TEST EPSON EH-LS100 : L’avis de Greg

Test EPSON EH-LS100
EPSON EH-LS100 face

TEST EPSON EH-LS100

La surprise principale du stand EPSON de l’IFA 2017 était la présence d’un vidéoprojecteur laser ultra courte focale (UST), le EH-LS100. C’est plus de 3 mois après ce salon que j’ai pu tester un exemplaire de présérie pour jauger de ses performances.

Test EPSON EH-LS100
epson EH-LS100 IFA BERLIN

PRESENTATION

Les deux principales nouveautés contenues dans cet Epson sont la source lumineuse à double laser annoncée avec une durée de vie de 12 000 heures en mode pleine puissance (20 000 heures en économique, de quoi rouler longtemps) et sa focale hyper courte qui permet de projeter une image de grande taille avec très peu de recul.
Le bolide est une déclinaison home cinéma d’un modèle de vidéoprojecteur professionnel destiné à la présentation ou à l’éducation. Il est supposé délivrer une luminosité de 4000 lumens avec un contraste de 2 500 000 :1.
Contrairement aux EH-LS10000 et 10500, ce modèle n’est pas équipé de panneaux LCD réflectifs mais de classiques transmissifs. Sa résolution est par ailleurs issue du monde professionnel et non de celui du cinéma à la maison puisqu’il affiche 1920 points par 1200 lignes (légèrement supérieure au Full HD 1920×1080).
À 2999€, le EH-LS100 est garantie 5 ans ou 12 000 heures de fonctionnement mais, à ce prix là, oubliez la motorisation de l’objectif, l’interpolation d’images ou autres fioritures.

TOUR PHYSIQUE

Les vidéoprojecteurs UST présentent tous cet aspect ramassé avec un look boîte à chaussures décapotable. Le LS100 est disponible uniquement en noir et, ainsi qu’évoqué, son bloc optique est manuel. N’espérez pas trouver de zoom ; c’est la position de l’appareil qui déterminera la taille de l’image. En revanche, il dispose d’un réglage de focus dissimulé sous la trappe du filtre à particules ou plus exactement à poussières.

Test EPSON EH-LS100
Filtre EPSON EH-LS100

En le plaçant avec un recul de 60 cm vous obtenez une image de 2m50 de base. Le lens-shift est resté au garage ; pour aider à positionner l’appareil vous aurez uniquement accès à un dispositif de correction électronique du trapèze afin de corriger les éventuels problèmes de géométrie de l’image.

Sur un des côtés de la carrosserie on retrouve les commandes déportées qui viennent en sus de la télécommande. Parlons-en d’ailleurs de la télécommande : elle respire bien l’origine bureautique du LS100 et en particulier l’absence de rétro-éclairage pénalisera l’usager dans une salle où le noir complet devra être réalisé.

Test EPSON EH-LS100
Télécommande epson EH-LS100

La connectique est dissimulée sous un renfoncement de la caisse et, disons-le clairement, s’en trouve difficile d’accès. Elle est cependant particulièrement bien fournie avec 3 prises HDMI dont 1 MHL. Voici la liste complète des différents ports d’entrée et de sortie : USB 2.0 type A (2x), USB 2.0 type B, RS-232C, Interface Ethernet (100 Base-TX/10 Base-T), Entrée VGA, Sortie VGA, Entrée HDMI (3x), Entrée composite, MHL, Sortie audio mini-jack, Entrée audio mini-jack (2x).

Test EPSON EH-LS100
Panneau de connectique EPSON EH-LS100

Signalons aussi la présence d’un haut-parleur intégré de 16 watts. Il est possible également de relier le LS100 à une source HDMI sans fil grâce à un adaptateur optionnel (ELPAP10).

MENUS

L’architecture des menus du EH-LS100 ne bouge pas d’un iota par rapport aux autres modèles de la marque. Pour ceux qui ont déjà eu un vidéoprojecteur EPSON, vous serez en tableau de bord connu. Dans le menu image, les quatre réglages usine des couleurs sont classés dans l’ordre suivant pour la 2D : Dynamique, cinéma lumineux, cinéma et enfin jeux. Point de menu 3D ; le LS100 est uniquement 2D. La source lumineuse laser permet une gestion dynamique de la puissance qui va venir jouer sur le contraste et également sur le bruit de fonctionnement.

Test EPSON EH-LS100
Menus EPSON EH-LS100

Le EH-LS100 est compatible avec l’application iProjection d’Epson disponible pour Androïd et Apple et permet de piloter son vidéoprojecteur grâce à son téléphone portable : ‘même pas besoin de permis ! 🙂 Le LS100 peut également être commandé par le réseau domestique grâce à sa prise LAN.
Nous l’avons évoqué dans la présentation, les options proposées dans les menus sont basiques, sans aide à la fluidité ou mode super résolution. Pour la colorimétrie, un ajustement des niveaux RVB et du CMS est compris mais sans éditeur de gamma.

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement :

Le constructeur annonce 39dB laser à pleine puissance. Hé bien quel turbo ! ils sont largement dépassés : les ventilateurs du LS100 sont très puissants et la coque n’est pas suffisante pour retenir le bruit. Nous avons mesuré 43dB à un mètre de distance ! C’est beaucoup trop, sauf peut-être si vous habitez à Magny-Cours, Silverstone, Monza… Heureusement, ce nouveau modèle reste lumineux en mode « discret » (équivalent du mode économique) et dans ces conditions nous obtenons un 33dB à notre distance habituelle de mesure soit 50 cm. Mais, quoi qu’il en soit, il est toutefois nécessaire de rappeler qu’il ne faut pas crier trop vite « va donc chez Spidie !» s’agissant d’un vidéoprojecteur à très courte focale car l’appareil sera évidemment éloigné des oreilles des spectateurs.

Netteté/piqué :

Très bonne surprise que la précision d’image de ce modèle ultra courte focale. Le réglage de focus permet d’obtenir une image bien unie, sans flou, avec les croix de netteté de notre mire qui montrent un décalage sur le rouge.

Test EPSON EH-LS100
Zoom netteté EPSON EH-LS100

Input lag :

Avec 54,5 ms mesurés, l’Epson EH-LS100 dans son mode jeu (et dans les autres puisque notre relevé ne change pas) n’est pas le plus doué des élèves dans le domaine du retard à l’affichage et aucune option de commande de fonctionnement des panneaux (rapide ou fin) ne viendra l’aider.

Fluidité :

Dans cet exercice il nous faut saluer l’excellente performance d’un appareil ne bénéficiant pas d’un mode d’interpolation d’images mais qui arrive néanmoins à reproduire le mouvement de balancier-test avec peu de déformations.

Test EPSON EH-LS100
Fluidité EPSON EH-LS100

Overscan :

Cela fait quelques années que nous mettons cette partie dans nos tests pour vérifier si par défaut l’overscan ou cropping n’est pas activé en venant rogner le contenu de l’image projetée et le constat est toujours à l’identique : cette option est désactivée et tous les symboles de notre image de test sont bien présents à l’écran.

Test EPSON EH-LS100
OVERSCAN EPSON EH-LS100

Shading :

Le shading est l’effet arc-en-ciel des tri-lcd. En effet, derrière cet anglicisme se cache des dérives de couleurs qui viennent perturber la reproduction d’un fond uni (des dérives roses par exemple sur un fond blanc). Heureusement, le LS100 affiche une image de test exempte de toute pollution colorée.

Luminosité et contraste :

Forte luminosité et contraste ne font généralement pas bon ménage et c’est bien le cas avec le LS100 qui est particulièrement dynamique. Si cette caractéristique lui permet de pouvoir éclairer dans de bonnes conditions des tailles d’écran de 4 mètres de base, en revanche le contraste en prend un coup et nous sommes bien loin des 2 500 000 :1 annoncés par le constructeur. Au mieux et avec le contraste adaptatif activé nous avons obtenu un contraste séquentiel de 1400 :1. Si on le désactive, cette valeur bascule dans le fossé : 300 :1 ! Le constructeur présentait ce modèle sur un écran gris technique à gain négatif… c’est bien la seule solution pour redonner un peu de profondeur à l’image.

Test EPSON EH-LS100
Contraste et luminosité EPSON EH-LS100

Colorimétrie :

Test EPSON EH-LS100
CIE jeu EPSON EH-LS100

Fidèle à nos habitudes, nous avons mesuré les 4 modes usine et, curieusement, c’est la sélection « jeu » qui se rapproche le plus des valeurs de référence HDTV recherchées. Malgré la source lumineuse au laser, l’espace couleurs du LS100 n’est pas trop étendu. Il atteint 99.9% du rec709.

Test EPSON EH-LS100
RVB GAMMA JEU EPSON EH-LS100

 

VERDICT SUBJECTIF

LUCY :

Sur les scènes de jour nous obtenons une image similaire à celle des grands frères à lampe du LS100 (EH-TW6700 et consorts). Lumineuse et détaillée, elle restitue de manière cinématographique l’introduction du film et les paysages extérieurs. Les scènes de foule fourmillent de détails et les couleurs sont fortes et saturées. Sans aide à la fluidité et de fait, l’image du LS100 affiche quelques traces de ralentissements.

Test EPSON EH-LS100
Lucy EPSON EH-LS1000

Jusqu’à présent nous étions sur un petit nuage mais nous avons rapidement déchanté en découvrant le point faible du LS100. Dès les premières scènes nocturnes des noirs gris et délavés s’installent en pole-position. Nous tentons alors désespérément de leur redonner de la superbe grâce à l’iris dynamique ; ce n’est même plus une option c’est obligatoire !

SICARIO :

Ces impressions visuelles sont confirmées avec le Blu-ray de SICARIO. Le LS100 se montre une fois encore particulièrement à l’aise sur les scènes de jour mais, dès que la pénombre arrive à l’écran, il se retrouve relégué au niveau qualitatif du peloton des guimbardes d’entrée de gamme. Les passages nocturnes se transforment dès lors en vraie torture pour le dernier né d’Epson. Si vous appréciez une image et des noirs avec une belle profondeur, le LS100 n’est pas pour vous.

Test EPSON EH-LS100
Sicario EPSON EH-LS100

CONCLUSION

L’Epson EH-LS100 impose l’utilisation d’un écran gris technique pour compenser son faible contraste, c’est la seule configuration dans laquelle il arrivera à produire une image home cinéma acceptable. D’ailleurs, sa forte puissance lumineuse le destine aux environnements non dédiés comme un salon aux murs clairs. Si le concept est certes intéressant et que bien des acheteurs potentiels de ce genre d’engin à ultra courte focale y jetteront un regard curieux, il n’est cependant pas certain que l’envie fasse brandir la carte bancaire. Le LS100 va en effet se retrouver confronté sans attendre à un autre modèle UST Laser sensiblement moins onéreux, en l’occurrence le LG HF85JS qui sortira à 2000€ au début du mois de décembre 2017. On ne peut cependant pas préjuger que ce concurrent fera montre d’une meilleure tenue de route : l’avenir, carburant ces temps-ci au laser, mais aussi à l’UST, au 4K voire à l’HDR, avec plus ou moins de bonheur, nous le dira, dans ce qui ressemble davantage à un warmup de prototypes de différentes écuries qu’à une épreuve de formules. L’Epson LS100 s’inscrit sans doute dans cette course mais, avec notamment sa carte grise, ne sort pas favori des qualifs’, en tout cas pas sur la base de l’exemplaire de présérie ici testé. En marge du championnat des UST à lampe qui a ses tifosi et un petit parc de roadsters à succès (Philips Screeneo HDP2510 en tête), la piste reste en l’état des choses libre dans la catégorie laser pour la survenue d’un éventuel champion, doué, pas ruineux, bien doté et qui serait ainsi bien campé sur l’asphalte. Si vous êtes moins regardant et piaffez dans les stands, rien ne vous empêche cependant de prendre le volant de l’Epson LS100 en attendant, mais, pour en tirer un peu de couple, un écran technique est de rigueur selon PHC-futé !

Test EPSON EH-LS100
Logo EPSON EH-LS100

 

 

J’ai apprécié :

– Un positionnement plus aisé que d’autres modèles UST,
– Une forte luminosité,
– Un très bon piqué,
– Une fluidité de bon niveau malgré l’absence d’interpolation d’images.

Je regrette :

– Un prix élevé pour un modèle 1080p,
– Le bruit de fonctionnement trop important,
– La connectique difficile d’accès,
– Une colorimétrie peu conforme en sortie de boîte,
– Un contraste trop faible,
– La télécommande non rétroéclairée.

 

 

 

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES (Données constructeur)

Résolution: Full HD, 1920 x 1200, 16:10 ;
Luminosité: 4.000 lumens – 2.800 lumens (économie) ;
Rapport de contraste: 2.500.000 : 1 ;
Ratio de projection: 0,27 – 0,37:1 ;
Haut-parleur: 16W
Niveau sonore: Normal : 39 dB(A) – Économie : 30 dB(A) ;
Garantie: 60 Mois retour atelier ou 12.000 h.

4 Comments

  1. Bonjour,

    J’hésite entre acheter un Benq1090 ou un Epson TW6700 (grand frère du modèle évalué ici), pour une ambiance cinéma dans un grand salon (les murs sont gris).

    Lequel me conseillez-vous sachant que je cherche le meilleur compromis entre netteté-contraste et dynamisme de l’image. ?

    J’ai un budget de 1200 euros.

    • Bonsoir Jim, le TW6700 dispose d’un meilleur traitement vidéo que le BenQ W1090, son image est également d’un autre niveau. C’est donc l’Epson que je vous recommande.

  2. Merci pour votre réponse, en parcourant votre blog, j’ai également vu que le Xgimi H1 fait énormément parler de lui, dois-je le considérer dans mes options également ?

1 Trackback / Pingback

  1. Test Epson EF-100B/W : l’avis de Grégory – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*