minimum) avec des pas de 1% donc une gestion très fine de la luminosité qui fait varier la consommation électrique de 348W à 105W et la puissance lumineuse de 4489 à 1810 lumens. Le contraste natif est de 1320:1 et peut monter jusqu’à 9654:1 (dynamique).

    • Super!
      1320:1, c’est un peu moins que ce que l’on pouvait espérer (un DLP 0.65 des année 90′ fait mieux) et est du à la présence de l’actuateur 4X devant l’objectif qui altère un peu le contraste. Ceci dit, la différence est patente mais ne doit pas sauter aux yeux vis-à-vis des ancêtres. Il s’agit là, de plus, du réel contraste full on / full off, contrairement à certaines productions chinoises 0.47 qui appliquent (à raison) une modulation de la puissance laser assez discrète pour rester invisible avec à la clé des chiffres plus flatteurs (dans les 3000:1 comme le confirment certaines mesures de Gregory) mais n’ayant aucune réalité intra-image. Un simple test de contraste ANSI serait éloquent sur ce point.

      Si le contraste dynamique mesuré de 9654:1 sur ce Pana reste discret et si les autres caractéristiques sont au diapason, la possibilité de ramener la luminosité à des valeurs plus en adéquation avec une utilisation HC dédiée (salle obscure, 2-3 mètres de base) va assurément susciter de l’intérêt…

  18. Sur le PT-FRZ50, il y a possibilité de choisir le mode « éco » comme sur mon PT-RZ470, et cela ne réduit-il pas encore la puissance lumineuse ? Sur le mien, oui, mais évidemment il y a quand même 1700 lumens d’écart entre les deux ! J’espère qu’il pourra fonctionner sur un petit écran comme le mien ? À plus

  19. Au niveau du contraste avec les DLPs, les fortes luminosités ne vont pas forcement de pair avec le résiduel de noir.
    L’optimum étant plutôt vers les 14-16Fls, le contraste ANSI faisant la différence. Le fait que le laser min soit 20% ( il aurait mieux valu avoir encore moins : 10% par ex ), fait que l’on a encore une très forte luminosité 1810 Lumens !
    Avec une telle luminosité min en natif, couplé au processus XPR 4K, il faut des grandes bases ou un écran gris pour retrouver des « noirs ».
    Et SANS le process XPR activé ( qui éclaircit un peu les noirs ), est ce que l’on gagne encore un peu au niveau contraste ( afin de voir ce qu’elle a dans le corps cette nouvelle puce 🙂 ?

    • Bonjour David, je relative quand même les remarques négatives sur le contraste, en natif on est au moins au double voire au triple de ce qu’offre une puce DMD 0,47″.

      • C’est sûr que si l’on compare avec ce qui se fait de pire sur le marché : le Panasonic est meilleur.
        Mais les derniers Epson sont à 3 500 : 1, les Sony à 10 000 : 1 et les JVC à 20 000 : 1
        Tout ceci en natif, sans activer le contraste dynamique.

        • Dans une pièce dédiée, entièrement noire mat, le contraste natif d’un JVC ou d’un Sony sera un plus.
          La vraie question est : dans une pièce à vivre, plafond blanc et murs clairs, perçoit-on un écart de contraste visuel entre un projo à 1500 : 1 et un autre à 15 000 : 1 de contraste natif ?

        • Le Panasonic est un DLP, je le compare par rapport à un DLP. Aucun des modèles que tu cites n’avoisine la puissance lumineuse et le piqué du PT-FRQ50. On ne va pas refaire le récapitulatif des avantages et inconvénients de chaque technologie de projection, ils sont connus depuis le temps.

          • « Connus depuis le temps » pour les vrais passionnés et spécialistes. Un petit mémo dans un post spécifique, comme celui sur le HDR serait cependant bien commode…

  20. Oui, tu fais bien de mettre ce point en avant Grégory. Le progrès est bel et bien là sur cette nouvelle DMD.
    Après, il convient de voir comment être à l’optimum avec le Panasonic ( qui est très prometteur), au niveau écran, et vis à vis de sa forte luminosité.
    Après peut être aussi des mises à jours firmwares peuvent aussi offrir plus que 20% mini.
    En tout cas, effectivement cette 0.65 UHD/4K va faire oublier la triste 0.47.

  21. J’avoue moi aussi être un peu déçu par le contraste natif a 1300:1, c’est identique à l’ancienne matrice 0.65 avec XPR x2 (appellé smooth pixel drive chez panasonic) de mon ACER M550 et j’espérai mieux avec cette nouvelle matrice. De plus, chez panasonic, ils annonçaient un contraste deux fois supérieur de cette 0.65 par rapport à l’ancienne : PT-RDQ10 (xpr x2) donné a 10 000:1 et PT-FRQ50(xpr x4) donné a 20 000:1. Rendons quand même hommage à panasonic pour leur honneteté niveau chiffres en terme de contraste. On est loin des annonces à 2 500 000 : 1 et mesuré à 500 :1 …
    Info intéressante, il existe des projo avec matrice 2560 x 1600 et XPR X4, cela donne une résolution de 5120 x 3200 : modèle PT-RQ22K et 32K chez Pana par exemple.

  22. Merci Greg, oui je n’ai précisé qu’il y a indépendamment du mode « éco », une gestion fine de la puissance lumineuse, ce qui fait, pour ma part, qu’à 61% de la gestion fine en mode éco, j’ai un résultat parfait sur mon petit écran ! Aussi, j’espère pouvoir en faire autant sur ce PT-FRQ50 mais en allant sans doute plus vers 50%, voire un peu moins, en plus du mode « éco », bien à toi

1 Trackback / Pingback

  1. Test Panasonic PT-FRQ50 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*