Test Epson EH-LS12000B : l’avis de Grégory.

EPSON EH-LS12000B
EPSON EH-LS12000B

C’est en 2018 qu’ont été annoncés les TW7400 et TW9400, les derniers projecteurs home cinéma à focale classique du constructeur japonais. Depuis cette date, les rumeurs allaient bon train sur la sortie d’un éventuel TW9500. Le rideau est maintenant tombé et la marque a choisi d’affubler ses deux nouvelles références du couple de lettres LS, ce qui signifie tout bonnement que ces modèles font partie de la famille des projecteurs laser. Il n’y aura pas de successeur au TW9400. Epson s’est engagé depuis plusieurs années dans les diffuseurs frontaux avec diodes laser et vous pouvez parcourir le blog à la découverte des tests récents des LS300, LS500.

Le 29 septembre 2021, la naissance des deux nouveaux haut de gamme de la marque a été officialisée. L’EH-LS11000W (White) à 4699€ et l’EH-LS12000B (Black) à 4999€. C’est donc seulement une dizaine de jours après cette annonce que je vous propose de découvrir les performances de la version anthracite dans ce nouveau banc d’essai exclusif.

De quoi s’agit-il ?

Nous parlons ici de deux projecteurs LCD de résolution native 1080p avec simulation 4K par wobulation. L’E-shift (le système de simulation 4K) est une nouvelle version qui quadruple les pixels alors qu’elle ne faisait que les doubler sur le TW9400 (avec une précision toutefois, une mise à jour logicielle récente semble avoir amplifié le niveau du wobulation du modèle à lampe).

Le traitement vidéo est amélioré ainsi que l’aide à la fluidité. L’interpolation d’images fonctionne maintenant également en 4K, ce qui n’était pas le cas sur les modèles à lampes. Les deux nouveaux appareils de la série LS sont équipés d’une gestion dynamique du Gamma pour les signaux HDR.

L’EH-LS12000B et l’EH-LS11000W d’Epson sont compatibles HDR, HLG et HDR10+. Le contraste natif du LS11000 est annoncé à 2800:1 et celui du LS12000 à 4500:1. Leur source lumineuse laser peut délivrer un contraste dynamique annoncé par le constructeur à 2 500 000:1. L’Epson EH-LS12000B offre une puissance lumineuse plus élevée (2700 lumens) que l’Epson EH-LS11000W (2500 lumens). La technologie repose sur un système hybride conjuguant laser et phosphore.

Nouveaux projecteurs laser EPSON 2021
Source lumineuse laser EPSON

Les Gamers ne sont pas oubliés car avec leurs prises HDMI 2.1 les deux nouveaux lasers sont compatibles avec les jeux 4K@120Hz de la PS5 et de la Xbox Series X. Le constructeur annonce un input lag inférieur à 20 ms.

L’un comme l’autre sont dotés d’optiques entièrement motorisées ainsi que d’un zoom optique 2,1×, d’une mise au point et d’un Lens-shift vertical et horizontal (±96,3 % verticalement et ±47,1 % horizontalement). Les deux projecteurs sont compatibles avec le logiciel de calibrage Calman et sont certifiés ISFccc.

Ces Epson sont couverts par une garantie de 60 mois ou 12000 heures (première limite atteinte !).

Note : Le LS12000B comme le LS11000W ne sont pas compatibles 3D.

Tour de l’appareil

Si le châssis du projecteur reprend le design du TW9400 il n’est pas tout à fait à l’identique. Ce dernier pesait 11,2 kg et mesurait 520‎ × 450 × 193 mm. Le 12000B a pris du poids (12,7 kg) mais garde quasiment le même encombrement (520‎ × 447 × 193 mm). C’est la couverture de la coque qui est différente sur le LS12000. Son touché est plus rugueux. Un beau logo « 4K laser light source » vient l’orner.

Test Epson EH-LS12000B
Logo 4K laser source

L’objectif est protégé par un cache coulissant électriquement à chaque allumage/extinction de l’appareil. Le LS12000 dispose d’un bloc optique entièrement motorisé. Focus, Lens-shift, zoom se pilotent à l’aide de la télécommande, le nez sur l’écran si on le souhaite (c’est parfait pour ajuster la netteté aux petits oignons). Le rapport de projection est de 1,35 – 2,84:1 ce qui offre une grande liberté dans le placement du LS12000. Concrètement pour un écran de 2m50 de base, il vous faudra un recul compris entre 3m37 et… 7m10! Amoureux de la projection moyenne et longue distance, cet Epson est fait pour vous.

Test Epson EH-LS12000B
Epson EH-LS12000B

La motorisation de l’objectif bénéficie d’un dispositif de mémoire de zoom qui vous permet après configuration de passer d’un format d’image à l’autre d’un simple appui sur la télécommande.

A l’arrière de l’appareil on trouve le panneau de connectique avec 2 prises USB 1.1 type A, 1 prise USB 2.0 type mini-B, 1 connecteur RS-232C, 1 Interface Ethernet (100 Base-TX/10 Base-T), 1 sortie Trigger, 1 prise HDMI eARC, 1 prise HDMI (HDCP 2.3). Un panneau de commandes est déporté à l’arrière de l’appareil. Une fois que tous les câbles sont branchés il est possible de les dissimuler avec un cache amovible.

Test Epson EH-LS12000B
Connectique LS12000B

La télécommande n’a pas variée d’un iota, c’est toujours le grand et large modèle propre à la marque mais qui a le bon goût de conserver un éclairage bien pratique dans le noir en cours de projection.

Test Epson EH-LS12000B
Télécommande Epson Laser EH-LS12000B

Menus

Alléluia! Enfin le constructeur a dépoussiéré le format en vignettes rectangulaire de ses anciens modèles. Le menu global prend la forme d’un grand rectangle orienté verticalement qu’il est possible de parcourir soit d’une traite, soit par thématique particulière « image, installation, affichage, fonctionnement, etc. ».

Test Epson EH-LS12000B
Menus epson EH-LS12000B

Pour la partie image et configuration d’usine, la marque nous propose les options « dynamique, vif, cinéma lumineux, cinéma et naturel ».

Test Epson EH-LS12000B
Différents modes images Epson EH-LS12000B

Chacune est éditable, il est possible de corriger la luminosité, le contraste, les niveaux RVB (Gain et Bias), le Gamma à l’aide d’un éditeur dédié ainsi que la puissance lumineuse du laser (50 % à 100 % par palier de 5%) et la gestion dynamique du laser pour amplifier le contraste (désactivée, normal ou haute vitesse). Deux Gamut sont disponibles, 1 SDR et un rec.2020. Un CMS sur 3 dimensions est également présent. Tout ceci approche de la perfection que tout amoureux de la projection à domicile attend afin de calibrer finement son image. Hélas, les menus viennent se placer dans le champ de mesures de la sonde et rendent plus compliqués les relevés et corrections à apporter.

A noter la présence d’une option Gamma dynamique destiné à la reproduction des sources HDR, HLG ou HDR10+.

Le traitement vidéo dispose d’un mode « super résolution » pour améliorer la netteté de l’image. On peut choisir de l’activer suivant 5 paliers prédéfinis en usine ou alors de l’ajuster précisément soi-même.

Test Epson EH-LS12000B
Menu amélioration image

D’autres options de réglages spécifiques à Epson sont empruntées aux TW9400/TW7400 telle la gestion de l’alignement des panneaux.

Enfin pour les Gamers, un EDID HMDI permet de sélectionner la fréquence de sortie jusqu’au 4K 120hz à 40Gbps.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement :

A 50 cm de l’appareil je relève avec le laser à pleine puissance (100%) 38,6 dB. En abaissant le niveau à 75 % le sonomètre affiche 33,9 dB puis 31 dB à 50 %. LS12000B dans ces conditions rentre dans le club très privé des diffuseurs frontaux les plus discrets. Le bon compromis entre dynamique d’image et discrétion de fonctionnement revient à placer le laser à 75 %.

Consommation électrique :

Seconde surprise agréable, le nouvel Epson apparaît comme un ascète de la consommation électrique. Je relève successivement 143,6W (50% de laser), 188,3W (75 % de laser) et enfin 249,9W (100%), loin des 302W annoncés par le constructeur à pleine puissance.

Netteté et piqué :

1080p avec simulation 4K par wobulation X4 (EH-LS12000) contre 1080p avec simulation 4K par wobulation X2 (EH-TW9400). Est-il possible de voir la différence ? J’avoue qu’en l’absence d’une comparaison directe il m’est difficile de répondre.

En utilisant la mire d’overscan et de netteté 4K de la suite d’Avsforums, il est possible de constater que les chiffres présents sur la rangée supérieure de l’image sont reproduits avec une grande précision sans aucun effet de flou.

L’analyse de rectangles permet d’obtenir la reproduction de toutes les lignes de ceux de la rangée centrale à l’exception des deux les plus éloignés. Cela reste donc de la simulation 4K.

Les résultats visuels de la 4K simulés d’Epson sont difficiles à différencier de ceux de la même image projetée sur un projecteur 4K natif (Sony VPL-VW590ES).

Le mode super résolution peut être activé pour augmenter la sensation de piqué. Je vous conseille de désactiver les réducteurs de bruit et de vous limiter au maximum au 2ème niveau pour conserver le naturel de l’image.

Fluidité :

L’interpolation d’images disponible sur les TW9400 et TW7400 a été l’objet de nombreuses critiques. La première concernait son absence de prise en charge des signaux 4K HDR et la seconde son imprécision notable avec un résultat difficilement supportable.

Le LS12000B embarque une nouvelle électronique qui permet à l’aide à la fluidité d’être active pour les sources 1080p et 4K (c’est le minimum syndical pour un appareil qui porte fièrement le logo 4K, vous en conviendrez avec moi!).

Test Epson EH-LS12000B
Mire de fluidité 4K

Je lui ai donc donné à restituer la parade horizontale des piments disponible sur le disque UHD Blu-ray de Spears and Munsils. Avec ce travelling horizontal les objets en mouvements sont correctement reproduits (sans déformation ou ralentissement) à partir des niveaux « moyen et haut » de l’interpolation d’images. Le judder reste présent en désactivant cette option et aussi dans le mode « bas ».

En 1080p24, le travelling de la course de la jeune Wonder Woman est reproduit sans aucune trace de judder. Pour le coup, l’activation de l’interpolation d’images dépendra de vos goûts personnels et ne sera pas une obligation comme pour les DLP qui transforment tout en 60hz.

Input lag :

Test Epson EH-LS12000B
Input lag mode fin

Le LS12000 affiche un input lag de 141,8 ms avec les panneaux LCD travaillant en mode « fine ». Or, développé pour les nouvelles consoles avec ses prises HDMI 2.1 compatibles 120hz, il comporte une sélection « fast » réduisant le retard à un exceptionnel 19,4 ms. Ce résultat est conforme aux annonces du constructeur et permet à ce nouveau modèle d’être particulièrement intéressant pour s’adonner à des jeux vidéo en réseau sur très grand écran.

Test Epson EH-LS12000B
Input lag mode fast

Overscan et shading :

Le gros avantage d’un projecteur LCD sur la production DLP actuelle c’est la certitude de l’absence totale d’effet arc-en-ciel mais c’est surtout la garantie de n’avoir pas cette bande grise lumineuse autour de l’image (puce DMD 0,47). Le pourtour de l’image est noir et reste noir.

Test Epson EH-LS12000B
Overscan

L’analyse de la présence d’un éventuel rognage qui serait effectué par le traitement vidéo du projecteur ne relève aucun défaut comme l’atteste la mire d’overscan jointe.

Enfin, la recherche de dérives colorées sur fonds clairs propres aux projecteurs LCD s’est avérée négative.

Speckle laser :

J’avais peu de crainte sur la présence de speckle sur l’image du LS12000, car ce défaut propre aux projecteurs laser est amenuisé ou bien plus souvent totalement absent sur les combinaisons hybride avec roue au phosphore, ce qui est le cas du nouvel Epson.

Colorimétrie, luminosité et contraste :

Ceux qui connaissent les projecteurs de la marque japonaise fonceront sur le mode naturel pour s’assurer un résultat correct sans être obligés à passer de fastidieuses heures de réglages ou de calibrage. Ils n’auront pas tort car c’est encore une fois le cas. Le nouveau laser offre en sortie de boîte un Gamut proche des références HDTV avec des primaires et secondaires bien ajustées. La température de couleurs est de 6217K avec un écart deltaE limité à 3,46 et un Gamma un peu faible placé à 2,04.

S’agissant d’un modèle de présérie je comparerai avec la version du commerce à réception. Dans l’attente, ma recommandation est le choix du mode naturel tout en positionnant le curseur de l’éditeur de Gamma à -1 pour le faire repasser à 2.2.

Pour les programmes HDR, le mode Cinéma lumineux à ma préférence. Conjugué à une bonne gestion du Gamma EOTF il permet de donner le juste niveau de luminosité aux films et séries. La gestion du Gamma est dynamique par le biais d’un réglage dédié dont l’intervention est ajustable sur plusieurs niveaux de puissance. Il s’agit donc bien d’un Dynamic Tone Mapping (DTM). Il détecte l’histogramme de gradation de l’entrée vidéo et égalise sa distribution. Par l’exécution de ce processus, pour chaque trame, l’expression de gradation optimale est automatiquement fournie

Test Epson EH-LS12000B
Espace couleurs rec.2020

Si les 2700 lumens annoncés par le constructeur sont présents dans le mode « dynamique » il faudra se « contenter » de 1800 lumens avec des couleurs justes et 100 % de la puissance du laser. Cette valeur passe à 1337 lumens à 75 %. Dans ces conditions le LS12000B est capable de diffuser une image HDR en conservant 26 fL de luminance sur un écran au format 16/9ème de 3m38 de base (100 % de puissance).

Test Epson EH-LS12000B

Le contraste natif est légèrement en recul par rapport à celui du TW9400 : 3287:1 pour le laser contre 3782:1 pour le modèle à lampe. C’est visuellement imperceptible.

Contrairement au TW9400 qui était équipé d’un iris mécanique, la gestion de la puissance du flux lumineux se fait en temps réel par le projecteur en modulant le laser. Cette solution est particulièrement bien menée par le LS12000B. Il arrive à densifier encore plus les noirs sans avoir une perception notable de la dynamique au détriment des éléments lumineux de l’image. Mon conseil : si le contraste natif du nouvel Epson est déjà bon pour un projecteur LCD, usez et abusez du contraste dynamique.

Verdict subjectif

SDR 1080p, 4K HDR, le LS12000B s’est régalé de tous les extraits donnés à projeter. Scènes de jour, scènes de nuit, scènes mixtes, travellings rapides et j’en passe, rien ne lui fait peur. En liaison avec mon écran ALR Vividstorm de 110 pouces de diagonale, le spectacle en pièce de vie n’a rien à envier aux meilleures salles de cinéma.

Les noirs sont denses et profonds, la précision d’image et la fluidité sont au rendez-vous et les couleurs sont superbes. Cet enchantement visuel n’est nullement perturbé par le bruit de la ventilation.

Spectre 4K HDR
Jolt 1080p

J’ai effectué un petit montage vidéo sur 3 types de scènes différentes, mixte (Star Trek 1080p), sombre (Les chemins de la perdition 1080p) et lumineuse (Spectre 4K HDR). Vous le trouverez ci-dessous :

Conclusion

Au final, je recommande chaudement l’achat de ce modèle face aux appareils concurrents 4K natifs de JVC et SONY. Tout d’abord pour son excellent rapport qualité/prix car l’image délivrée par le LS12000B fait partie des trois meilleures actuellement disponibles sur le marché. Ensuite pour la longévité de la source lumineuse laser associée à une garantie qui vous permettra de dormir sur vos deux oreilles pendant cinq longues années de projection ou 12000 heures. Enfin, c’est un des projecteurs laser le plus silencieux du marché et puis quand on le compare aux appareils concurrents D-ila ou SXRD il reste quand même plus petit et plus facile à positionner.

Pour toutes ses qualités le nouvel Epson se voit décerné un Gold Award et me voilà impatient de recevoir mon exemplaire du commerce pour confirmer cet enthousiasme.

J’ai aimé :

– La source lumineuse laser,

– La colorimétrie en sortie de boîte,

– La fluidité,

– L’input lag,

– La luminosité,

– Le contraste,

– Les menus hyper complets,

– La discrétion de fonctionnement.

Je regrette :

– ……….

Test Epson EH-LS12000B
Epson EH-LS12000B

ENGLISH VERSION

TEST EPSON EH-LS12000B

It was in 2018 that the TW7400 and TW9400 were announced, the latest classic focal length home cinema projectors from the Japanese manufacturer. Since then, rumors were flying about the release of a possible TW9500. The curtain has now fallen and the brand has chosen to label its two new references with the LS couple of letters, which simply means that these models are part of the laser projector family. There will be no successor to the TW9400. Epson has been involved in front diffusers with laser diodes for several years and you can browse the blog to discover the recent tests of the LS300, LS500.

On September 29, 2021, the birth of the brand’s two new top-of-the-line models was made official. The EH-LS11000W (White) at 4699€ and the EH-LS12000B (Black) at 4999€. It’s only ten days after this announcement that I propose you to discover the performances of the anthracite version in this new exclusive test bench.

What is it about?

We’re talking about two 1080p native resolution LCD projectors with 4K simulation via wobulation. The E-shift (the 4K simulation system) is a new version that quadruples the pixels whereas it only doubled them on the TW9400 (with one caveat though, a recent software update seems to have amplified the wobulation level of the lamp model).

Video processing is improved as well as smoothness support. Image interpolation now also works in 4K, which was not the case with the lamp models. Both new LS series units are equipped with dynamic gamma management for HDR signals.

The Epson EH-LS12000B and EH-LS11000W are HDR, HLG and HDR10+ compatible. The native contrast of the LS11000 is announced at 2800:1 and that of the LS12000 at 4500:1. Their laser light source can deliver a dynamic contrast announced by the manufacturer at 2 500 000:1. The Epson EH-LS12000B offers a higher light output (2700 lumens) than the Epson EH-LS11000W (2500 lumens). The technology is based on a hybrid system combining laser and phosphor.

Nouveaux projecteurs laser EPSON 2021
Source lumineuse laser EPSON

Gamers are not forgotten because with their HDMI 2.1 sockets the two new lasers are compatible with 4K@120Hz games on the PS5 and Xbox Series X. The manufacturer announces an input lag lower than 20 ms.

Both projectors feature fully motorized optics as well as 2.1× optical zoom, focus, and vertical and horizontal lens shift (±96.3% vertically and ±47.1% horizontally). Both projectors are compatible with Calman calibration software and are ISFccc certified.

These Epson are covered by a 60 months or 12000 hours warranty (first limit reached!).

Note: Both the LS12000B and LS11000W are not 3D compatible.

Look of the device

While the projector’s chassis follows the design of the TW9400, it is not quite the same. The latter weighed 11.2 kg and measured 520 × 450 × 193 mm. The 12000B has gained weight (12.7 kg) but keeps almost the same size (520 × 447 × 193 mm). The LS12000 has a different shell covering. Its touch is rougher. A nice logo « 4K laser light source » comes to decorate it.

Test Epson EH-LS12000B
Logo 4K laser source

The lens is protected by an electrically sliding lens cover that slides on and off each time the camera is turned on. The LS12000 has a fully motorized optical unit. Focus, Lens-shift, zoom are controlled with the remote control, with the nose on the screen if you wish (it’s perfect to adjust the sharpness). The projection ratio is 1.35 – 2.84:1 which offers a great freedom in the placement of the LS12000. Concretely, for a 2m50 screen, you will need a distance between 3m37 and… 7m10! Lovers of medium and long distance projection, this Epson is made for you.

Test Epson EH-LS12000B
Epson EH-LS12000B

The lens drive has a zoom memory feature that allows you to switch from one aspect ratio to another at the touch of a button.

On the back of the unit, there is a connector panel with 2 USB 1.1 type A sockets, 1 USB 2.0 mini-B socket, 1 RS-232C connector, 1 Ethernet interface (100 Base-TX/10 Base-T), 1 Trigger output, 1 HDMI eARC socket, 1 HDMI socket (HDCP 2.3). A control panel is located on the back of the unit. Once all cables are connected, they can be hidden with a removable cover.

Test Epson EH-LS12000B
Connectique LS12000B

The remote control has not changed one iota, it’s still the big and wide model of the brand but it has the good taste to keep a very practical lighting in the dark during projection.

Test Epson EH-LS12000B
Télécommande Epson Laser EH-LS12000B

Menus

Hallelujah! Finally, Epson has dusted off the rectangular thumbnail format of its old models. The global menu takes the form of a large vertically oriented rectangle that can be browsed either in one go or by particular theme « image, installation, display, operation, etc. ».

Test Epson EH-LS12000B
Menus epson EH-LS12000B

For the image part and factory configuration, the brand offers us the « dynamic, vivid, bright cinema, cinema and natural » options.

Test Epson EH-LS12000B
Différents modes images Epson EH-LS12000B

Each one is editable, it is possible to correct the brightness, the contrast, the RGB levels (Gain and Bias), the Gamma using a dedicated editor as well as the laser light power (50% to 100% in 5% steps) and the dynamic management of the laser to amplify the contrast (disabled, normal or high speed). Two Gamut are available, 1 SDR and 1 rec.2020. A CMS on 3 dimensions is also present. All this approaches the perfection that every home projection lover expects in order to finely calibrate his image. However, the menus are placed in the measurement field of the probe and make it more complicated to read and correct.

Note the presence of a Dynamic Gamma option for the reproduction of HDR, HLG or HDR10+ sources.

The video processing has a « super resolution » mode to improve the sharpness of the image. You can choose to activate it in 5 factory preset steps or adjust it yourself.

Test Epson EH-LS12000B
Menu amélioration image

Other adjustment options specific to Epson are borrowed from the TW9400/TW7400 such as panel alignment management.

Finally, for gamers, an EDID HMDI allows you to select the output frequency up to 4K 120hz at 40Gbps.

Technical verdict

Operating noise :

At 50 cm from the device I read 38.6 dB with the laser at full power (100%). Lowering the level to 75% the sound level meter shows 33.9 dB then 31 dB at 50%. LS12000B in these conditions enters the very private club of the most discreet front diffusers. The right compromise between image dynamics and operating discretion is to set the laser at 75%.

Power consumption :

Second pleasant surprise, the new Epson appears as an ascetic of power consumption. I successively read 143,6W (50% laser), 188,3W (75% laser) and finally 249,9W (100%), far from the 302W announced by the manufacturer at full power.

Sharpness and sharpness :

1080p with X4 wobble simulation (EH-LS12000) versus 1080p with X2 wobble simulation (EH-TW9400). Is it possible to see the difference? I admit that without a direct comparison it is difficult for me to answer.

Using the 4K overscan and sharpening test pattern from the Avsforums suite, it is possible to see that the numbers in the top row of the image are reproduced with great accuracy without any blurring effects.

The analysis of rectangles allows to obtain the reproduction of all the lines ofthose of the central row except the two farthest. This is still a 4K simulation.

The visual results of Epson’s simulated 4K are difficult to differentiate from the same image projected on a native 4K projector (Sony VPL-VW590ES).

The super resolution mode can be activated to increase the sensation of sharpness. I advise you to deactivate the noise reducers and to limit yourself to the 2nd level to keep the naturalness of the image.

Fluidity :

The image interpolation available on the TW9400 and TW7400 has been the subject of much criticism. The first was its lack of support for 4K HDR signals and the second was its noticeable inaccuracy with a result that was difficult to bear.

The LS12000B has new electronics that allow the smoothness aid to be active for 1080p and 4K sources (which is the bare minimum for a device that proudly wears the 4K logo, you’ll agree with me!)

Test Epson EH-LS12000B
Mire de fluidité 4K

So I gave it to render the horizontal chili parade available on the Spears and Munsils UHD Blu-ray disc. With this horizontal dolly the moving objects are correctly reproduced (without distortion or slowing down) from the « medium and high » levels of the frame interpolation. The judder is still present when deactivating this option and also in the « low » mode.

In 1080p24, the tracking of the young Wonder Woman’s race is reproduced without any trace of judder. For the time being, enabling frame interpolation will depend on your personal taste and will not be a requirement as it is with DLP’s that turn everything into 60hz.

Input lag :

Test Epson EH-LS12000B
Input lag mode fin

The LS12000 has an input lag of 141.8ms with the LCD panels working in« fine »mode.However, developed for the new consoles with its 120hz compatible HDMI 2.1 sockets, it includes a « fast » selection reducing the delay to an exceptional 19.4 ms. This result is in accordance with the manufacturer’s announcements and allows this new model to be particularly interesting for networked video games on a very large screen.

Test Epson EH-LS12000B
Input lag mode fast

Overscan and shading :

The big advantage of an LCD projector over the current DLP production is the certainty of the total absence of rainbow effect but it is especially the guarantee of not having this luminous grey band around the image (DMD 0,47 chip). The periphery of the image is black and remains black.

Test Epson EH-LS12000B
Overscan

The analysis of the presence of any cropping carried out by the projector’s video processing does not reveal any defects, as attested to by the attached overscan test chart.

Finally, the search for colour drift on light backgrounds specific to LCD projectors proved negative.

Laser Speckle :

I had little fear on the presence of speckle on the image of the LS12000, because this defect specific to laser projectors is reduced or more often completely absent on the hybrid combinations with phosphor wheel, which is the case of the new Epson.

Colorimetry, brightness and contrast :

Those who know Epson projectors will go for the natural mode to ensure a correct result without having to spend hours of tedious adjustments or calibration. They won’t be wrong, because once again this is the case. The new laser offers out of the box a Gamut close to HDTV references with well adjusted primaries and secondaries. The color temperature is 6217K with a deltaE deviation limited to 3.46 and a slightly low Gamma placed at 2.04.

As this is a pre-production model, I will compare with the commercial version when I receive it. In the meantime, my recommendation is to choose the natural mode while positioning the slider of the Gamma editor at -1 to make it go back to 2.2.

For HDR programs, I prefer the Bright Cinema mode. Combined with a good management of the EOTF Gamma it allows to give the right level of brightness to movies and series. The Gamma management is dynamic through a dedicated setting whose intervention is adjustable on several levels of power. It is therefore a Dynamic Tone Mapping (DTM). It detects the gradation histogram of the video input and equalizes its distribution. By performing this process, for each frame, the optimal gradation expression is automatically provided

Test Epson EH-LS12000B
Espace couleurs rec.2020

If the 2700 lumens announced by the manufacturer are present in the « dynamic » mode, it will be necessary to be « satisfied » with 1800 lumens with correct colours and 100% of the laser power. This value increases to 1337 lumens at 75%. In these conditions the LS12000B is capable of broadcasting an HDR image while maintaining 26 fL of luminance on a 16:9 screen of 3m38 base (100% power).

Test Epson EH-LS12000B

The native contrast is slightly lower than that of the TW9400 : 3287:1 for the laser against 3782:1 for the lamp model. It’s visually imperceptible.

Unlike the TW9400 which was equipped with a mechanical iris, the management of the power of the luminous flux is done in real time by the projector by modulating the laser. This solution is particularly well implemented by the LS12000B. It manages to densify the blacks even more without having a noticeable perception of the dynamics to the detriment of the luminous elements of the image. My advice: if the native contrast of the new Epson is already good for an LCD projector, use and abuse the dynamic contrast.

Subjective verdict

SDR 1080p, 4K HDR, the LS12000B enjoyed all the clips given to project. Day scenes, night scenes, mixed scenes, fast dollies and so on, nothing scares it. In conjunction with my 110″ ALR Vividstorm screen, the show in the living room is as good as the best movie theaters.

Blacks are dense and deep, image precision and fluidity are there and colours are superb. This visual enchantment is not disturbed by the noise of the fan.

Spectre 4K HDR
Jolt 1080p

I did a little video editing on 3 different types of scenes, mixed (Star Trek 1080p), dark (Paths of Perdition 1080p) and bright (Spectrum 4K HDR). You can find it below :

Conclusion

In the end, I warmly recommend the purchase of this model against the competing native 4K devices from JVC and SONY. First of all for its excellent quality/price ratio because the image delivered by the LS12000B is among the three best currently available on the market. Then for the longevity of the laser light source associated with a guarantee that will allow you to sleep on your two ears for five long years of projection or 12000 hours. Finally, it is one of the quietest laser projectors on the market and when compared to competing D-ila or SXRD projectors it is still smaller and easier to position.

For all its qualities the new Epson is awarded a Gold Award and I am eager to receive my copy of the trade to confirmthis enthusiasm.

I liked :

– The laser light source,

– The colorimetry out of the box,

– Fluidity,

– Input lag,

– Brightness,

– The contrast,

– The hyper complete menus,

– Discretion in operation.

I regret :

– ……….

124 Comments

    • Aucun projecteur de premier plan n’a de fonctions similaires, voir JVC ou Sony. Un projecteur sérieux ne fait que le projecteur et laisse ces tâches à des périphériques externes. En fait, il n’a même pas d’audio intégré.

  1. Merci pour la belle critique. J’aurais aimé une vidéo pour voir à quoi ça ressemble, mais pour toute question, est-ce mieux que les anciens modèles? Le noir est-il réel ou gris foncé comme nous avons copié le précédent? Comment est le HDR avec un correcteur gamma automatique ?

  2. Merci Gregory pour cette belle critique, quelques questions, mais y a-t-il un filtre sur le côté gauche du projecteur ou est-ce un simple évent ?
    Avez-vous pu évaluer la gestion des signaux HDR dynamiques ?

  3. Super test. Merci !!
    Vraiment, vraiment, vraiment dommage qu’il ne supporte pas la 3D.
    Je cherche à remplacer mon X35 vieillissant et en dehors de ça, cet Epson cochait toutes les cases…
    frustré je suis 🙁

  4. Merci pour ce test.
    Complet comme toujours.

    Enfin une super nouveauté a focale classique qui reste accessible (même si c est le haut de la fourchette…) comparé aux Sony ou Jvc
    Je n ai jamais utilisé la 3d, trop inconfortable, ce point n est pas dérangeant pour moi.

    Merci encore

  5. Merci pour ce premier test Francophone sur le modèle le plus attendu, au regard de ses performances.
    Un Gold Award bien mérité au regard donc de ses qualités et de son rapport/qualité prix, pour un laser.
    Sinon, effectivement, bien que la 3D soit en perte de vitesse ( et pourtant tous les films en IMAX sortent en salle, en 3D ), il aurait été bien de pouvoir perdurer les Blurays 3D que chacun possèdent dans leur bibliothèque.
    Peut être une mise à jour, d’autant plus que tous les concurrents 4K le permettent.

    • Bonsoir Gregory,
      Merci pour cette excellente présentation.
      Pour une installation en pièce de vie sur une base de 2.35 m quel type de toile serait à privilégier ?

  6. Bonjour Gregory
    Y a-t-il un filtre à poussières sur ces modèles ?
    Il viendrait, l’un ou l’autre, en prochain remplacement de mon EH-TW7200 en pièce de vie avec écran technique. C’est mon unique moyen de visualisation (plus de tv) donc quid de l’utilisation en journée ? La luminosité / contraste sont-ils suffisant pour (par exemple) regarder des événements sportifs ou des émissions sans devoir faire le noir complet ?
    Bruno

    • Petit complément : que couvre la garantie de 5ans ? La totalité du projecteur ou seulement certaines parties (laser,etc…)
      Ayant eu à renvoyer mon 7200 juste avant l’expiration de la garantie pour un souci de ventilateur, cela peut avoir son importance
      Merci

    • Pour la projection en pièce de vie et en plus en journée, le meilleur projecteur du marché ne suffirait même pas seul, il faut aussi un écran technique.

  7. Merci pour le test.
    Point négatif : l’absence de 3D qui mériterait d’être mentionné à la fin du test dans les points négatifs. Je pense à tous les cinéphiles qui possèdent une collection physique avec de nombreux 3D qui ecarteront ce modèle pour cette unique raison.

    • faut arrêter de râler à chaque fois, la 3D c’est mort, https://realorfake3d.com/
      depuis 2014 en étant gentil. C’est une mascarade des studios qui l’ont enterré en faisant trop de films à base de « fausse 3D », dévalorisant toute la techno. Aujourd’hui, quiconque est un minimum cinéphile/technophile a bien compris que s’en est fini, la preuve par tous ces modèles, même haut de gamme en TV comme en projo qui la délaisse complêtement.
      De toute façon les bluray 4k 3D n’existent pas, il n’y a donc pas d’incohérence à privilégier la résolution à la 3D. Il me semble que tous les Bluray FHD 3D ont de toute façon les pistes vidéo non 3D sur un autre disque.

      Donc non ce n’est pas un point négatif, c’est le marché actuel audiovisuel, blâmez le lui et surtout les studios pour avoir vendu de la 3D qui n’en était pas, mais pas les appareils.

    • Sur les précédents modèles Epson, la mise à jour du firmware se fait via une clé USB raccordée à l’arrière de l’appareil, donc aucun besoin de retour atelier. A mon avis il n’y a pas de raison qu’il en soit différemment sur ce nouveau modèle.

  8. Pour ma part, en dehors du prix bien trop élevé pour moi mais il en faut pour toutes les bourses, ce qui me fait réagir sera très certainement anecdotique pour la plupart d’entre vous, c’est la présence d’un port réseau 10/100 et
    même pas gigabit.
    Pour un produit à près de 5K€, il est très étonnant de voir encore ce type de chose à fin 2021.
    Heureusement qu’il semble cocher toutes les cases dont le fameux 2.1 et super input lag qui permettront aux heureux et chanceux possesseurs de consoles next gen de profiter pleinement de leur joujou.

    • La connexion réseau ne sert que pour l’intégration domotique via le protocole propriétaire ESC/VP.net, ou bien pour projeter quelques slides/photos depuis l’application mobile iProjection. Donc des utilisations anecdotiques. Dans ces applications, la vitesse du port à 10/100 Mbit/s est largement suffisante.
      Si tu pensais utiliser la liaison réseau pour lire un film, c’est raté, puisque comme rappelé dans les commentaires ci-dessus, il n’y pas de système d’exploitation intégré à cet appareil, le flux vidéo arrive dans le projecteur de façon classique via la liaison HDMI.
      En d’autres termes, la connexion réseau est inutile pour 99% des installations.

      • Tu as tout à fait raison, j’en ai pris conscience à posteriori.
        Mais vu l’écart de prix qui doit exister entre une puce 10/100 et une gigabit, leur marge ne se serait pas effondré pour autant ;-).

        • Le prix peut être, mais il y a d’autres facteurs qui influent dans le choix d’une puce 10/100. Notamment la consommation électrique. Alors certes la différence entre du 10/100 et du 1 Gbps doit être de l’ordre du watt, donc autant dire pas grand chose, mais :
          – multiplié par le nombre d’unités vendues dans le monde, ça finir par faire beaucoup… et on parle suffisamment d’écologie depuis quelques années pour le comprendre
          – ça permet de rentrer dans les objectifs de consommation imposés par les gouvernements pour les appareils en veille.
          Déjà que le simple faire d’activer la connectivité réseau fait sortir des 0.5 W maxi imposés, l’utilisation du 10/100 permet de limiter les dégâts par rapport à du gigabit (ou pire, du Wi-Fi).
          En tout cas ce choix du 10/100 est encore relativement fréquent dans de nombreux appareils connectés qui n’ont pas besoin de performance, même sortis en 2021 (en tout cas pour ceux qui ont conservé de l’Ethernet, dans tous les cas moins consommateur que le Wi-Fi)

          Pour info, mon Epson 9300 avec réseau actif (100 Mbps) consomme 2.3 Watts en veille.
          Et 230 Watts en fonctionnement, ce qui me permet de sortir du HS et revenir sur le sujet de l’article, je salue la consommation réduite de ce nouveau modèle laser comparé au modèle à lampe.

  9. Encore une fois, un test exclusif et enthousiasmant, comme d’habitude je devrais dire, encore merci, à plus, Franck (josscreen)

  10. Pour comparaison avec l’Acer VL7860:

    – Est-ce que la gestion dynamique du laser est aussi disponible si on règle de base la luminosité à un certain niveau, commme par exemple 75% ? Sur l’Acer, elle n’est pas disponbile dans ce cas
    – Est-ce que l’activation de l’iris dynamique (par variation de l’intensité du laser) change la température des couleurs ? J’ai remarqué que quand l’iris n’est pas mécanique (comme sur l’Acer), la colorimétrie change quand la variation dynamique de l’intensité du laser est activée.

  11. bonjour

    merci pour le test!!,
    le VP est pas parfait, pas de 3D par ex.. la question de Paul au dessus sur la dynamique des signaux HDR ?
    pour le reste beaucoup attendait ce VP , epson n’a jamais déçu ,laser, peu bruyant, il arrose les grandes bases, gamut intéressant.. pas d’aec
    le prix reste élevé mais contenu en comparaison au 590ES et ses panneaux SXDR..

  12. Bonjour et merci pour toutes ces questions matinales, je tiens également à remercier chaleureusement mon camarade cattod pour son aide du week-end.

    Je vais répondre en vrac, pour certaines questions comme le Gamma dynamique par exemple, je suis en attente de la réponse d’Epson à mes questions techniques et je modifierai le banc d’essai avec ces compléments.

    – Pour la 3D, vous savez que je m’en tamponne le coquillard et donc je ne peux pas, à titre personnel, le positionner comme un défaut, au contraire ça entérine bien la mort du format,

    – Pour les mises à jour, elles se font à domicile par internet,

    – La gestion dynamique du contraste reste disponible à n’importe quel niveau de puissance du laser,

    – Toujours pour le contraste dynamique, il n’a pas d’impact sur la température de couleurs,

    – Pas de filtre à poussière dans les accessoires du projecteur mais j’attends une réponse d’Epson à ce sujet,

    – Pour celui qui me demande une vidéo de l’image du LS12000B (bader), je l’invite à bien relire le banc d’essai,

    Précision EPSON France table sur une disponibilité des projecteurs en petite quantité en novembre 2021.

    Je complèterai au fur et à mesure.

    • Pour la garantie, c’est 5 ans sur l’appareil ou 12000 heures (première limite atteinte), donc si c’est sur l’appareil pour moi il s’agit de tous les éléments du projecteur, laser compris mais j’ai demandé confirmation au fabricant.

  13. Did you see/use an LS10x00 in the past?
    Regarding black level performance: would you say that the LS12000B match or even exceed the previous LS10x00 with reflective LCD panels?

  14. Bonjour Grégory et un grand merci pour la primeur de ce superbe test ?
    Est-il possible d’avoir le niveau de noir du projo ? Tu le marques dans d’autres tests. As tu peux effectuer une mesure du contraste ANSI ?

    • Bonjour ludivinils,

      Le niveau de noir est mesuré en fL. Il n’y aura pas de mesure de contraste ANSI, ça n’a aucun sens dans une pièce de vie comme la mienne. Le contraste ANSI se mesure dans une salle dédiée dans laquelle le contrôle de lumière est réalisé.

  15. Bonjour, merci pour le test, du coup je suis assez intéressé par ce VP. 2 petites questions pour une installation en pièce de vie :
    – pas de pb de faisceau laser si un enfant regarde l’optique en cours de visionnage ?
    – possibilité de le positionner au plafond sans le retourner ?
    Merci d’avance

    • Avec son large Lens-shift oui c’est possible (plafond sans le retourner) sur une plaque.

      Quel que soit le projecteur on ne regarde pas dans l’optique en cours de projection.

  16. Merci pour ce super test Greg!
    Je suis un peu surpris du gamut. Etant donné que c’est un laser + roue au phosphore, je m’attendais à mieux que 60% sur le 2020. Une idée?

  17. Bonsoir, es que la netteté ne varie pas lors de la projection du film ?
    c’est à dire es qu’il faut refaire le point quand le projecteur est bien chaud pour conserver une image bien nette ?

  18. Bonjour et merci infiniment Gregory pour ce superbe Test encore une fois !
    Aurais-tu des nouvelles sur le milieu de gamme toujours chez Epson qui remplacerait les modèles EH-TW7000/7100. En espérant fortement qu’ils gardent la même coque pour faciliter mon installation. Merci par avance 😉

  19. Merci pour le test.
    Ces nouveaux projos Epson semblent être bien nés (même si un peu chers à mon goût et si je ne comprends pas cet écart de tarifs entre les 2 modèles) .
    Y a-t-il un écart significatif par rapport au TW9400 et les plus de 2000€ d’écart minimum te semblent-ils justifiés ?

    • L’interpolation d’images en amélioration et 4K, source lumineuse laser (démarrage et arrêt immédiats), input lag amélioré, prises HDMI 2.1 et support 120hz 4K. Voici les explications du surcoût tarifaire.

      • Oui j’ai bien noté les avantages de ces nouveaux modèles par rapport au 9400 mais les 2000-2500€ de plus sont-ils réellement justifiés ?
        D’autre part, j’ai du mal à saisir le positionnement tarifaire des 2 nouveaux modèles et l’écart relativement faible de 300€ ?! Autant aller directement vers le LS12000B .
        Quoi qu’il en soit, ça semble très prometteur et j’imagine qu’on va pouvoir les toucher à moins de 4000€ voire 3500-3700 en tarif négocié ; )

        • Personnellement s’il pouvait être moins cher ce serait top mais les options ajoutées sur le LS12000B faisaient défaut sur le 9400. Effectivement le LS11000B risque d’avoir du mal face à son grand frère mais là encore j’attendrai son test avant de conclure définitivement.

          • Une dernière chose.
            Même s’il était « bridé », le module HDMI wireless du 9400W était un vrai plus.
            Existe-t-il un équivalent actuel en 4K/UHD HDR 60 hz voire plus ?

  20. Et par rapport à ton coup de coeur d’il y a quasi deux ans; le LG CineBeam HU70LS.
    Dans cet epson, on boxe vraiment dans une autre catégorie qui justifie l’écart de prix ?
    Merci par avance et top pr tous ces test, et le site de manière générale.

  21. une question supplémentaire, il y a t’il beaucoup de différence, entre le modèle de présérie et le modèle commercial, d’une manière général dans le monde la vidéoprojection ?
    dans l’informatique les cartes mère et processeurs envoyés aux site spécialisés, tiennent mieux les fréquences.. par ex..

    merci

    • Bonjour dam dans les deux cas tu auras droit à une image délavée, les projecteurs home cinéma même avec écran ALR ou CLR ne sont pas conçus pour de la projection à la lumière du jour.

  22. Entre le 12000 et le 11000 l’ecart de prix est faible. Différence de contraste et de couleur(l’un blanc l’autre noir) es lié au faite que l’un est destiné à une salle dédiée et l’autre au salon …??? Y A T IL d’autres différences?

  23. Hey Gregory,
    Thank you for the early review. All of us 9400 owners here were keen to find out how much better these new series will be.
    I would love to know how HDR is handled, does it go go by metadata or frame by frame. Since HDR is so common now I wonder how much better the controls are compared to the 9400.
    Also do you know by chance if the 12000 can be calibrated with 3D LUT.
    Thanks

  24. J’ai reçu les réponses d’Epson à mes questions et modifié le banc d’essai avec des informations supplémentaires :

    1. Il y aura une mise à jour dans les prochaines semaines pour la compatibilité HDR10+.

    2. Oui il y a bien un filtre à poussière (Ref : ELPAF62)

    3. La garantie de 5 ans ou 12000h couvre tout l’appareil y compris le laser.

    4. Les mises à jour s’effectuent par USB service, pas d’information pour l’instant pour des mises à jours par LAN

  25. Bonjour Grégory,

    Pourrais-tu expliquer un peu plus en détail le paragraphe suivant :
    « L’analyse de rectangles permet d’obtenir la reproduction de toutes les lignes de ceux de la rangée centrale à l’exception des deux les plus éloignés. Cela reste donc de la simulation 4K. »
    Est-ce que cela veut dire qu’il y a un défaut ou une limite à ce niveau ?

    Aussi, en sais-tu un peu plus techniquement sur la nouvelle version de wobulation x4?
    Concrètement, est-ce que cela reproduit exactement tous les pixels d’une résolution uhd et donc exactement « tout comme » ce qu’il y a sur une galette Blu-ray UHD ? (Même si je comprends que c’est un affichage en 4 fois vs. un 4k natif qui affiche tout d’un coup)
    Ou est-ce que c’est plus proche du système d’upscale qu’on peut trouver sur une TV, à savoir une sorte d’extrapolation sur la base de ce que la puce 1080p va détecter ? (Et donc avec une certaine « perte » des pixels par rapport à la source uhd utilisée)

    C’est technique mais intéressant.
    Je vois dans tes commentaires que visuellement le rendu est proche mais techniquement je voulais savoir si la restitution était au même niveau de détail.

    Encore merci à toi !

    • Sur les rectangles situés aux extrémités de la ligne centrale de la mire, il y a les plus petits motifs 4K à reproduire et ça l’Epson n’y arrive pas.
      Le résultat final est meilleur que de l’upscaling mais pas aussi bien que du 4k natif , néanmoins sur 2m50 de base je doute qu’on arrive à voir beaucoup de différence.

      • Hello Grégory,
        Merci pour la réponse. Je comprends pour le rendu
        Mais en terme de restitution pure des pixels de la vidéo Source, est-ce vraiment du un pour un ?

  26. Bonjour Gregory, merci pour ce test de superbe qualité (comme d’hab!)
    Je voulais savoir si un projecteur comme celui ci était compatible avec un écran de projection ALR-CLR plutôt dédié à être utilisé avec un UST ?
    J’ai peur que le fait de changer d’angle de projection ne renvoie pas suffisamment de luminosité
    PS : je suis dans une salle dédiée actuellement avec le Mijia 1S 4K et toile Screenpro T-Prism 150’’
    Merci d’avance de ton retour

  27. Je vois qu’il supporte 4K 120Hz par HDMI 2.1, mais est-ce qu’il supporte aussi VRR (Variable Refresh Rate) ? Ou c’est un fixe 60 Hz et 120 Hz ? Avec la technologie Pixel Shift je suppose que VRR est trop difficile, mais on peut toujours espérer.

    • J’aime beaucoup l’image JVC qui est meilleure que celle des Epson, y compris celle du LS12000B mais j’aime moins la taille de leur châssis et leurs tarifs.

  28. @Grégory:
    1. You mention that the new LS reach 86,8% of Gamut DCI-P3. In which picture modes did you measure the gamut? Is it the same coverage for it’s dynamic mode or didn’t you measure gamut coverage in dynamic mode?
    2. You did measure native and dynamic contrast. I guess this is at 0% ADL. Do you have measurements at different ADL levels?

    • Bonjour Marco, il y a uniquement 2 Gamuts (SDR et rec2020). Tu peux les sélectionner dans tous les modes images.
      Non pour la seconde question, dans le test tu as toutes mes mesures.

  29. Merci Gregory pour ce test très détaillé. Juste une petite question. La profondeur données dans les spécifications techniques c’est avec ou sans le cache cables ? Merci.

  30. Bonjour !
    Pardon de tatilloner sur le sujet de la wobulation x4, mais je n’ai pas bien compris si au final le projecteur restituait exactement l’intégralité des pixels d’une Source UHD (un pixel pour un pixel, même si affiché en 4 fois très rapidement) ou si ça décalait droite/bas/gauche/haut sans pour autant reprendre exactement ce que fournit la Source ?
    (Pas évident de formuler par écrit en étant sûr d’être clair…)
    Merci a nouveau !!

  31. Bonsoir à tous,
    Je suis sur le point d’acheter cet Epson Ls12000 dès sa sortie.
    Je m’en remets à vous tous, car depuis quelques jours déjà, je recherche une info, mais en vain. Je me dis que peut-être quelqu’un parmi vous aura la réponse.
    Ce projo requiert une liaison HDCP 2.3
    je lis des films avec un lecteur acheté en 2009 (HDMI 1.1) donc dépourvu de HDCP.
    Mon Epson, acceptera-t’il la liaison avec mon lecteur? Si oui, fera-t’il aussi l’upscale en 4K?

    • Non, il ne requiert pas, il se contente de supporter HDCP 2.3.
      La différence de terminologie est importante, puisque bien évidemment il peut fonctionner avec n’importe quelle source proposant une version inférieure ou égale à HDCP 2.3, mais également pas de HDCP du tout. Et encore heureux 🙂 Donc pas d’inquiétude à avoir de ce coté là.
      Pour info : ton lecteur de 2009 supporte probablement une version plus ancienne de HDCP, condition indispensable à la lecture des Blurays standards.

      L’upscale 4K est un autre sujet indépendant de la protection HDCP. Si c’est comme sur les générations précédentes, tu pourras l’activer à partir d’une source 1080p, même si personnellement je n’y ai jamais trouvé d’intérêt, je préfère diffuser à la définition native de la source.

      • Comme ça fait du bien d’y voir plus clair !! Il est évident que je compte changer mon lecteur avec un pareil projo, mais cet expemple me permettait de mieux comprendre le fonctionnement de cette norme. Un grand merci à vous Lazer et aussi à ce forum, qui me permettra d’acquérir un excellent HC en toute confiance.

  32. Bonjour !
    La question de Mathieu me turlupine aussi, en résumé, le résultat (pixels) sur ce projo est-il le même si ma source est en 1080p ou en UHD ?
    J’aurais besoin de savoir ceci, car si le résultat est identique, mon réseau et débit internet resteront inchangés
    Merci !

    • Merci Christian, comme je l’ai réceptionné à la suite des années laser, il y a de bonnes chances pour que son test figure dans le prochain numéro de ce magazine.

    • Oui, je peine à comprendre que la wobulation d’une matrice 1080p. avec source 4k soit meilleure qu’avec une source 1080p, pourtant « apparemment » il y en a une.
      Par manque de preuve visuelle, j’aimerais bien en trouver une sur le papier.

      • Je ne suis pas certain de la question, donc ma réponse est peut-être à coté.
        Si la source est 4k. Elle a plus de pixels. La wobulation permet de les afficher tous, alternativement. il y donc bien des détails supplémentaires donc un meilleur rendu.

        • Hello,
          Merci pour ta réponse !
          Je pense que tu as bien saisi la question.
          J’imagine comme toi, que les 4 pixels sont restitués en 4 fois,
          Mais je voulais avoir un avis, donc encore merci pour le tien
          Si quelqu’un le confirme d’un point « spéc technique » C’est parfait !

  33. Salut Greg ;

    Ca fait longtemps 🙂

    J’espère que tu vas bien.

    Merci pour ton test intéressant d’un modèle qui a pas mal de qualité 🙂

    Une question me vient naturellement après lecture de ton article et des mesures effectuées = le contraste natif somme toute assez faible (3200) ne nuit il pas trop à l’image ?

    La partie dynamique avec la gestion de la puissance du laser permet de compenser ?

    Je pose la question car en dehors du 4K non natif c’est une des seules critiques que l’on pourrait faire à ce projo en comparaison de ses confrères JVC ou Sony qui eux tournent entre 10 000 et 30 000 de contraste natif.

    Cet Epson étant intéressant notamment par sa puissance lumineuse dispo une fois calibrée non négligeable et son silence de fonctionnement (@ 75%)

    Merci d’avance pour ton retour 🙂

    Laurent (d’Annecy 😉 )

  34. Bonjour et merci pour ce test.
    Cet Epson possède-t-il un réglage de convergence des panneaux LCD? C’est son absence sur mon bon vieux sanyo z3000 qui va me faire changer… Et cet Epson me fait de l’oeil

  35. Merci pour ce super test, vous m’avez convaincu. Une question, avec ce vidéoprojecteur vous me conseiller une toile gain 1 ou gain 1.3 ? c’est pour une installation dans une salle dédié, zoom max et taille écran de base 270cm.

    Merci de votre réponse

  36. Bonjour et merci pour ces tests. Question simple : pour une salle non dédiée avec toile ALR 1.1, vous préféreriez partir sur un Sony 590 ou l’epson 12000 ? Car j’hésite entre les 2…
    Merci à vous pour votre réponse

  37. Salut Grégory.
    N’est-il pas décevant que ce projecteur n’affiche que 86 % du gamma DCI : P3 et pas plus de 90 % comme les autres modèles concurrents ?

      • par exemple le LG HU810P de LG avec 97% DCI : P3 ou même les précédents modèles EPSON qui atteignaient 100% à travers un filtre. Egalement les derniers projecteurs ultra courte focale de Samsung ou Hisense. Ma question est, y a-t-il une différence réelle entre 86% et 100% en vue ?

        • Alors le LG HU810P à un carton rouge tellement il est mauvais. Les Epson à lampe n’obtiennent un gamut élargi qu’avec leur filtre interne et une perte importante de la luminosité et les triple laser ont quelques soucis (speckle, rouge dominant). Donc non je ne pense pas que comparativement aux modèles que tu cites que le LS12000B soit un mauvais choix, bien au contraire.

  38. Bonjour Grégory,
    Toujours très content de vous lire, et je vous remercie pour tous ces tests que vous faites depuis si longtemps.
    Une question que personne ne pose:
    Que se passe-t-il lorsque après 6 ans de fonctionnement le laser tombe en panne, on répare le projo, ou on est obligé de le remplacer?
    Les noirs sont-ils comparables aux JVC. Pour ma part je possède un JVC X 5000.
    Merci.

    • Bonsoir Raoul, les valeurs de contraste sont dans le test. Le remplacement d’un bloc laser n’est pas aussi aisé et « bon marché » que celui d’une lampe, le coût de remplacement peut être dissuadant.

      • Sans compter que 6 ans après les fabricants ne proposeront probablement pas les pièces de remplacement. Le laser à l’avantage de ne pas s’affaiblir avant de lâcher, mais il faut se faire à l’idée de le changer quand il casse. C’est consumériste, mais vu les améliorations techniques on aura de toute façon du mal devant le choix de réparer un appareil qui sera dépassé.
        Hors sujet, mais la nécessité de filière de recyclage est évidente.

  39. bonjour,
    a la base j’etais parti pour prendre un 290es de chez sony. mais maintenant j’ai un doute avec le nouveau venu d’epson. que me conseillez vous? je suis bien tenté par le laser mais ce n’est pas du 4k natif.

  40. Bonjour,

    Je me posais la question de la durée de vie du Laser.
    Sur mon benq, j’ai déjà changé la lampe 2 fois, et je vais probablement la changer une 3em fois si je n’achète pas cette bête avant.

    Du coup, comment ca se passe avec une source laser? après les 12000h, on peut acheter un nouveau bloc et le changer comme on ferait avec un lampe de projo classique? Ou simplement on ne change rien, et quand c’est mort on rachète le tout?

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Pédagogie de la vidéoprojection : Pourquoi mon image HDR est trop sombre ? – – Le Blog de PHC –
  2. Optoma UHZ50 : DLP laser 4K XPR à 2599€. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*