Test Epson EF-12 : l’avis de Grégory.

TEST EPSON EF-12
EPSON EF-12 ANDROID TV

Submergé par la déferlante de projecteurs intelligents tout-en-un armés principalement de puces DMD et d’une source lumineuse LED, imaginez quelle ne fut ma surprise de découvrir au milieu du raz-de-marée Fengmi/Xiaomi d’imports parallèles chinois l’annonce du nippon Epson de deux concurrents 1080p équipés de panneaux Tri-LCD et d’un laser au phosphore. Il s’agit des EF-11 (899€) et EF-12 (1099€ avec 5 années de garantie ou 12 000 heures de fonctionnement). Les deux projecteurs sont Full HD et parés pour la diffusion en toute indépendance grâce à leurs capacités sans fil puis leur système sonore intégré. Attention, cette autonomie est relative ; elle est médiatique mais pas électrique car les nouveaux Epson ne sont pas équipés d’une batterie et ne peuvent donc se passer d’une prise secteur.

Faute d’avoir été particulièrement convaincu par la première tentative du constructeur avec l’EF-100B/W testé sur ce blog, c’est avec quelque appréhension que ce banc d’essai est présentement abordé. Il a été mené avec à l’esprit une confrontation DLP LED versus LCD Laser, confrontation que vous pourrez découvrir dans la dernière partie de ce nouveau banc d’essai.

Avec cet EF-12 Epson apporte-t-il une onde de tempête en provenance du Japon, propre à balayer la suprématie chinoise? Ou est-ce un petit sursaut sismique qui ne verra qu’une vaguelette s’échouer sur la plage? C’est ce que nous allons voir instamment.

De quoi s’agit-il ?

La moitié supérieure du mini vidéoprojecteur Epson EF-12 renferme le pôle sonore signé Yamaha, comportant deux haut-parleurs de 5 watts et l’amplification. Le logo est d’ailleurs bien visible sur le panneau supérieur. Le Bluetooth est également présent pour lui allier un système audio externe. La partie inférieure s’occupe de l’image avec une optique dont le focus peut être ajusté électriquement mais dépourvu de zoom mécanique. Un agrandissement numérique avec un facteur de 1,35 est certes présent mais je ne recommande pas son usage si vous voulez bénéficier de toute la précision de l’image de l’EF-12.

EPSON EF-12
EPSON EF-12

En l’absence d’un Lens-shift, il faudra utiliser la correction électronique du trapèze pour retoucher les éventuels défauts de géométrie. En position centrale sous le projecteur se trouve un pied rétractable qui permet de monter/descendre l’image.

TEST EPSON EF-12
Pied rétractable Epson EF-12

Le rapport taille d’image et distance du projecteur est simple à calculer puisqu’il est de 1,00:1. En conséquence, avec 2m50 de recul vous obtiendrez une image au format 16/9ème de 2m50 de base. Cette rectitude est très à l’image de la forme cubique de l’engin. Notons d’ailleurs que ce coffre noir ne manque pas d’élégance même si ce n’est pas ce que l’on demande avant tout à un projecteur. Mais cette teinte a l’avantage non-négligeable de ne pas jouer les miroirs de reflets perturbateurs comme le font les coques blanches.

La source lumineuse est annoncée avec une puissance de 1000 lumens ; ça parait un peu léger pour un projecteur laser. Sa durée de vie est prévue pour 20 000 heures de fonctionnement.

L’EF-12 a la particularité, courante, de pouvoir être installé dans toutes les positions, pour projeter au plafond par exemple mais également positionné sur un trépied en le fixant sur un pas de vis intégré sous sa coque.

TEST EPSON EF-12
Pas de vis sous l’Epson EF-12

L’appareil est relativement compact et léger : 175 × 135 × 175 millimètres pour un poids de 2,1 kg.

Ce projecteur laser est équipé de 3 panneaux LCD de 0,62 pouces en résolution Full HD. S’il ne dispose pas d’un mode de simulation 4K comme les TW7000/TW7100/TW9400, il accepte toutefois les signaux 4K HDR et HLG par mise à l’échelle descendante.

EPSON EF-12
EPSON EF-12 côté et connectique

Il dispose d’un port USB pour lire des contenus, d’une entrée HDMI et d’une sortie HDMI ARC. Ce nouvel Epson intègre aussi directement Androïd TV pour profiter des nombreuses sources dématérialisées sans avoir besoin de relier quoi que ce soit. Il est également Chromecast pour recevoir du contenu depuis d’autres équipements via le Wifi.

Menus

TEST EPSON EF-12
Menus accueil et paramètres Epson EF-12

Les menus classiques Epson ont laissé place à l’interface Androïd 9, où les vignettes des applications téléchargées remplissent la première ligne. Les réglages images sont réduits à l’interface minimum, à la façon des versions francisées des UST chinois de Xiaomi. La puissance du laser peut être ajustée finement de 50% à 100%.

TEST EPSON EF-12
Menu image Androïd avec l’Epson EF-12

Les modes images réglés en usine sont accessibles dans l’ordre suivant : « Dynamique, vif, Cinéma lumineux, Cinéma, Naturel ».

Point de CMS ou de réglage Bias/Gain de l’échelle de gris, et le fait est rare chez Epson (mais c’est l’interface Androïd qui est principalement en cause). Pour tenter de calibrer le projecteur, il faudra utiliser les options suivantes : « contraste, luminosité, teinte, saturation, température de couleurs de 1 à 10″.

Si l’EF-12 ne dispose pas de traitement vidéo élaboré ni d’interpolation d’images, il permet par le biais d’une gestion dynamique de la puissance lumineuse d’accroître le contraste sur deux niveaux « normal » et « rapide« .

TEST EPSON EF-12
Lecteur médias Epson EF-12

Dans la partie « SmartTV » oubliez Netflix et Amazon Prime qui ne sont pas compatibles directement avec le projecteur Epson. Disney+ est en revanche accessible. En complément du lecteur médias maison vous pourrez également installer Kodi et VLC.

TEST EPSON EF-12
Installation Kodi Epson EF-12

Pour avoir accès à Netflix et Amazon Prime sur l’EF-12 il faudra envisager de lui connecter un stick, une passerelle ou une box médias.

Verdict technique

Consommation électrique :

TEST EPSON EF-12
Consommation électrique laser 100%

L’appareil est sobre. Avec le laser positionné à 100% de sa puissance je mesure 70W de consommation, c’est peu et même inférieur à certains projecteurs DLP LED. En positionnant le curseur sur 50%, la consommation baisse à 40W. Tout ceci est mesuré avec une mire de blanc à 100%.

TEST EPSON EF-12
Consommation électrique laser 50%

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore Yamaha intégré :

TEST EPSON EF-12
Bruit de fonctionnement laser 100%

Malgré les affirmations du constructeur, l’EF-12 ne se démarquera pas de ses concurrents dans le domaine de la discrétion, loin s’en faut. Il génère même une magnitude à peine acceptable : mon sonomètre placé à 50 cm du projecteur affiche 40,2dB à pleine puissance du laser puis 37,5dB à 50%.

TEST EPSON EF-12
Bruit de fonctionnement laser 50%

Je retrouve le sourire à la découverte du rendu sonore des deux haut-parleurs de 5 watts signés Yamaha qui coiffent le projecteur. C’est fin, précis et assez ample pour ne pas démériter dans une pièce de 30m2.

Piqué et netteté :

TEST EPSON EF-12
Rogue One Epson EF-12 avec menu

Même si les résultats dans le domaine du piqué et de la netteté sont de premier ordre pour un projecteur Tri-LCD de résolution Full HD, il faut reconnaître qu’en comparaison directe les DLP affichent une image plus fine, non seulement avec la puce 0,47 mais également la version 0,33 qui équipe le DMD Fengmi Smart, projecteur utilisé pour le comparatif. On se consolera en remarquant que l’Epson laser ne présente aucune trace de défaut d’alignement de ses panneaux.

TEST EPSON EF-12
Donwscaling 4K HDR Epson EF-12

Fluidité :

Avantage indéniable à souligner, l’EF-12 accepte sans sourciller et sans conversion les signaux 1080p24 et permet d’afficher une image moins touchée par le judder que certains de ses homologues de la frange DLP. A plus de 1000€ il est cependant regrettable de ne pouvoir avoir accès à une aide à la fluidité de type interpolation d’images. C’est mesquin et, à titre d’exemple, un DLP comme le Changhong M3000 à moins de 800€ ne fait pas l’impasse sur cette option bien utile pour obtenir une image précise et sans ralentissements dans les travellings.

Input lag :

TEST EPSON EF-12
Input lag Epson EF-12

Je suis surpris des très mauvais résultats obtenus dans ce domaine et n’arrive pas à les expliquer. L’EF-12 n’a pas d’interpolation d’images, pas de traitement vidéo élaboré, ni de modes jeu vidéo. J’ai pris soin de désactiver la correction de trapèze et de réduire au maximum la netteté et pourtant malgré toutes ces corrections ma sonde de mesures d’input lag 1080p affiche un médiocre 123,7 ms. Ce n’est pas problématique pour du cinéma mais il est tout simplement inenvisageable de se servir de ce projecteur pour du jeu en réseau. Même en solo le retard à l’affichage peut être insupportable. La marque avait habitué à beaucoup mieux dans ce domaine. C’est incompréhensible.

Overscan et synchronisation HDMI :

Point d’enfouissement de parties de l’image à redouter, le tsunami évoqué en entame ne sera pas aidé par le cropping ou overscan du traitement vidéo appliqué à l’image par le projecteur.

TEST EPSON EF-12
Overscan EPSON EF-12

La synchronisation HDMI est exemplaire de rapidité et on peut passer d’une source à l’autre sans être obligé d’attendre le prochain bac pour franchir la lagune !

Colorimétrie, Gamma, Luminosité et contraste :

Avec BenQ et Sony, Epson figure dans le trio de tête des projecteurs les mieux équilibrés dans le domaine de la colorimétrie en sortie de boîte, à la grande satisfaction de l’utilisateur final. L’EF-12 n’a toutefois pas hérité de toutes les qualités de ses prédécesseurs dans ce domaine. Le Gamut du mode naturel peut être utilisé sans retouches, comme son Gamma, mais c’est en revanche avec une température de couleurs de 5976K et un écart deltaE supérieur à la limite de 3 en-dessous de laquelle il devient imperceptible pour l’œil humain. Là ce n’est pas le cas, puisque j’ai mesuré 7,08 d’écart.

S’agissant d’un projecteur au laser avec roue au phosphore le Gamut n’atteint pas toutes les capacités d’un laser « pur’. A son apogée, l’espace couleurs de l’EF-14 parvient à 81% du DCI-P3.

TEST EPSON EF-12
Gamut Maximum EPSON EF-12

Voici mes valeurs correctives qui, compte tenu des réglages limités de l’EF-12, ne peuvent être considérées comme les clés d’un véritable calibrage. Elles ont permis d’obtenir une température de couleurs de 6187K avec un écart deltaE de 5,89 et un Gamma moyen de 2,12.

Valeurs correctives

Mode naturel

Température de couleurs 7

Puissance lumineuse : 100%

Contraste dynamique : off

Pour la luminosité, si je mesure bien 1048 lumens dans le mode Dynamique, il ne peut réellement être envisagé pour reproduire des couleurs naturelles. C’est donc la ligne calibrée ou plutôt « adaptée » du tableau récapitulatif ci-dessous qu’il faudra prendre en compte pour déterminer les capacités réelles du nouvel Epson en termes de puissance lumineuse. Dans ces conditions ce sont 560 lumens à 100% du laser et 283 lumens à 50%.

TEST EPSON EF-12
Contraste, luminosité, Gamma, températures de couleurs EPSON EF-12

C’est peu, bien peu, et il faudra ne pas voir trop grand avec cet Epson, se limiter à des tailles d’images adaptées en tout cas inférieures à 3 mètres ; mes recommandations pour les formats SDR et HDR figurent dans le tableau récapitulatif.

Le niveau de contraste natif est carrément décevant puisqu’il est de 468:1 ; certains DLP à LED font mieux, c’est dire! Il faut donc impérativement activer le contraste dynamique pour redonner un peu de densité aux scènes nocturnes, mais n’espérez pas de miracles sur ce point. Du coup, l’Epson EF-12 impose l’utilisation d’un écran technique ALR, si possible une version 1.5, pour redonner de la dynamique à un ensemble qui se fait distancer par un projecteur DLP à LED de 550 lumens.

Avis subjectif

C’est un projecteur à double face qui se dévoile à nous après l’apparition de sa première image. A l’aise avec les scènes de jour, il projette une image naturelle, fluide et avec un bon piqué que ce soit en 1080p SDR ou 4K HDR. C’est agréable, doux comme une trempette d’orteils dans l’eau d’une petite mare que la marée basse aura permis au soleil de chauffer. Ce tableau idyllique s’assombrit rapidement quand le besoin d’un bon contraste se fait sentir. Je vous ai placé ci-dessous un extrait issu de film Star Wars Rogue One, le passage où Dark Vador se fraye un chemin à coups de sabre laser à bord d’un croiseur de la rébellion avant d’arriver au hangar de stockage du vaisseau de la princesse Leia.

TEST EPSON EF-12
Rogue One Vador Epson EF-12

Il est aisé de constater que les noirs sont ternes et sans profondeur. C’est surprenant et décevant car un modèle laser comme l’EH-500B est bien plus à l’aise dans ce domaine.

TEST EPSON EF-12
DLP VERSUS LCD

Comme je dispose des deux appareils en même temps dans mon salon j’ai organisé une petite session comparative simultanée entre le nouvel Epson et le Fengmi Smart DMD, un modèle assemblé autour d’une modeste puce DMD 0.33 de Texas Instruments capable de simuler une image Full HD à partir d’une résolution native 1366×768. Pour mémoire, le DLP calibré affiche une image de 487 lumens et un contraste natif de 362:1. Attention, ces valeurs ne tiennent pas compte de l’effet Helmholtz-Kohlrausch (HK) propre aux projecteurs LED qui fait que tous les projecteurs LED testés apparaissent visuellement bien plus lumineux que ce que les instruments traditionnels indiquent.

TEST EPSON EF-12
Image comparative Kodi

Les deux projecteurs fonctionnent sur secteur (même si le Fengmi a une batterie intégrée) et sont calibrés pour être à égalité en donnant le maximum de leur puissance lumineuse. Ils projettent en même temps, les mêmes images sur un écran technique Vividstorm adapté.

TEST EPSON EF-12
kODI comparatif 2 EPSON EF-12

Dans cet environnement, c’est l’image du LED que je préfère et ce malgré sa puce DMD d’une résolution inférieure à celle de l’Epson. Le piqué est meilleur sur le Fengmi tout comme le contraste, alors que cela devrait être l’inverse au vu de la valeur native de l’Epson mesurée à 468:1 contre 362:1 chez le LED. Bref, l’Epson navigue plutôt à contre courant.

Je place dans cette partie quelques photos extraites de la suite 4K HDR d’Avsforums et de Star Wars Rogue One diffusées sur un écran Vividstorm par l’Epson EF-14. Il suffit de cliquer à droite et de sélectionner « afficher image » pour les découvrir en grand.

Conclusion

Un prix de 1099€, 5 années de garantie nationale, une source lumineuse au laser, une matrice LCD assurant l’absence d’effet arc-en-ciel… Avec de telles caractéristiques le bagage du nouvel Epson semblait solide et son avenir radieux, loin des typhons, tempêtes et autres sino-tsunamis. Hélas, trois fois hélas, il se fait distancer dans de nombreux domaines par les derniers DLP intelligents testés comme le Fengmi Vogue Pro, le Xiaomi 2pro ou même le Fengmi Smart DMD annoncé à 550 modestes lumens. Ça ressemble à de l’humiliation. Un Epson à la mer! … mais qu’on abandonnerait à son malheureux sort, balloté par la vague scélérate des derniers projecteurs débarquant par importation parallèle.

De fait, à moins de 1000€ et malgré l’absence de garantie pour ces appareils provenant de l’import parallèle, les performances visuelles comparatives m’incitent à vous recommander le choix du LED plutôt que celui du laser en question ici.

Si malgré tout vous restez cantonné au Tri-LCD laser d’Epson corrélé à l’argument d’une commercialisation normale, sachez que je salue le bond qualitatif franchi par la marque en comparaison de l’EF-100B de 2019.

Messieurs les ingénieurs d’Epson, il serait toutefois bon de retourner plancher à vos ordinateurs pour ajouter à cet EF-12 l’interpolation d’images, un mode « Jeux » digne de ce nom, un contraste natif à minima supérieur à 1000:1, davantage de pêche lumineuse tout en composant avec une colorimétrie correcte, puis une ventilation discrète, tout ceci en maintenant alors le tarif de 1099€.

Armé de ces apports, vous tiendrez enfin un « Game changer » convainquant. En attendant et bien que venant à outrance directement de Chine ou de Hong-Kong, les Xiaomi, Fengmi et consorts vont continuer à occuper en leaders ce segment du marché de la vidéoprojection.

TEST EPSON EF-12
EPSON EF-12 côté

J’ai apprécié :

– Le concept et la compacité de la mise en œuvre,

Le système sonore Yamaha de grande qualité,

La télécommande Bluetooth,

Le support 4K HDR et HLG,

Une colorimétrie pas trop déconnante en sortie de boîte.

Je regrette :

Un bruit de fonctionnement élevé,

Une luminosité trop faible,

Un input lag trop élevé,

L’absence d’aide à la fluidité,

– L’absence de CMS et de réglage fin de l’échelle de gris.

EPSON EF-12 TEST (ENGLISH VERSION)

Overwhelmed by the flood of intelligent all-in-one projectors armed mainly with DMD chips and a LED light source, imagine my surprise to discover, in the middle of the Fengmi/Xiaomi tidal wave of parallel Chinese imports, the announcement from Japan’s Epson of two 1080p competitors equipped with Tri-LCD panels and a phosphor laser. These are the EF-11 (899€) and EF-12 (1099€ with 5 years warranty or 12,000 hours of operation). Both projectors are Full HD and ready for independent broadcasting thanks to their wireless capabilities and integrated sound system. Attention, this autonomy is relative; it is media but not electric because the new Epson projectors are not equipped with a battery and therefore cannot do without a mains plug .

For lack of having been particularly convinced by the manufacturer’s first attempt with the EF-100B/W tested on this blog, it is with some apprehension that this test bench is currently being approached. It has been conducted with a DLP LED versus LCD Laser confrontation in mind, a confrontation that you will be able to discover in the last part of this new test bench.

With this EF-12 Epson brings a storm surge from Japan that sweeps away Chinese supremacy? Or is it a small seismic surge that will only see a small wave run aground on the beach? That is what we are going to see urgently.

What is it all about?

The top half of the Epson EF-12 mini projector houses the Yamaha sound system, with two 5-watt speakers and amplification. The logo is clearly visible on the top panel. Bluetooth is also present to combine it with an external audio system. The lower part takes care of the image with a lens whose focus can be electrically adjusted but without mechanical zoom. A digital magnification of 1.35x is available, but I don’t recommend its use if you want to get the full picture accuracy of the EF-12.

EPSON EF-12
EPSON EF-12

If a Lens-shift is not available, electronic keystone correction must be used to correct any geometrical defects. A retractable foot is located centrally under the projector, which allows the image to be moved up and down.

TEST EPSON EF-12
Pied rétractable Epson EF-12

The ratio of image size to projector distance is simple to calculate as it is 1.00:1. Consequently, with 2m50 of distance you will obtain an image in 16/9th format of 2m50 base. This straightness is very much like the cubic shape of the machine. Let us note moreover that this black box does not lack elegance even if it is not what one asks above all from a projector. But this colour has the non-negligible advantage of not playing the role of a mirror of disruptive reflections as white hulls do.

The light source is announced with a power of 1000 lumens; this seems a bit light for a laser projector. It is expected to last for 20,000 hours of operation.

The EF-12 has the common feature of being able to be installed in any position, for example for ceiling projection.

The device is relatively compact and lightweight: 175 × 135 × 175 millimetres and a weight of 2.1 kg.

This laser projector is equipped with 3 x 0.62-inch LCD panels in Full HD resolution. Although it does not have a 4K simulation mode like the TW7000/TW7100/TW9400, it accepts 4K HDR and HLG signals by downscaling.

EPSON EF-12
EPSON EF-12 côté et connectique

It has a USB port for reading content, an HDMI input and an HDMI ARC output. This new Epson also directly integrates Androïd TV to take advantage of the many dematerialised sources without the need to connect anything. It is also Chromecast to receive content from other equipment via Wifi.

Menus

TEST EPSON EF-12
Menus accueil et paramètres Epson EF-12

The classic Epson menus have given way to the Android 9 interface, where the thumbnails of downloaded applications fill the first line. The image settings are reduced to the minimum interface, in the manner of the French versions of the Chinese USTs of Xiaomi . The laser power can be finely adjusted from 50% to 100%.

TEST EPSON EF-12
Menu image Androïd avec l’Epson EF-12

The factory-set picture modes are available in the following order: « Dynamic, Vivid, Cinema Light, Natural ».

SMD point or Bias/Grayscale gain setting, and this is rare at Epson (but it is the Android interface that is mainly responsible). To try to calibrate the projector, the following options will have to be used: « contrast, brightness, hue, saturation, colour temperature from 1 to 10″.

While the EF-12 does not have sophisticated video processing or image interpolation, it provides dynamic light output management to increase contrast in two levels – « normal » and « fast ».

TEST EPSON EF-12
Lecteur médias Epson EF-12

In the « SmartTV » section forget Netflix and Amazon Prime which are not directly compatible with the Epson projector. Disney+ on the other hand is accessible. In addition to the home media player you can also install Kodi and VLC.

TEST EPSON EF-12
Installation Kodi Epson EF-12

To access Netflix and Amazon Prime on the EF-12, consider connecting a media stick, gateway or media box to it.

Technical verdict

Power consumption :

TEST EPSON EF-12
Consommation électrique laser 100%

The appliance is sober. With the laser positioned at 100% of its power I measure 70W of consumption, which is little and even less than some DLP LED projectors. By positioning the cursor on 50%, the consumption drops to 40W. All this is measured with a 100% white test pattern.

TEST EPSON EF-12
Consommation électrique laser 50%

Operating noise and quality of the integrated Yamaha sound system :

TEST EPSON EF-12
Bruit de fonctionnement laser 100%

Despite the manufacturer’s claims, the EF-12 will not stand out from its competitors in the area of discretion, far from it. It even generates a barely acceptable magnitude: my sound level meter placed 50 cm from the projector shows 40.2dB at full laser power and then 37.5dB at 50%.

TEST EPSON EF-12
Bruit de fonctionnement laser 50%

I find myself smiling as I discover the sound of the two 5-watt Yamaha speakers that cover the projector. It’s fine, precise and ample enough not to demerit in a 30m2 room.

Quilted and clean :

TEST EPSON EF-12
Rogue One Epson EF-12 avec menu

Although the results in terms of sharpness and sharpness are first-rate for a Tri-LCD projector with Full HD resolution, it must be recognised that in direct comparison DLPs display a finer image, not only with the 0.47 chip but also the 0.33 version that equips the DMD Fengmi Smart, the projector used for the comparison. We can be comforted by the fact that the Epson laser shows no trace of misalignment of its panels.

TEST EPSON EF-12
Donwscaling 4K HDR Epson EF-12

Fluidity :

The EF-12 accepts 1080p24 signals without eyebrows or conversion and displays an image less affected by judder than some of its DLP fringe counterparts. At over €1,000, however, it’s unfortunate that a fluidity aid such as image interpolation is not available. This is petty and, as an example, a DLP such as the Changhong M3000 at less than 800€ does not overlook this very useful option to obtain a precise image without slowing down in traveling.

Input lag :

TEST EPSON EF-12
Input lag Epson EF-12

I am surprised at the very poor results obtained in this area and cannot explain them. The EF-12 has no image interpolation, no elaborate video processing and no video game modes. I took care to disable the keystone correction and reduce sharpness to the maximum and yet despite all these corrections my 1080p lag input probe shows a mediocre 123.7 ms. This is not a problem for cinema but it is simply not possible to use this projector for network play. Even in solo play the delay in the display can be unbearable. The brand had got used to much better in this field. It is incomprehensible.

Overscan and HDMI synchronisation :

As a burying point for parts of the image to be feared, the sunami t evoked at the beginning will not be helped by the cropping or overscanning of the video processing applied to the image by the projector.

TEST EPSON EF-12
Overscan EPSON EF-12

HDMI synchronisation is exemplary for speed and you can switch from one source to another without having to wait for the next tank to cross the lagoon!

Colorimetry, Gamma, Brightness and Contrast :

Together with BenQ and Sony, Epson is one of the top three best balanced projectors in the field of colour measurement at the box end, to the great satisfaction of the end user. However, the EF-12 has not inherited all the qualities of its predecessors in this field. The Natural Mode Gamut can be used without retouching, as can its Gamma, but with a colour temperature of 5976K and a deltaE deviation above the limit of 3 below which it becomes imperceptible to the human eye. This is not the case here, since I measured 7.08 deviation.

Being a laser projector with a phosphor wheel, the Gamut does not reach all the capabilities of a ‘pure’ laser. At its peak, the EF-14′s colour space achieves 81% of the DCI-P3.

TEST EPSON EF-12
Gamut Maximum EPSON EF-12

Here are my corrective values which, given the limited settings of the EF-12, cannot be considered the keys to true calibration. They resulted in a colour temperature of 6187K with a deltaE deviation of 5.89 and a mean Gamma of 2.12.

Corrective values

Natural fashion

Colour temperature 7

Light output: 100%.

Dynamic contrast: off

As for brightness, if I measure 1048 lumens in Dynamic mode, it cannot really be considered to reproduce natural colours. It is therefore the calibrated or rather « adapted » line in the summary table below that will have to be taken into account to determine the real capacities of the new Epson in terms of light output. Under these conditions, 560 lumens at 100% of the laser and 283 lumens at 50%.

TEST EPSON EF-12
Contraste, luminosité, Gamma, températures de couleurs EPSON EF-12

It is not much, very little, and you should not think too big with this Epson, limit yourself to suitable image sizes, in any case less than 3 metres; my recommendations for SDR and HDR formats are given in the summary table.

The native contrast level is downright disappointing at 468:1; some LED DLPs do better, that is! It is therefore imperative to activate the dynamic contrast to give a little density to the night scenes, but don’t expect miracles on this point. As a result, the Epson EF-12 requires the use of an ALR technical screen, if possible a version 1.5, to give back dynamics to a set which is distanced by a 550 lumens LED DLP projector.

Subjective opinion

It is a double-sided projector that reveals itself to us after the appearance of its first image. Comfortable with daytime scenes, it projects a natural, fluid image with good sharpness whether in 1080p SDR or 4K HDR. It’s pleasant, soft as a dip of your toes in the water of a small pond that the low tide has allowed the sun to heat up. This idyllic picture quickly darkens when the need for good contrast is felt. I have placed below an excerpt from Star Wars Rogue One, the passage where Darth Vader makes his way with a lightsaber on board a rebel cruiser before arriving at the storage shed of Princess Leia’s ship.

TEST EPSON EF-12
Rogue One Vador Epson EF-12

It is easy to see that blacks are dull and shallow. This is surprising and disappointing because a laser model like the EH-500B is much more comfortable in this area.

TEST EPSON EF-12
DLP VERSUS LCD

As I have both devices at the same time in my living room I organised a small simultaneous comparison session between the new Epson and the Fengmi Smart DMD, a model built around a modest Texas Instruments 0.33 DMD chip capable of simulating a Full HD image from a native 1366×768 resolution. For your information, the calibrated DLP displays an image of 487 lumens and a native contrast of 362:1. Please note that these values do not take into account the Helmholtz-Kohlrausch (HK) effect of LED projectors, which causes all LED projectors tested to appear visually much brighter than conventional instruments indicate.

TEST EPSON EF-12
Image comparative Kodi

Both projectors are mains operated (although the Fengmi has a built-in battery) and are calibrated to be equal, giving the maximum light output. At the same time, they project the same images on a suitable Vividstorm technical screen.

TEST EPSON EF-12
kODI comparatif 2 EPSON EF-12

In this environment, it is the image of the LED that I prefer, despite its DMD chip with a lower resolution than the Epson. The pin sharpness is better on the Fengmi as is the contrast, whereas it should be the other way around with the Epson’s native value of 468:1 as opposed to 362:1 for the LED. In short, the Epson navigates rather against the current.

TEST EPSON EF-12

In this part I place some photos from the Avsforums and Star Wars Rogue One 4K HDR suite broadcast on a Vividstorm screen by the Epson EF-14.

Conclusion

A price of 1099€, 5 years national guarantee, a laser light source, an LCD matrix ensuring no rainbow effect … With these features the new Epson seemed to have a solid background and a bright future, far from typhoons, storms and other sino-t sunamis . H elas, three times alas, it is distanced in many fields by the last tested intelligent DLP like the Fengmi Vogue Pro, the Xiaomi 2pro or even the Fengmi Smart DMD announced at 550 modest lumens. It looks like humiliation. A Spy in the sea! … but that one would abandon to his unfortunate fate, tossed by the scoundrel wave of the last projectors arriving by parallel importation.

In fact, at less than 1000€ and despite the lack of guarantee for these devices from parallel import, the comparative visual performances lead me to recommend you to choose the LED rather than the laser in question here.

If you are still confined to the Epson laser Tri-LCD in conjunction with the argument of normal marketing, I would like to say that I welcome the qualitative leap made by the brand in comparison to the EF-100B of 2019.

However, Epson engineers, it would be a good idea to go back to your computers and add to this EF-12 image interpolation, a « Games » mode worthy of the name, a native contrast of at least 1000:1, more light fishing while composing with correct colorimetry, then discreet ventilation, all this while maintaining the 1099€ price tag.

Armed with this input, you will finally have a convincing « Game changer ». In the meantime and although coming directly from China or Hong Kong, the Xiaomi, Fengmi and others will continue to occupy this segment of the video projection market as leaders.

TEST EPSON EF-12
EPSON EF-12 côté

I enjoyed :

The concept and the compactness of the implementation,

The high-quality Yamaha sound system,

The Bluetooth remote control,

– The 4K HDR and HLG support,

A colourimetry that is not too much of a nuisance when it comes out of the box.

I regret :

– High operating noise,

– Too little light,

– Input lag is too high,

– Lack of fluidity assistance,

– The absence of SMD and fine adjustment of the grey scale.

20 Comments

  1. Bonjour Grégory et merci …
    Quelle douche froide… Tant d’espoir et pschitt …
    22dB à 27dB annoncés par le constructeur, 37,5 dB et 40,2 dB mesurés réellement, contraste en berne, etc…
    Ce ne sera donc pas mon cadeau d’anniversaire ! (Je reste avec mon vieux lg ph 550G)
    Très bonnes fêtes de fin d’année en tout cas.

    • C’est sûr que plus on s’éloigne du projecteur, plus le bruit diminue mais tous les projecteurs que je teste sont placés à la même enseigne et à 50 cm de distance ce sont ces valeurs que j’obtiens.

  2. Merci beaucoup pour ces tests. Quelle déception une fois de plus de constater que les «chinois » ont un boulevard devant eux tant les ténors d’hier semblent abandonner la gamme grand public. Depuis deux ans environ, tous les tests de Grégory semblent inexorablement pointer le même constat. Je ne sais pas encore lequel sera mon prochain projecteur mais il y a 90% de chance qu’il soit chinois.

  3. Merci monsieur pour le test, et, amère déception et rêves brisés, changez de marque) Je reste sur mon ancien Benq CH100, qui est très dans la lignée de l’Epson EF-12, car il frôle le Rec-709 et a une image moins nette que, par exemple, Xgimi H1 … J’espère que les ingénieurs d’Epson ou leurs amis liront votre blog et comprendront, car le meilleur remède pour les patients du cinéma à domicile est le contraste, le rendu des couleurs, la clarté, la luminosité et le silence entre 28 et 32 ​​dB.

  4. Où est-ce que j’ai écrit ça ? Ma recommandation évoque le choix d’un écran technique 1.5 pour améliorer la dynamique de l’image d’un projecteur qui ne dispose pas d’une grande puissance lumineuse.

    Je me cite :

    Du coup, l’Epson EF-12 impose l’utilisation d’un écran technique ALR, si possible une version 1.5, pour redonner de la dynamique à un ensemble qui se fait distancer par un projecteur DLP à LED de 550 lumens.

  5. Thankyou for all your reviews this has saved me an expensive mistake! As noise is my biggest issue with my current projector. I keep looking at all the LED and Laser options to replace my Benq Th671st (don’t really need the short throw anymore) for a 100 inch screen in my basement. Tempted by the Chinese options like the Xiaomi options in your buyers guide just the lack of zoom and warranty are the only things making me hesitate from buying! The search goes on maybe I will be tempted in January. Hope you have a restful festive break
    Alan

    • Alan – Je connais les informations secrètes de la recette du bonheur d’un cinéphile ordinaire et ses 100-130 pouces). Pour ce faire, nous n’avons besoin que de 1300 lumens avec des couleurs précises, contraste natif 1000-1500: 1, rapport de projection 1,2-1,5: 1 avec zoom optique avant / arrière, réglage des niveaux de gris à 20 points (LG rit dans notre dos), 3 physique mode source de luminosité du projecteur, réglage horizontal et vertical, son stéréo net et puissant (c’est aussi un plus?!), et, bien sûr, le niveau de bruit est de 26 à 32 dB maximum. Et bien sûr, le prix est de 1000 $ / €. Et la meilleure option est pas d’Android !!!
      Mais les industriels et leurs ingénieurs préfèrent encore et encore ignorer l’un ou l’autre aspect important (ou plusieurs à la fois), ignorant complètement «nos souhaits, rêves ou désirs», ainsi que les conseils et recommandations de spécialistes expérimentés

      • je rejoint tellement ce propos, aujourd’hui sortent sur le marché des Vp inutiles, pour des gens qui ne sont pas passionné par la vidéoprojection et le Cinéma, tout juste bon a regarde la TV ..a mon gout beaucoup trop de ces Vp sont testés ici et c’est bien dommage

  6. Bonjour Greg, je profite de ce test et du Post associé pour te souhaiter de très bonnes Fêtes de fin d’année.
    Idem pour Cattod fidèle binôme et PassionHomecinema le bien nommé.

  7. Bonjour Grégory, j’ai un homecinema dédié depuis 2004
    J’aimerais passé au 4k mais je suis perdu pour choisir mon vidéoprojecteur
    Je voudrais un VP UHD-4K (la 3d serait un+ également)
    Ma fourchette de prix est 1000 à 2000 euros
    Mon écran fait 2m40 de large – 1m35 de hauteur avec une diagonale de 2m50
    Ma distance de projection est de 5m70 (donc il me faut une focale longue)
    Quel choix je vais avoir en VP ?
    Merci d’avance pour votre réponse
    Cordialement
    Michael

1 Trackback / Pingback

  1. Test Epson EH-TW5700 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*