Test Epson EH-TW5820 : l’avis de Grégory.

Test Epson EH-TW5820
EPSON TW5820

Ayant la chance (ou quelques fois le malheur) de tester la plus grande part de la production de diffuseurs frontaux, je dois avouer que le tableau offert par la frange de projecteurs à focale classique est peu reluisant. En miniaturisant ses puces DMD, Texas Instruments est engagé dans une course au profit au détriment de la qualité visuelle.

A la lecture de cette introduction vous avez du mal à comprendre pourquoi je parle de projecteurs DLP alors que je teste un modèle Tri-LCD et bien tout simplement parce qu’en dehors des modèles laser à ultracourte focale d’importation parallèle seul Epson propose une image home cinéma crédible à moins de 2000€, c’est à dire avec un contraste acceptable et non cette succession de modèles DMD 0,47″ qui battent des records de médiocrité dans ce domaine.

Il est loin le temps des puces DMD 0,67 en Dark Chip 3 qui ont fait le succès des Acer, BenQ, Optoma, ViewSonic ou Vivitek. Aujourd’hui, malgré l’utilisation d’un laser on se retrouve avec des appareils dont le contraste natif ne dépasse pas 350:1. Rajoutez à cela les défauts multiples qui frappent tous ces DLP à simulation 4K XPR (écran splitté, bordure d’image lumineuse), vous comprendrez mon agacement devant cette situation peu réjouissante pour nous autres amoureux de la grande image à domicile.

Le contraste est un des critères fondamentaux à ne pas négliger si on veut vivre une expérience cinéma de qualité. Vous l’aurez compris, il a été abandonné par Texas Instruments et les principales marques qui promeuvent l’image DLP au profit d’un input lag réduit et d’une simili-4K.

Si vous voulez du contraste crédible à moins de 1500€ en DLP, il n’y a que le Xiaomi 4K 1S ou le Fengmi Cinema Pro (2 modèles DLP laser UST). Il n’y a rien dans la catégorie projecteur à focale classique avec cette technologie de projection.

Heureusement, il reste Epson avec le TW5700 (déjà testé sur le blog) et le TW5820 objet du banc d’essai de ce jour.

Point de simulation 4K HDR (même si vous verrez qu’il est possible d’utiliser des programmes UHD sur ces deux appareils) mais un budget maîtrisé avec un TW5820 qu’on trouve aisément à 999€ (son prix de lancement était de 1299€).

De quoi s’agit-il ?

L’EH-TW5700 et l’EH-TW5820 partagent la même base et les mêmes options ; c’est principalement le contraste qui va les départager. Le constructeur japonais met en avant une luminosité de 2700 lumens et un taux de contraste dynamique de 35 000:1 (TW5700) et 70 000:1 (TW5820). Leur bloc dispose d’un zoom manuel ×1,2. Seul le TW5820 est équipé d’un Lens-shift vertical de 60% d’amplitude.

Les deux modèles sont équipés de trois panneaux LCD de 0,61 pouce avec C2 Fine quand les appareils en sommet de la gamme home cinéma d’Epson (TW7400/9400) sont pourvus de panneaux à 0,74 pouces.

La source lumineuse est basée sur une lampe classique du même fabricant, prévue pour une durée de vie de 4500h en mode de fonctionnement normal et jusqu’à 7500h en mode économique.

Comme le TW5700, le TW5820 est un projecteur avec fonction « smartTV » grâce à un module Androïd TV et ce sans restrictions. Ainsi, Netflix est disponible en version intégrale et pilotable à la télécommande sans nécessité d’installer une souris. Ce point est également valable pour Disney+, Prime Video ou Youtube. En revanche, il ne dispose pas d’un lecteur médias intégré et son unique prise USB est réservée au service. Le constructeur livre deux télécommandes avec l’appareil (je ne comprends pas bien pourquoi car une seule suffit à avoir l’accès à toutes les fonctions du TW5820).

Précision utile, elle se connecte en Bluetooth, la solution idéale pour pouvoir se mouvoir partout dans la pièce en gardant le contrôle de l’appareil sans être obligé de viser les capteurs infrarouge et (idéal pour un testeur 😉 ).

Test Epson EH-TW5820
Télécommandes Epson EH-TW5820

La télécommande est équipée de l’Assistant Google et permet de gouverner l’appareil à la voix. Vous pouvez également partager du contenu depuis votre téléphone.

Le projecteur est compatible 3D mais il faudra acquérir en supplément des lunettes RF de la marque pour pouvoir en bénéficier.

Tour physique

Test Epson EH-TW5820
EPSON EH-TW5820

Il me suffit ici de reprendre la partie similaire du test du TW5700 car tout est à l’identique. Le bloc optique est protégé par un cache mécanique qu’il faut manœuvrer manuellement, à donc ouvrir pour bénéficier de l’image de ce petit LCD puis refermer après séance pour éviter les dépôts de poussières, la truffe du chien ou encore le coup de chiffon de la bonne susceptible de rayer la lentille… L’ensemble des commandes est déporté sur le haut de la coque du TW5820.

Test Epson EH-TW5820
Logo Epson EH-TW5820

Pour obtenir la base d’image de 2m20 en rapport avec mon écran Vividstorm Obsidian le projecteur a été placé à une distance de 2m72 (2m72 minimum et 3m28 maximum grâce au zoom). Un pied escamotable situé sous l’appareil permet de le rehausser si le Lens-shift s’avérait insuffisant.

La connectique est dissimulée par un cache gris amovible. Les possibilités de liaisons physiques sont particulièrement limitées puisque le projecteur ne dispose que d’une simple entrée HDMI 1.4. L’unique prise USB est quant à elle réservée au service technique.

En revanche, la partie sans fil n’est pas anodine : le TW5820 intègre le Wifi et le Bluetooth AptX.

Menus

Idem pour les menus, ils sont en tous points identiques à ceux du TW5700 sans options supplémentaires.

La première fois que l’on allume ce projecteur il faut configurer Androïd TV. Si vous avez un téléphone Androïd cette démarche est simplifiée mais comme votre serviteur est un adepte d’Apple, il a fallu tout configurer à la main et relier le projecteur à un réseau Wifi.

Pour bénéficier de toutes les applications et pouvoir accéder au Google Store, il faudra rentrer vos identifiants. Une fois cette opération achevée, c’est parti pour les fonctionnalités « smartTV » et notamment Netflix d’emblée compatible sans boîtier externe. Une touche d’accès directe est d’ailleurs présente sur la télécommande.

Tournons nous maintenant vers les fonctionnalités du projecteur. En deux mots le traitement vidéo est plus étoffé que celui de ses concurrents DLP dans cette gamme de prix car le TW5820 dispose d’une mode d’interpolation d’images avec 3 paliers de fonctionnement « bas, moyen et haut » ainsi que d’un mode d’accroissement de la netteté de type « super résolution » déjà configuré en usine sur 5 niveaux. Ils sont tous éditables.

Test Epson EH-TW5820
Menu image Epson EH-TW5820

Quatre modes images sont disponibles « dynamique, cinéma lumineux, naturel et cinéma« . Là encore ils peuvent être paramétrés par l’utilisateur et sauvegardés dans plusieurs blocs mémoires quand bien d’autres fabricants négligent cette souplesse en renvoyant toute personnalisation à une unique possibilité mémorielle.

Pour ajuster précisément le gamut et les niveaux RVB, les classiques réglages de Gain et Bias ainsi qu’un CMS sont accessibles.

Afin d’accroître le contraste Epson a équipé le TW5820 d’un iris dynamique qui fonctionne sur deux vitesses : normale ou rapide.

Dans le menu 3D un convertisseur 2D/3D permet de générer une image 3D à partir de sources 2D. Les signaux côte à côte et haut et bas peuvent être forcés.

En plus des cinéphiles Epson n’oublie pas non plus les joueurs de jeux vidéo et propose deux options de réglages de la fréquence de traitement de l’image, une qualifiée de « fine » spécialement adaptée pour les films et la seconde « rapide » destinée à réduire le plus possible l’input lag.

Test Epson EH-TW5820
Option de réduction du lag EPSON EH-TW5820

Pour éviter les soucis d’alignement des panneaux, un menu spécifique permet d’intervenir pour corriger d’éventuels écarts.

Mais alors où sont les différences si ces deux appareils sont si proches ? Et bien il faudra attendre la partie contraste/luminosité pour arriver à réellement les distinguer.

Verdict technique

Mais alors où sont les différences si ces deux appareils sont si proches ? Et bien il faudra attendre la partie contraste/luminosité pour arriver à réellement les distinguer.

Consommation électrique :

Le TW5820 se révèle un peu plus gourmand en électricité que son petit frère avec 262,2W contre 257W pour le mode de fonctionnement normal que vous n’utiliserez sans doute pas (voir ci-après la partie bruit de fonctionnement). Il réduit sa consommation à 191W (188,5W pour le TW5700) dans le mode économique.

Bruit de fonctionnement :

Comme pour le TW5700, le mode normal du TW5820 pousse les ventilateurs et en conséquence le bruit de fonctionnement à des niveaux bien trop élevés (52,4 dB sur le projecteur et 44,2 dB à 50 centimètres). Dans son mode économique cela reste élevé mais plus supportable avec respectivement 45 dB et 35,9 dB (normal/éco.).

Rendu du système sonore intégré et liaison Bluetooth avec enceinte externe :

L’unique haut-parleur intégré relève davantage du gadget que d’une enceinte prévue pour le home cinéma. Le son sature rapidement, il n’y a aucune basses et mieux vaut vous limiter à une petite pièce si vous envisagez de vous en servir.

Piqué, précision d’images :

Les projecteurs Tri-LCD ne luttent pas à armes égales contre les mono DLP, leur acutance sera systématiquement moins bonnes que les projecteurs à micro-miroirs. Le TW5820 bénéficie toutefois d’un traitement vidéo élaboré qui permet de donner un coup de fouet à la netteté de l’image avec 5 niveaux différents. Il est facile de constater cet effet « super résolution » sur ce montage comparatif entre la même image projetée par le LG HU810PW et le TW5820. Personnellement je garde le Tri-LCD (cliquez à droite pour voir l’image en grand).

Test Epson EH-TW5820
Comparaison netteté LG HU810PW versus EPSON EH-TW5820

Comme pour le TW5700, je n’ai pas constaté de défauts d’alignement des panneaux sur l’image du TW5820.

Fluidité :

Les résultats en termes de fluidité vont surtout dépendre de la source et de la fréquence des programmes que vous transmettrez au projecteur. L’interpolation d’images fonctionne le mieux avec des sources 1080p24. Sur des programmes 60hz et malgré le gain indéniable en fluidité et en précision dans les travellings, de nombreux artefacts de mouvements restent visibles et nuisent à l’effet visuel global.

Input lag :

Test Epson EH-TW5820
Input lag EPSON EH-TW5820

Epson est un des champions de la réduction du lag. Ses projecteurs affichent régulièrement des valeurs inférieures à 30 ms. Le TW5820 ne déroge pas à ce constat avec un lag de 28,9 ms dans les deux modes de fonctionnement des panneaux « fin » et « fast », comme pour le TW5700. Ne boudons pas notre plaisir car avec une valeur si basse, le TW5820 peut être qualifié de projecteur Gaming.

Overscan :

Pas de nouveauté sur le terrain du cropping, les rognures restent absentes du paysage et vous pouvez bénéficier sans risque de l’ensemble de l’image originale.

Colorimétrie et Gamma :

Avec 4 modes images à analyser en sortie de boîte, l’Epson EH-TW5820 ne va pas fatiguer votre serviteur :). Sans retouches, le mode « cinéma » est le plus juste et le plus proche des références HDTV. Il offre une température de couleurs de 6700K avec un écart deltaE de 4,32 et un Gamma moyen à 2,14. Son Gamut n’atteint pas tout à fait le container rec.709 puisque ça plafonne à 98,1%.

C’est ce mode que j’ai choisi de calibrer car il permet de conserver une forte luminosité avec un bon contraste, ce que n’offre pas le mode naturel.

Après calibrage, le Gamut reste inchangé et j’ai obtenu une meilleure température de couleurs à 6479K en réduisant l’écart deltaE à 3,76. J’ai également aplani le Gamma qui reste positionné à 2,14.

Voici mes valeurs correctives :

Mode cinéma

Luminosité : 49

Contraste : 49

Balance des blancs

R GAIN: 53

G GAIN : 50

B GAIN : 48

R OFFSET : 51

B OFFSET : 50

G OFFSET : 50

Puissance lumineuse : Eco.

Si je procède à chaque fois à un calibrage, il faut toutefois préciser que le travail réalisé par les ingénieurs d’Epson sur la colorimétrie en sortie de boîte permet d’utiliser le projecteur immédiatement sans s’arracher les cheveux avec les réglages. En comparaison avec le TW5700, la colorimétrie d’usine est plus fidèle.

Contraste et luminosité :

Test Epson EH-TW5820

J’ai souligné en entame l’importance cruciale du contraste pour la qualité globale de l’image et la meilleure expérience cinéma possible. C’est principalement dans le domaine du contraste et de la luminosité que le TW5820 va pousser ses avantages face au TW5700.

Ainsi et dans tous les cas, le contraste natif dépasse les 1000:1 avec le TW5820 alors qu’il ne dépassait pas les 575:1 (avec des couleurs justes) sur le TW5700. L’écart visuel est notable et le clou est enfoncé avec l’activation de l’iris qui vient pousser le contraste dynamique à 8420:1.

A noter qu’il est possible d’obtenir des valeurs délirantes de contraste dynamique avec le mode éponyme mais cela est généré par un iris qui obscurcit totalement l’image (comme pour le dimming laser) et cette situation ne surviendra jamais en projection puisqu’elle reviendrait à projeter un film avec une image entièrement noire.

En ce qui concerne la luminosité vous aurez compris à la lecture du paragraphe « bruit de fonctionnement » qu’il faut absolument mettre de contact le mode de lampe « normal« . Mais pas de regrets à avoir car la puissance lumineuse du TW5820 reste forte en fonctionnement économique avec 1208 lumens après calibrage, ce qui le rend apte à projeter une image au format 16/9ème de 3m53 de base.

Verdict subjectif

1080p SDR :

J’ai adoré l’image de ce petit projecteur LCD Epson. Il n’est certes pas laser, pas 4K natif, ni simulé, ne dispose pas de mémoire de zoom et autres fioritures mais à 999€ il délivre ce que j’appelle une image cinéma fidèle et qui me redonne confiance dans la projection à lampe. J’ouvre justement une parenthèse sur cette projection à lampe UHP : on oppose souvent la durée de vie de celle-ci en comparaison avec une source laser ou LED mais il faut préciser qu’Epson produit et commercialise ses lampes et qu’elles figurent parmi les moins chères du marché donc ce critère de longévité ne doit pas vous rebuter, d’autant qu’une lampe se remplace (pas un laser).

Sur mes extraits d’évaluation de Wonder Woman 84 et ce long travelling de jour dans lequel on voit courir la jeune héroïne, l’image offre des verts profonds et une multitude de détails dans les sous-bois et sur la cascade. Ce passage est aussi une torture pour l’interpolation d’images qui montre ses faiblesses en entourant la coureuse d’un léger halo transparent.

Test Epson EH-TW5820

Pour les scènes nocturnes mon salon de test m’impose de mettre en œuvre un écran technique ALR Vividstorm Obsidian 0.8. Cette toile et le bon contraste de l’Epson font mouche dans la restitution des scènes nocturnes. Il faut toutefois pour obtenir les meilleurs résultats activer l’iris dynamique, un effet de pompage est notable à son allumage mais le gain visuel justifie ce petit désagrément.

Test Epson EH-TW5820
Effet iris dynamique sur le contraste

4K HDR :

Là encore vous allez pensez que je perds la boule après avoir indiqué que c’était un projeteur uniquement 1080p. Et bien que ce soit avec mon lecteur UHD Panasonic 820 ou ma box 4K Xiaomi, il est possible de profiter des sources 4K HDR avec conversion sur le petit Epson TW5820 et ça marche du tonnerre avec un contraste crédible et une belle dynamique d’image que vous pouvez apercevoir sur les clichés habituels du blog d’Asian Market et de James Bond Spectre (tous en source HDR-10).

Vous y perdrez en définition par rapport à un projecteur 4K natif mais sachez qu’il est possible d’obtenir une très belle image à haute dynamique avec le TW5820, bien meilleure que celle du LG HU810PW comme vous pouvez le constater sur ce montage photo.

Test Epson EH-TW5820
Comparaison LG HU810PW versus Epson EH-TW5820

Conclusion

Dans ce match entre projeteurs de la même marque, je trouve à l’issue de mon test que l’équilibre tarifaire est respecté. Le surcoût demandé pour acquérir le TW5820 permet de bénéficier d’une meilleure colorimétrie en sortie de boîte, d’un contraste et d’une luminosité plus puissants. C’est donc un projecteur bien équilibré que nous propose Epson et qui a le culot de délivrer une plus belle image qu’un modèle DLP 4K XPR laser récemment testé (suivez mon regard).

Avec ces deux projecteurs le constructeur japonais permet à des petits budgets de bénéficier d’une image de qualité, ce que ne propose plus la plupart des nouveautés DLP 4K 0,47″ à focale classique du moment. Reste tout de même à réduire le bruit de fonctionnement et nous aurons un projecteur sans défaut.

J’ai apprécié :

– L’image,

– Le prix,

– Les options de réglages,

– Le mode super résolution,

– La colorimétrie en sortie de boîte,

– Le rendu 4K HDR après conversion HDR/SDR,

– La luminosité,

– Le contraste.

Je regrette :

– Le bruit de fonctionnement,

– L’interpolation d’images génératrice d’artefacts de mouvement,

– L’absence de lecteur médias dans le projecteur en complément des options SmartTV.

Test Epson EH-TW5820
EPSON TW5820

ENGLISH VERSION

TEST EPSON EH-TW5820


Having the chance (or sometimes the misfortune) to test most of the production of front diffusers, I must admit that the picture offered by the fringe of classic focal length projectors is not very bright. By miniaturizing its DMD chips, Texas Instruments is engaged in a race for profit at the expense of visual quality.

After reading this introduction, you may have difficulty understanding why I am talking about DLP projectors when I am testing a Tri-LCD model. Well, simply because, apart from the laser models with ultra-short focal length from parallel imports, only Epson offers a credible home cinema image at less than 2000€, i.e. with acceptable contrast, and not this succession of 0.47″ DMD models which are breaking records for mediocrity in this field.

The days of the DMD 0.67 chips in Dark Chip 3 that made the success of Acer, BenQ, Optoma, ViewSonic or Vivitek are long gone. Today, despite the use of a laser, we find ourselves with devices whose native contrast does not exceed 350:1. Add to that the multiple defects that strike all these DLP with 4K XPR simulation (split screen, bright image border), you will understand my annoyance at this situation not very pleasing for us lovers of the big picture at home.

Contrast is one of the fundamental criteria not to be neglected if you want to live a quality cinema experience. As you can see, it has been abandoned by Texas Instruments and the main brands that promote the DLP image in favor of reduced input lag and a 4K-like image.

If you want credible contrast at less than 1500€ in DLP, there is only the Xiaomi 4K 1S or the Fengmi Cinema Pro (2 DLP laser UST models). There is nothing in the classic focal length projector category with this projection technology.

Fortunately, there is still Epson with the TW5700 (already tested on the blog) and the TW5820 subject of today’s test bench.
No 4K HDR simulation (even if you’ll see that it’s possible to use UHD programs on these two devices) but a controlled budget with a TW5820 that can be found easily at 999€ (its launch price was 1299€).

What is it about ?



The EH-TW5700 and the EH-TW5820 share the same base and the same options; it is mainly the contrast that will separate them. The Japanese manufacturer highlights a brightness of 2700 lumens and a dynamic contrast ratio of 35,000:1 (TW5700) and 70,000:1 (TW5820). Their optical block with a ratio of 1.22 – 1.47:1 has a manual zoom ×1.2 and a vertical Lens-shift (60%).

Both models are equipped with three 0.61-inch LCD panels with C2 Fine, while the top of Epson’s home theater line (TW7400/9400) are equipped with 0,74-inch panels.
The light source is based on a classic lamp of the same manufacturer, planned for a life of 4500h in normal operation and up to 7500h in economic mode.
Like the TW5700, the TW5820 is a projector with « smartTV » function thanks to an Android TV module and without restrictions. Thus, Netflix is available in full version and can be controlled by remote control without the need to install a mouse. This is also true for Disney+, Prime Video or Youtube. On the other hand, it does not have an integrated media player and its single USB socket is reserved for the service. The manufacturer delivers two remotes with the device (I don’t understand why because one is enough to have access to all the functions of the TW5820).

Test Epson EH-TW5820
Télécommandes Epson EH-TW5820


Useful detail, it connects via Bluetooth, the ideal solution to be able to move around the room while keeping control of the device without having to aim the infrared sensors and (ideal for a tester 😉 ).
The remote control is equipped with Google Assistant and allows you to govern the device by voice. You can also share content from your phone.
The projector is 3D compatible, but you will have to acquire extra RF glasses from the brand to benefit from it.


Physical tour

Test Epson EH-TW5820
EPSON EH-TW5820


I only need to repeat the similar part of the TW5700 test here because everything is identical. The optical block is protected by a mechanical cover which it is necessary to maneuver manually, to thus open to benefit from the image of this small LCD then to close again after meeting to avoid the deposits of dust, the nose of the dog or the blow of rag of the maid likely to scratch the lens… All the controls are deported on the top of the TW5820.

Test Epson EH-TW5820
Logo Epson EH-TW5820


To obtain the 2m20 image base in relation to my Vividstorm Obsidian screen the projector was placed at a distance of 2m72 (2m72 minimum and 3m28 maximum thanks to the zoom). A retractable foot located under the device allows to raise it.
Connectivity is hidden by a removable gray cover. The possibilities of physical connections are particularly limited since the projector has only a simple HDMI 1.4 input. The only USB socket is reserved for the technical department.


On the other hand, the wireless part is not insignificant: the TW5820 integrates Wifi and Bluetooth AptX.

Menus

The same goes for the menus, they are identical to those of the TW5700 without additional options.
The first time you turn on this projector you have to configure Android TV. If you have an Android phone, this process is simplified but as yours truly is an Apple fan, we had to configure everything by hand and connect the projector to a Wifi network.


To benefit from all the applications and to be able to access the Google Store, you will have to enter your identifiers. Once this operation is completed, it’s time for the « smartTV » features, including Netflix, which is immediately compatible without an external box. A direct access button is also present on the remote control.
Let’s now turn to the projector’s features. In two words, the video processing is more extensive than that of its DLP competitors in this price range because the TW5820 has a mode of image interpolation with 3 levels of operation « low, medium and high » as well as a mode of increasing the sharpness type « super resolution » already configured in the factory on 5 levels. They are all editable.

Test Epson EH-TW5820
Menu image Epson EH-TW5820



Four image modes are available « dynamic, bright cinema, natural and cinema« . Here again they can be set by the user and saved in several memory blocks when many other manufacturers neglect this flexibility by sending all customization to a single memory possibility.

To precisely adjust the gamut and RGB levels, the classic Gain and Bias settings as well as a CMS are accessible.
To increase the contrast Epson has equipped the TW5820 with a dynamic iris that works on two speeds: normal or fast.
In the 3D menu, a 2D/3D converter allows to generate a 3D image from 2D sources. Side-by-side and up/down signals can be forced.
In addition to film buffs, Epson has not forgotten video game players either and offers two options for adjusting the image processing frequency, one described as « fine » especially adapted for films and the second « fast » intended to reduce input lag as much as possible.

Test Epson EH-TW5820
Option de réduction du lag EPSON EH-TW5820


To avoid problems with panel alignment, a specific menu allows you to intervene to correct any discrepancies.
But then where are the differences if these two devices are so close? Well, we will have to wait for the contrast/brightness part to really distinguish them.

Technical verdict

But then where are the differences if these two devices are so close? Well, we’ll have to wait for the contrast/brightness part to really get to distinguish them.


Power consumption :

The TW5820 is a bit more power hungry than its little brother with 262,2W against 257W for the normal operating mode that you probably won’t use (see below the operating noise part). It reduces its consumption to 191W (188.5W for the TW5700) in the economic mode.



Operating noise :

As with the TW5700, the normal mode of the TW5820 pushes the fans and consequently the operating noise to far too high levels (52.4 dB on the projector and 44.2 dB at 50 centimeters). In its economy mode this is still high but more bearable with 45 dB and 35.9 dB respectively (normal/eco.).



Rendering of the integrated sound system and Bluetooth connection with external speaker :

The only integrated speaker is more of a gadget than a speaker designed for home cinema. The sound quickly becomes saturated, there is no bass and you’d better limit yourself to a small room if you plan to use it.

Sharpness, image accuracy :

Tri-LCD projectors do not compete on equal terms with mono DLP, their acutance will be systematically less good than micro-mirror projectors. However, the TW5820 benefits from an elaborate video processing that gives a boost to the image sharpness with 5 different levels. It is easy to see this « super resolution » effect on this comparative montage between the same image projected by the LG HU810PW and the TW5820. Personally I keep the Tri-LCD.
As for the TW5700, I did not notice any panel misalignment on the image of the TW5820.

Test Epson EH-TW5820
Lettres et chiffres EPSON EH-TW5820



Smoothness :

The results in terms of smoothness will depend mostly on the source and frequency of the programs you feed to the projector. Image interpolation works best with 1080p24 sources. On 60hz programs and despite the undeniable gain in fluidity and precision in dollies, many motion artifacts remain visible and detract from the overall visual effect.

Input lag :

Test Epson EH-TW5820
Input lag EPSON EH-TW5820


Epson is one of the champions of lag reduction. Its projectors regularly show values below 30 ms. The TW5820 is no exception with a lag of 28.9 ms in both « fine » and « fast » panel modes, as with the TW5700. Let’s not sulk, because with such a low value, the TW5820 can be called a Gaming projector.

Overscan :

No novelty on the cropping front, the cropping remains absent from the landscape and you can safely enjoy the entire original image.

Colorimetry and Gamma :

With 4 image modes to analyze out of the box, the Epson EH-TW5820 will not tire yours truly :). Without retouching, the « cinema » mode is the most accurate and the closest to HDTV references. It offers a color temperature of 6700K with a deltaE of 4.32 and an average Gamma of 2.14. Its Gamut does not quite reach the rec.709 container since it caps at 98.1%.



It is this mode that I chose to calibrate because it allows to keep a high brightness with a good contrast, which does not offer the natural mode.

After calibration, the Gamut remains unchanged and I got a better color temperature at 6479K by reducing the deltaE to 3.76. I also smoothed out the Gamma which remains positioned at 2.14.



Here are my corrective values :

Cinema mode
Brightness : 49
Contrast: 49
White balance
R GAIN: 53
G GAIN: 50
B GAIN: 48
R OFFSET: 51
B OFFSET: 50
G OFFSET: 50
Light power: Eco.


If I proceed to a calibration each time, I must however specify that the work done by the Epson engineers on the colorimetry out of the box allows to use the projector immediately without tearing out hair with the adjustments. Compared to the TW5700, the factory colorimetry is more faithful.

Contrast and brightness :

Test Epson EH-TW5820


I stressed in the beginning the crucial importance of contrast for overall image quality and the best possible cinema experience. It is mainly in the field of contrast and brightness that the TW5820 will push its advantages against the TW5700.
Thus and in all cases, the native contrast exceeds 1000:1 with the TW5820 while it did not exceed 575:1 (with accurate colors) on the TW5700. The visual difference is notable and the nail is hammered with the activation of the iris that pushes the dynamic contrast to 8420:1.
Note that it is possible to obtain crazy values of dynamic contrast with the eponymous mode but this is generated by an iris that totally darkens the image (as for laser dimming) and this situation will never occur in projection because it would be like projecting a film with an entirely black image.
As far as luminosity is concerned, you will have understood from the « operating noise » paragraph that it is absolutely necessary to switch to the « normal » lamp mode. But no regrets because the light power of the TW5820 remains strong in economic operation with 1208 lumens after calibration, which makes it suitable for projecting an image in 16:9 format of 3m53 base.


Subjective verdict

1080p SDR :

I loved the image from this little Epson LCD projector. It’s not laser, not native 4K, not simulated, it doesn’t have a zoom memory and other frills but at 999€ it delivers what I call a faithful cinema image and that gives me confidence in the lamp projection. I open a parenthesis on this UHP lamp projection: we often oppose the lifespan of this one in comparison with a laser or LED source but it should be noted that Epson produces and markets its lamps and that they are among the cheapest on the market so this criterion of longevity should not put you off, especially since a lamp is replaced (not a laser).

In my review of Wonder Woman 84 and this long daytime tracking shot in which we see the young heroine running, the image offers deep greens and a multitude of details in the undergrowth and on the waterfall. This passage is also a torture for the image interpolation which shows its weaknesses by surrounding the runner with a light transparent halo.

Test Epson EH-TW5820

For the night scenes my test room requires me to use a technical screen ALR Vividstorm Obsidian 0.8. This screen and the good contrast of the Epson hit the spot in the restitution of night scenes. However, to get the best results, it is necessary to activate the dynamic iris, a pumping effect is noticeable when it is turned on but the visual gain justifies this small inconvenience.

Test Epson EH-TW5820
Effet iris dynamique sur le contraste



4K HDR :

Here again you will think I am losing my mind after stating that this was a 1080p only projector. Well, whether it’s with my Panasonic 820 UHD player or my Xiaomi 4K box, it’s possible to enjoy 4K HDR sources with conversion on the little Epson TW5820 and it works like a charm with a credible contrast and a nice image dynamic that you can see on the usual shots of the Asian Market blog and James Bond Spectre (all in HDR-10 source).


You will lose in definition compared to a native 4K projector but be aware that it is possible to get a very nice high dynamic range image with the TW5820, much better than the LG HU810WS as you can see on this photo montage.

Test Epson EH-TW5820
Comparaison LG HU810PW versus Epson EH-TW5820


Conclusion



In this match between projectors of the same brand, I find after my test that the price balance is respected. The extra cost to acquire the TW5820 allows to benefit from a better colorimetry out of the box, a more powerful contrast and brightness. It is therefore a well-balanced projector that Epson offers and has the nerve to deliver a more beautiful image than a DLP 4K XPR laser model recently tested (follow my lead).
With these two projectors the Japanese manufacturer allows small budgets to enjoy a quality image, which no longer offers most of the new DLP 4K 0.47″ with conventional focus of the moment. Still remains to reduce the noise of operation and we will have a projector without defect.

I liked :

– The image,
– The price,
– The setting options,
– The super resolution mode,
– The colorimetry out of the box,
– 4K HDR rendering after HDR/SDR conversion,
– The brightness,
– The contrast.


Regrets :

– The running noise,
– The interpolation of images generating motion artifacts,
– The absence of a media player in the projector to complement the SmartTV options.

Test Epson EH-TW5820
EPSON TW5820




50 Comments

  1. Bonjour,

    il n’y a qu’une prise HDMI ; comment brancher plusieurs entrées : lecteur bluray, mibox etc… ?
    un switch HDMI ne peut etre alimenté par l’USB je pense…

    Merci

  2. le TW5820 a le lens shift vertical même s’il est limité à 15%, l’optique est la même que le TW5650, même sur la photo montrant le haut du projecteur on peut voir le bouton et le libellé lens shift.

  3. Merci Gregory pour ce test très instructif.

    Ça laisse présager dea évolutions sympa sur le reste de la gamme epson.

    Je suis à 2 doigts de craquer pour un epson tw9400 mais j’attends de voir arriver son remplaçant avant de craquer (achat avant Noël quoiqu’il arrive)

    • S’il y en a un qui arrive… pas certain cette année mais je suis comme toi, j’attends (je pense qu’en septembre nous serons fixés). J’ai l’impression que nous sommes à la croisée des chemins avec l’arrivée de projecteurs de fond de salle LCD-LcOs-Sxrd laser 4k plus accessibles (je croise les doigts très forts)

      • je lis régulièrement les essais pour remplacer mon benQ 1070 sans avoir à tout changer écran électrique blanc gain 1 mais j’attends toujours alors merci beaucoup pour tout le boulot

  4. Gregory merci pour le test !
    Une derniere question:
    En terme d’image pure, (sans parler 4k) serait il juste de dire que le 5820 s’intercalle entre le 7000 et le 7100 ?

      • Bonjour Grégory,
        Merci pour ces analyses pertinentes.
        Actuellement les tw5820 et tw7000 sont très proches en terme de prix. Plus de luminosité et appareil moins bruyant d’un côté et meilleur contraste de l’autre pour simplifier à l’extrême. Qu’elle appareil retenir finalement ? (Sachant que par mon installation je suis contraint au fond de salle pour remplacer mon projecteur actuel)

  5. Merci Grégory pour ce test
    Ce petit Epson a l’air vraiment bon
    Quand tu exprimes dans le test Ton agacement quant aux DLP xpr Je compte sauter le pas vers le Samsung Lps7
    Mieux vaut-il lui préférer un Xiaomi 1s ?
    Je suis un peu hors sujet c’est vrai Mais j’ai toujours été DLP like

  6. Bonjour,
    Je possède ce projecteur depuis février, quelques précision s’impose. Tout d’abord il possède bien un lens shift vertical, heureusement, car poser au plafond cela entrainerai une déformation de l’image à rattraper électroniquement donc pas top . Pour la ventilation, il est vrai qu’il fait un peut de bruit en mode éco cinéma mais cela se fait oublier. De même l’iris se fait entendre (dynamique max). Mais bon vue le prix. Pour l’image, c’est ok, j’ai remplacer un Z3, donc je suis très content, de plus mon écran est une toile occultante pas un écran cinéma et l’image est top. Le point noir, pour moi, c’est la partie Android il n’est pas possible de faire remonter le son vers son ampli vidéo via la prise HDMI, du coup dans une salle HC cela ne sert à rien. Juste bon pour le nomade. Dommage . Peut être lors d’une mise à jour? Encore une fois, pour le prix, j’ai une image de 2.7m de base au top.

  7. Bonjour,je m’excuse d’insister….

    il n’y a qu’une prise HDMI ; comment brancher plusieurs entrées : lecteur bluray, mibox, TV Orange, etc… ?
    un switch HDMI ne peut etre alimenté par l’USB de ce VP je pense…

    Merci

    • Il suffit de passer par un amplificateur home cinéma qui recevra toutes les sources et un seul câble HDMI sortira à destination du projecteur.

  8. Thanks for the test Grégory!
    For replacing a Benq W1070, do you think is better this Epson or the Xiaomi Mija alpd 3.0? I project in a living room on a white screen.
    Thanks
    Marco

  9. Salut Grégory,
    Dans votre test du TW5650, le contraste est 70 % supérieur à celui du TW5820. Est-ce exact ou la différence est-elle due à un nouvel équipement de mesure ?
    Epson dit aussi que ce projecteur a un zoom 1,6x mais vous dites « 2m72 minimum et 3m28 maximum grâce au zoom », c’est plus petit que 1,6x non ?
    Merci

  10. Merci Grégory pour la critique ! Si on désactive l’interpolateur d’images, ces artefacts disparaissent-ils ? Et les films en 24 ips auront-ils un bon mouvement avec l’interpolateur d’image désactivé ? Merci pour tout le travail.

  11. Bonjour Grégory,

    Si vous deviez faire le choix entre l’epson EH-TW5820 et l’Epson EH-TW7000. Quel serait votre choix ?

    Mon usage est principalement Cinema, Série et sport via une Apple TV.

    Merci

  12. Bonjour Grégory,

    Si vous deviez faire le choix entre l’Epson EH-TW5820 et l’Epson EH-TW7100. Quel serait votre choix ?

    Distance de projection de 3.70 mètres pour une taille d’écran de 2,82m de large sur 1,59m de haut. (Lumene Capitol HD 280V)

    Merci

  13. bonjour grégory, es tu sûr du rapport de projection de 1.22 car sur le site de Epson il est annoncé à 1,33. c’est très important pour mon calcul.

  14. Bon Grégory ! Ce projecteur serait-il trop lumineux pour un écran ALR 84 » ? Il serait utilisé en mode éco sur un écran de base de 186cm et j’aimerais avoir une bonne image avec un bon contraste. Merci pour votre avis.

  15. Je ne sais pas, c’est un écran ALR que j’ai acheté en Chine pour 200 euros. Il vient de mettre du PVC gris. Il ne fait pas très sombre. Il est de la marque Xinjieke.

  16. bonjour Grégory
    indépendamment de la connexion wifi, une connexion ethernet est elle possible via la prise hdmi 1.4 (en le reliant a un ampli lui meme connecté) ?
    merci

  17. Bonjour,
    je suis satisfait des résultats obtenus avec cet appareil et vous remercie pour votre banc d’essai. Une belle et grande image bien définie, voilà ce que j’obtens sur le mur blanc de mon salon.
    Par contre la colorimétrie est peu fidèle aux images des films que je connais…
    Vous indiquez « Après calibrage, le Gamut reste inchangé et j’ai obtenu une meilleure température de couleurs à 6479K en réduisant l’écart deltaE à 3,76. J’ai également aplani le Gamma qui reste positionné à 2,14 » . Mais comment réaliser ces corrections ? je n’y parviens pas , même en explorant toutes les options des nombreux paramètres..
    Encore merci pour vois conseils

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*