Banc d’essai: Test des enceintes Dynaudio X14 Excite – L’avis de Ludo

TEST DES ENCEINTES DYNAUDIO X14 EXCITE

Caractéristiques techniques des enceintes Dynaudio X14 Excite :

°Type de charge : Bass Reflex arrière
°Puissance admissible : 150 Watts (IEC)
°Nombre de voies : 2 voies
°Nombre de HP :2 haut-parleurs
°Réponse en Fréquence : 50 Hz – 23 kHz (± 3 dB)
°Rendement : 85 dB
°Impédance : 8 Ohms
°Tweeter : Dôme souple 25 mm
°Boomer Long débattement 130 mm
°Blindage amagnétique : Non
°Bi-câblage : Non
°Pointes de découplage : Non
°Fixation murale : Non
°Dimensions (L x H x P) : 170 x 285 x 255 mm
°Poids : 6,5 Kg

Mise en œuvre et rodage :

Rodage d’une centaine d’heures, alternant le Magic CD de JMR, CD basses fréquences, fichiers QOBUZ.

  • Enceintes mises en face à face, branchées en opposition de phase sur trois passages du MAGIC CD, puis mise en place (positionnement, pincement au laser, équerrage au niveau à bulle) dans la salle d’écoute.

Cycles triple temporisation pour la fin de rodage :

  • Temps de chauffe – volume bas.
  • Refroidissement.
  • Temps de chauffe – volume soutenu.

Ressentis sur l’esthétique et la finition :

Le déballage :

985abe08e473f2038962cb80bc18e26b

Carton simple mais de bonne épaisseur et « plié » sur sa couche intermédiaire. Mousse supérieure et inférieure en polystyrène qui épouse bien l’enceinte. De gros pourtours de forme pyramidale protègent des chocs directs pouvant survenir lors du transport.

620ff4a8440b5663bcc28bc453acae437235a341566732627e3e0e633beaaa5c

Un tissu enveloppe chacune des enceintes et une attention appréciable (et apprécié) pour le tweeter, qui se voit coiffé d’une « coque plastique » le protégeant lors des manipulations.

f5411aac5a5bed184460b7446997b723

Une paire de « bouchons » en mousse est inclue et sera d’une aide précieuse pour ceux qui ne peuvent espacer leurs enceintes du mur arrière. La grille amovible est de type aimanté et tient bien en place sur les enceintes Dynaudio X14.

Le tour du propriétaire :

53c7aad4017e2ab714e34334ed9f85f19429ab30620b14d732f89205aeaeafc3758740814131e503dd0cea6b48fa1dde

Boomer de taille modeste, 13cm précisément (mais qui surprendra assurément bien du monde j’en suis sûr), il s’affairera aux parties basses et médium de la bande passante. Tweeter à dôme de soie pour le haut du spectre.
Le support de l’aigu ainsi que le cerclage autour du haut-parleur principal, sont usinés dans de l’aluminium.

9da8ec92475562384d36edf5a95521c6Voici une vue éclatée du boomer qui équipe cette Dynaudio X14.

Il est à noter que Dynaudio, à contrario de certaines marques plus « grand public », ne change pas tout à chaque génération d’enceintes, préférant garder leur base et améliorer cette dernière.
En découle une évolution notable sans partir de zéro, ou… avec des composants sur lesquels ils n’auraient pas de recul. (Une vision des choses dont d’autres, sortant des nouveautés à tour de bras, devraient peut-être s’inspirer… De nos jours, une certaine pérennité pour un achat passion, ne serait pas un mal…)

0e2b4ecc28083b0dc2042ff55db9838a48fce6085c0e2ad1449300d8cc0413114fc6acad6163098d51c18153fde7bc58

Pour commencer, je dirais que la finition en peinture mate, légèrement satinée, sort des habituelles robes laquées ou bois vernis. Et personnellement, malgré cette brillance en moins, j’ai trouvé que cette matité apporte une certaine classe, une sobriété charmeuse. Les « cerclages » qui entourent les haut-parleurs, ressortent d’autant plus, et Dynaudio a eu la bonne idée de ne pas les polir, laissant ainsi cette touche mate jusqu’au bout de son enceinte. Les vis sont apparentes, en affleurement des pièces usinées, et bien que je trouve les cantatrices qui en sont dépourvues, plus « aériennes » dans leur aspect visuel, les bibliothèques Dynaudio X14 ne sont pas « alourdies » par cette visserie. Pour finir, une touche d’éclat, de chrome est apportée par le logo de la marque apposé en bas de coffret.

a8ecda95fd008b8b5ccddd8a213397397675f61765bbc8a0ece4f12391925ffb

En passant de l’autre côté, vous retrouvez l’évent et le bornier d’enceinte. L’évent est évasé et solidement ancré, il ne bouge pas même si l’on s’en sert pour déplacer l’enceinte (une main dessous et une main par l’évent permet une bonne manipulation de la Dynaudio X14). Les borniers accueillent des câbles nus de forte section, ainsi que des terminaisons fourches ou bananes. Ils sont de bonne qualité et une fois resserrés, ne prennent plus de jeu. Ils avaient un brin de jeu quelques jours après la mise en place des câbles nus, aucun souci pour ceux de type banane.

Aparté avant les écoutes :

Les enceintes Dynaudio X14 ont été posées sur des pieds « Norstone Stylum 3 » (patafixés au sommet), remplis au ¾. Lesdits pieds reposent sur une plaque de granit (de 3cm d’épaisseur) découplée du sol par trois pointes/contre-pointes autocollantes.

Les écoutes des Dynaudio Excite 14 :

Les matériels couplés :

Les intégrés stéréo : BC Acoustique EX-362D et Creek Evo 50A MKII.
Les sources : PC Lenovo sur DAC Asus STU (AOP Muse 01) et Blu-Ray Pioneer BDP-170.
Câbles : enceintes, secteur et analogique en JSV Audio. Câbles optique et coaxial Oehlbach. USB Supra.
Barrette : Oehlbach Power Socket 905 sur secteur JSV Audio

Les albums choisis pour les écoutes:

Album-CD

Jour après jour, albums ou fichiers « Qobuz » passés les uns après les autres, il était clair que l’intégré contrôlant ces demoiselles, se devait d’être pourvu d’une bonne alimentation. Car bien plus que des watts, les enceintes Dynaudio Excite 14  aiment et requièrent  du courant. A ce jeu là, et dans l’ordre de passage, le Creek  fut remplacé par le BC Acoustique EX-222.1 , lui-même changé pour le BC EX-362D. Et bien que l’intégré anglais, ainsi que le milieu de gamme français, s’en donnèrent à cœur joie, je sentais que les petites n’était pas exploitées pleinement. Il y avait une sorte de réserve, passé un certain niveau de volume… Et une fois le BC EX-362D couplé, ça ne fit que confirmer mon sentiment. La métamorphose de la chrysalide en papillon eu lieu devant mes yeux et surtout dans mes oreilles. Libération et tenue, voilà les termes qui me sont venus, aux premières notes sorties !

Le rendu sonore à proprement parler mis de côté, la première chose dont je voulais vous faire part, c’est que vous pourrez sans crainte, écouter tout type de genre musical sur les Dynaudio X14. Ces dernières ne « boudent » aucun style par rapport à un autre et c’est toujours plaisant de ne pas avoir d’appréhension en passant de Led Zep à Eric Bibb , ou à l’interprétation d’Au Pays d’Alice d’Ibrahim Maalouf.

Sur le son lui-même, d’entrée de jeu, la plus grosse surprise vient incontestablement des graves, que produisent les Dynaudio X14. Que cela soit sur la quantité ou la qualité, je fus scié.

Suite à ça, et une fois passé l’état rappelant « un gamin au pied du sapin de Noël, un 25 décembre », je me suis affairé à bien écouter, ressentir les prestations des Dynaudio Excite X14 , car ok, elles m’ont eu là où je ne les pressentais pas… Mais il m’en faut plus que cela, pour avoir une enceinte « bonne sous tout rapport ».

L’aigu distillé est un mélange justement dosé d’analyse et de détail, qui monte haut mais ne penche jamais du coté obscur de l’acidité. En découle une image sonore lumineuse qui ne fatiguera pas l’auditeur sur de longues séances musicales. Une mention spéciale pour le recoupement de ce tweeter avec son collègue placé juste sous celui-ci. Pas de sensation de trou, ni d’incohérence lors du relais entre les deux.

Le boomer, officiant sur la partie médiane de la bande passante ainsi que celle du bas du spectre, est lui aussi un digne représentant d’orfèvrerie audiophile. D’un impact et d’une articulation qui rappelle ceux de monitoring mais avec « une humanité » dans son rendu, qui affranchissent la Dynaudio X14 d’une signature frileuse ou trop analytique. Il est rare de rencontrer cette sensation de vérité à ce prix.

Les différents plans sonores dépassent allégrement le cadre des enceintes, c’est bien en trois dimension que la scène est mise en œuvre dans la pièce. La spatialisation est telle que même posées droites, le point central virtuel est planté bien au milieu de l’espace séparant les deux enceintes. Bouger de votre position d’écoute pour un des cotés de votre canapé ne vous fera perdre que peu de cette focalisation de l’image sonore. Les glissements sont crédibles et se suivent avec les oreilles autant « qu’avec les yeux ». S’imaginer les différents interprètes, musiciens ainsi que leurs placements est aisé, vous plongeant d’autant plus dans l’interprétation. Une mention spéciale pour le jeux de cordes de monsieur Eric Bibb, et l’orchestre d’Au Pays d’Alice, d’un rendu aussi pur, qu’autoritaire. Quant aux voix, c’est madame Diana Krall qui remporte la palme émotionnelle.

Un petit manque malgré tout sur des musiques aux jolis écarts dynamiques, comme ceux qu’imposent celles de Led’ Zep ou encore Breton. Il y aurait un peu plus d’attaque sur la dynamique que ça ne m’aurait pas déplu. Mais bon, c’est chercher la petite bête, je l’admets…

En conclusion, je dirai que je ne m’attendais pas du tout à un rendu solide sur les basses, ni à quelque chose « d’holographique » sur ces Dynaudio X14… Comment aurais-je pu m’imaginer, que ces petites bibliothèques, donneraient tant de sensation, de présence et de prestance ?!

Dynaudio réussi donc un tour de force, dépassant par je ne sais quelle formule magique, les lois de la physique établis depuis des décennies! Car non, les performances générales de ces enceintes Dynaudio X14 ne sauraient s’apparenter à leur physique. Cela, plus la signature prodiguée, font de ces Excite X14, des enceintes attachantes et addictives.

Et pour les films??BR

Je dois une nouvelle fois tirer mon chapeau aux ingénieurs, pour ce bas du spectre si percutant, si dense et physique, pour un haut-parleur de cette taille (ainsi que celle du coffret dans l’absolu). Dans une petite pièce, il n’est pas inconcevable de se passer d’un caisson de basses, aussi surprenant que cela puisse paraître.

Dans mes 24m², je n’ai pas vraiment été en manque de sensations sur The Dark Knight Rises. Même la voix abyssale de Bane attrape l’auditeur avec force, sans que le bas n’empiète sur le reste de sa vocalise. Celle du héros, qui possède plus de grain et de degrés sur les dialogues, prend une envergure toute autre que sur des bibliothèques concurrentes, de taille similaire. Quant à la B.O, qui fait partie intégrante du film selon moi, elle ressort brillamment. Cependant, la limite en réponse de fréquences des enceintes, ainsi que la taille de leurs haut-parleurs, se fait ressentir sur certaines partitions qui sont mélangées aux effets pyrotechniques… Il ne faut quand-même pas en espérer plus qu’elles ne peuvent, plus que leur équipement le permet. Je l’avais presque oublié tant elles passaient outre la logique depuis le début. Les Dynaudio Excite X14 m’ont donc rappelé à l’ordre et remémoré de quoi elles étaient composées. (Ce sont quand-même de sacrés phénomènes ces enceintes)

Sur un film plus intimiste, plus dans l’émotion et le démonstratif que le précédent, le petit manquement précité n’est plus de mise. Nos étoiles contraires vous fera vibrer. Le jeu des acteurs est savamment mis en avant par une bande-son qui vous prendra directement aux tripes, vous emmenant sans ménagement dans cette fabuleuse histoire. La large diffusion des Dynaudio X14 aide à recréer, à remplir un large espace sonore. Incontestablement un très beau moment que celui passé en compagnie de ce Blu-ray.

Plusieurs possesseurs d’enceintes de la marque m’avaient prévenu, il est facile de devenir accro et de ce que j’ai entendu, je comprends mieux pourquoi. Clairement, il ne m’était pas arrivé depuis longtemps d’avoir un vrai coup de foudre pour des enceintes. Dynaudio a un je-ne-sais-quoi en plus. En tant que testeur, elles m’ont profondément touché. (Je dois dire que ça fait du bien de ressentir ça!)

Bilan de ce test :

J’ai aimé :

  • La qualité générale d’assemblage et l’esthétique
  • La finition mate, très plaisante visuellement
  • La neutralité dans son ensemble (presque monitoring)
  • Cet aigu précis et mordant, sans stridence
  • Le médium, particulièrement son impact et son articulation
  • Le grave incroyable enclin à une petite rondeur savoureuse
  • La facilité de placement
  • L’aisance sur des styles de musiques éclectiques
  • Sa surprenante aptitude en Home-cinéma
  • Les dynamiques probantes sur presque toutes les musiques (malgré le bas rendement)

J’aurai aimé :

  • Des dynamiques un brin plus présentes sur des musiques Rock ou Pop/Rock  (Bas rendement oblige…)
  • Trouver autre chose à écrire dans ce paragraphe des X14, mais même en cherchant bien, il n’y a pas grand-chose à redire…

J’aimerai :

  • Une bibliothèque équipée d’un 16cm dans la même gamme.

Quelques conseils ??

  • Choisir un intégré avec du courant (plus que des watts à proprement parler) et facteur d’amortissement convenable pour bien driver et tenir les Dynaudio Excite X14
  • Ne pas hésiter à joindre des câbles HP de bonne section, rapides et neutres

Voilà qui finalise ce retour d’impression des bibliothèques de la série Excite de Dynaudio. Je vous souhaite de longues heures de plaisir musical avec elles.

Ludo, Octobre 2015.

Retrouvez les enceintes Dynaudio Excite 14 au meilleur prix chez PASSION HOME CINEMA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*