Test Epson EF-11 : l’avis de Grégory.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 face

Après le test de l’EF-12 avec AndroïdTV et système sonore Yamaha, intéressons nous à son petit frère qui n’est rien de moins qu’un frangin épuré, c’est à dire dépourvu de toutes les options précédemment citées mais ne coûtant plus que 899€.

Epson aligne ainsi deux concurrents 1080p équipés de panneaux Tri-LCD et d’un laser au phosphore. Il s’agit donc des EF-11 (899€) et EF-12 (1099€) avec 5 années de garantie ou 12 000 heures de fonctionnement. Les deux projecteurs sont Full HD et parés pour la diffusion en toute indépendance grâce à leurs capacités sans fil puis leurs systèmes sonores intégrés. Attention, cette autonomie s’entend médiatiquement parlant mais pas électriquement car les nouveaux Epson ne sont pas équipés d’une batterie et ne peuvent donc se passer d’une prise secteur.

De quoi s’agit-il ?

Mesurant tout juste 18 cm sur sa plus grande longueur et ne pesant que 1,2 kg, l’EF-11 est un projecteur laser compact de la nouvelle gamme intelligente EpiqVision Mini. Le contenu peut être instantanément diffusé à partir d’un téléphone, d’un appareil de streaming, d’un ordinateur portable, d’une console de jeux vidéo, et plus encore avec la technologie Miracast intégrée. Il possède un port USB et une entrée HDMI.

Test Epson EF-11
epson EF11 connectique

D’emblée la correction du trapèze permet une configuration rapide et facile, et la technologie de source lumineuse laser garantie de profiter de vos divertissements pendant de nombreuses années. La projection est possible sur quasiment n’importe quelle surface, avec ou sans écran.

En l’absence d’un Lens-shift, il faudra utiliser la correction électronique du trapèze pour retoucher les éventuels défauts de géométrie. En position centrale sous le projecteur se trouve un pied rétractable permettant de monter/descendre la zone de diffusion.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 pied déployé

Le rapport taille d’image / distance du projecteur est simple à calculer puisqu’il est de 1,00:1. En l’occurrence, avec 2m50 de recul vous obtiendrez un cadre au format 16/9ème de 2m50 de base. Cette rectitude est très à l’image de la forme parallélépipédique de l’engin. Notons d’ailleurs que ce coffret noir mat ne manque pas d’élégance même si ce n’est pas ce que l’on demande avant tout à un projecteur. Mais cette teinte a surtout l’avantage non-négligeable de ne pas jouer les miroirs de reflets perturbateurs comme le font les coques blanches.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 haut

Néanmoins pour les sensibles à la déco-geekerie (néologisme © PHC), ses angles arrondis et ses boutons minimalistes vous donneront envie de le laisser bien en vue pour que tout le monde puisse l’admirer en s’exclamant « Oh my God! ».

A noter toutefois que si le projecteur en lui même est très compact et facile à emporter, ce que ne manquent pas de montrer les vidéos promotionnelles en le qualifiant de « bébé« , « petit« , « très compact », son bloc d’alimentation est comme soigneusement oublié, par exemple par les jolies nanas étourdies des pubs qui se trimbalent tout sourire avec le bambin sous le bras… Sans doute est-ce le prince charmant qui se coltine hors champ le transfo parce que justement il s’en faut de peu qu’il soit aussi gros que le projecteur! C’est dommage car pour le coup cela réduit ses capacités nomades. Disons qu’Epson n’a certes pas inventé la publicité abusive par omission mais joue volontiers de cette flûte.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 dessous de l’appareil avec pied rétractable et pas de vis

La source lumineuse est annoncée avec une puissance de 1000 lumens ; ça parait un peu léger pour un projecteur laser. Sa durée de vie est prévue pour 20 000 heures de fonctionnement, donc largement de quoi faire quelques aller-retour Terre-Mars en visionnant deux ou trois films tous les jours… ou un aller simple vers Pluton pour Elon Musk.

Ce projecteur laser est équipé de 3 panneaux LCD de 0,62 pouces en résolution Full HD. S’il n’a pas de mode de simulation 4K contrairement aux TW7000/TW7100/TW9400, il accepte toutefois les signaux 4K HDR et HLG par mise à l’échelle descendante.

Première différence technique notable entre les frangins, le plus petit (EF-11) ne dispose pas des capacités AndroïdTV de l’EF-12. Donc, adieu le streaming en direct, les magasins d’applications et le Bluetooth. Et seuls deux petits haut-parleurs de 2×3W prendront en charge la partie sonore, en lieu et place du cube Yamaha qui surplombait l’EF-12. Heureusement il y a une sortie audio mini-jack pour brancher quelque chose de plus sérieux.

Test Epson EF-11
Télécommande EPSON EF11

La télécommande est à l’avenant puisque celle de l’EF-11 perd les touches directes d’appel à Netflix. Avec l’EF-11 pour avoir accès à de la SmartTV, il faudra connecter un stick ou une box externe.

Menus

Les menus classiques Epson sont de retour, exit l’OS Androïd de l’EF-12. Bien-entendu avec la marque tout ça est traduit de même que le produit est accompagné d’une notice en français, c’est appréciable.

Les modes images réglés en usine sont accessibles dans l’ordre suivant : « Dynamique, vif, Cinéma lumineux, Cinéma, Naturel ».

Test Epson EF-11
Menu image epson EF–11

Toutes les modifications apportées dans ces sélections peuvent être sauvegardées dans des blocs mémoires individuels et rappelées à la demande. C’est un atout dont disposent trop peu de projecteurs dans ce créneau tarifaire.

Test Epson EF-11
Menu réglage EPSON EF-11

Un CMS est présent ainsi que des réglages ou de Bias/Gain de l’échelle de gris. L’EF-11 dispose même d’un éditeur de Gamma bien utile. Note de l’auteur pour cette partie : l’EF-11 est un meilleur choix que l’EF-12 si vous voulez calibrez finement votre projecteur.

Test Epson EF-11
éditeur Gamma

Si l’EF-11 ne dispose pas de traitement vidéo élaboré ni d’interpolation d’images, il permet par le biais d’une gestion dynamique de la puissance lumineuse d’accroître le contraste sur deux niveaux « normal » et « rapide« . La puissance du laser peut être ajustée finement de 50% à 100%. Soulignons encore la présence d’une gestion dynamique du Gamma qui s’adapte en fonction du contenu de l’image.

Verdict technique

Consommation électrique :

L’appareil est sobre. Avec le laser positionné à 100% de sa puissance je mesure 68W de consommation, c’est peu et même inférieur à certains projecteurs DLP LED. En ramenant le curseur sur 50%, la consommation baisse à 39W. Tout ceci est mesuré avec une mire de blanc à 100%.

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

L’EF-11 ne se démarquera ni de son grand frère ni surtout de ses concurrents dans le domaine de la discrétion, loin s’en faut. Il génère même un volume de bruit moins que passable : mon sonomètre placé à 50 cm du projecteur affiche 40,2dB à pleine puissance du laser puis 37,5dB à 50%. Lorsque l’on sait l’importance du critère bruit dans le choix d’un projecteur home-cinéma c’est là pour l’EF-11 un bien mauvais point. Quant aux deux petits haut-parleurs de 2×3W, ils restitueront des dialogues clairs et audibles mais sans finesse ou sans dynamique.

Piqué et netteté :

Test Epson EF-11
Optimisations détails EPSON EF-11

En comparaison de l’EF-12, j’ai trouvé l’EF-11 plus à son aise dans le domaine du piqué et de la netteté et ceci sans souci de shading ou de défaut d’alignement de panneaux. C’est propre et le piqué du nouvel Epson laser rend bien hommage aux sources 1080p que vous voudrez bien gentiment lui demander de diffuser.

Test Epson EF-11
Précision image centrale EPSON EF-11

Fluidité :

Avantage indéniable à souligner, l’EF-11 accepte sans sourciller et sans conversion les signaux 1080p24 et permet d’afficher une image moins touchée par le judder que certains de ses homologues de la frange DLP et ceci bien sûr sans la pollution de lumière du cadre extérieur des nouvelles puces DMD et puis sans effet arc-en-ciel.

Input lag :

Entre EF-11 et EF-12, si vous souhaitez vous adonner aux jeux vidéos en réseaux, il n’y a pas à hésiter: virez de votre liste l’EF-12 et ses 123,7 ms (et sa surcouche Androïd) pour les plus satisfaisants 51,8 ms de retard à l’affichage du petit modèle (EF-11).

Test Epson EF-11
LAG EPSON EF-11

Overscan :

Point d’enfouissement de parties de l’image à redouter, nul cropping ou overscan du traitement vidéo n’est appliqué à l’image par le projecteur.

Test Epson EF-11
Overscan EPSON EF-11

Colorimétrie, Gamma, Luminosité et contraste :

En sortie de boîte, l’EF-11 facilitera la tâche des néophytes en ne posant aucune difficulté de configuration de la colorimétrie. Il suffit de sélectionner le mode naturel pour obtenir une image proche de la volonté du directeur photographique de l’œuvre que vous envisagez de visionner. Même Cattod y arriverait, c’est dire !

S’agissant d’un projecteur au laser avec roue au phosphore le Gamut n’atteint pas toutes les capacités d’un laser « pur’. A son apogée, l’espace couleurs de l’EF-11 parvient à 69% du DCI-P3.

Test Epson EF-11
cms post calibrage epson EF-11

Voici mes valeurs correctives, elles m’ont permises d’obtenir une température de couleurs de 6497K avec un écart deltaE de 5,38 et un Gamma moyen de 2,14.

Valeurs correctives

Mode utilisateur

Luminosité : 47

Contraste : 35

Température de couleurs personnalisée

RG ; 53

GG : 50

BG: 55

OFFSET SANS CHANGEMENT

Pour la luminosité, si je mesure 957 lumens dans le mode Dynamique, il ne peut réellement être envisagé pour reproduire des couleurs naturelles. C’est donc la ligne calibrée ou plutôt « adaptée » du tableau récapitulatif ci-dessous qu’il faudra prendre en compte pour déterminer les capacités réelles du nouvel Epson en matière de puissance lumineuse. Dans ces conditions ce sont 604 lumens à 100% du laser et 493 lumens à 50%.

Test Epson EF-11

C’est peu pour un laser mais rappelons qu’il s’agit d’un appareil compact, et il ne faudra pas voir trop grand avec cet Epson, se limiter à des tailles d’images adaptées en tout cas inférieures à 3 mètres ; mes recommandations pour les formats SDR et HDR figurent dans le tableau récapitulatif.

Le niveau de contraste natif est carrément décevant puisqu’il est de 295:1 et culmine avec le dispositif adaptatif à 624:1. Il convient donc impérativement d’activer le contraste dynamique pour redonner un peu de densité aux scènes nocturnes. Heureusement, cette option est relativement discrète dans son fonctionnement.

Avis subjectif

Ne me demandez pas pourquoi mais globalement j’ai davantage apprécié l’image de l’EF11 que celle de l’EF-12. C’est peut être la disparition de l’interface AndroïdTV qui joue mais cela reste une supposition.

J’ai tout particulièrement adoré la précision et le naturel des couleurs sur un film comme « Mon cousin » qui contient beaucoup de scènes de jour et dans la nature (très belle photographie au passage).

Test Epson EF-11

Idem pour des scènes de tests 4K, il s’en tire avec les honneurs. Regardez simplement cette capture de la suite AVSForums projetée par l’EF-11. A l’aise avec les scènes diurnes, il projette une image naturelle, fluide et avec un bon piqué que ce soit en 1080p SDR ou 4K HDR.

Test Epson EF-11
Indian market

C’est agréable et jamais agressif comme pourrait l’être le rendu d’un projecteur DLP. C’est délicieux comme faire trempette dans l’eau d’une petite mare que la marée basse aura permis au soleil de chauffer. Reste le souci du contraste qu’il faudra épauler au choix avec un écran technique ou avec l’option d’adaptation dynamique de la puissance lumineuse.

Conclusion

J’avoue avoir éprouvé beaucoup plus de plaisir à jouer avec l’EF-11 qu’avec son grand frère AndroïdTV affublé de son cube Yamaha. Le moins cher des deux fait certes l’impasse sur les fonctions smartTV mais au bénéfice des réglages de corrections de l’image absents sur l’EF-12. Il est moins cher, évite de se trimballer avec un objet proéminent sur sa coque et surtout offre une meilleure précision colorimétrique. N’oublions pas nos amis Gamers pour lesquels l’EF-11 est mieux adapté.

Bref, dans cette confrontation de paire familiale il y a du bon mais aussi du pas bon et finalement il n’est pas question d’ouvrir le tiroir à Gold Award. Ceci étant dit, entre ces deux Epson mon choix préférentiel et mes recommandations se portent sur l’EF-11.

J’ai apprécié :

Le concept et la compacité de la mise en œuvre,

Le support 4K HDR et HLG,

La colorimétrie bien ajustée en sortie de boîte (mode naturel),

– L’input lag honorable,

– La sobriété énergétique.

Je regrette :

Le bruit de fonctionnement élevé,

La luminosité faible pour un laser,

– L’absence d’aide à la fluidité.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 face

ENGLISH VERSION

TEST EPSON EF-11

After the test of the EF-12 with AndroidTV and Yamaha sound system, let’s take a look at its little brother, which is nothing less than a purified brother, i.e. without all the options previously mentioned but costing only 899€.

Epson has two 1080p competitors with Tri-LCD panels and a phosphor laser. These are the EF-11 (€899) and EF-12 (€1099) with a 5 year warranty or 12,000 hours of operation. Both projectors are Full HD and ready to broadcast independently thanks to their wireless capabilities and integrated sound systems. Please note that this autonomy is not electrical, as the new Epson projectors are not equipped with a battery and therefore cannot do without a mains socket.

What is it about?

Measuring just 18cm at its longest point and weighing just 1.2kg, the EF-11 is a compact laser projector from the new EpiqVision Mini smart range. Content can be instantly streamed from phones, streaming devices, laptops, video game consoles and more with built-in Miracast technology. It has a USB port and an HDMI input.

Test Epson EF-11
epson EF11 connectique

Right from the start, the keystone correction makes setup quick and easy, and the laser light source technology ensures that you will enjoy your entertainment for many years to come. Projection is possible on almost any surface, with or without a screen.

In the absence of a lens-shift, electronic keystone correction should be used to correct any geometric errors. In the middle position under the projector is a retractable stand for raising/lowering the diffusion area.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 pied déployé

The ratio of image size to distance from the projector is simple to calculate as it is 1.00:1. In this case, with a distance of 2.50m, you will obtain a 16:9 format frame with a base of 2.50m. This straightness is very much in keeping with the parallelepipedic shape of the machine. It should also be noted that this matte black box is not lacking in elegance, even if this is not what one would expect of a projector. But this colour has the non-negligible advantage of not acting as a mirror for disruptive reflections, as do the white shells.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 haut

Nevertheless, for those who are sensitive to the deco-geekery (neologism © PHC), its rounded angles and its minimalist buttons will make you want to leave it in plain sight so that everyone can admire it and exclaim « Oh my God!« .

It should be noted, however, that while the projector itself is very compact and easy to carry around, as the promotional videos do not fail to show by describing it as « baby« , « small« , « very compact« , its power supply unit is as if carefully forgotten, for example by the pretty, giddy chicks in the commercials who are carrying around their toddler with a smile on their face… No doubt it is Prince Charming who is stuck with the transformer off-camera because it is just as close to being as big as the projector! It’s a pity because it reduces its nomadic capacities. Let’s just say that Epson didn’t invent abusive advertising by omission, but they do like to play this flute.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 dessous de l’appareil avec pied rétractable et pas de vis

The light source is announced with a power of 1000 lumens; that seems a little light for a laser projector. Its lifespan is rated at 20,000 hours of operation, which is more than enough time to make a few trips to Earth and back while watching two or three films every day… or a one-way trip to Pluto for Elon Musk.

This laser projector is equipped with three 0.62-inch LCD panels in Full HD resolution. While it does not have a 4K simulation mode like the TW7000/TW7100/TW9400, it does accept 4K HDR and HLG signals via downscaling.

The first notable technical difference between the brothers is that the smallest (EF-11) does not have the AndroidTV capabilities of the EF-12. So goodbye live streaming, app shops and Bluetooth. And only two small 2×3W speakers will take care of the sound part, instead of the Yamaha cube that overhung the EF-12. Fortunately there is a mini-jack audio output to plug in something more serious.

Test Epson EF-11
Télécommande EPSON EF11

The remote control is the same as the EF-11’s, which loses the direct keys for calling Netflix. With the EF-11, to access SmartTV, you’ll have to connect a stick or an external box.

Menus

The classic Epson menus are back, no more Android OS for the EF-12. Of course with the brand all this is translated as well as the product is accompanied by a French manual, it is appreciable.

The factory-set picture modes can be accessed in the following order: « Dynamic, Vivid, Bright Cinema, Cinema, Natural ».

Test Epson EF-11
Menu image epson EF–11

All changes made in these selections can be saved in individual memory blocks and recalled on demand. This is an advantage that too few projectors in this price range have.

Test Epson EF-11
Menu réglage EPSON EF-11

A CMS is present as well as Bias/Grayscale settings. The EF-11 even has a useful Gamma editor. Author’s note for this section: the EF-11 is a better choice than the EF-12 if you want to fine-tune your projector.

Test Epson EF-11
éditeur Gamma

While the EF-11 does not have sophisticated video processing or image interpolation, it does have the ability to increase contrast in two levels, « normal » and « fast« , by dynamically managing the light output. The laser power can be finely adjusted from 50% to 100%. It is also worth noting the presence of a dynamic gamma management system that adapts to the image content.

Technical verdict

Power consumption :

The device is sober. With the laser set to 100% power I measured 68W of power consumption, which is low and even lower than some DLP LED projectors. By turning the slider back to 50%, the consumption drops to 39W. All this is measured with a 100% white test pattern.

Operating noise and quality of the integrated sound system :

The EF-11 will not distinguish itself from its big brother or its competitors in terms of discretion, far from it. It even generates a less than passable amount of noise: my sound level meter placed 50 cm from the projector shows 40.2dB at full laser power and 37.5dB at 50%. When you know how important the noise criterion is in the choice of a home cinema projector, this is a very bad point for the EF-11. As for the two small 2×3W speakers, they will reproduce clear and audible dialogue but without finesse or dynamics.

Sharpness :

Test Epson EF-11
Optimisations détails EPSON EF-11

Compared to the EF-12, I found the EF-11 to be more comfortable in the area of sharpness and sharpness without any concerns about shading or panel misalignment. It’s clean and the sharpness of the new Epson laser is a nice tribute to the 1080p sources you’ll kindly ask it to play.

Test Epson EF-11
Précision image centrale EPSON EF-11

Fluidity :

The EF-11 accepts 1080p24 signals without conversion and displays a picture that is less juddered than some of its counterparts in the DLP fringe, and of course without the light pollution of the outer frame of the new DMD chips and without the rainbow effect.

Input lag :

If you want to play networked games, there’s no need to hesitate between the EF-11 and EF-12: remove the EF-12 and its 123.7 ms (and its Android overlay) from your list for the more satisfying 51.8 ms display delay of the smaller model (EF-11).

Test Epson EF-11
LAG EPSON EF-11

Overscan :

No cropping or overscan of the video processing is applied to the image by the projector.

Test Epson EF-11
Overscan EPSON EF-11

Colorimetry, Gamma, Brightness and Contrast :

Out of the box, the EF-11 will make it easy for novices to set up colour matching. Simply select the natural mode and you’ll get an image that’s close to what the cinematographer of the work you’re planning to view wanted. Even Cattod could do it, that’s for sure!

As a laser projector with a phosphor wheel the gamut does not reach the full capabilities of a ‘pure‘ laser. At its peak, the EF-11’s colour space reaches 69% of DCI-P3.

Test Epson EF-11
cms post calibrage epson EF-11

Here are my corrective values, they allowed me to obtain a colour temperature of 6497K with a deltaE of 5.38 and an average Gamma of 2.14.

Test Epson EF-11
rvb gamma POST CALIBRAGE EPSON EF-11

Corrective values

User mode

Brightness: 47

Contrast: 35

Custom colour temperature

RG; 53

GG: 50

BG: 55

OFFSET UNCHANGED

For the luminosity, if I measure 957 lumens in the Dynamic mode, it cannot really be considered to reproduce natural colours. It is therefore the calibrated or rather « adapted » line of the summary table below that should be taken into account to determine the real capacities of the new Epson in terms of light power. In these conditions it is 604 lumens at 100% of the laser and 493 lumens at 50%.

Test Epson EF-11

It’s not much for a laser, but let’s remember that it’s a compact device, and you shouldn’t think too big with this Epson, limiting yourself to suitable image sizes of less than 3 metres in any case; my recommendations for SDR and HDR formats are given in the summary table.

The native contrast level is downright disappointing at 295:1 and peaks with the adaptive feature at 624:1. It is therefore imperative to activate the dynamic contrast to give some density to night scenes. Fortunately, this option is relatively discreet in its operation.

Subjective opinion

Don’t ask me why, but overall I liked the EF11’s image more than the EF-12’s. Maybe it’s the disappearance of the AndroidTV interface but that’s just a guess.

I particularly loved the precision and naturalness of the colours in a film like « My Cousin » which contains a lot of daytime and nature scenes (very nice photography by the way).

Test Epson EF-11

Ditto for 4K test scenes, it comes out with flying colours. Just look at this capture from the AVSForums suite projected by the EF-11. At ease with daylight scenes, it projects a natural, fluid image with good sharpness whether in 1080p SDR or 4K HDR.

Test Epson EF-11
Indian market

It’s pleasant and never aggressive like a DLP projector might be. It’s delicious, like taking a dip in the water of a small pond that the low tide has allowed the sun to warm up. There is still the problem of contrast, which can be solved with a technical screen or with the option of dynamic adjustment of the light output.

Conclusion

I have to admit that I had much more fun playing with the EF-11 than with its big brother AndroidTV with its Yamaha cube. The less expensive of the two does not have the smartTV functions, but it does have the image correction settings that are absent on the EF-12. It is less expensive, avoids having to carry around a protruding object on its shell and above all offers better colour accuracy. Let’s not forget our Gamer friends for whom the EF-11 is better suited.

In short, in this family pair confrontation there is some good but also some bad and finally there is no question of opening the Gold Award drawer. That being said, between these two Epson’s my preferred choice and my recommendations are for the EF-11.

I enjoyed :

– The concept and compactness of the implementation,

4K HDR and HLG support,

– The colorimetry is well adjusted out of the box (natural mode),

– The input lag is honourable,

– Energy sobriety.

I regret :

High operating noise,

– Low brightness for a laser,

– Lack of support for fluency.

Test Epson EF-11
EPSON EF11 face

19 Comments

  1. Bonsoir et merci pour ce test. Je suis un peu perdu pour ma première installation à budget modéré. Entre celui-ci avec une fire stick et le changhong m3000, tu partirais sur quoi? Il y a une vrai différence de piqué entre la puce dmd 0.33 du changhong et celui-ci ?
    Et bon week-end

  2. Merci pour la réponse et pour info, il est à 707€ sur achatpc ce qui le rend vraiment attractif.et dernière question je suis vraiment sensible au judder le 24hz règle bien le problème ?

  3. Y a-t-il une chance de tester le EH-LS300? Aux États-Unis, il a un bon prix, étrangement pas en Europe, mais d’après les tests américains, il a d’excellents résultats.

  4. Merci pour test. Pour moi cela confirme le faite que pour le homecinema les projecteur android tv ne sont pas le top, avec leurs réglages limités
    Autant avoir les menus de réglage Epson, bien plus pointus. C’est bien dommage que les versions android tv perdent ces réglages pointus
    Le seul avantage des projecteurs android tv , selon moi, est de pouvoir remplacer une TV simplement

  5. Bonjour Grégory, Je sais que c’est pas l’android pour parler de ce vidéoprojecteur mais j’ai pas beaucoup d’info.A tu un retour d’infos concernant le projecteur Laser XGIMI lune Pro 4K..? Je trouve qu’il est pas mal vu les critères..? Qu’en pense tu..?Merci!

1 Trackback / Pingback

  1. Test Epson EH-LS300W : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*