Test LG HU810PW : l’avis de Grégory.

Test LG HU810PW
LG HU810PW

C’est un euphémisme de dire que l’arrivée du nouveau projecteur de LG était très attendue. Elle fut maintes fois reportée, il en est passé des saisons sous les ponts depuis sa première annonce sur le blog en août 2020 mais l’appareil a fini par arriver dans ma salle de test. Il aura déchaîné les passions et les attentes en raison de caractéristiques intéressantes sur le papier, à savoir un projecteur DLP laser à simulation 4K avec Lens-shift, interpolation d’images et SmartTV, tout ceci à moins de 3000€. Cette sortie d’un nouveau modèle à focale classique dénotait également dans une période dominée par les projecteurs DLP Laser à ultra courte focale et suscitait beaucoup d’espoirs (y compris pour le rédacteur de cet article). Alors, nos yeux vont-ils briller devant un prodige tant espéré ou se ternir de déception? Voyons cela ensemble. , hélas les grandes attentes sont bien souvent déçus et nous allons voir ensemble que le constructeur coréen s’est fourvoyé en sortant un diffuseur frontal qui cumule les défauts.

De quoi s’agit-il ?

Tout d’abord, en France nous n’avons droit qu’à une seule version du HU810 qui est commercialisée à 2990€, tandis que les allemands ont droit à deux modèles, le HU810PW (3199€) et le AU810PW (3699€) qui se distingue par l’intégration d’un dispositif de calibrage intégrée fonctionnant avec le logiciel CalMan.

Ces projecteurs sont équipés, tout comme le LG HU85 déjà testé sur le blog, d’une source lumineuse avec deux diodes laser (rouge et bleue) et un vert obtenu avec filtre phosphore. Cette solution technique doit permettre d’atteindre une luminosité de 2700 lumens et un contraste de 2 000 000:1 pour une durée de vie de 20 000 heures.

La puce DMD utilisée dans ces appareils est un modèle de 0.47 pouces. Pour simuler une image 4K, seule une résolution utile de 1920×1080 va être utilisée, en reproduisant les pixels à très grande vitesse sur 4 axes légèrement décalés (240hz). Ce subterfuge indétectable pour l’œil humain permet de réduire les coûts de production d’une puce native 4K.

Le HU810 est pourvu de la nouvelle technologie Adaptive Picture Pro de LG. Le mode Iris propose deux préréglages, Bright Room (pièce lumineuse) et Dark Room (pièce sombre) qui détectent le niveau d’éclairage de la pièce pour produire la meilleure image possible. Le contraste adaptatif règle automatiquement chaque image pour obtenir un contraste optimal dans les scènes les plus sombres.

Le nouveau LG CineBeam prend en charge les modes Real Cinema et TrueMotion, ce qui permet de voir les films tels qu’ils ont été imaginés par leurs réalisateurs. Il ajuste pour cela la vitesse d’image de la projection en fonction de la source originale à 24 Hz. Le mode TrueMotion de LG convient tout particulièrement aux films d’action, puisqu’il restitue les mouvements et les scènes rapides de manière fluide et naturelle. Le vidéoprojecteur prend en charge divers formats HDR courants comme le HDR10, le HLG avec une gestion Dynamic Tone Mapping (mappage de ton dynamique des métadonnées HDR).

Le LG CineBeam Laser 4K UHD se connecte sans fil avec les systèmes audio pour home cinéma via WiSA et Bluetooth. Connecté par HDMI 2.1 avec canal de retour audio amélioré (eARC), le vidéoprojecteur permet d’obtenir des images 4K en couleurs 10 bits. Le CineBeam se place facilement dans la pièce, grâce à son zoom 1.6× et au réglage horizontal et vertical de la lentille.

Le vidéoprojecteur fonctionne avec la nouvelle plateforme webOS 5.0 qui offre un accès rapide aux services de streaming les plus populaires comme Disney+ et YouTube. Il est compatible avec Apple AirPlay 2 et Screen Share, et l’utilisateur peut ainsi partager des contenus stockés sur son Smartphone ou une tablette.

Tour physique

Une grosse boîte rectangulaire blanche avec une optique décentrée, voici à quoi ressemble le HU810. S’il n’atteint pas les dimensions et le poids d’un Sony VPL-VW590ES (ni le prix), il reste encombrant (410 × 337 × 145 mm) et lourd (11 kg).

Test LG HU810PW
LG HU810PW

Point de motorisation de l’objectif ici mais on a droit à un Lens-shift vertical et horizontal pilotable à l’aide d’une roue présente sur un des côtés de l’appareil. L’amplitude est relativement limitée (60% de décalage vertical et 24% horizontal) tout ceci avec un zoom de 1,6×.

Test LG HU810PW
Molette Lens-shift en en dessous de l’objectif leviers de contrôles zoom et focus

Pour projeter une image de 2m50 de base au format 16/9ème, il vous faudra un recul compris entre 3m25 minimum et 5m20 maximum.

Les connexions du LG comprennent deux prises HDMI 2.0b et la troisième représente une grande innovation car elle est en version 2.1 et prend en charge l’eARC (Enhanced Audio Return Channel) et l’ALLM (Auto Low Latency Mode). Toutefois, la bande passante est limitée à 24 Gbps, ce qui la rend inadaptée pour prendre en charge les signaux 4K/120 Hz des consoles de dernière génération.

Test LG HU810PW
Connectique LG HU810PW

On notera également le Wifi intégré, une prise LAN, 2 prises USB et le support Bluetooth.

La télécommande smart Remote de LG est pourvue d’une souris gestuelle. Il existe des commandes de navigation et une molette de défilement, ainsi que des boutons permettant d’accéder directement aux menus à l’écran, aux modes d’image et à un microphone pour le contrôle vocal. Simplink (HDMI-CEC) vous permet d’utiliser la télécommande pour faire fonctionner également des appareils connectés comme un lecteur de disques Blu-ray ou une box. Et si vous avez un amplificateur home cinéma connecté au projecteur en HDMI eARC, la télécommande peut régler son volume.

Test LG HU810PW
Télécommande LG HU810PW

Point de 3D sur le LG HU810PW (c’est quoi la 3D ? ;)).

Menus

Jusqu’à présent j’ai toujours apprécié LG pour la qualité de son WebOS, un système SmartTV propriétaire qui permet d’accéder directement à des services de streaming ou à un lecteur médias sans avoir besoin de connecter une box externe.

Test LG HU810PW
WebOS LG

Dans le cas du HU810PW publicitairement mis en avant avec l’intégration de la dernière version du WebOS 5.0 j’espérais une expérience utilisateur dépourvue de toute difficulté pour lire mes fichiers depuis mon disque dur, ou pour avoir accès à mes films et séries favoris sur OCS et Netflix. J’ai vite déchanté ! Ce ne sera que la première étape désagréable de ce chemin de croix que j’ai en fait vécu avec ce projecteur laser.

Je m’explique : pour un problème de droit Netflix n’est pas intégré, un comble pour un géant du secteur comme LG. A la place il faudra vous contenter de YouTube ou Amazon Prime. J’ai également installé Molotov pour avoir accès à OCS qui fait partie de mes options et là seconde déconvenue au moment de lancer la saison 4 de la servante écarlate, un petit message d’erreur apparaît « désolé ce programme n’est pas compatible avec votre TV LG… ».

Test LG HU810PW
Menu erreur OCS

Alors le comble avec ce projecteur dit « intelligent » c’est que pour les chaînes de streaming (dont la plus célèbre d’entre elles) il vaudra mieux lui connecter un stick externe. Messieurs les concepteurs de chez LG vous devriez débaucher des gens chez Xgimi ou Samsung pour vous apprendre à peaufiner vos options SmartTV.

Je continue sur ma lancée de grognon professionnel en signalant que les codes audio les plus récents ne sont pas pris en charge par le lecteur médias et donc là encore l’aide d’un lecteur externe sera la bienvenue.

Passons maintenant à l’étude des menus de réglages de l’image et de configuration du projecteur.

Test LG HU810PW
Menu LG

Les préréglages usine sont accessibles directement pour les signaux 1080p SDR et sont listés de la façon suivante : « vif, standard, cinéma, sport, jeux, film maker mode, mode le plus lumineux, expert pièce lumineuse, expert pièce sombre ».

Dès la détection d’un signal HDR, le nombre de sélections se réduit à « Vif, standard, accueil cinéma, cinéma, film maker mode et mode le plus lumineux ».

Test LG HU810PW
India Market 4K HDR

Toutes ces sélections sont éditables et composent ainsi autant de mémoires de sauvegardes ; il est possible d’effectuer une configuration dans un mode et de l’appliquer à tous les autres.

L’aide à la fluidité« interpolation d’images» peut être activée pour les programmes 1080p SDR et 4K HDR et elle est débrayable pour gérer les sources 24p sans traitement additionnel. Pour augmenter le contraste, LG a mis en place une option « contraste dynamique » doublée d’un iris mécanique pouvant réduire la puissance lumineuse. Le projecteur permet également de faire varier la puissance des lasers sur 3 niveaux (minimum d’économie qui correspond à la pleine puissance, économie moyenne et maximum d’économie).

Pour les Gamers, l’HU810PW contient dans ses sous-menus une ligne spécifique visant à réduire l’input lag.

Concernant la gestion des signaux HDR, le HU810PW dispose d’un Dynamic Tone Mapping ou D.T.M. (mappage de ton dynamique des métadonnées HDR) qui est censé analyser en temps réel chaque image à haute dynamique reçue et adapter en temps réel le Gamma EOTF afin d’obtenir le juste niveau de luminosité nécessaire.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et système sonore intégré :

A 100% du laser, je mesure 36,6 dB et 35,6 dB en mode économique. Le placement du sonomètre sur la coque élève la mesure maximum à 48,2 dB. Ce n’est pas le projecteur laser le plus discret que j’ai testé. Il faudra donc choisir entre luminosité ou discrétion de fonctionnement.

L’HU810PW est équipé de deux haut-parleurs d’une puissance de 2×5W, mais nous sommes bien loin du rendu des systèmes sonores intégrés dans les Xiaomi ou Fengmi. Je vous recommande, si vous souhaitez l’utiliser sans le relier à un amplificateur, de l’associer en Bluetooth à une enceinte nomade de qualité qui saura surpasser sans difficulté la solution LG.

Consommation électrique :

Bonne surprise, le LG HU810 n’est pas très gourmand après calibrage. J’obtiens en projetant une mire à 100% de blanc une consommation de 190W à pleine puissance, 159W avec une réduction de 50% et 131W en mode économique.

Piqué et netteté :

J’ai du mal à me convaincre que le LG soit un projecteur DLP. A l’aide d’une mire de résolution 4K il est possible de s’apercevoir que si le centre de l’image peut faire illusion, il n’en va pas de même pour les bords.

Test LG HU810PW
Précision image LG HU810PW

Examinez cette comparaison entre le niveau supérieur de la mire d’overscan 4K de la suite Avsforums et observez la reproduction des chiffres entre le Xgimi Horizon Pro à 1699€ (son test est ici) et le LG HU810PW, les deux sont équipés de la même puce DMD. Dans le premier cas, c’est propre et précis dans le second c’est flou. L’utilisation du Lens-shift à son maximum est en partie la cause de ce résultat, l’autre raison concerne la qualité moyenne de l’objectif du LG. (cliquez à droite pour voir l’image en grand).

Test LG HU810PW
Comparaison lettres 2 projecteurs simulation 4K LG H810 et XGIMI HORIZON PRO

Fluidité :

Le HU810 dispose d’une fonction d’interpolation d’images appelée TrueMotion. Quatre niveaux de fonctionnement sont disponibles : « Cinema HD, Naturel, lisse et utilisateur« . Cette dernière option permet un réglage fin de l’aide à la fluidité sur un niveau étalonné de 1 à 10. Pour jauger des performances, j’utilise deux séquences de la suite Spears and Munsils, celle du défilé des piments et le panoramique latéral sur des paysages asiatiques dont des boules géantes. Dans toutes les sélections les piments sont déformés alors qu’avec une interpolation d’images digne de ce nom ils devraient rester nets et bien dessinés. Bref : pas convaincant.

Test LG HU810PW
Interpolation image déformation piments LG HU810PW

Input lag :

Le temps de latence « normal » du LG laser est de 132,6 ms (je viens d’entendre dans le fond le cri d’effroi d’un Gamer !). L’HU810PW dispose d’une option de réduction du lag. Après l’avoir activée, je mesure un retard de 82,6 ms en 2160P60. C’est encore bien trop élevé pour ranger cet appareil dans la catégorie des projecteurs Gaming.

Overscan et importance du cadre lumineux généré par la puce DMD 0,47″ :

Test LG HU810PW
Overscan LG HU810

Le faible contraste natif du projecteur LG rend la perception du cadre lumineux présent sur les bords de l’image plus évidente. Je l’ai mesuré à 2,5cm de large, vous pouvez l’apercevoir sur ce cliché. Pour l’analyse du cropping éventuel, la mire d’overscan 4K est reproduite intégralement par le projecteur.

Test LG HU810PW
Importance du cadre lumineux

Effet speckle, propre aux projecteurs laser :

Les vidéoprojecteurs laser peuvent être sujets à l’effet speckle : tavelures ou chatoiement (speckle en anglais), à plus simplement parler un ensemble de petites taches rapidement fluctuantes qui apparaissent dans la texture instantanée d’une image et lui donnent un aspect granuleux.

En combinaison avec un écran technique ALR 0.8 Vividstorm Obsidian, l’HU810PW affiche une image bien marquée par le Speckle. Certains utilisateurs soulignent que cet effet est moins perceptible sur un écran blanc mais dans une salle non dédiée avec le contraste misérable du LG laser, il est incontournable. Il faudra choisir lequel de ces deux maux est le moins insupportable si vous vous absolument acquérir ce projecteur.

Test LG HU810PW
Speckle

Colorimétrie et Gamma :

Les projecteurs LG sont des usines à gaz avec de multiples réglages et modes de couleurs disponibles. Il est regrettable de constater que d’un modèle à l’autre aucun ne dispose d’une colorimétrie juste dès la sortie de boîte. On est même dans l’excès avec ce modèle puisque j’ai mesuré des écarts deltaE records (jusqu’à 56,40 !).

L’image en sortie de boîte est globalement trop froide avec des températures de couleurs souvent supérieures à 10000K, signes d’un bleu trop poussé.

Test LG HU810PW

Le Gamut natif du projecteur atteint 88,7% du DCI-P3. N’étant pas un projecteur avec trois lasers comme le Samsung LSPT9, il n’arrive pas à recouvrir l’ensemble du Gamut rec.2020.

Test LG HU810PW
Gamut cinema

Le Gamma est un motif de satisfaction puisqu’en SDR il est plutôt linéaire et dans quatre sélections proche de 2.22.

Si vous êtes attachés à la fidélité colorimétrique ce LG « IMPOSE » un passage par la case calibrage.

Voici mes valeurs 1080p SDR :

Mode Expert pièce lumineuse

espace couleurs auto

contraste 50

luminosité 50

température de couleur intéressé

Gamma 2.2

Balance des blancs méthode 2 points

Point faible

Rouge : – 14

Vert : 0

Bleu : 12

Point élevé :

rouge : 27

vert : 0

Bleu : – 25

Dans ces conditions j’obtiens d’excellents résultats avec une température de couleurs de 6665K, un écart deltaE réduit au seuil imperceptible de 1,08 et avec un Gamma positionné à 2.24. Une fois que ces réglages sont faits vous pouvez activer l’iris manuellement, en le réglant sur un niveau de 5 ou 6.

En 4K HDR, il va falloir revoir la notion de Dynamic Tone Mapping car le projecteur ne reconnaît pas le bon niveau de luminosité et va souvent appliquer une image trop sombre. Dans ces conditions, je préfère le débrayer et le régler moi même. Un réglage de Gamma EOTF serait plus adapté, malheureusement il est absent.

Contraste et luminosité :

LG annonce une luminosité de 2700 lumens. J’ai relevé au mieux 2278 lumens mais si vous voulez des couleurs naturelles et surtout adaptées au home cinéma, le calibrage va impacter considérablement la luminosité puisqu’elle sera abaissée à 1410 lumens en mode pleine puissance pour atteindre 789 lumens en mode économique. Les annonces de luminosité élevées sont donc bien éloignées de la réalité et dans ces conditions il faudra se limiter à un maximum de 3 mètres de base au format 16/9ème en 4K HDR pour conserver une luminance de 26 fL.

Test LG HU810PW

Les mesures de contraste natif sont vraiment médiocres puisque ne dépassant pas 310:1. Pour l’aider il faudra activer le dispositif d’iris qui viendra réduire la puissance lumineuse et augmenter le contraste mais au détriment de la dynamique. Les chiffres sont impressionnants pour un DLP 0,47″ mais visuellement l’image apparaît comme sans profondeur, avec des noirs sans consistance et surtout une perte de luminosité handicapante pour le reste des éléments lumineux présents à l’écran.

Test LG HU810PW
Comparaison action iris et perte de dynamique

Malgré ses 2447:1 mesurés après calibrage le résultat visuel est bien en-deçà des performances de DLP laser UST équipés de la même puce comme les Xiaomi 4K 1S ou Fengmi Cinema Pro.

Verdict subjectif

Quelle que soit la source je n’ai pris aucun plaisir visuel à visionner mes extraits favoris sur ce LG. Les passages 1080p SDR de films comme Alien Covenant apparaissent moins précis que d’autres modèles DLP à simulation 4K mais ce qui me dérange le plus c’est cette sensation permanente d’une image anémique malgré la puissance lumineuse annoncée. Elle est causée par l’activation de l’iris qui est quasiment obligatoire vu le mauvais niveau de contraste natif.

Concernant la fluidité, mais où est passée l’expertise de LG en la matière ? L’interpolation d’images est entachée d’artefacts de mouvements là encore quel que soit le niveau sélectionné, mode utilisateur fin compris.

Pour la colorimétrie, je vous préviens tout de suite, si vous n’avez pas dans vos connaissances une personne apte à calibrer votre appareil, passez votre chemin. J’ai du mal à me souvenir d’une image aussi mal réglée en sortie de boîte.

En 4K HDR, l’expérience est gâchée par une image souvent trop sombre et terne. Si vous voulez de la dynamique il faudra accepter de vivre avec une image aux couleurs moins bien ajustées que celles post-calibrage. Je n’ai pas réussi à obtenir un mix des deux, dynamique et équilibre des couleurs.

Bref, vous l’aurez compris, je n’ai trouvé aucune qualité à l’image d’un appareil concrètement dépassé par beaucoup de concurrents moins onéreux.

Conclusion

Le prochain test concernera l’Epson EH-TW5800, un petit projecteur LCD 1080p (et uniquement 1080p) à 1299€. J’en parle pour atténuer le traumatisme car nul doute qu’il arrivera à me faire rapidement oublier ce passage par la case LG laser que je trouve bien ratée, raison pour laquelle je lui attribue un carton rouge. Les grandes attentes sont bien souvent déçues et en définitive le constructeur coréen s’est fourvoyé en sortant un diffuseur frontal qui cumule les défauts.

Mon conseil si vous cherchez de la projection laser de qualité sans Speckle, avec plus de luminosité et sans bruit, tout ça à moindre prix, le Xiaomi ALPD3.0. Il est bien meilleur que ce LG que je vais vite tâcher d’enfouir aux oubliettes.

CARTON ROUGE
CARTON ROUGE

J’ai apprécié :

– La consommation électrique raisonnable pour un projecteur laser,

– Des menus de réglages complets.

Je regrette :

– Le contraste,

– La fluidité,

– Le speckle,

– La colorimétrie en sortie de boîte,

– L’impact du calibrage sur la puissance lumineuse,

– La précision d’image,

– Une expérience SmartTV qui nécessite l’aide d’une box externe alors que tout devrait être dans le projecteur.

ENGLISH VERSION

REVIEW LG HU810PW



It’s an understatement to say that the arrival of LG’s new projector was highly anticipated. It has been postponed many times, many seasons have passed under the bridge since it was first announced on the blog in August 2020, but the device has finally arrived in my test room. It will have unleashed passions and expectations due to interesting features on paper, namely a 4K simulated DLP laser projector with Lens-shift, image interpolation and SmartTV, all this for less than 3000€. This release of a new classic focal length model also stood out in a period dominated by ultra-short-throw DLP Laser projectors and raised a lot of expectations (including for the writer of this article). So, will our eyes shine at a long-awaited prodigy or will they be dulled by disappointment? Let’s see it together. Unfortunately, great expectations are often disappointed and we will see that the Korean manufacturer has made a mistake by releasing a front diffuser that has a lot of defects.

What is it about?


First of all, in France we have only one version of the HU810 which is sold at 2990€, while the Germans have two models, the HU810PW (3199€) and the AU810PW (3699€) which is distinguished by the integration of an integrated calibration device working with the CalMan software.
These projectors are equipped, like the LG HU85 already tested on the blog, with a light source with two laser diodes (red and blue) and a green obtained with phosphor filter. This technical solution should allow to reach a luminosity of 2700 lumens and a contrast of 2 000 000:1 for a life span of 20 000 hours.

The DMD chip used in these devices is a 0.47-inch model. To simulate a 4K image, only a useful resolution of 1920×1080 will be used, reproducing the pixels at very high speed on 4 slightly offset axes (240hz). This subterfuge, undetectable to the human eye, reduces the production costs of a native 4K chip.

The HU810 features LG’s new Adaptive Picture Pro technology. The Iris mode offers two presets, Bright Room and Dark Room, which detect the lighting level of the room to produce the best possible image. Adaptive contrast automatically adjusts each image for optimal contrast in the darkest scenes.

The new LG CineBeam supports Real Cinema and TrueMotion modes, allowing you to see movies as the filmmakers intended. It does this by adjusting the projection frame rate to the original source at 24 Hz. LG’s TrueMotion mode is especially suitable for action movies, as it renders fast-paced scenes and movements in a smooth and natural way. The projector supports various common HDR formats such as HDR10, HLG with Dynamic Tone Mapping of HDR metadata.

The LG CineBeam Laser 4K UHD connects wirelessly with home theater audio systems via WiSA and Bluetooth. Connected via HDMI 2.1 with enhanced audio return channel (eARC), the projector delivers 4K images in 10-bit color. The CineBeam is easily placed in the room, thanks to its 1.6× zoom and horizontal and vertical lens adjustment.

The projector works with the new webOS 5.0 platform, which offers fast access to popular streaming services like Disney+ and YouTube. It is compatible with Apple AirPlay 2 and Screen Share, so users can share content stored on their smartphone or tablet.

Physical tower


A big white rectangular box with an off-center lens, this is what the HU810 looks like, and while it doesn’t reach the size and weight of a Sony VPL-VW590ES (nor the price), it is still bulky (410 × 337 × 145 mm) and heavy (11 kg).

Test LG HU810PW
LG HU810PW



No motorization of the lens here but we have the right to a vertical and horizontal lens-shift controlled by a wheel on one side of the camera. The amplitude is relatively limited (60% vertical shift and 24% horizontal) all this with a zoom of 1.6×.

Test LG HU810PW
Molette Lens-shift en en dessous de l’objectif leviers de contrôles zoom et focus



To project an image of 2m50 base in 16:9 format, you will need a distance between 3m25 minimum and 5m20 maximum.

The LG’s connections include two HDMI 2.0b jacks and the third is a great innovation as it is version 2.1 and supports eARC (Enhanced Audio Return Channel) and ALLM (Auto Low Latency Mode). However, the bandwidth is limited to 24 Gbps, which makes it unsuitable to support 4K/120 Hz signals from the latest generation consoles.

Test LG HU810PW
Connectique LG HU810PW



Also of note are built-in Wifi, a LAN socket, 2 USB sockets and Bluetooth support.

LG’s smart Remote features a gesture mouse. There are navigation controls and a scroll wheel, as well as buttons for direct access to on-screen menus, picture modes and a microphone for voice control. Simplink (HDMI-CEC) lets you use the remote to also operate connected devices like a Blu-ray Disc player or box. And if you have a home theater amplifier connected to the projector via HDMI eARC, the remote can adjust its volume.
No 3D on the LG HU810PW (what is 3D? ;)).

Test LG HU810PW
Télécommande LG HU810PW

Menus


Until now I always appreciated LG for the quality of its WebOS, a proprietary SmartTV system that allows direct access to streaming services or a media player without the need to connect an external box.

Test LG HU810PW
WebOS LG


In the case of the HU810PW advertised with the integration of the latest version of WebOS 5.0 I was hoping for a user experience free of any difficulty to play my files from my hard drive, or to access my favorite movies and series on OCS and Netflix. I was quickly disappointed! This will be only the first unpleasant step of the crossroads I actually experienced with this laser projector.


I explain myself: for a problem of right Netflix is not integrated, a shame for a giant of the sector as LG. Instead you’ll have to make do with YouTube or Amazon Prime. I also installed Molotov to have access to OCS which is part of my options and there second disappointment at the time of launching the season 4 of the Scarlet Handmaid, a small error message appears « sorry this program is not compatible with your LG TV …« .

Test LG HU810PW
Menu erreur OCS


So the last straw with this so-called « intelligent » projector is that for streaming channels (including the most famous of them) it will be better to connect an external stick. LG designers should hire people from Xgimi or Samsung to teach you how to fine-tune your SmartTV options.


I’ll continue my professional grumpiness by pointing out that the latest audio codes are not supported by the media player and so again the help of an external player will be welcome.

Let’s move on to the image settings and projector configuration menus.

Test LG HU810PW
Menu LG



The factory presets are directly accessible for 1080p SDR signals and are listed as follows: « vivid, standard, cinema, sport, games, film maker mode, brightest mode, bright room expert, dark room expert ».


As soon as an HDR signal is detected, the number of selections is reduced to « Vivid, standard, cinema home, cinema, film maker mode and brightest mode ».


All these selections are editable and thus make up as many backup memories; it is possible to make a configuration in one mode and apply it to all the others.
The « image interpolation » smoothness aid can be activated for 1080p SDR and 4K HDR programs and it can be disengaged to handle 24p sources without additional processing. To increase contrast, LG has implemented a « dynamic contrast » option coupled with a mechanical iris that can reduce light output. The projector also allows you to vary the power of the lasers on 3 levels (minimum economy which corresponds to full power, medium economy and maximum economy).
For gamers, the HU810PW contains in its sub-menus a specific line to reduce input lag.


Regarding the management of HDR signals, the HU810PW has a Dynamic Tone Mapping or D.T.M. (Dynamic Tone Mapping of HDR metadata) which is supposed to analyze in real time each high dynamic range image received and adapt in real time the EOTF Gamma in order to obtain the right level of brightness needed.

Technical verdict

Operating noise and integrated sound system :

At 100% laser, I measure 36.6 dB and 35.6 dB in economy mode. Placing the sound meter on the shell raises the maximum measurement to 48.2 dB. This is not the most discreet laser projector I have tested. So you have to choose between brightness and discretion.



The HU810PW is equipped with two speakers with a power of 2×5W, but we are far from the rendering of the sound systems integrated in the Xiaomi or Fengmi. I recommend that if you want to use it without connecting it to an amplifier, pair it with a quality mobile speaker via Bluetooth that will outperform the LG solution without difficulty.

Power consumption :

Good surprise, the LG HU810 is not very greedy after calibration. I get by projecting a test pattern at 100% white a consumption of 190W at full power, 159W with a reduction of 50% and 131W in economic mode.



Sharpness :

I have a hard time convincing myself that the LG is a DLP projector. Using a 4K resolution test pattern it is possible to see that while the center of the image may be illusionary, the same cannot be said for the edges.

Test LG HU810PW
Précision image LG HU810PW


Take a look at this comparison between the top level of the 4K overscan test pattern of the Avsforums suite and observe the reproduction of the figures between the Xgimi Horizon Pro at 1699€ (its test is here) and the LG HU810PW (they share the same DMD chip). In the first case, it is clean and precise in the second it is blurred. The use of the Lens-shift at its maximum is partly the cause of this result, the other reason concerns the average quality of the LG lens.

Test LG HU810PW
Comparaison lettres 2 projecteurs simulation 4K LG H810 et XGIMI HORIZON PRO



Smoothness :

The HU810 has an image interpolation feature called TrueMotion. Four levels of operation are available: « Cinema HD, Natural, Smooth and User« . The latter option allows for fine tuning of the smoothness support on a calibrated level of 1 to 10. To gauge performance, I use two sequences from the Spears and Munsils suite, the chili parade and the sideways panning of Asian landscapes including giant balls. In all the selections, the peppers are distorted whereas with a proper image interpolation they should remain sharp and well drawn. In short: not convincing.

Test LG HU810PW
Interpolation image déformation piments LG HU810PW



Input lag :

The « normal » latency of the LG laser is 132.6 ms (I just heard in the background the frightened scream of a Gamer!). The HU810PW has a lag reduction option. After enabling it, I measure a lag of 82.6 ms at 2160P60. This is still way too high to classify this device as a Gaming projector.

Test LG HU810PW
Input lag « amélioré » LG HU810PW



Overscan and size of the light frame generated by the 0.47″ DMD chip :

Test LG HU810PW
Overscan LG HU810



The native low contrast of the LG projector makes the perception of the bright frame present at the edges of the image more obvious. I measured it at 2,5cm wide, you can see it on this picture. For the analysis of the possible cropping, the 4K overscan test pattern is reproduced entirely by the projector.

Test LG HU810PW
Importance du cadre lumineux



Speckle effect, specific to laser projectors :

Laser projectors can be subject to the speckle effect: speckles or speckle, simply put, a set of small, rapidly fluctuating spots that appear in the instant texture of an image and give it a grainy appearance.
In combination with an ALR 0.8 Vividstorm Obsidian technical display, the HU810PW displays an image well marked by speckle. Some users point out that this effect is less noticeable on a white screen, but in a non-dedicated room with the miserable contrast of the LG laser, it is unavoidable. You’ll have to decide which of these two evils is less unbearable if you absolutely must acquire this projector.



Colorimetry and Gamma :

LG’s Projectors are gas factories with multiple settings and color modes available. It is unfortunate to note that from one model to another none of them has a correct colorimetry right out of the box. We are even in excess with this model since I measured record deltaE differences (up to 56.40!).

Test LG HU810PW


The image out of the box is globally too cold with color temperatures often higher than 10000K, signs of a blue too pushed.


The native gamut of the projector reaches 88.7% of DCI-P3. Not being a projector with three lasers like the Samsung LSPT9, it does not manage to cover the entire rec.2020 Gamut.

Test LG HU810PW
Gamut cinema


The Gamma is a reason for satisfaction since in SDR it is rather linear and in four selections close to 2.22.

If you are attached to color fidelity this LG « IMPOSE » a passage by the calibration box.


Here are my 1080p SDR values :


Expert mode bright room
auto color space
contrast 50
brightness 50
interested color temperature
Gamma 2.2
White balance 2 point method
Low point
Red : – 14
Green : 0
Blue : 12
High point :
red: 27
green : 0
Blue : – 25


In these conditions I get excellent results with a color temperature of 6665K, a deltaE deviation reduced to the imperceptible threshold of 1.08 and with a Gamma set at 2.24. Once these settings are made you can activate the iris manually, setting it to a level of 5 or 6.



In 4K HDR, we will have to review the notion of Dynamic Tone Mapping because the projector does not recognize the right level of brightness and will often apply an image too dark. In these conditions, I prefer to disengage it and adjust it myself. An EOTF Gamma setting would be more suitable, unfortunately it is missing.

Contrast and brightness :

LG announces a brightness of 2700 lumens. I found at best 2278 lumens but if you want natural colors and especially suitable for home theater, the calibration will impact considerably the brightness since it will be lowered to 1410 lumens in full power mode to reach 789 lumens in economy mode. The announcements of high luminosity are therefore far from reality and in these conditions it will be necessary to limit to a maximum of 3 meters of 16:9 format base in 4K HDR to maintain a luminance of 26 fL.

Test LG HU810PW


The native contrast measurements are really poor since they do not exceed 310:1. To help it will have to activate the iris device that will reduce the light power and increase the contrast but at the expense of the dynamic range. The figures are impressive for a DLP 0.47″ but visually the image appears without depth, with blacks without consistency and especially a loss of brightness disabling for the rest of the light elements on the screen.

Test LG HU810PW
Comparaison action iris et perte de dynamique


Despite its 2447:1 measured after calibration the visual result is well below the performance of DLP laser UST equipped with the same chip as the Xiaomi 4K 1S or Fengmi Cinema Pro.

Subjective verdict

Regardless of the source I did not take any visual pleasure in watching my favorite clips on this LG. The 1080p SDR passages of movies like Alien Covenant appear less precise than other DLP models with 4K simulation but what bothers me the most is this permanent sensation of an anemic image despite the announced light power. It is caused by the activation of the iris which is almost mandatory given the poor level of native contrast.



Regarding the fluidity, but where is the expertise of LG in this area? The image interpolation is marred by motion artifacts, whatever the level selected, including the fine user mode.

For colorimetry, I warn you right away, if you don’t know someone who can calibrate your camera, don’t bother. I have trouble remembering an image that was so badly adjusted out of the box.

In 4K HDR, the experience is spoiled by an image that is often too dark and dull. If you want dynamics you’ll have to live with an image that is less color adjusted than post-calibration. I did not manage to get a mix of both, dynamics and color balance.



In short, you will have understood, I did not find any quality in the image of a device concretely exceeded by many less expensive competitors.

Conclusion

The next test will concern the Epson EH-TW5800, a small 1080p (and only 1080p) LCD projector at 1299€. I mention it to reduce the trauma because no doubt it will quickly make me forget this passage through the LG laser box that I find quite missed, which is why I give it a red card. Great expectations are often disappointed and in the end, the Korean manufacturer has made a mistake by releasing a front diffuser that has all the defects.
My advice if you are looking for quality laser projection without Speckle, with more brightness and without noise, all at a lower price, the Xiaomi ALPD3.0. It is much better than this LG that I will quickly try to bury in the dustbin.

CARTON ROUGE
CARTON ROUGE




I liked :

– Reasonable power consumption for a laser projector,
– Complete setting menus.


I regret :

– The contrast,
– The fluidity,
– The speckle,
– The colorimetry out of the box,
– The impact of the calibration on the light power,
– Image accuracy,
– A SmartTV experience that requires the help of an external box when everything should be in the projector.




31 Comments

  1. Voilà le test est en ligne, 48 heures avant le délai de parution initialement prévu grâce à la relecture rapide de cattod. Bon et maintenant au suivant…..

    • Bonjour Gregory,

      Merci beaucoup pour ce test qui m’évite de regretter un futur achat. J’hésitais entre ce modèle et le epson tw9400 et bien maintenant, je n’hésite plus !

  2. Merci Grégory de me faire encore épargner de l’argent, car c’était vraiment celui que j’attendais pour passer à la 4K!
    Ce sera peut-être, le prochain, même genre de caractéristiques mais meilleur que ce LG, j’espère. Chez moi, aucune possibilité vraiment pratique pour installer un UST, donc je cherche des focales comme celui-ci, plus ou moins… Mais oh bonheur, mon Panasonic PT-RZ 470 tient toujours et il me donne encore beaucoup de satisfaction, et le tout en LASER, bisous amicaux, Franck

    • Tu parles de toutes ces autres reviews qui encensent un projecteur dont les défauts sont maintenant bien connus de leurs possesseurs ?

      Au passage je dois être le seul à avoir publié des mires de précision et surtout cette comparaison A/B avec l’image du Xgimi horizon Pro.

      • Soit j’ai mal compris soit vous avez comparé le LG à son Lens shift maximal face à un projecteur sans aucun Lens shift… en « tirant droit » ça ne sera pas le même résultat!!

        • A position égale (table basse), le Xgimi ne nécessite aucune correction alors que l’utilisation du Lens-shift au maximum était obligatoire avec le LG. Et puis quel intérêt de mettre ce dispositif s’il ne faut pas l’utiliser ?

          • Je ne dis pas qu’il ne faut pas l’utiliser, je dis qu’il faut comparer de façon identique. Là je ne vois pas comment le xgimi ne nécessite pas de correction… il est prévu pour ne pas projeter « pile en face » comme le LG mais naturellement en décalé c’est bien ça?

          • Je parle de l’offset, le décalage vers le haut de l’image. Placés à la même position, le Xgimi n’a pas besoin de correction verticale (et heureusement parce qu’il n’en a pas) alors qu’avec le LG j’ai besoin de décaler l’image vers le haut de 60%.

            PS : J’ai précisé dans le test que l’usage du Lens-shift n’est pas la seule raison de ce mauvais résultat, l’optique du LG n’est pas terrible.

  3. Impressionnant, il est donc moins bon que le largo 4k son prédécesseur ?

    J’attendais beaucoup de ce produit, merci de nous avoir éclairé et de nous proposer ces tests objectifs.

    • Optique pas terrible : je me permets de comparer à la photo : un objectif fixe génial peut se trouver à 500€, un zoom correct à 1000€, et le premier prix en objectif à décentrement (ce qu’est un Lens shift dans le langage photo) ne se trouve pas à moins de 1500€.
      Donc je veux bien que l’objectif du LG ne soit « pas terrible » mais si on a besoin d’un Lens shift (mon cas personnel, et je ne dois pas être seul), on ne va même pas regarder les xgimi et autres trucs chinois… pas le même usage.

      • Il y a d’autres alternatives avec Lens-shift chez Epson par exemple, moins chères et bien plus convaincantes que ce LG (remarquez ce n’est pas difficile d’être meilleur que le HU810PF).

  4. Allé je vais faire l’avocat du diable: LG n’en restera pas là nous aurons certainement une version corrigée et améliorée de se modèle raté qui en fin de compte date de 2 ans depuis ça concéption … Il a au moins le mérite de lancer les smart-videopro ,l’arrivée du HDMI2.1 … Vu leur excellente réputation dans le secteur des TV OLED ,ils ne peuvent pas en rester là .L’interface de réglages et d’applications est la meme que leur TV (j’en ai un) et la télécommande est exactement la meme aussi…quand on y est habitué c’est agréable et pratique,on a meme la commande vocale(certains diront que c’est un gadget, en tout cas l’essentiel n’est pas là).Il faut attendre l’après COVID pour voir les bonnes innovations arriver ,le retard a touché plusieurs secteurs dans l’industrie AV:les modules HDMI 2.1,le lancement de la 8k..

  5. Et bien moi qui espérait une version améliorée du hu70ls c’est la douche froide. Mille mercis Grégory et Cattod pour ce test salutaire qui évitera a beaucoups un achat malheureux.

  6. bonjour

    très déçu comme beaucoup, lamentable de la part de LG de sortir un vp comme celui la, ce modèle a peut-être un problème ? je le souhaite..
    la comparaison en conclusion avec un vp sans optique mécanique na pas de sens, bcp de gens qui passent ici sont des passionnés et si on a pas tous les mêmes moyen, un vp sans possibilité de placement au plafond ou le support et le câbles ont étés définis une fois pour toutes, je ne les regarde même pas, et un placement sur une table basse est rédhibitoire de mon point de vue, merci pour ce test.

  7. Je comprends très bien le sens de ta conclusion et pour ce j’attends (avec confiance du 15 au 17) la Projection Expo 2021 dont j’espère voir des nouveautés sur les projecteurs laser. Si ce n’est pas le cas, j’ai déjà la carte bancaire prête pour le « XIAOMI MIJIA 1S » de « CZ » à 1431€… ou pour le « BenQ W1800i » à 1308€ (lequel préférez-vous ?) Avec CLR (ALR) !!!

    Merci GREG !!!

    Rudy

  8. Désolé, je pensais que tu savais déjà quelque chose… J’attends ta preuve.
    Je continuerai à regarder des films sur mon Sony VPL VW60…
    Merci Greg

    Rudy

  9. Je crois que je vais abandonner l idée d’un mono dlp laser focale classique.
    Je passerai en ust dans quelques années le temps de provisionner le meuble et l’ecran clr.

  10. J’ai voulu le commander et le tester, et malgré un usage très modéré du Lens-shift, je n’ai pas été conquis par ce VP LG HU810, et j’ai même eu, après une heure de test et réglages, un écran scindé en deux avec un côté plus sombre… Pas rassurant du tout, d’autant qu’il s’agit d’un modèle absolument neuf au déballage et fabriqué en juin 2021 ! Je ne peux donc, encore une fois, qu’être d’accord avec Grégory, et saluer vivement sa totale indépendance quant aux tests qu’il publie, à plus

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Réception de l’Epson EH-TW5820 pour un futur test PHC.FR. – – Le Blog de PHC –
  2. Test Fengmi Formovie Cinéma 2 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*