Test Optoma CinemaX P2 : l’avis de Grégory.

Optoma CinemaX P2

Oyez oyez braves gens! Puce DMD 0,47 de seconde génération avec simulation XPR X4, traitement vidéo avec interpolation d’images, support des signaux HDR-10, HLG et 3D, voilà l’écusson de l’Optoma CinemaX P2. Il reprend les bases de son excellent prédécesseur l’Optoma UHZ65UST de 2019 en le repeignant en blanc et en échangeant sa roue chromatique à 8 segments par un modèle à 6 segments RVBRVB, plus à même de délivrer une colorimétrie naturelle et fidèle. Ce projecteur a justement été créé sur la base des retours des utilisateurs de l’UHZ65UST afin de corriger et d’améliorer cette première mouture laser UST. C’est donc armé du souvenir et de l’expérience de la première version que je vais m’empresser d’examiner le CinemaX P2, vous rendant compte de mes mesures et sensations dans cet épique tournoi de chevalier blanc et chevalier noir.

Présentation

Commençons par quelques unes des caractéristiques qui sont similaires entre l’UHZ65UST et le nouveau CinemaX P2. Les deux destriers utilisent une épée laser d’une durée de vie de 30 000 heures (mode éco) et une lentille de verre à très courte portée qui peut projeter des images de 120 pouces à seulement quelques centimètres de distance. Ce sont également des projecteurs laser UHD 4K intelligents avec des barres sonores Dolby Digital 2.0 de 38W intégrées (2×19W).

Test Optoma CinemaX P2
Optoma CinemaX P2

L’UHZ65UST et le P2 peuvent tous deux être intégrés dans les systèmes domotisés grâce à ses fidèles écuyers : Amazon Alexa, l’assistant Google et le support IFTTT via la technologie Smart+.

Passons maintenant aux nouvelles fonctionnalités et améliorations du CinemaX P2. Il offre un contraste dynamique de 25 % supérieur (2 000 000:1 contre 1 500 000:1). De plus, il dispose d’une roue de couleurs DLP différente avec 6 segments RVBRVB, alors que l’UHZ65UST utilisait un RVBJRVBJ à 8 segments. La luminosité est rétrogradée avec 3000 lumens contre 3500 pour la version anthracite.


Le nouveau Cinemax P2 comprend également une option de mode jeu améliorée qui optimise le projecteur pour des temps de réponse ultra-rapides. Cela réduit l’input lag.
Une autre nouveauté du CinemaX P2 est la fonction d’exposition d’art numérique de FRAMED, avec lequel Optoma s’est associé. Il s’agit d’une collection d’œuvres d’art créées par des artistes nouveaux et émergents, spécialement conçue pour être exposée à l’aide de votre projecteur. FRAMED est un leader dans le domaine de l’art numérique et propose 12 œuvres d’art originales présentées dans une « exposition » qui donne vie aux œuvres d’art dans votre maison.


Le CinemaX P2 est disponible dans un nouveau design blanc (l’UHZ65UST était uniquement disponible en noir). Il offre également davantage d’options de placement, notamment la possibilité de le monter au plafond ou derrière l’écran dans un montage de rétroprojection, où l’UHZ65UST ne supportait que la pose sur table (ronde ou pas). Pour permettre cette flexibilité de placement, Optoma a augmenté l’étendue de correction numérique de distorsion trapézoïdale à +5 ↔ -10 vertical, ±5° horizontal. L’application SmartFIT intégrée permet également un alignement d’image à partir d’un smartphone.

Optoma CinemaX P2
Optoma CinemaX P2


En plus de ces nouvelles fonctionnalités, Optoma a également légèrement amélioré le niveau de bruit. L’UHZ65UST était sur le papier à 26dB ; le nouveau P2 est rendu un peu plus silencieux avec 24dB.

Tour physique

A l’exception de la coque blanche, l’Optoma CinemaX P2 ressemble en tous points à son prédécesseur. Ses mensurations sont 13 × 56 × 38 cm (H x L x P) pour un poids de 11 kg.

Le bloc optique à ultra courte focale est composé de verre et il est motorisé pour pouvoir ajuster la netteté de l’image. Pour positionner correctement le P2 vous disposez de pieds à vis pour accommoder la planéité. Le constructeur a également ajouté deux réglettes à placer sous les pieds du projecteur pour déterminer la distance en fonction de la taille de votre écran.

S’agissant d’un projecteur à focale ultra-courte avec un rapport de projection de 0,25:1, il ne dispose pas de zoom ou de Lens-shift ; c’est sa position horizontale puis verticale qui déterminera la taille et la position de son image. Dans ma configuration (écran Vividstorm de 2m23 de base utile) j’ai posé le projecteur sur le sol. Placé à 29 cm de l’écran en profondeur (distance prise à partir de la façade de l’appareil qui est orientée vers l’écran) la base de son image est à une hauteur de 37 cm.

Test Optoma CinemaX P2
Test Optoma CinemaX P2

Une fois que la position est trouvée, il faut régler le focus de l’image. Ce dispositif se pilote électriquement à partir de la télécommande. Il est également possible de s’aider simplement des lettres du menu image pour ajuster la netteté en ayant le nez sur l’écran.

Le projecteur dispose d’une fonction intéressante : elle propose d’ajuster finement le trapèze de l’écran par le biais d’un smartphone grâce à l’application SmartFIT. Le principe repose sur la prise d’une photo à l’aide du mobile et l’application se charge de corriger automatiquement les problèmes de trapèze. Si je l’ai bien chargée, je n’ai malheureusement pas pu la faire fonctionner totalement car toutes les photos que j’ai prises étaient refusées.

Connectique :

La connectique compte trois entrées HDMI, deux CEC 2.0 certifiées HDCP 2.2 (1 seule est compatible ARC) et une 1.4 présente sur le côté de l’appareil et certifiée HDCP 1.4, deux ports USB2.0 (avec fonction lecteur multimédia 4K sur l’une des 2), un 3ème dédié à la maintenance, 1 entrée optique et une sortie mini-Jack 3,5 millimètres. Pour revenir sur le lecteur multimédia, les compatibilités suivantes sont indiquées par le constructeur : MP3, AAC, Wav, Flac HD, MKV, MP4, M4V, AVI, AVC/H.264, HEVC, Mov, TS et JPEG. J’ai toutefois rencontré des problèmes de reconnaissance audio avec des fichiers H.264/H.265.

Au niveau de la connectivité sans fil le projecteur intègre le Wifi et le Bluetooth 4.0. Grâce à cette dernière liaison le P2 peut être utilisé comme enceinte externe sans avoir besoin d’allumer l’image.

Test Optoma UHZ65UST
Télécommande Optoma

La télécommande Bluetooth est identique à celle de l’UHZ65UST. Elle se recharge par le biais d’un câble micro USB à relier avec tout appareil doté d’un port USB capable de charger, ce que fait évidemment le port USB 2.0 situé sur le côté du projecteur.

Menus

En fonction des sources connectées les menus image suivants sont proposés : « Cinéma, HDR, HLG, HDR SIM, Game, Reference, Lumineux, Utilisateur, 3D, ISF jour et ISF nuit, ISF HDR, ISF HLG » et enfin « ISF 3D » (accès protégé par un code).

Les menus en forme de vignettes ne sont pas du plus bel effet mais on se consolera en disant que tout y est et c’est bien le principal. On trouve ainsi une gestion fine de la puissance du laser sur pas de 5% dans le créneau allant de 50% à 100%, un contraste dynamique sur 3 niveaux ainsi qu’une interpolation d’images également sur 3 niveaux. Pour régler les couleurs et le Gamma il y a des valeurs prédéfinies en usine ou la possibilité de les corriger grâce à un réglage Gain Bias et à un CMS sur les 3 dimensions du Gamut.

Le CinemaX P2 utilise une version d’Androïd customisée. Différentes applications de streaming sont disponibles sur un magasin dédié comme Netflix, Amazon Prime Video ou MyCanal. Malheureusement, si les applications sont bien disponibles, impossible de faire trotter Netflix ou encore Amazon Prime. La seule solution est de passer par une passerelle externe, ce qui est dommage pour un canasson dit « SmartTV ».

Il dispose également d’un lecteur médias intégré qui permet de lire des fichiers dématérialisés sur support USB (clé, disque dur).

Verdict technique

Consommation électrique :

Le CinemaX P2 a pour avantage par rapport aux modèles concurrents de chez Xiaomi d’intégrer une gestion fine de la puissance de fonctionnement du laser qui impacte directement la consommation électrique. Ainsi à 100% avec une mire de blanc, le P2 affiche une consommation de 219,1W. En abaissant le laser à 50% elle n’est plus que de 134,8W.

Bruit de fonctionnement :

Arrêtez dare-dare la quête du sabot de velours car pour l’heure vous ne trouverez pas mieux : les 2 UST laser 4K d’Optoma sont en effet les plus discrets du marché et le CinemaX P2 arrive encore à faire mieux que l’UHZ65UST. Il est ainsi possible qu’il galope à 100% du laser sans que le bruit incommode. En passant à 75%, j’ai mesuré à 50cm de l’appareil un petit 30dB puis 32dB à 100%.

Rendu du système sonore NuForce de 2X19W:

Point de différence entre le chevalier noir et le chevalier blanc dans ce domaine. Si la clarté des voix et des effets est à souligner, leurs olifants manquent tous les deux de basses.

Piqué et netteté :

C’est la plus petite puce DMD à simulation 4K qui est intégrée dans les deux Optoma UST laser. Ce n’est certes pas la meilleure des solutions en termes de piqué et pourtant les ingénieurs de Coretronics (la maison mère d’Optoma) ont réussi à en tirer le maximum. Les amoureux de l’image DLP et de sa précision seront heureux de retrouver ces belles caractéristiques sous le heaume du chevalier blanc.

Fluidité :

Grâce à son mode d’interpolation d’images à 120 Hz, le CinemaX P2 parvient à conserver une grande précision de l’image en mouvement. Ce mode peut être réglé sur 3 niveaux. Toutefois concernant le 24p natif, Texas Instruments (le fabricant du DMD et de l’électronique de contrôle appropriée) n’a manifestement pas réussi à l’intégrer correctement dans ses nouvelles puces, ni un multiple de cette valeur, et cela ne concerne pas que les modèles d’importation chinois.


En raison de la fréquence de rafraîchissement fixe de 60 Hz (50 Hz pour le matériel télévisuel), les Blu-ray souffrent de pulldown 3:2, ce qui provoque des ralentissements à l’image. Il faut absolument activer l’interpolation d’images pour faire disparaître ce judder. Ce n’est effectif qu’avec les niveaux 2 et 3 de l’interpolation d’images, comme me l’a démontré le défilé des piments présents sur le Blu-ray UHD de test de Spears and Munsil.

Input lag :

Le niveau de lag était particulièrement élevé sur l’UHZ65UST. Ce point a été corrigé avec l’intégration d’un mode Gaming parmi les menus. Il permet de réduire le lag classique de l’appareil. Ainsi, de 120 ms de retard on passe à 62,2 ms. Attention, pour obtenir cette valeur il ne faut pas utiliser la correction de trapèze ou l’interpolation d’images. Dans ces conditions, le CinemaX P2 est mieux adapté aux jeux en réseau que son prédécesseur.

Overscan, pollution lumineuse et recherche du cadre lumineux de la puce 0.47 :

Dès la sortie de boîte l’overscan est désactivé ce qui permet de bénéficier d’une image exempte de rognage. Le cadre lumineux généré par la puce DMD 0,47 de seconde génération représente quant à lui une largeur de 4 centimètres.

Synchronisation HDMI :

Le CinemaX P2 dispose d’une gestion de l’EDID de ses trois prises HDMI, pour les positionner au format 1.4 ou 2.0. J’ai souvent pesté contre la lenteur de la synchronisation HDMI sur de précédents modèles Optoma et bien là ce n’est pas du tout le cas : c’est fluide et sans anicroche.

Colorimétrie, contraste et luminosité :

3500 lumens (UHZ65UST) versus 3000 lumens (CinemaX P2), ce surcroît de puissance se retrouve dans les mesures en faveur du Dark Knight. Mais j’avoue sans passer par la salle de torture que ma préférence va au P2 pour sa colorimétrie bien plus juste dès la sortie de boîte. Le mode référence démontre bien cet écart avec quasiment aucune retouche à effectuer sur les valeurs usines sur le P2 alors qu’on en était loin avec l’UHZ65UST.

Les vérifications du Gamut permettent d’établir que le P2 atteint 89,2% du DCI-P3, soit bien au-dessus de l’UHZ65UST. Nous touchons ici au principal avantage du P2 face à l’UHZ65UST, à savoir la justesse de la colorimétrie et un Gamut plus étendu qui bénéficie à la restitution des signaux 4K HDR.

Après calibrage léger (on peut très bien s’en passer), le P2 est capable d’éclairer une base d’image de 4m10 au format 16/9ème en 1080P SDR tout en conservant une luminance de 16 fL et 3m30 en 4K HDR avec une luminance de 26 fL. Rappelons que grâce à la discrétion de son fonctionnement, la pleine puissance du laser est hautement recommandée.

Pour le contraste, nous sommes moins à la fête. Le dada blanc est bien distancé par son concurrent anthracite. Il n’arrive guère en natif à s’élever au-dessus de 1000:1. Pour contrebalancer ce point faible il faudra activer le contraste dynamique mais qui est toujours frappé par des effets de pompage particulièrement notables dans son niveau 3 et donc pas agréable pendant une projection. Pour le coup rien de nouveau sous le soleil.

Avis subjectif

Pour obtenir le meilleur rendu visuel avec nos Blu-ray classiques 1080P en 24hz SDR, je vous recommande de simplement sélectionner le mode référence et de vous laisser dès lors porter par le travail des personnes qui ont conçu le projecteur. Ce qui flatte l’œil à la découverte de l’image du nouvel Optoma c’est sa précision, conjuguée à un lissé qui génère l’impression d’un rendu sans défauts.

De mon avis, pour les personnes sensibles au judder dont je fais partie, le passage par l’activation de l’interpolation d’images est quasiment obligatoire ; je recommande avec le P2 de sélectionner le niveau « 2 ».

Le seul point qui me chagrine est le contraste, notamment face à l’invasion Xiaomi, Fengmi et consorts chinois. Dans ce domaine l’Optoma est clairement distancé par les plus de 3000:1 d’un Xiaomi 4K 1S, par exemple. L’activation du contraste dynamique ne permettra pas visuellement de rattraper ce retard. Ce point est moins flagrant en HDR.

Le CinemaX P2 dispose d’une gestion automatisée des signaux HDR (mais non dynamique). Concrètement, il se positionne dans les bons niveaux de luminosité dès la détection du signal à haute dynamique. Il est possible de la corriger par le biais du réglage de luminosité HDR disponible sur 4 niveaux «  Détail, Film, Standard ou Lumineux« .

Pour la plupart des films HDR, j’ai trouvé que la valeur « Standard » était préférable au réglage Film par défaut ; ce mode donne généralement davantage de dynamique tout en maintenant un bon contraste sans brûler les blancs.

Conclusion

Pour ma part, le résultat de cette joute est en faveur du nouveau venu et de sa robe virginale. Il conserve la plupart des qualités du héraut sombre en corrigeant certaines de ses faiblesses (colorimétrie, input lag) et en le rendant toujours plus discret.

Donc fort de ces améliorations, le transfert du Gold Award de l’UHZ65UST au profit du CinemaX P2 s’impose naturellement.

GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR

Je tiens à remercier la boutique PassionHomeCinema.fr pour le prêt de ce projecteur, qui a permis de vous proposer ce test rapidement après sa sortie officielle. Il est donc maintenant disponible en stock et en démonstration chez PHC. Le prix public indicatif du CinemaX P2 est fixé à 2999€, soit 300€ de moins que le prix de lancement de l’UHZ65UST.

J’ai apprécié :

– La baisse de tarif,

– La précision d’image,

– La fluidité,

– La colorimétrie,

– La discrétion de fonctionnement,

– La réduction de l’input lag.

Je regrette :

– Le contraste (au regard de ce que font d’autres projecteurs concurrents),

– Le judder en 1080p24,

– La partie SmartTV réduite à la portion congrue.

ENGLISH VERSION

Hear ye, hear ye, good people! Second generation 0.47 DMD chip with XPR X4 simulation, video processing with image interpolation, support for HDR-10, HLG and 3D signals, this is the badge of the Optoma CinemaX P2. It builds on the foundation of its excellent predecessor, the 2019 Optoma UHZ65UST, by repainting it white and replacing its 8-segment colour wheel with a 6-segment RGBRGB model, which is more capable of delivering natural and faithful colourimetry. This projector was precisely created on the basis of feedback from UHZ65UST users to correct and improve this first UST laser version. It is therefore armed with the memory and experience of the first version that I will hasten to examine the CinemaX P2, reporting to you on my measurements and sensations in this epic white knight and black knight tournament.

Presentation

Let’s start with some of the features that are similar between the UHZ65UST and the new CinemaX P2. Both use a 30,000-hour laser sword (eco mode) and a very short-range glass lens that can project 120-inch images from just a few centimetres away. They are also intelligent 4K UHD laser projectors with built-in 38W Dolby Digital 2.0 sound bars ( 2×19W).

Test Optoma CinemaX P2
Optoma CinemaX P2

Both the UHZ65UST and P2 can be integrated into home automation systems thanks to its loyal squires: Amazon Alexa, Google Assistant and IFTTT support via Smart+ technology.

Let’s now turn to the new features and enhancements of CinemaX P2. It offers 25% more dynamic contrast (2,000,000:1 vs. 1,500,000:1). In addition, it has a different DLP colour wheel with 6-segment RGBRGB, whereas the UHZ65UST used an 8-segment RGBYRGBY. Brightness is downgraded to 3000 lumens compared to 3500 lumens for the anthracite version.


The new Cinemax P2 also includes an enhanced game mode option that optimizes the projector for ultra-fast response times. This reduces input lag.
Another new feature of the CinemaX P2 is FRAMED’s digital art exhibition function, with which Optoma has partnered. This is a collection of artwork created by new and emerging artists, specially designed to be displayed using your projector. FRAMED is a leader in the field of digital art and offers 12 original works of art presented in an « exhibition » that brings the artworks to life in your home.


The CinemaX P2 is available in a new white design (the UHZ65UST was only available in black). It also offers more placement options, including the ability to mount it on the ceiling or behind the screen in a rear projection mount, where the UHZ65UST only supported
tabletop installation (round or not). To enable this placement flexibility, Optoma has increased the digital keystone correction range to +5 ↔ -10 vertical, ±5° horizontal. The integrated SmartFIT application also enables trouble-free image alignment from a smartphone.

Test Optoma CinemaX P2
Optoma CinemaX P2


In addition to these new features, Optoma has also slightly improved the noise level. The UHZ65UST was on paper at 26dB; the new P2 is made a little quieter at 24dB .

Physical tour

With the exception of the white shell, the Optoma CinemaX P2 looks exactly like its predecessor. It measures 13 × 56 × 38 cm (H x W x D) and weighs 11 kg.

The ultra-short focal length optical block is made of glass and is motorised to adjust image sharpness. To correctly position the P2 you have screw feet to accommodate flatness. The manufacturer has also added two rulers to be placed under the projector’s feet to determine the distance according to the size of your screen.

Being an ultra-short throw projector with a projection ratio of 0.25:1, it does not have a zoom or lens-shift; its horizontal and then vertical position will determine the size and position of its image. In my configuration (Vividstorm screen of 2m23 useful base) I placed the projector on the floor. Placed 29 cm from the screen at a depth of 29 cm (distance taken from the front of the device which is facing the screen) the base of its image is at a height of 37 cm.

Test Optoma CinemaX P2
Test Optoma CinemaX P2

Once the position is found, the focus of the image must be adjusted. This device is controlled electrically from the remote control. It is also possible to simply use the letters in the image menu to adjust the sharpness with your nose on the screen.

The projector has an interesting function: it offers the possibility to finely adjust the screen’s trapezoid via a smartphone using the SmartFIT application. The principle is based on taking a photo using the mobile phone and the application automatically corrects trapezoid problems. If I loaded it correctly, unfortunately I couldn’t make it work completely because all the photos I took were rejected.

Connections :

The connectivity includes three HDMI inputs, two CEC 2.0 certified HDCP 2.2 (only 1 is ARC compatible) and one 1.4 present on the side of the device and certified HDCP 1.4, two USB2.0 ports (with 4K media player function on one of the 2), a third dedicated to maintenance, 1 optical input and a 3.5 mm mini-jack output. To return to the media player, the following compatibilities are indicated by the manufacturer: MP3, AAC, Wav, Flac HD, MKV, MP4, M4V, AVI, AVC/H.264, HEVC, Mov, TS and JPEG. However, I have encountered audio recognition problems with H.264 files/H.265.

In terms of wireless connectivity, the projector integrates Wifi and Bluetooth 4.0. Thanks to this last link the P2 can be used as an external speaker without the need to switch on the image.

Test Optoma UHZ65UST
Télécommande Optoma

The Bluetooth remote control is the same as that of the UHZ65UST. It recharges via a micro USB cable to be connected to any device with a USB port capable of charging, which of course the USB 2.0 port on the side of the projector does.

Menus

Depending on the connected sources, the following image menus are available: « Cinema, HDR, HLG, HDR SIM, Game, Reference, Bright, User, 3D, ISF Day and ISF Night, ISF HDR, ISF HLG » and finally « ISF 3D » (access protected by a code).

The menus in the form of vignettes are not the most beautiful effect but we can console ourselves by saying that everything is there and that is the main thing. You will find a fine management of the laser power in steps of 5% in the range from 50% to 100%, a dynamic contrast on 3 levels as well as an interpolation of images also on 3 levels. For colour and gamma adjustment there are factory preset values or the possibility of correcting them by means of Bias Gain adjustment and SMD on the 3 dimensions of the Gamut.

The CinemaX P2 uses a customised version of Androïd. Different streaming applications are available on a dedicated shop such as Netflix, Amazon Prime Video or MyCanal. Unfortunately, if the applications are available, it is impossible to trot Netflix or Amazon Prime. The only solution is to go through an external gateway, which is a shame for a so-called « SmartTV » nag.

It also has an integrated media player that can read dematerialised files on USB media (key, hard disk).

Technical verdict

Power consumption :

The CinemaX P2 has the advantage over Xiaomi’s competitors’ models of integrating fine control of the laser’s operating power, which has a direct impact on power consumption. Thus, at 100% with a white test pattern, the P2 has a power consumption of 219.1W. When the laser is lowered to 50%, the power consumption is only 134.8W.

Operating noise :

Stop dare-darely searching for the velvet hoof because for the moment you won’t find anything better: the 2 Optoma 4K laser USTs are indeed the most discreet on the market and the CinemaX P2 still manages to do better than the UHZ65UST. It can gallop 100% of the laser without annoying noise. Going to 75%, I measured at 50cm from the device a small 30dB then 32dB at 100%.

Rendering of the 2X19W NuForce sound system:

There is no difference between the black knight and the white knight in this respect. If the clarity of voices and effects is to be underlined, their olifants both lack bass.

Sharpness :

It is the smallest DMD chip with 4K simulation that is integrated in the two Optoma UST lasers. It is certainly not the best solution in terms of stitching, but engineers at Coretronics (Optoma’s parent company) have managed to get the most out of it. Lovers of the DLP image and its precision will be happy to find these beautiful features under the white knight’s helmet.

Fluidity :

Thanks to its 120 Hz image interpolation mode, the CinemaX P2 is able to maintain a high degree of accuracy in moving images. This mode can be set in 3 levels. However, with regard to the native 24p, Texas Instruments (the manufacturer of the DMD and the appropriate control electronics) has clearly not been able to integrate it properly into its new chips, nor a multiple of this value, and this is not just with regard to the Chinese import models.


Due to the fixed refresh rate of 60 Hz (50 Hz for TV equipment), Blu-ray is subject to 3:2 pulldown, which causes picture deceleration. It is absolutely necessary to activate image interpolation to make the judder disappear. This is only effective with levels 2 and 3 of image interpolation, as demonstrated to me by the parade of peppers present on the Spears and Munsil UHD Blu-ray test.

Input lag :

The lagoon level was particularly high on the UHZ65UST. This has been corrected with the integration of a Gaming mode among the menus. It allows to reduce the classic lag of the device. Thus, from 120 ms of delay we go to 62.2 ms. Attention, to obtain this value, do not use trapezoid correction or image interpolation. Under these conditions, the CinemaX P2 is better suited to network gaming than its predecessor.

Overscan, light pollution and search for the luminous frame of the chip 0.47 :

The overscan is deactivated as soon as the box is removed from the box, which means that the image is free of cropping. The light frame generated by the second generation DMD 0.47 chip is 4 centimetres wide.

HDMI synchronisation :

The CinemaX P2 has EDID management of its three HDMI sockets, to set them to 1.4 or 2.0 format. I have often complained about the slowness of HDMI synchronisation on previous Optoma models and this is not the case at all: it’s smooth and without a hitch.

Colorimetry, contrast and brightness :

3500 lumens (UHZ65UST) versus 3000 lumens (CinemaX P2), this extra power is reflected in the Dark Knight measures. But I must admit without going through the torture room that my preference goes to the P2 for its much more accurate colorimetry right out of the box. The reference mode clearly shows this difference with almost no touching up to be done on the factory values on the P2 whereas we were far from it with the UHZ65UST.

The Gamut checks show that P2 reaches 89.2% of the DCI-P3, well above the UHZ65UST. The main advantage of the P2 over the UHZ65UST is the accuracy of the colorimetry and a wider Gamut that benefits the reproduction of 4K HDR signals.

After light calibration (we can do without it very well), the P2 is capable of illuminating a 4m10 image base in 16/9 format in 1080P SDR while maintaining a luminance of 16 fL and 3m30 in 4K HDR with a luminance of 26 fL. Remember that thanks to its discreet operation, full laser power is highly recommended.

For contrast, we are less at the party. The white dada is well ahead of its anthracite competitor. As a native, he can hardly manage to climb above 1000:1. To counterbalance this weak point it will be necessary to activate the dynamic contrast but which is always hit by particularly noticeable pumping effects in its level 3 and therefore not pleasant during a projection. For the blow nothing new under the sun.

Subjective opinion

To get the best visual rendering with our classic 1080P Blu-ray in 24hz SDR, I recommend that you simply select the reference mode and then let yourself be carried away by the work of the people who designed the projector. What flatters the eye as it discovers the image of the new Optoma is its precision, combined with a smoothness that generates the impression of a flawless rendering.

In my opinion, for judder-sensitive people like myself, the passage through the activation of the image interpolation is almost obligatory; I recommend with the P2 to select level « 2 ».

The only point that bothers me is the contrast, especially in the face of the Xiaomi invasion, Fengmi and Chinese consorts. In this field the Optoma is clearly outdistanced by the more than 3000:1 of a Xiaomi 4K 1S, for example . The activation of dynamic contrast will not visually allow to catch up this delay. This point is less obvious in HDR.

The CinemaX P2 has automated (but not dynamic) HDR signal management. This means that the CinemaX P2 will automatically switch to the correct brightness levels as soon as the high dynamic range signal is detected. It is possible to correct it by means of the HDR brightness control available in 4 levels: Detail, Film, Standard or Bright.

For most HDR films, I found that the « Standard » value was preferable to the default Film setting; this mode generally gives more dynamics while maintaining good contrast without burning out the whites.

Conclusion

For my part, the result of this joust is in favour of the newcomer and his virginal dress. He retains most of the qualities of the dark herald by correcting some of his weaknesses (colorimetry, input lag) and by making him ever more discreet.

So with these improvements, the transfer of the Gold Award from UHZ65UST to CinemaX P2 is a natural choice.

GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR

I would like to thank the PassionHomeCinema.fr shop for the loan of this projector, which enabled us to offer you this test soon after its official release. It is now available in stock and in demonstration at PHC. The indicative retail price of the CinemaX P2 is set at 2999€, which is 300€ less than the launch price of the UHZ65UST.

I enjoyed :

– The tariff reduction,

– Image accuracy ,

– Fluidity,

– Colorimetry,

– Operational discretion,

– The reduction of input lag.

I regret :

– Contrast (compared to what other competing spotlights do),

– The judder in 1080p24,

– The SmartTV part reduced to the congruent portion.

68 Comments

  1. Merci pour le test !
    Vraiment pas mal pour le jeu donc, j’attend de voir le Samsung avant de changer mon uhz65ust.
    Le blanc laqué ce n’est pas gênant ? Étrange comme changement.

  2. J’ai une question technique Gregory, j’ai du mal a trouver une solution…
    Le uhz et sûrement celui là a toujours parfaitement fonctionné seul.
    Depuis j’ai acheté un ampli et des enceintes 5.1
    Avec l’ampli ça fonctionne mal.
    Mon premier ampli Denon avait du mal a accrocher l’image.
    Je viens de le rendre et j’ai pris un Sony.
    Il marche pas mal, mais je n’ai plus de HDR… Une vrai galère.
    Il faut des câbles HDMI beaucoup plus puissant quand on passe par un ampli ?
    La Shield brancher en direct au projo me fait du 4k HDR.
    Une idée ?

  3. Pas de 24hz natif, un contrast ON/OFF scandaleux, contraste dynamique qui pompe, à ce prix c’est absolument scandaleux. Cette puce 0.47 est vraiment une hérésie.

    Le HDR se paie très cher en vidéoprojection, un Benq W1090 pour 700€ proposait en 1080p une image a mille lieu de ce que propose cette puce. Pour avoir testé la puce 0.47 sur un Benq et la 0.66 SUr une Acer il y a même pas photo entre les deux, Contraste on off et ANSI explose la 0.47.
    C’est triste de se dire qu’il y a des possibilités de faire de bons produits mais dans un soucis d’économies on floue l’acheteur

  4. Donc meilleures couleurs, plus silencieux mais moins lumineux et constaté que la v1. Pour avoir vu les deux à Genève, le gain en bruit est très appréciable. Mais forcément au détriment de la lumière. Pour une utilisantion en journée, sport, jt, La peche du uhz est appréciable. Par contre niveau contraste surtout en mode noir dynamique il est clairement en dessous du uhz et ça se voit dans les scènes sombres. Le uhz fait des merveilles dans ce domaine sur des sources 4k hdr (pour le reste c’est pas dingue). Mais les effets de pompages sont trop visibles sur le p2. Pour l input lag d après les nouveaux tests depuis la maj uhz ils sont au même niveau (d après d’autres forum).
    En résumé, les deux versions ont leur avantages à voir lequel correspond le mieux à ses besoins.

  5. Bonjour, j’attendais la critique et j’avais un peu froid …
    Enfin Gregory n’a pas évalué le Hisense 100l5f
    J’ai l’opportunité de l’obtenir à un bon prix. Pour le remplacer par un téléviseur et regarder des contenus variés, des sports, des cinémas, etc., lequel choisiriez-vous ???
    Hisense ou Cinemax P2

    • Bonjour Crisyolga, Hisense semble avoir peur de la critique car ils ne m’ont toujours pas envoyé le 100l5f, dans ces conditions vous comprendrez que je ne suis pas en mesure de répondre.

  6. Bonjour Grégory
    Encore un super test … tu fais un travail très appréciable et je t’en remercie.
    Ça fait maintenant 2 ans que je prend beaucoup de plaisir à suivre ton blog.
    J’aurais besoin de tes conseils
    Pour une pièce à vivre, sans lumière directe, le P2 est il suffisant ou faut il plus prendre le Wemax pour son niveau de luminosité ?
    Ou, s’il y a une réponse possible, à partir de quel niveau de luminosité peut on utiliser un vidéo pro dans une pièce telle décrite ci-dessus.
    Enfin, de quelle manière peut on te rémunérer pour ton travail car lorsque j’aurais fait mon achat de vidéo pro, tu auras été le principal prescripteur de celui-ci.
    Merci

    • Demant, les tailles d’écran possibles (en fonction de la luminosité) sont mentionnées dans le test et le CinemaX P2 (tableau contraste et luminosité).

  7. Hallo Gregory, my compliments for you tests! I live in italy so you have unother fan outside France!
    It is more than one year that I follow your tests and now I decided to buy an ust: Can you suggest me?
    I have a livingroom with no direct light on the screen and my preferences are in looking films 4k (not interested in sports).
    I have waited with a lot of suspence you Optoma p2 test, and Vava test but now, after all, I think that Xiaomi Mija s1 could be not very far from Optoma regarding overall quality.
    What do you think? does the big gap in price beetween Xiaomi (€ 1.500) and Optoma P2 (3.000) (or VAVA) justified from a great difference quality?
    I Understand that Xiaomi is a great value for money but I woud like to have no regreats regarding picture quality if i buy xiaomi instead of optoma p2.
    I do not take care in input lag for games, or chinese menu.
    Thank you in advance for your reply
    Aldo

    • Bonjour Aldo, Luisella a bien compris ma préférence un petit peu plus haut, voici une petite liste des résultats mesurés obtenus sur 5 critères d’évaluation qui concernent uniquement l’image home cinéma :

      Contraste : Gagnant Xiaomi
      Luminosité : égalité après calibrage
      Fidélité colorimétrique : égalité
      Piqué : Gagnant Xiaomi
      Fluidité : Gagnant Optoma

    • Googled french:
      Salut Aldo, si vous êtes dans la région de Milan, vous pouvez venir voir Xiaomi travailler avec moi 🙂

      Ciao Aldo, se sei in zona Milano puoi venire a vedere lo Xiaomi all’opera da me 🙂

  8. Bonjour
    Merci pour ce test exhaustif
    J’ai l’impression que ce nouveau modele est moins bons que le précédent!
    J’ai cependant quelques questions
    les chiffres du contrastes dynamique dans le test c’est avec le niveau 3 de l’iris dynamique ?
    quel est le niveau de noir associé à ce contraste ?
    est ce que l’interpolation d’image est sujette à des artefacts ?
    merci encore

  9. Bonjour Grégory,
    merci comme d’habitude pour votre excellent test.
    Même si le P2 a été attribué, il me semble trop inférieur aux autres modèles « chinois ». J’attendrai votre classement annuel mais je suppose qu’aucun Optoma ne sera le premier …;)
    P.S. Avec cette roue chromatique, à quoi ressemble l’AEC?

  10. Merci Gregory pour ce post matinal !!!
    J’ai une question sur ce projecteur : connais tu la taille de projection max autorisé par celui-ci ? 120 pouces ? 130 pouces ?

    Merci !

  11. Gregory, deux questions …
    Dites-vous que la distance verticale minimale est de 37 cm, du haut du projecteur ou du meuble ???
    En revanche, vous avez très bien valorisé le Xiaomi, hormis le mouvement, la fluidité est très mauvaise pour le cinéma, le sport ???
    Je te suis depuis plusieurs semaines depuis l’Espagne, salutations

        • Le fait qu’il y aura un MEMC (Motion Compensation) est-il un indicateur qu’il s’agira plutôt d’une solution de « Lens Shift »?
          Aucun d’entre eux ne peut faire du 24p.
          Le Sony VPL-VZ1000ES avec un vrai 4k peut le faire à mon avis.
          Bien sûr, ce serait bien si je me trompais…

          • Fritz c’est exactement ça, les DMD 4K XPR 0,47 et 0,66 ne gèrent pas nativement le 24p, toutes effectuent une conversion 60hz. L’UST SONY 4K n’est pas un DLP et il coute plus de 3 fois le prix du P2.

            L’interpolation d’images n’a rien à voir avec un éventuel Lens-shift.

          • Bonjour, Gregory,

            mais quel est la quintessence?
            Peut-être que c’est juste ma propre « chip » et que je ne suis pas à la hauteur d’une éventuelle ironie.
            Le fait que le Sony UST soit plus cher n’est pas nécessairement un secret.
            Mais pensez-vous que vous ne devriez pas vous attendre à un véritable 4K parce que le prix est trop bas ou voyez-vous une éventuelle percée pour les appareils 4K à bas prix sans puce 0,47/0,66 ?

            Ce qui irrite, c’est aussi le CPU « Mstar 6A-838 » qui a aussi le XGIMI Z6. Peut-elle remplir tout cela ?
            (Source : https://twitter.com/bomakerofficial?lang=de)

            Bien à vous

          • Fritz, merci pour cet effort de traduction, malheureusement j’ai du mal à saisir ce que vous essayez de démontrer. Un seul point sur lequel je pourrai répondre, il n’y a pas de DLP 4K natif grand public au programme maintenant ni dans un futur proche.

      • Grégory, je vais surement me laisser tenter par l’achat de ce prolo bomaker…
        Serais tu intéressé de le tester si j’arriverais à l’obtenir à ce prix intéressant ???

      • Sincerely no, because there are no test in the web and I do not know anything about this projector.
        If you will test this projector maybe yes.
        Now, after reading your last reply and your last tests, two days ago I bought xiaomi mijia 1S and 100 inch FENGMI screen. With your link and promotion code I payed € 2.015!!
        And I am waiting the courier!
        Thanks to you and your excellent work!

    • Oui comme sur l’Optoma le signal d’entrée est détecté comme du 24P mais ce n’est pas le signal de sortie, maintenant tous les projecteurs DLP ne sont pas égaux sur le judder et Acer est plutôt bon sur la fluidité.

  12. Hello

    Niveau meuble, il faut prévoir quel hauteur de meuble environs si on installe une toile Technique ?

    J’hésite avec le nouveau Samsung, l’optoma fait-il du bruit en veille ?

    Dernière question, que veux dire : trotter l’application Netflix ? 🙂

    Merci

    • Tout dépend la taille de ton écran, en gros pour être à la bonne hauteur on dit qu’il faut avoir le regard au niveau du premier tiers bas de l’écran.
      Moi sur un écran technique vividstorm 100″ déroulant (du bas) le socle de l’écran est posé à seulement, 20 cm du sol.

  13. Really can’t understand why they make it white.
    Any light source reflect easily via the white surface to the screen. I bought pure black non reflection cloth for photograph background to cover my UST.

    And definitely say no to projector with color wheel more than RGB. It’s a cheating to get higher brightness.

  14. C’est une version spéciale revendeur, uniquement commercialisée par HK, ils avaient déjà fait le coup avec le M3000 et maintenant avec CHiQ et le B6U. Il n’a pas grand chose à voir avec les modèles UST comme le P2.

  15. Bonsoir, question peut être bête sur l’input lag en général mais je m’interroge à nouveau en lisant ce test.

    Grégory vous parlez à chaque fois des parties en réseau et qu’un input lag élevé est pénalisant. Ok mais en solo aussi c’est pénalisant de la même manière ? J’imagine que oui c’est pareil mais dans tous vos tests il est uniquement question des parties de jeu vidéo online alors je m’interroge.

    Je ne joue qu’en solo hors ligne et je me demande si ce paramètre est important du coup … J’ai des doutes et je lis de tout sur le net

    Merci de m’éclairer

    • Bonjour Morgan, mon échelle de valeur qui ne correspondra peut être pas à celle d’un hardcore Gamer 😉

      Moins de 50ms de lag pour un projecteur : excellent pour du Gaming réseau
      Entre 50ms et 100 ms : déconseillé pour jeu en réseau mais peu d’impact sur jeu solo
      Au-dessus de 100ms : limitez vous au home cinéma, le projecteur n’est pas fait pour le Gaming

      • Merci pour ces valeurs, c’est un peu ce que j’avais en tête également.

        A vous lire j’en déduis que le retard effectif ( et la gêne occasionnée ) sera strictement le même en solo ou en réseau. Pas de différence.
        Seulement en solo c’est une habitude à prendre et il faut faire avec tandis qu’en ligne d’autres joueurs auront un input lag plus faible ( surtout sur écran ) et c’est là qu’on est vraiment désavantagé.

        C’est juste ça ?

        • Salut,

          Léger avertissement sur le mode gaming, par rapport à mon actuelle expérience du P1 (UHZ65UST) avec le firmware d’août : oui le mode gaming permet de jouer mieux qu’avant, mais avec des inconvénients :
          – activation longue (15s ?) et hasardeuse (parfois çà marche pas et bloque le vp)
          – devient verdatre quand on l’active ( obligé de changer de mode d’affichage pour faire disparaitre le verdatre, après c’est bon)
          – la qualité de l’image se détériore ( moins de détails, très visible sur n’importe quelle fenêtre windows, micro flashs de près ) : inutilise en film de mon point de vue
          – désactivation buggée : soit çà termine en écran noir, soit on perd 10 cm à la base de l’image = obligé d’éteindre / rallumer le projecteur
          – ne conserve pas le mode jeu activé entre 2 redémarrage : obligé de refaire les manips à chaque fois.

          En espérant que le P2 corrige tout çà 🙂 car les possesseurs de P1 attendent une maj firmware, mais silence radio d’Optoma depuis début septembre.

          • Je confirme on attend tous le prochain firmware qui devait sortir en septembre !!
            Pour ma part j’attends surtout la correction des bugs sur la lecture en 4k 60hz et le tone mapping qui ne marche pas avec la majorité des box Android TV depuis la dernière maj.
            Aucun souci avec mon zidoo par contre.
            Le pire c’est que ces bugs que j’ai cités viennent juste d’être corrigé sur le dernier firmware fraîchement sorti sur le P2.

          • Bonjour,

            J’hésite encore entre le P2 et l’UHZ, votre commentaire m’interpelle tout particlièrement. Savez-vous si Optoma à finalement sortit ça mise à jour qui corrige ces problème de gaming ? Savez-vous maintenant si le P2 corrige ce genre de problème ?

  16. Bonjour

    merci pour le test.

    J’ai tout de même une question concernant le montage au plafond, tu dis qu’il est possible en début d’article, on trouve ailleurs des photos du dessous avec 4 pas de vis, qui font penser que c’est effectivement possible. Par contre la notice dispo sur le site d’optoma (une copie de celle de l’UHZ65UST ?) indique que seuls les modes table devant/derrière ecran sont possibles, idem dans le descriptif des menus…mais par contre à la fin dans les caractéristiques techniques on trouve « orientation d’installation : Avant, Arrière, Plafond-haut et Arrière-haut ».

    Avant de dépenser 3000 euros dans un VP j’aimerai bien être sûr que l’install au plafond devant un écran est dispo dans le menu. Si qqun a le videoproj sous la main, je veux bien une confirmation.
    merci

4 Trackbacks / Pingbacks

  1. Réception du Sony VPL-VW590ES pour un futur test PHC.FR. – – Le Blog de PHC –
  2. GUIDE D’ACHAT 2020 VIDEOPROJECTEURS UST 4K – – Le Blog de PHC –
  3. Test Sony VPL-VW590ES : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –
  4. Test JmGO S3 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*