Banc d’essai: Test des enceintes Dynaudio Contour S 1.4 LE – L’avis de Ludo

TEST DES ENCEINTES DYNAUDIO CONTOUR S 1.4 LE

Caractéristiques techniques des enceintes Dynaudio Contour S1.4 LE :

°Hauteur : 404 mm
°Largeur : 188 mm
°Profondeur : 360 mm
°Poids (pièce) : 12,6 kg
°Construction : 2 voies bass-reflex
°Gamme de fréquences : 41-25000 Hz
°Sensibilité : 86 dB
°Impédance : 4 ohms
°Haut-parleur : 1 x 28 mm à dôme souple
°Haut-parleur : 1 x 170 mm en polypropylène
°Crossover : 1,9 kHz

Mise en œuvre et rodage :

Rodage d’une centaine d’heures, alternant le Magic CD de JMR, CD basses fréquences, fichiers QOBUZ.

  • Enceintes mises en face à face, branchées en opposition de phase sur trois passages du MAGIC CD, puis mise en place (positionnement, pincement au laser, équerrage au niveau à bulle) dans la salle d’écoute.

Cycles triple temporisation pour la fin de rodage :

  • Temps de chauffe – volume bas.
  • Refroidissement.
  • Temps de chauffe – volume soutenu.

Ressentis sur l’esthétique et la finition :

Le déballage :

2518fe2ccbf8ab85d293d47f0ae7de73

ea88a85a438961b656c31085b34267adca6ae04f7a6c7ad37ee059e552024e32

a19031c98e701946cb5eae3502c71a4a
Carton de simple cloisonnement mais avec deux mousses bien épaisses prenant place au sommet et à la base de l’enceinte. Cette mousse est très molletonnée au toucher, bien plus souple que les traditionnelle « blanches/rigides » rencontrées habituellement. A mon avis, les « chocs » de voyage doivent être bien encaissés vu les matières de ces mousses. C’est donc un bon point, les enceintes ne risquant que peu de choses lors de leur livraison. Une housse blanche avec sérigraphie de la marque termine l’emballage de cette Dynaudio 1.4 LE.

b9155e84604aa90dc21ff9a14bbc26fa9709f53f011f445fa93aa6a9fbf247aa

54881dfcfb55473ea3677e30cc46a2c5

Tout le nécessaire pour la mise en œuvre est dans la boite : mousses obturatrices des évents arrière, pointes de découplage et tiges filetées pour l’installation sur les pieds « Stands Dynaudio ». Trois documentations et une garantie sont également incluses.

9cf1f00c5cf6f73586b4bd68829003ba

Le « socle métallique », en plus de jouer un rôle sur le couplage/découplage de l’ébénisterie, reçoit le filtre en son sein ainsi que les borniers de raccordement du câble HP sur sa partie basse extérieure. Le filtrage de qualité, choisi par les ingénieurs, est donc exempt de tout risque parasite.

Le tour du propriétaire :

770211bdf83eb8ecadb46640b365e3b2

a1635d9ba31f90baf67034ec271c2354

Un cache haut-parleurs aimanté épouse la splendide plaque aluminium de la face avant. A noter que l’encadrement du tissu est tout en métal et non en plastique, et que la force des aimants est forte, il faut bien « tirer » pour l’ôter.

d9cf72bd443a8c11d5dc977f807e16cd65b678a76e2035b05f15d626d69fb450850c62b6a311c615e0407899cdf86ae2aa395cb924c854d768fa899c4319f345f673774abff05389bd4ed5f121c34039

a99365dc2fb40064d6947bba5614cafd

Le boomer monté en façade, inspire une grande confiance sur ses performances et sa longévité. En même-temps, Dynaudio n’en est pas à son premier essai sur la conception et fabrication de haut-parleurs. Le fabricant ayant pour ligne de conduite de sans cesse améliorer ses motorisations, plutôt que d’en changer à chaque nouveauté.

En découle une maîtrise de la base qui servira aux optimisations des dits boomers. Une des qualités qui font la réputation de la marque, est le fait de pouvoir « encaisser » des puissances justes phénoménales sans sourciller. Vous pouvez « lâcher » l’artillerie lourde en amplification, ça ne les dérangera aucunement, bien au contraire. Inversement, les enceintes Dynaudio n’aiment pas trop être « juste alimentées ». Non pas qu’elles seront de mauvaises compagnes de jeu, loin de là, mais elles ne dévoilent tout leur potentiel qu’avec du courant et de bons gros watts. Ainsi correctement drivées, elles excellent purement et simplement, comme rarement entendu! Vu le prix et le positionnement haut de gamme des Dynaudio Contour S LE, il serait « dommage » de ne pas leur joindre un intégré ou combo qui ne soit en cohérence, non?

7126dad0c70287e7622fdafa6e66b3a4

850c62b6a311c615e0407899cdf86ae2

Un autre domaine où Dynaudio est devenu maître, c’est celui des tweeters. Peu de personnes trouvent à redire sur l’aigu que distillent les enceintes. (quelle que soit la gamme d’ailleurs)

Il serait difficile, de mon avis, de ne pas rester bouche bée en écoutant les notes mises en œuvre par les petits dômes qui équipent les Dynaudio Contour S 1.4LE. Mais nous y reviendrons au moment des écoutes. Sur le coffret lui-même, pas grand-chose à redire, c’est très bien fabriqué. Les divers éléments greffés (borniers, haut-parleurs, « plaque » de découplage avant…) sont ajustés au millimètre près. Du joli travail qui flatte l’œil de ceux qui posséderont ces enceintes.
Au sujet du panneau avant, la couleur aluminium brossé donne une autre dimension visuelle aux haut-parleurs et j’ai trouvé ça sympathique, une fois dans le salon. Un mélange de « high tech » et de sobriété qui ne dénaturent aucunement une pièce à vivre moderne ou plus classique. Cette dernière joue également le rôle de découplage des équipements mobiles. N’étant plus en contact direct avec l’ébénisterie, l’effet de baffle ne s’en trouve qu’amélioré, tout comme les vibrations parasites. Enfin, un diffuseur pour l’aigu est lui aussi présent. Des réflexions durent avoir eu lieux par les ingénieurs, on sent que le hasard n’a pas sa place ici.

Une petite mention spéciale pour le pied/socle de ces enceintes qui accueille non seulement les borniers de raccordement (en mono bornier, ce que je préfère toujours) mais surtout le filtrage. Celui-ci étant complément séparé du coffret, aucun risque de vibration ne viendra le perturber. Pour aller au bout des choses, je dois dire que j’aurai aimé que la laque appliquée/finie le soit avec un peu plus d’attention. Il y a quelques effets d’escalier sur les objets s’y reflétant. Rien de méchant, j’ai vu bien pire. Pour le prix demandé, ça m’aurait fait plaisir d’écrire que la laque était « à tomber ».  À contrario, les finitions bois sont à se damner et se targuent d’une finition de toute première classe.

Aparté avant les écoutes :

Peu de temps s’est écoulé entre la fin de l’essai des Dynaudio Excite X14 et la mise en œuvre de ces Dynaudio Contour S 1.4LE (arrivées rodés, puisque ce sont des modèles de démo que j’ai eu en prêt) et vu comment les X14 m’avaient fait forte impression, j’étais des plus curieux d’entendre cette série en édition spéciale!

Les écoutes des Dynaudio Contour S1.4 LE :

Les matériels couplés :

Les intégrés stéréo :  BC Acoustique EX-362D Cambridge CXA80
Les sources : PC Lenovo sur DAC interne des intégrés en œuvres. Blu-Ray Panasonic BDP500.
Câbles : enceintes, secteur et analogique en JSV Audio. Câbles optique et coaxial Oehlbach. USB Supra.
Barrette : Oehlbach Power Socket 905 sur secteur JSV Audio

Les albums choisis pour les écoutes:

Album-CD-Theta

Album-CD-PPL

Bon, pour être clair, il ne fallut pas plus de cinq ou six morceaux des Ô combien biens enregistrés CD de chez Acoustics Arts pour me rendre compte que j’étais face à des oratrices incroyables!  Rarement je n’avais entendu de si belles choses sortir d’enceintes en auditorium et tout bonnement jamais en essai chez moi. C’est donc avec une joie et un plaisir immense non dissimulé que j’ai passé les semaines qui suivirent avec ces Dynaudio Contour S 1.4LE.
Je débuterai par une question qui ressort assez souvent : « Les Dynaudio sont-elles dynamiques? Savent-elles rendre les écarts malgré un rendement somme tout modeste? » Pour couper court, d’emblée je n’ai pas ressenti de manque de dynamique ou sur « les dynamiques », lors des nombreux jours à écouter/tester les 1.4LE. Il faut juste prendre soin de choisir un donneur de watts/courant suffisamment pourvu. Cette attention faite, je vous assure que les Dynaudio se suffisent à elles-mêmes. Il est cependant sûr qu’en cherchant, vous trouverez des concurrentes plus poussées sur ces critères mais il se peut bien que ce soit au détriment d’autres points…
Un point commun aux Dynaudio X14, mais décuplé sur les Contour S, c’est le niveau dont sont capable les boomers, rendant un bas du spectre peu commun pour une bibliothèque de taille encore classique.
Les basses descendent assez bas, permettant de se passer facilement d’un soutien par un caisson. Il y a des sensations physique avec ces HP de 17cm. Ils cognent avec une facilité déconcertante, point besoin d’un niveau démentiel pour qu’ils viennent « chatouiller » l’auditeur. Ces haut-parleurs travaillent en piston, les débattements étaient d’un contrôle royal sur l’ampli classe A BC acoustique EX-362D . A aucun moment, les membranes ne s’affolèrent ou perdirent en contrôle et ce, même à des niveaux incompatibles avec la bonne entente du voisinage.
Très bien, on a donc de la sensation, du niveau et de l’impact, mais ce n’est pas assez pour qu’un bas du spectre soit suffisant. Et là, les bons points s’enchainent et se cumulent pour cette bibliothèque en série spéciale.
Il y a foule de détails dans le bas, une analyse du message qui donne une lisibilité et une palette de degrés qui en surprendront bon nombre. Les basses remplissent l’espace et la pièce, avec toujours l’impression que les enceintes se baladent tranquillement. « Ce n’est pas si difficile » semblent-elles dire.  Et tout cela, sans empiéter sur le haut grave, ni sur les médiums (plus surprenant encore) qui gardent toute leur splendeur. Ce haut-parleur dédié aux basses/médiums de Dynaudio est vraiment digne d’éloges.
Une partie du spectre, à laquelle j’attache une certaine importance, est celle des médiums. Ceux qui sortent des Dynaudio mélangent avec brio une articulation, une densité et une neutralité, que peu d’enceintes en deux voix ne peuvent se vanter. C’est un réel plaisir d’entendre des médiums d’un tel niveau, d’une telle authenticité qui ne font pas l’impasse sur l’impact de ces derniers. Les « couleurs » vocales des divers interprètes masculins ou féminines sont criant de réalisme. Il m’est même apparu des nuances des détails vocaux tout simplement absent sur les autres matériels eus en essais. C’est encore plus frappant quand vous avez eu la chance d’entendre l’artiste la veille en concert. Au-delà des bienfaits avérés sur les voix, les performances dans le médium s’affranchissent de tout reproche sur les instruments, avec autant de superlatifs que j’ai pu vous l’écrire auparavant. Ça sonne juste, ça sonne vrai et ça donne une certaine addiction au final.
Le haut du spectre, clairement l’un des (voir le) meilleurs entendu à ce jour! Jamais fatiguant, aucunement trop incisif ou lumineux et ce, quel que soit le niveau sonore. L’aigu reste timbré et en totale maitrise. Et là, j’en entends certains penser que l’aigu doit être court ou mat vu ce que je viens d’en dire…  Aucunement messieurs dames. Les détails, ce n’est pas ce qu’il va vous manquer, encore moins la manière dont le tweeter amène une mise en lumière des micro-détails enfouis dans le haut du spectre. Le raccord avec le boomer s’effectue sans heurt ou trou qui viendrait gâcher la fête, ce qui enfonce définitivement le clou par rapport à bien des challengers que la Contour S1.4LE pourrait croiser… Du moins sur « l’esthétique » sonore, car…

Passons en revue les autres points d’une restitution voulez-vous ?
La spatialisation fait partie du peloton de tête des enceintes capables sur ce point. Un petit pincement vers l’auditeur apportera aux Dynaudio S 1.4LE un delta supplémentaire sur la bonne faculté à spatialiser. Les enceintes laissent les sons prendre place tout autour d’elles, dépassant allègrement les coffrets. Avec d’ailleurs une mention particulière pour la hauteur de restitution. Les étagements des plans sont respectés scrupuleusement, tout comme les placements précis au possible. Il n’y a pas eu un moment, pas un point du rendu, qui pourrait me faire écrire un manquement « ici ou là » de ces enceintes. J’ai pourtant tendu les oreilles assidûment, cherchant quelque chose qui pourrait me donner matière à redire… Mais non, ces Dynaudio Contour S 1.4LE excellent et méritent amplement l’appellation d’enceintes audiophiles haut de gamme!
J’invite amicalement tous ceux, toutes celles qui pourraient les écouter (en auditorium ou chez eux) à s’asseoir et passer un beau moment de plaisir musical, dont vous vous souviendrez, j’en suis sûr.

Et pour les films??

BRJe terminerai par un paragraphe rapide sur les visionnages de films (format Blu-ray) faits sur les Dynaudio Contour S 1.4LE. Rapide car j’avoue n’avoir que peu écouté ou regardé de films avec elles. Non pas qu’elles n’en soient capables (ce serait plus qu’un euphémisme…) mais, même une fois lancé une œuvre du 7ème art, je lorgnais sur ma pile de CD et craquais vite, repassant encore et encore chaque CD, chaque fichier HD les uns après les autres. Toujours est-il qu’il est tout à fait envisageable de se faire de belles sessions cinéphiles (encore plus si la BO est bien mixée/enregistrée). Grosse grosse véracité sur les échanges d’acteurs. Les dialogues ressortent avec prestance et conviction. Ces enceintes Dynaudio Contour S 1.4 LE sont toujours enclines à un rendu « vrai », particulièrement sur Nos Etoiles Contraires et Walter Mitty.

Bilan de ce test :

J’ai aimé :

  • L’assemblage général, l’aspect dégagé par la façade avant (juste le laquage qui serait perfectible, « avis personnel »)
  • Le socle découplant l’enceinte et qui accueille le filtre
  • Le simple bornier et ses prises de qualités
  • La spatialisation hallucinante avec une hauteur peu commune
  • La facilité à remplir l’espace sans forcer malgré le rendement annoncé
  • La tenue à fort (très fort) volume
  • L’aigu, tout juste l’un, voir le meilleur entendu à ce jour pour ma part
  • Le médium, d’une vérité rare doublé d’une articulation sans faille
  • Le grave, bien plus qualitatif et dense que le gabarit ne le laisserait penser
  • L’énorme universalité de retranscription. Tout passe avec un bonheur et une joie « communicative »

J’aurai aimé :

  • Une finition plus lisse de la laque pour le prix demandé (ce qui n’est plus de mise pour les finitions plaquées bois véritable! Elles sont irréprochables dans ces robes boisées)

J’aimerai :

  • Tester la gamme « Focus » pour partager mon impression sur la hiérarchie sonore entre les deux bibliothèques…. Car si les Focus 160 sonnent comme je le pense, elles peuvent être les bibliothèques qui vont bien pour un prix plus accessible au plus grand nombre d’entre nous.

Quelques conseils ?

  • Choisir un intégré avec du courant, les enceintes Dynaudio Contour S1.4LE aiment « le jus », les watts ainsi qu’un facteur d’amortissement convenable pour bien être driver.
  • Prendre un peu de son temps pour bien placer ces dernières. Le rendu grimpe vite quelques marches lorsqu’elles sont bien positionnées.
  • Ne pas hésiter à joindre des câbles HP de bonne section, rapides et neutres.

Voilà qui finalise ce retour d’impression des bibliothèques « Contour S 1.4 édition limitée » de Dynaudio. Je vous souhaite de longues heures de plaisir musical avec ces dernières (ce dont je ne doute point d’ailleurs).

Ludo, Octobre 2015.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*