Banc d’essai: Test du caisson de basses Paradigm Monitor Sub 12 – L’avis de Ludo

TEST DU CAISSON PARADIGM MONITOR SUB12

°Construction: Single driver, acoustic suspension, built-in advanced Ultra-Class-D™ amplifier, USB port for PBK equalization, removable grille
°Amplification: 900 watts Dynamic Peak; 300 watts RMS Sustained
°Amplifier Features: Auto-on/off, soft clipping, thermal protection
°Room Correction: Paradigm Perfect Bass Kit™ (vendu en option)
°Low Pass Filter Frequency: Variable 35 Hz – 150 Hz – Bypass Option
°Low Frequency Driver: 305mm carbon-loaded polypropylene cone, Active Ridge (ART) Technology surround, 50mm 4-layer copper-clad aluminum voice coil. Two Nomex® spiders, 6.5 lb ferrite magnet, AVS™ die-cast heatsink chassis
°Low Frequency: Extension 16 Hz (DIN)
°Sub / Sat Phase Alignment: Variable 0° – 180°
°Finition: Black Ash
°Inputs: Two RCA (L/R-Mono) for L/R lineout or Sub-Out/LFE-Out of receiver/processor or other line-level source
°Produits compatibles: PT-2 Wireless Transmitter (vendu en option)
°Poids: 18.6 kg
°Dimensions HxWxD: 38.5cm × 33cm × 36.8cm

Mise en œuvre et rodage:

  • Rodage d’une centaine d’heures, alternant le Magic CD de JMR, CD basses fréquences, fichiers QOBUZ.
  • Recherche du placement idéal, à l’oreille puis avec l’aide du micro Paradigm PBK.

Le tour du propriétaire:

Afin d’améliorer les performances générales du Paradigm Monitor SUB12, j’ai lesté le caisson avec une plaque de granit et un pavé. Le gain est clairement audible, sensible sur l’impact et la réactivité, mais également sur le net recul des micro vibrations/mouvements du Paradigm SUB 12.

717065SUB12

841763SUB122

La calibration externe PBK:

Après avoir installé le logiciel PBK fourni dans la boite par le fabricant, vous n’aurez rien d’autre à faire que de relier le micro au PC par le câble USB inclus.
Une fois positionné le micro sur son trépied à votre position d’écoute principale (en respectant bien la hauteur précise de vos oreilles), vous pouvez lancer la procédure de calibration du caisson. Personnellement, j’ai « joué » sur la hauteur du micro sur les trois dernières positions où j’ai baissé de 20cm par rapport aux autres points de mesure.
Cette méthode m’a permis d’améliorer le rendu des basses de belle manière, rendant le bas du spectre plus précis et plus physique.
Après avoir effectué les mesures, vous pourrez vérifier le travail fait par le PBK et, soit choisir d’injecter la correction automatique calculée soit de la retoucher en manuel avant l’upload.
Annotation: le PBK ne gère pas la distance du caisson, il faut donc la régler dans le menu de votre intégré avant de procéder à la calibration.

bloggif_572fa13396896

bloggif_572fa13d30ece

Les écoutes:

Les matériels couplés:
Sources: Clé USB (avec fichiers FLAC Qobuz), Oppo BDT-101CI pour les CD et Blu-Ray, Spotify (par spotify connect).
Câbles: enceintes, sub, secteur et analogique en JSV Audio. Câbles optique, coaxial Oehlbach. Oehlbach Powersocket 907 sur secteur JSV Audio.
Les enceintes: Pack Dali Opticon, Pack Magnat Shadow.
Les intégrés: BC Acoustique EX-222.1, Yamaha RX-A2050, Arcam AVR550.

L’expérience musicale:

681724CDMONITORSUB12

J’annonce d’emblée que ce caisson Paradigm Monitor SUB12 une fois rodé et bien positionné donne d’excellents résultats, et ce en stéréo sur les écoutes musicales ou en multicanal pour les sessions cinéphiles.
Le fait « d’alourdir » le caisson apporte un réel GAP au rendu. Les basses s’en trouvent plus rapides, plus physiques et descendent plus proprement.
N’hésitez pas à poser du poids au sommet de ce caisson Paradigm SUB 12.
Le positionnement du caisson de par son coffret clos, est bien moins compliqué, que sur des homologues équipés d’un évent de décompression.
Cependant, il faut tout de même laisser « de l’air » derrière lui. Une distance de + ou – 30/35 cm est l’écartement qui donne les meilleurs résultats chez moi. Il faudra certainement peaufiner cela, chez vous, à l’oreille, et aux prises de mesures par le kit PBK du fabricant Paradigm.

Le caisson est somme tout assez sensible à la qualité du câble LFE le reliant à l’intégré officiant, mais également à ceux de type analogique si vous l’utilisez avec cette liaison.
Personnellement, ce sont les câbles subwoofer de chez Atlas Câbles ou de chez JSV Audio qui m’ont donné les meilleurs résultats. J’ai gardé les JSV Audio pour les essais.
Pour conclure ce premier chapitre, j’écris que le caisson seul, sans calibration PBK, est un caisson fortement attachant.
Une fois passé le caisson Paradigm Monitor SUB12 entre les mains du PBK, ses performances, son rendu lui-même, son « fondu » dans la pièce, gagnent incontestablement en stature. Au final, vu le prix du kit PBK par rapport à celui du subwoofer, il m’apparait comme une option qui n’est pas si onéreuse que ça, surtout une fois constaté l’écart des prestations offertes par le caisson post calibration.

Le test a commencé par les écoutes musicales en 2.1 (pour les intégrés cinéphiles, les enceintes ont été coupées à 80Hz, puis 60Hz, pour finir à 40Hz, sur chaque morceau), et sur tous les titres passés, quel qu’en soit le style, il n’y a pas vraiment matière à redire sur les performances du caisson.

Il fut tout à fait capable de nuances et de rapidité sur les peaux de l’album d’OLATUNJI, tout comme il était d’une véracité, d’une puissante tenue dans l’impact, ou les différenciations des basses sur les CD de CHRISITINE AND THE QUEEN ou THE AVANER. LONDON GRAMMAR et ASGEÏR donnèrent leur lot de jolies prouesses et d’accompagnements sur les octaves basses, n’oubliant pas la lisibilité et l’articulation au milieu du niveau de grave de certains titres.
Ceux demandant un peu plus de discernement et de réalisme, comme pour LED ZEP’ ou HERBIE HANCOCK, passèrent le test avec aisance et sans sourciller, avec une mention spéciale pour ceux-là, quant à la cohérence frontale-caisson.
Mais ce sont bien les peaux d’OLATUNJI, qui ramassèrent (haut la main) la médaille d’or sur la sensation de réalité des frappes, des nuances si complexes qu’imposent ce genre d’instrument.
EVANESCENCE, en plus des qualités ressenties auparavant, se pare d’une profondeur de rendu rarement entendue sur des caissons de cette gamme tarifaire. Je précise cependant que sans EQ PBK, cet effet de profondeur est nettement moindre.

Lorsque utilisé sur l’intégré stéréo de chez BC ACOUSTIQUE, la musicalité du caisson se targue d’un tout autre niveau que sur le YAMAHA RX-A2050, ou même sur l’ARCAM AVR550 (sans DIRAC activé !). Ce qui prouve que ce caisson Paradigm MONITOR SUB12 peut s’utiliser sur des systèmes audiophiles de petite/moyenne gamme.

Enfin, et bien que fort bon sur son action, le kit PBK reste en deçà de ce que propose et de ce que réalise la calibration DIRAC de l’AVR550. Ce dernier décuple encore mieux le caisson canadien, mais celui-ci s’efface littéralement de sa position physique, c’est tout bonnement bluffant!

Concernant « la signature » du caisson, il faut bien prendre en compte que celui-ci est clos, ce qui donne des basses fréquences certes présentes, mais moins élevées en niveau que s’il était pourvu d’un évent (attention, je ne dis pas qu’il n’est pas possible d’avoir du niveau, j’écris bien qu’il sera juste moindre, de par sa conception de coffret).
Ce qui n’est aucunement discriminant, loin de là même car ce choix du fabricant canadien fait que le caisson est bien plus probant musicalement parlant. Je dirai que pour qui écoute son système, sur autant de musique qu’il ne regarde de film, ou concert… Un caisson clos prend toute sa mesure.

L’expérience cinéphile:

713917BRMONITORSUB12

Pour les essais sur les films, j’ai choisi des bandes sons tonitruantes mais surtout des Blu-ray au canal LFE connu et reconnu comme étant démonstratif…

Je ne vais pas énumérer les films passés un par un car en toute honnêteté il n’y a pas grand-chose à écrire hormis que le PARADIGM MONITOR SUB12 V7 sortira indemne sur n’importe quelle bande son, aussi joueuse soit elle. L’auditeur lui… En prendra pour son grade, s’il n’a pas réglé son caisson comme il faut!

En effet, malgré une amplification moins puissante que chez certains, si le niveau n’est pas étalonné et s’il dépasse la norme en vigueur, les basses prendront le dessus sur le reste du spectre facilement. Ce qui serait dommage, tant il est capable de belles performances une fois bien mis en œuvre.

Pour un caisson clos, je trouve que la descente dans le grave ne perd pas trop en niveau, sa présence s’entend et se ressent sur chaque film visionné, sans en faire trop comme c’est parfois le cas sur les caissons bass reflex. Certains pourraient trouver à redire sur ce point s’ils sont habitués aux basses plus ronflantes d’un bass reflex. Mais après un temps d’adaptation, il est plus que probable qu’ils s’accorderont à dire que le clos, dans ses avantages, a bien celui de ressortir un bas du spectre plus net, plus tendu et plus précis.
L’articulation, la lisibilité des différents degrés des basses restituées, font parties des points forts incontestables de ce caisson. Particulièrement audible sur PACIFIC RIM et TRON LEGACY (où la BO de DAFT PUNK n’est pas si simple à retranscrire en plus du reste de la bande son) où le subwoofer est plus qu’omniprésent, il y a foule de micro basses, de micro détails sur lesquels les ingénieurs sons ont choisi le canal LFE comme soutien.
NEED FOR SPEED, OBLIVION ou le dernier TERMINATOR, ne font qu’appuyer un peu plus mon sentiment que ce caisson en a dans le ventre et que sa musculature n’est pas que démonstrative, il y a aussi un cerveau fort en analyse et discernement.

Pour finir j’attendais ce caisson au tournant avec EDGE OFF TOMMOROW, plus particulièrement sur sa première minute qui a juste un grave démentiel, et qui a fait plier l’échine de quelques caissons passés chez moi; et là, surprise(s)!
°1 : Le caisson sans EQ s’affole un peu et part un peu dans tous les sens, sans toutefois talonner ou saturer
°2 : Avec l’EQ PBK, ça rentre dans l’ordre et le caisson reste bien plus stoïque à la déferlante
°3 : Avec la calibration DIRAC du ARCAM AVR550 il se paye le luxe d’avoir plus de niveau et d’impact physique. Mais pas que… Le caisson disparait et est totalement en symbiose avec les trois frontales. Encore une fois, le DIRAC enfonce le clou et creuse la distance avec les calibrations concurrentes, et comme l’ARCAM a une sortie LFE plus dynamique et puissante que le YAMAHA RX-A2050 ça ne peut qu’aider un peu plus le Paradigm MONITOR SUB12.

Attester que le fabricant a soigné le couple amplification/motorisation, qu’ils s’entendent et s’accordent parfaitement ne me pose aucun souci. Pas une fois le talonnage ou la saturation ne sont apparus. A aucun moment je ne me suis dit qu’il manquait de présence ou de tenue, à bas comme à haut volume.
Le PBK, pour sa part, améliore significativement l’ensemble des qualités que le MONITOR SUB12 rend seul, au-delà de l’EQ caisson/pièce j’entends, je parle bel et bien du rendu à proprement parlé.
Au final, il m’est impossible de ne pas conseiller de tendre une oreille attentive à ce caisson lors de vos recherches. Le prix demandé pour une finition en placage vinyle parait peut-être élevé… Mais je pense (vraiment) que l’acquéreur, devrait plus voir la somme à dépenser, comme un investissement sur les composants, les matériaux utiles aux prestations sonores.

Bilan de ce test:
J’ai aimé:

  • La tenue dans le grave en toute circonstance, démultipliée une fois calibré par le PBK !
  • La belle descente et la lisibilité du grave.
  • L’infrabasse qui sans être extrême, est présente et maitrisée.
  •  La polyvalence hifi et multicanal.
  • Le réglage de phase en continu, qui pourra en aider plus d’un.
  • Le câble secteur détachable, qui permettra de changer celui inclus si l’envie se présente.
  • La finition dans son ensemble, le choix d’un placage vinyle de qualité aidant à cette impression.
  • Les choix faits pour : le module d’amplification, le boomer (très jolie pièce !) ou la décision d’un coffret clos.

J’aurai aimé:

  • Une rigidité un soupçon supérieur.
  • La prise en compte de la distance du caisson par le PBK.

Quelques conseils ??

  •  Choisir un câble Sub ou des RCA, de bonne qualité.
  • Prendre son temps pour bien placer le caisson dans la pièce d’écoute.
  • Ne pas hésiter non plus à lester et découpler le caisson du sol.

Voilà qui finalise ce retour d’impression du caisson de la série Monitor du fabricant Canadien Paradigm.

Je vous souhaite de longues heures de plaisir avec ce caisson Paradigm Monitor SUB12.

Ludo, Juillet 2016.

Retrouvez le caisson Paradigm Monitor SUB12 au meilleur prix chez PASSION HOME CINEMA.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*