Test LG HF60LSR : l’avis de Grégory

Test LG HF60LSR
LG HF60LSR

TEST LG HF60LSR

Le vidéoprojecteur DLP 1080P à LED LG HF60LSR est le second modèle sur la sellette en cette période de vacances estivales. Il fait partie de ma sélection des vidéoprojecteurs à amener sur son lieu de villégiature pour les vacances. Il est temps maintenant de voir ensemble quelles sont ses performances : Est-il digne de son prédécesseur, le PF1500 ou Largo ? Est-il meilleur ? Représente-t-il également une alternative crédible au Xgimi H2 commercialisé au même prix ? C’est à ces questions que je vais m’efforcer de répondre dans les lignes de ce nouveau banc d’essai.

Présentation

Après les LG-PF15000/PF1000 sortis il y a quelques années, le constructeur coréen LG commercialise son nouveau vidéoprojecteur Full HD à LED : le HF60LSR. S’il conserve la forme du Largo (PF1500) il est moins cher que son aîné de près de 400€ (974€ au lieu de 1399€) mais il perd son traitement vidéo avec interpolation d’images ainsi que ses capacités 3D.

Le projecteur LG HF60LSR se caractérise avant tout par sa simplicité d’utilisation et sa longévité grâce à sa source lumineuse à LED. Grâce aux LAN & WLAN, il est nourri à distance sans fil avec des médias de toutes sortes via l’interface utilisateur WebOS. Le projecteur peut également être placé horizontalement et verticalement à presque n’importe quel angle par rapport à l’écran. En effet la correction trapézoïdale manuelle à 4 points ramène l’image au format rectangulaire. Le HF60LSR est disponible chez vos revendeurs au tarif de 899€.

Voici ses caractéristiques principales :

– Résolution Full HD (1920×1080),

– Luminosité élevée (1400 lumens maximum) et contraste de 150 000:1, ainsi qu’une reproduction réaliste des couleurs par LED avec 110 % de l’espace colorimétrique NTSC,

– Zoom optique 1.1x pour un placement flexible dans la pièce, correction trapézoïdale supplémentaire à 4 points pour ajuster les distorsions avec des angles de projection,

– Partage d’écran via Intel WiDi ou Miracast pour la transmission sans fil de l’image et du son,

– Fonctions intelligentes : La télécommande intuitive vous offre un maximum de facilité d’utilisation et facilite la navigation dans les applications telles que les médiathèques et les services de streaming,

– Mode expert pour le calibrage professionnel de l’image et des couleurs,

– Bluetooth Out pour un son parfait grâce à la connexion sans fil aux haut-parleurs Bluetooth ou aux récepteurs AV avec fonction BT,

– Mise en marche/arrêt instantané en moins de 10 secondes,

– Interfaces USB pour la lecture des formats DivX, MP3, JPEG et JPEG4, lecture supplémentaire de fichiers Powerpoint ou Excel via USB sans PC.

Tour physique

Avec un format compact de 132 × 220 × 84 mm et un poids de 1,5 kg, ce projecteur vous suit partout dans la maison et lors de vos différents déplacements. Sa forme tout en longueur reprend celle de ses prédécesseurs.

Test LG HF60LSR
LG HF60LSR

Son bloc optique est pourvu d’un petit zoom manuel de 1,1× et d’un rapport de projection de 1.4, donc pour obtenir une image au format 16/9ème de 2m50 de base il vous faudra un recul minimum de 3m50.

Point de Lens-shift ici, il faudra positionner correctement le projecteur avec un pied rétractable qui se déploie à l’aide d’une touche située sur le côté du projecteur.

Le panneau de connectique est particulièrement bien achalandé : 2 prises HDMI, 2 prises USB 2.0. Il intègre une connexion Wifi et une prise Ethernet afin d’offrir un accès très simple à toutes les applications (Youtube, Facebook, Hulu, Vudu, Google, etc.). Sa fonction Screen Share permet de partager l’image délivrée par le vidéoprojecteur avec un ordinateur, un smartphone ou une tablette en mode sans fil.

Test LG HF60LSR
Connectique LG HF60LSR

Une télécommande Magic Remote vient renforcer le côté intuitif de l’utilisation des applications Smart TV du vidéoprojecteur. Comme pour le Philips Screeneo S6, elle comprend une souris gestuelle bien utile si on veut se servir du browser internet du projecteur, par exemple.

Test LG HF60LSR
Télécommande Magic Remote LG HF60LSR

Menus

Si les menus sont complets (à l’exception de l’interpolation d’images), je regrette toutefois un aspect fouillis et une cascade de sous-menus à activer avant d’arriver au paramètre que l’on souhaite corriger. L’exemple le plus frappant est celui de la correction des niveaux RVB. Certes, on a le choix entre une gestion des mires internes ou externes et d’un réglage sur 2 points (Gain et Bias) ou plus complet, mais arriver à trouver le sous-menu qui y conduit est tout sauf logique. Heureusement, mon expérience des projecteurs LG m’a permis de ne pas y passer mes vacances.

Pour la gestion des couleurs et du gamma, on dispose d’un CMS sur les 3 dimensions du Gamut, d’un réglage séparé de l’échelle de gris ainsi que des classiques contraste et luminosité.

Test LG HF60LSR
Balance des blancs LG HF60LSR

Afin de redonner de l’éclat à l’image LG équipe ses projecteurs du traitement vidéo XDengine, un moteur d’accroissement de la netteté qui a tendance à en faire beaucoup trop. Je vous invite à le réduire au minimum sous peine de voir apparaître des effets indésirables à l’image.

Les modes usine proposés par le HF60LSR sont listés de la manière suivante : « Vif, standard, cinéma, sport, jeux, expert pièce lumineuse, expert pièce sombre ». En fonction de celui que vous sélectionnez certaines options supplémentaires de réglages seront accessibles. Toutes les sélections sont éditables et leurs réglages peuvent être sauvegardés. Il est également possible de copier les valeurs d’un mode et de les assigner à tous les autres.

Partie projecteur intelligent :

La nouvelle gamme de projecteurs LED LG fonctionnement sur le webOS 4.0, un système intelligent de vignettes orienté vers la gestion de sources dématérialisées (streaming, supports externes, etc.). C’est très bien et la navigation entre les différentes options est particulièrement fluide… mais où est donc passé Netflix ?

Test LG HF60LSR
Menus SmartTV LG HF60LSR

Le constructeur semble avoir fait l’impasse sur un partenariat avec le plus grand service de streaming légal actuel, ce qui à mon avis est une erreur stratégique et diminue l’intérêt de cet appareil tout-en-un, car il va falloir utiliser une solution externe pour avoir accès à Netflix.

Le lecteur médias intégré prend en charge la plupart des formats vidéo, image et audio du moment. Grâce à sa prise LAN, il est possible d’intégrer l’HF60LSR dans un réseau domestique.

Son lecteur médias intégrés est compatible avec les formats vidéo suivants : H.264, HDR, H.265, AVI, DAT, MPG, VOB, MOV, DIV, MKV, RMVB, RM, MP4, TS, MJPEG, TRP, ASF, WMV et FLV.

Test LG HF60LSR
Lecteur médias LG HF60LSR

Avec les formats image .png, .mpo, .jpeg, .bmp, et .gif. et les fichiers audio .wma, .MPEG 1, .MPEG 2, .mp3 et .lpcm.

Verdict technique

Bruit de fonctionnement :

Le constructeur annonce 21 dB de bruit de ventilateur en mode économique. Or, nous en sommes bien loin. Le meilleur résultat obtenu à 50 cm de l’appareil est de 33 dB, mais dans ces conditions l’image est bien trop sombre. A pleine puissance des LED, je mesure 44 dB avec un projecteur qui est tout sauf discret dans cette configuration.

Petite parenthèse sur les haut-parleurs intégrés qui n’atteignent pas la précision et la dynamique des modèles Harman Kardon équipant un Xgimi H2 par exemple. Je recommande de privilégier l’utilisation d’une enceinte externe en liaison Bluetooth pour améliorer les performances audio du LG.

Piqué et netteté :

Les concepteurs du projecteur ont tenté de compenser une optique de moyenne qualité en renforçant la netteté. En sortie de boîte, ce paramètre est trop poussé, ce qui génère des effets de doubles contours et du bruit vidéo. Il faudra bien veiller à redescendre les valeurs en dessous de 20 pour arriver à effacer ces effets indésirables.

Test LG HF60LSR
Double contours LG HF60LSR avec netteté trop poussée

Le réglage de focus est manuel et il est difficile d’obtenir un résultat homogène sur tout l’écran. En effet, ajuster la précision de l’image à droite par exemple, entraîne un flou à gauche. J’ai passé de longs moments à pester pour obtenir un résultat convenable.

Fluidité :

Si le lecteur médias est exempt de reproches, la gestion de sources externes 1080p24 en HDMI souffre de ralentissements notables qui démontrent la présence de judder. J’ai du mal à comprendre pourquoi le constructeur à fait l’impasse sur l’interpolation d’images d’autant que c’est une technique qu’il maîtrise bien. C’est d’autant plus incompréhensible que des projecteurs comme le Z6 Polar ou le H2 de Xgimi proposent de série cette option à un prix d’achat similaire voir inférieur au LG.

J’en profite pour rappeler que le Largo du même constructeur, qui partage la base du HF60LSR, intégrait une aide à la fluidité.

Input lag :

Généralement, l’absence d’interpolation d’images est corollaire de très bons résultats dans le domaine du retard à l’affichage. En effet, plus le traitement vidéo est élaboré et plus l’input lag est élevé. Cependant et hors du mode « Game » le LG culmine à un mauvais 138 ms. Seule solution pour y remédier, se positionner dans la sélection prévue pour les jeux vidéos, ce qui ramène cette valeur à un plus acceptable 55,6 ms

Test LG HF60LSR
Input lag LG HF60LSR

Nous ne sommes toutefois pas dans le domaine des projecteurs qui affichent le moins d’input lag.

Overscan/artefacts :

La mire d’overscan Burosch permet de s’assurer qu’avec le positionnement du zoom à + 100 %, aucune partie de l’image n’est rognée. Le bruit vidéo et la production d’artefacts indésirables sont liés au niveau de netteté sélectionné. Pour obtenir un bon compromis entre précision d’images et absence de pollution visuelle, il faut limiter au maximum l »utilisation du mode « netteté élevée ».

Contraste et luminosité :

Le maximum de luminosité disponible avec le nouveau projecteur LG culmine à 1200 lumens mais pour y arriver il faut subir une prédominance du vert incompatible avec une utilisation home cinéma. Après correction de la colorimétrie, il reste 800 lumens avec les LED à pleine puissance. Cette mesure indique que l’HF60LSR est capable d’éclairer une base d’image de 2m90 au format 16/9ème en conservant une luminance de 16 fL. Le passage en mode économique réduit l’écran à 2m30.

Test LG HF60LSR
Contraste et luminosité LG HF60LSR

Gardons toutefois à l’esprit que, grâce à l’effet Helmholtz Kohlrausch et à mesures égales, un projecteur à LED aura l’air plus lumineux qu’un projecteur à lampe.

Pour le contraste, il est à l’image des DLP du moment : faible ! L’activation du contraste dynamique n’aura que très peu d’effet sur les valeurs relevées comme vous pouvez le constater dans le tableau récapitulatif joint.

Colorimétrie :

LED est bien souvent synonyme d’espace couleurs étendu, en tout cas plus large que celui de la référence HDTV Rec.709. Au premier abord le nouveau LG détonne, car il offre la contre performances de ne pouvoir atteindre que 90,6% du Rec.709. Il faut savoir que si on peut réduire un Gamut trop large, l’inverse n’est pas possible. Le passage au Gamut large permet de redresser la situation en obtenant cette fois presque 113% du Rec.709.

La température de couleurs est trop froide avec une prédominance du bleu. Aucune sélection usine ne trouve grâce à mes yeux en sortie de boîte, il va obligatoirement passer par la case « calibrage » avec une sonde dédiée.

Seul motif de satisfaction dans ce sombre tableau, le Gamma est bien réglé dans la plupart des sélections.

Après avoir calibré le mode cinéma j’ai réussi à me rapprocher des références avec des écarts invisibles à l’œil nu (Gamma 2.2, température de couleurs de 6500K).

Avis subjectif

J’ai positionné le LG HF60LSR dans ma sélection de projecteurs nomades à emporter en vacances. Hé bien, après tous mes tests, je dois dire que c’est dans cette utilisation qu’il doit être cantonné. En effet, les résultats visuels de ce projecteur LED ne permettent pas de le recommander pour une utilisation dans une pièce dédiée ou en tant que diffuseur principal dans une pièce à vivre.

Les couleurs peuvent être corrigées après calibrage, elles nécessitent du matériel de mesures pour pouvoir être ramenées dans le bon chemin.

Si les scènes de jour peuvent se révéler convaincantes, il n’en va pas de même pour les scènes nocturnes : c’est plat, mou, sans aucun relief ou profondeur. On a de la peine pour ce nouveau projecteur avec ce type de résultats.

Le LG souffre de la comparaison avec le Xgimi H2 qui le surclasse dans tous les domaines d’évaluation de l’image (netteté, luminosité, contraste, précision colorimétrique, fluidité). Il n’y a pas un seul point à l’avantage du LG.

Conclusion

Le HF60LSR ne viendra donc pas détrôner le Xgimi H2. Au même prix, le modèle chinois propose interpolation d’images, support de la 4K et surtout une image plus précise et avec un système sonore de meilleure qualité que celui du HF60LSR, lequel est par ailleurs bruyant.

Le LG s’inscrit toutefois dans la lignée de ces couteaux suisse de la vidéoprojection en proposant sur le papier des performances alléchantes pour la lecture de contenus dématérialisés tous azimuts mais avec à l’arrivée des résultats visuels décevants.

A noter que le constructeur dévoilera à l’occasion du salon IFA 2019 de Berlin un nouveau projecteur à LED à simulation 4K (puce 0.47). Je croise les doigts pour que LG démontre toute son expertise et son savoir-faire dans ce nouveau modèle.

Test LG HF60LSR
LG HF60LSR

J’ai apprécié :

Le prix,

La luminosité,

– Son caractère nomade,

– La colorimétrie après calibrage.

Je regrette :

Le bruit de fonctionnement,

– La netteté,

– L’absence d’aide à la fluidité,

– Netflix non intégré.

6 Comments

  1. Gregory,

    I’m disappointed they have not added the ability to accept 4K signals. That would be a great improvement over my PF1500. Have they added anything to make this attractive vs the PF1500, which I really like(as you know).

  2. Je l’ai vu fonctionner au magasin cobra j’ai trouvé l’image très moche et d’aspect très numérique…… burk.
    Vous faites la comparaison avec le Xgimi H2 mais il me semble que c’est le JMGO N7 qui mériterait la comparaison ? Surtout en terme de rapport qualité prix !

  3. Bonjour Jérémy, merci pour cet article très intéressant. Je suis en Corée du sud et on me propose le LG HF60LA qui me semble identique au LG HF60LSR. Je me demande si c’est juste le nom de série qui change selon le pays ou je me trompe complètement. s’ils sont différents pourrait me dire si le LG HF60LA est mieux que celui présenté?
    merci de ta réponse.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Test LG HU70LS Cinebeam : l’avis de Grégory – – Le Blog de PHC –
  2. Test Philips PicoPix Max : l’avis de Grégory (MAJ) – – Le Blog de PHC –
  3. Test Fengmi Vogue : l’avis de Grégory – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*