Test Epson EH-LS300W : l’avis de Grégory.

Test EPSON EH-LS300W
EPSON EH-LS300

Chez Epson, le virage vers le laser de la projection home cinéma semble être bien amorcé. En très peu de temps vous avez ainsi pu découvrir sur le blog les tests des modèles LCD laser suivants : EF-11, EF-12, EF-100B ainsi que celui du projecteur à focale ultra courte et simulation 4K du constructeur : l’EH-LS500B.

Je rappelle qu’Epson construit l’ensemble de ses projecteurs ainsi que les lampes qui les équipaient jusqu’à présent. Ce tournant laser semble donc être bien en place pour durer.

Aujourd’hui, intéressons-nous au nouveau LCD Laser UST du constructeur, l’EH-LS300W ou B (blanc ou noir). Contrairement au LS500B dont la base avait été empruntée à la partie professionnelle des projecteurs LCD, le nouveau venu bénéficie d’une architecture nouvelle, bien plus sympathique que le look périscope du LS500B et également moins onéreuse (2300€).

A ce prix point de simulation 4K comme sur les TW9400W. Cependant, le nouveau venu accepte les signaux 4K HDR et HLG mais pas 3D et opère une mise à l’échelle descendante pour les transformer dans sa résolution native 1920×1080.

Le projecteur laser Full HD à ultracourte focale Epson est équipé d’AndroïdTV et bénéficie d’un son Yamaha. L’image projetée peut mesurer jusqu’à 120 pouces (3,05 m) tout en restant nette avec un taux de contraste élevé grâce à la gestion fine de la source lumineuse laser.

Dans une monde visuel 4K HDR on peut légitimement s’interroger sur la pertinence du choix de la résolution full HD mais le nouvel Epson rassemble de nombreuses qualités et il serait dommage de passer à côté.

De quoi s’agit-il ?

L’Epson EH-LS300 est disponible en noir et en blanc, ce qui devrait combler les tenants de l’une ou l’autre teinte. Sa source lumineuse laser utilise la Technologie 3LCD, avec des panneaux LCD de 0,61 pouce et C2 Fine. Point de DLP à l’horizon : Epson fabrique ses panneaux LCD et est en concurrence avec les marques adeptes des puces à micro-miroirs.

Test EPSON EH-LS300W
EPSON EH-LS300

Avec une luminosité élevée de 3600 lumens, le laser à longue durée de vie du Epson EH-LS300 Androïd TV Edition (20 000 heures) convient parfaitement pour des séances quotidiennes en pleine journée (épisode d’une série ou émission TV) ainsi qu’aux événements de grande envergure comme les rencontres sportives ou bien-sûr les films. Son système audio stéréo intégré est constitué de deux haut-parleurs alimentés par une amplification de 20 watts de marque Yamaha.

Ce vidéoprojecteur Epson peut ainsi remplacer la TV du salon pour peu d’un écran technique adapté.

Avec son design discret et élégant, le vidéoprojecteur Epson EH-LS300 Androïd TV Edition se fond aisément dans le salon. Facile à installer, ce projecteur ultra courte focale Epson dispose de deux entrées HDMI dont une ARC et peut se connecter à Internet en Wifi. 

Test EPSON EH-LS300W

S’agissant d’un UST, son rapport de projection est de 0,26 – 0,35:1. Pour remplir mon écran 110 pouces CLR Vividstorm j’ai eu besoin de 28 centimètres de recul entre le bord du projecteur et la toile de l’écran. A titre comparatif le Triple laser Samsung récemment testé n’avait besoin que de 13 cm de recul pour arriver au même résultat.

Test EPSON EH-LS300W

Les dimensions du projecteur sont de (L × P × H) : 467 × 400 × 149 mm pour un poids de
7,2 kg.

Ce type de diffuseur qui vient se placer au plus près de la surface de projection ne dispose pas de zoom ou de Lens-shift. Il faudra bien veiller à ce qu’il soit parfaitement posée à plat sous peine de se retrouver avec des déformations du trapèze et d »être contraint de compenser avec le keystone électronique.

En revanche, dissimulé sous une trappe se niche un levier qui permet de faire la mise au point de l’image. Si l’EH-LS300W travaille sous AndroïdTV, son environnement et son mode d’utilisation ne sont pas aussi performants que des modèles SmartTV de Samsung et de LG. La télécommande porte bien un logo Youtube direct mais point de Netflix ou d’Amazon Prime Video.

Pour compenser vous pourrez travailler en mode miroir depuis une tablette ou un téléphone portable ou adjoindre un stick voire une box externe.

Pour la partie sonore, l’EH-LS300W peut se transformer en enceinte Bluetooth et vous faire bénéficier du travail d’orfèvre des ingénieurs de Yamaha sur cet appareil.

Menus

Un mix d’AndroïdTV avec quelques options Epson, voilà comment je décrirais au mieux le nouvel environnement opératoire du LS300. Le projecteur porte un beau label ISFccc sur sa coque mais je cherche encore le réglage d’échelle de gris (GAIN et BIAS), l’éditeur de Gamma et aussi le CMS.

Test EPSON EH-LS300W

Les modes images configurés en usine sont ceux classiques chez Epson. On retrouve donc « Dynamique, Vif, Cinéma lumineux, cinéma et naturel ». Le traitement vidéo interne ne comprend pas de mode d’interpolation d’images mais les signaux 24p sont traités comme tels sans conversion en 60HZ (prenez en de la graine Xiaomi, Fengmi et consorts).

Pour ajuster l’image à votre goût, Epson a fait disparaître nombre d’options qui existaient sur ses précédents modèles laser. Ainsi les paramètres personnalisés se réduisent à « luminosité, contraste, saturation, nuance, netteté« .

Test EPSON EH-LS300W

Pour faire varier le niveau de contraste, les ingénieurs du constructeur ont mis en place une gestion fine de la puissance du laser ainsi qu’une adaptation en temps réel de la luminance avec un dispositif de contraste dynamique qui travaille de façon normale ou rapide.

La température de couleurs s’ajuste sur un pas compris entre +1 et + 12. Les valeurs élevées donnent une teinte bleue à l’image, alors que les valeurs basses donnent une teinte rouge. On a connu mieux et plus précis chez Epson.

Un mini-dispositif de super résolution « optimisation des détails » vient redonner du peps à des images un peu molles si besoin.

Verdict technique

Consommation électrique :

Sur une mire de blanc à 100% et avec le laser à pleine puissance, l’EH-LS300W consomme 211W.

Test EPSON EH-LS300W

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore Yamaha :

J’ai effectué plusieurs mesures, la première avec le sonomètre directement posé sur le projecteur. Gardez bien entendu en mémoire qu’en tant que spectateur vous serez assis bien loin de la source de diffusion puisque c’est un UST.

Dans ces conditions et avec le laser à 100% de sa puissance, le LS300 affiche 46,8 dB (sur le projecteur) et en l’éloignant à 50 cm on obtient 40,6 dB.

A 100% de la puissance du laser, le LS300 est beaucoup trop bruyant pour une utilisation home cinéma. Il faudra se limiter à 80% pour rester dans des niveaux acceptables.

Grosse et belle surprise pour bibi quant au rendu du système sonore Yamaha. Mes oreilles de non spécialiste ont particulièrement apprécié la précision, le rendu et la dynamique de ce qui est tout sauf une option. Le LS300 peut sérieusement être utilisé en solo sans éprouver le besoin de le connecter à un ampli home cinéma. Bravo Yamaha et Epson pour nous offrir un rendu de cette qualité.

Test EPSON EH-LS300W
Gestion son epson LS300

Précision d’image et piqué :

Si le nouvel Epson digère les signaux 4K HDR, c’est en effectuant ce qu’on appelle une mise à l’échelle inversée. Concrètement, les programmes UHD ou 4K vont être réduits à la résolution native du projecteur soit 1920 points par 1080 lignes.

Test EPSON EH-LS300W

En recherchant des traces de défauts d’alignement (en vain), je me rends compte que cette partie n’a pas été négligée et que la précision de l’image et la justesse des contours sont au rendez-vous.

Fluidité :

Je l’ai souligné dans la partie dédiée aux menus, l’EH-LS300W est dépourvu de mode d’interpolation d’images mais contrairement aux UST laser d’importation chinoise, lui gère à merveille tous les signaux 24p sans effectuer de conversion. C’est assez rare pour ne pas le souligner. Du coup, l’absence d’aide à la fluidité n’est pas pénalisante pour cet Epson.

Input lag :

J’ai éprouvé quelques difficultés à afficher une mesure de lag avec mes deux capteurs ; le relevé de 132,5 ms de retard est donc à prendre avec des pincettes. Le LS300 ne dispose pas de mode jeu avec une sélection « fine ou rapide » du travail des panneaux comme on peut en trouver sur le TW9400 par exemple. Dans tous les cas, si cette mesure s’avérait conforme aux capacités du projecteur, elle serait trop élevée pour espérer s’adonner dans de bonnes conditions à du jeu en réseau sur grande image.

Test EPSON EH-LS300W
INPUT LAG LS300

Overscan, accroche et synchronisation HDMI :

Le projecteur laser d’Epson affiche une image exempte de cropping (rognage ou overscan). Le passage d’une source HDMI à l’autre (deux prises) se fait de façon transparente sans effet d’écran noir ou temps d’attente.

Colorimétrie :

Des 5 sélections usines proposées par le LS300, la bien nommée « naturelle » reste celle qui se rapproche le plus des références HDTV. Toutefois, le mode dynamique avec ses 3534 lumens affiche une température de couleurs de 6410K avec un écart deltaE de 7,89.

L’étude du Gamut du LS300 permet de déterminer que, malgré la mise en œuvre d’une source lumineuse laser, l’espace couleurs maximum de cet appareil n’atteint que 101,9% du rec709 et 75,1% du DCI-P3. Le LS300 intègre une roue au phosphore qui entraîne cette réduction.

Test EPSON EH-LS300W

Les outils nécessaires pour calibrer finement le LS300 font défaut et je regrette qu’Epson n’ait pas reconduit ses options habituelles : CMS, réglage de l’échelle de gris Gain et Bias et éditeur de Gamma.

Néanmoins, avec les corrections suivantes j’ai pu obtenir une température de couleurs de 6331K avec un écart deltaE de 3,14 et un Gamma à 2.23.

Valeurs correctives

Mode naturel

Laser 80%

Température de couleurs 7

Contraste et luminosité :

Test EPSON EH-LS300W

Les 3600 lumens annoncés par le constructeur avec le laser à pleine puissance et 1800 lumens à 50% sont bien au rendez-vous. Le LS300 a de la pêche en réserve et la gestion fine du laser permet de conserver la dynamique de l’image SDR et HDR. Dans tous les cas même après calibrage le nouvel Epson est en capacité de projeter une image 4K HDR avec une luminance de 26 fL sur 3m45 de base au format 16/9ème.

Le contraste natif du projecteur tournant autour d’un besogneux 1000:1, il peut être efficacement secondé et amplifié par deux modes dynamique le faisant s’élever entre 4500 et 5000:1 et ce sans effet de pompage désagréable.

Test EPSON EH-LS300W
NIVEAU DE NOIR

VERDICT SUBJECTIF

J’ai commencé par découvrir l’image du nouveau Epson laser avec le dernier film d’animation de Pixar « Soul« . Les projecteurs LCD et lasers sont au top de ce qu’ils peuvent proposer comme qualité visuelle avec ce type de programme. L’animation typée « photo réalisme » a fait mouche et je suis tombé sous le charme de ce nouvel UST Laser. N’oublions pas que ce film comprend de nombreux passages musicaux (jazz) qui sont sublimés par le traitement Yamaha. Bref une très belle entrée en matière.

Mais la vraie épreuve du feu pour un projecteur, c’est la bonne restitution de films et particulièrement ceux qui alternent scènes nocturnes et diurnes sans qu’aucune de ces caractéristiques antagoniste ne se fasse au détriment de l’autre en termes de qualité de diffusion.

J’ai donc enchaîné avec James Bond Spectre et ses couleurs fidèles dans le mode naturel, suivi de la version 4K HDR du premier opus de Predator et de l’affrontement de chars du film Fury.

Je ne peux que rapporter mon enthousiasme quant à l’équilibre global de l’image et la gestion du laser permettant une dynamique adaptée à la taille de votre écran. J’utilisais bien évidemment le projecteur en combinaison avec un écran CLR Vividstorm tout dédié à tirer la meilleure image possible d’un UST. Challenge réussit pour l’Epson EH-LS300 et encore une fois malgré sa résolution 1080p à aucun moment pendant mes heures de visionnage je n’ai regretté l’absence de matrice 4K (qui n’existe pas dans les modèles home cinéma du constructeur).

Un projecteur sans faiblesse notable… je sens que le classement UST 2021 va connaître quelques bouleversements.

CONCLUSION

Simple, efficace et enthousiasmant, voilà le portrait en trois mots du LS300. D’ailleurs, vu sa qualité, je ne peux que recommander au constructeur de revoir sa copie du LS500 et de plutôt partir d’une feuille vierge pour proposer un appareil dont l’origine bureautique soit moins apparente.

Avec les bons moments de cinéma que j’ai passés avec le LS300, il m’est tout naturel de lui attribuer un Gold Award PHC.FR. Il n’est que 1080p et coûte quand même 2300€ mais je trouve qu’il vient bousculer nombre de projecteurs UST laser de corps et d’esprit chinois qui restent engoncés dans le 60hz.

J’ai apprécié :

– Un modèle et une coque spécialement conçue pour le home cinéma,

– Une puissance lumineuse exceptionnelle,

– Un bon piqué,

– Une fluidité sans judder,

– Des couleurs bien équilibrées.

Je regrette :

– Une partie smartTV vraiment trop réduite,

– Le bruit de fonctionnement à 100% du laser,

– Les options ISFccc de réglages des couleurs inexistantes,

– Un Gamut restreint.

EPSON LS300
EPSON LS300

ENGLISH VERSION

TEST EPSON EH-LS300

At Epson, the shift towards laser projection for home cinema seems to be well underway. In a very short time you could discover on the blog the following LCD laser models tests: EF-11, EF-12, EF-100B as well as that of the manufacturer’s ultra-short-throw projector and 4K simulation: the EH-LS500B.

I remind you that Epson manufactures all of its projectors as well as the lamps that equipped them until now. So this laser turnaround seems to be well in place to last.

Today, let’s focus on the new LCD Laser UST of the manufacturer, the EH-LS300W or B (white or black). Contrary to the LS500B whose base was borrowed from the professional part of the LCD projectors, the newcomer benefits from a new architecture, much nicer than the periscope look of the LS500B and also less expensive (2300€).

At this price, there is no 4K simulation like on the TW9400W. However, the newcomer accepts 4K HDR and HLG signals but not 3D and downscales them to its native 1920×1080 resolution.

The Epson Ultra Short Throw Full HD Laser Projector is equipped with AndroidTV and Yamaha sound. The projected image can measure up to 120 inches (3.05 m) while remaining sharp with a high contrast ratio thanks to the fine management of the laser light source.

In a 4K HDR visual world we can legitimately question the relevance of the choice of the full HD resolution but the new Epson gathers many qualities and it would be a shame to miss it.

What is it about?

The Epson EH-LS300 is available in black and white, which should satisfy fans of either hue. Its laser light source uses 3LCD Technology, with 0.61 inch LCD panels and C2 Fine. No DLP on the horizon: Epson makes its own LCD panels and competes with brands that use micro-mirror chips.

With a high brightness of 3600 lumens, the Epson EH-LS300 Android TV Edition’s long-life laser (20,000 hours) is perfect for daily daytime sessions (episode of a TV show or series) as well as large-scale events such as sports matches or of course movies. Its built-in stereo audio system consists of two speakers powered by a 20-watt Yamaha amplifier.

This Epson projector can replace the TV in the living room if you have a suitable technical screen.

With its discreet and elegant design, the Epson EH-LS300 Android TV Edition projector blends easily into the living room. Easy to install, this Epson ultra short-throw projector has two HDMI inputs, one of which is ARC, and can connect to the Internet via Wi-Fi.

Test EPSON EH-LS300W

Being a UST, its projection ratio is 0.26 – 0.35:1. To fill my 110 inch CLR Vividstorm screen I needed 28 centimeters of setback between the edge of the projector and the screen cloth. In comparison, the Samsung Triple Laser I recently tested needed only 13 cm of setback to achieve the same result.

The dimensions of the projector are (W × D × H): 467 × 400 × 149 mm with a weight of
7.2 kg.

This type of diffuser, which is placed as close as possible to the projection surface, does not have a zoom or lens-shift. It is important to make sure that it is perfectly flat, otherwise the trapezium will be distorted and you will have to compensate with the electronic keystone.

On the other hand, hidden under a trap door is a lever that allows you to focus the image. If the EH-LS300W works under AndroidTV, its environment and its mode of use are not as powerful as SmartTV models from Samsung and LG. The remote control does have a direct Youtube logo but no Netflix or Amazon Prime Video.

To compensate, you can work in mirror mode from a tablet or a cell phone or add a stick or an external box.

For the sound part, the EH-LS300W can be transformed into a Bluetooth speaker and let you benefit from the goldsmith work of Yamaha engineers on this device.

Menus

A mix of AndroidTV with some Epson options is how I would best describe the new operating environment of the LS300. The projector has a nice ISFccc label on its shell but I’m still looking for the gray scale adjustment (GAIN and BIAS), the Gamma editor and also the CMS.

Test EPSON EH-LS300W

The image modes configured in the factory are those classic Epson. We find « Dynamic, Vivid, Cinema bright, cinema and natural ». The internal video processing does not include an image interpolation mode but 24p signals are treated as such without conversion to 60HZ (take it from Xiaomi, Fengmi and others).

Test EPSON EH-LS300W

To adjust the image to your taste, Epson has removed many of the options that existed on its previous laser models. Thus the personalized parameters are reduced to « luminosity, contrast, saturation, hue, sharpness« .

To vary the level of contrast, the manufacturer’s engineers have implemented a fine management of the laser power as well as a real-time adaptation of the luminance with a dynamic contrast device that works in a normal or fast way.

The color temperature can be adjusted in steps from +1 to +12. The high values give a blue tint to the image, while the low values give a red tint. We knew better and more precise at Epson.

A mini-device of super-resolution « detail optimization » comes to give pep to images a little soft if need be.

Technical verdict

Power consumption :

On a 100% white test pattern and with the laser at full power, the EH-LS300W consumes 211W.

Test EPSON EH-LS300W

Operating noise and quality of the Yamaha sound system:

I made several measurements, the first one with the sound level meter directly on the projector. Keep in mind that as a spectator you will be sitting far away from the broadcasting source since it is a UST.

In these conditions and with the laser at 100% of its power, the LS300 displays 46.8 dB (on the projector) and by moving it away to 50 cm we get 40.6 dB.

At 100% laser power, the LS300 is far too noisy for home theater use. It will be necessary to limit itself to 80% to remain in acceptable levels.

Big and beautiful surprise for bibi about the rendering of the Yamaha sound system. My non-specialist ears particularly appreciated the precision, the rendering and the dynamics of what is anything but an option. The LS300 can seriously be used solo without the need to connect it to a home theater amp. Bravo Yamaha and Epson for offering us a rendering of this quality.

Image accuracy and sharpness:

If the new Epson digests 4K HDR signals, it is by performing what is called reverse scaling. Specifically, the UHD or 4K programs will be reduced to the native resolution of the projector, i.e. 1920 points by 1080 lines.

Test EPSON EH-LS300W

While looking for traces of misalignment (in vain), I realize that this part has not been neglected and that the precision of the image and the accuracy of the contours are there.

Fluidity:

As I mentioned in the menu section, the EH-LS300W does not have a frame interpolation mode, but unlike the Chinese imported laser USTs, it handles all 24p signals perfectly without conversion. This is rare enough not to mention. As a result, the lack of fluidity assistance is not a penalty for this Epson.

Input lag:

I had some trouble displaying a lag measurement with my two sensors, so the 132.5ms delay reading should be taken with a grain of salt. The LS300 doesn’t have a game mode with a « fine or fast » selection of the panel work as you can find on the TW9400 for example. In any case, if this measurement was in accordance with the capabilities of the projector, it would be too high to hope to indulge in network gaming in good conditions on large images.

Test EPSON EH-LS300W
INPUT LAG LS300

Overscan, HDMI hookup and sync:

The Epson laser projector displays a cropping-free image. Switching from one HDMI source to the other (two sockets) is seamless with no black screen effect or waiting time.

Colorimetry :

Of the 5 factory selections offered by the LS300, the well named « natural » remains the one that comes closest to HDTV references. However, the dynamic mode with its 3534 lumens displays a color temperature of 6410K with a deltaE of 7.89.

The study of the Gamut of the LS300 makes it possible to determine that, in spite of the implementation of a laser light source, the maximum color space of this apparatus reaches only 101,9% of the rec709 and 75,1% of the DCI-P3. The LS300 integrates a phosphor wheel which causes this reduction.

Test EPSON EH-LS300W

The necessary tools to finely calibrate the LS300 are missing and I regret that Epson did not renew its usual options: CMS, Gain and Bias gray scale adjustment and Gamma editor.

Nevertheless, with the following corrections I was able to obtain a color temperature of 6331K with a deltaE of 3.14 and a Gamma of 2.23.

Corrective values

Natural mode

Laser 80

Color temperature 7

Contrast and brightness :

Test EPSON EH-LS300W

The 3600 lumens announced by the manufacturer with the laser at full power and 1800 lumens at 50% are well within reach. The LS300 has a lot of power in reserve and the fine management of the laser allows to keep the dynamics of the SDR and HDR image. In any case, even after calibration, the new Epson is able to project a 4K HDR image with a luminance of 26 fL on 3m45 of base in 16:9 format.

The native contrast of the projector is around a laborious 1000:1, but it can be effectively supported and amplified by two dynamic modes that raise it between 4500 and 5000:1 without any unpleasant pumping effect.

Test EPSON EH-LS300W

SUBJECTIVE VERDICT

I started by discovering the image of the new Epson laser with the latest animated film from Pixar « Soul ». The LCD and laser projectors are at the top of what they can offer for visual quality with this type of program. The « photo realism » animation hit the spot and I fell in love with this new UST Laser. Let’s not forget that this film includes many musical passages (jazz) which are sublimated by the Yamaha treatment. In short, a very nice introduction.

But the real test of fire for a projector is the good reproduction of films, especially those that alternate night and day scenes without either of these antagonistic characteristics being to the detriment of the other in terms of broadcast quality.

So I went with James Bond Spectre and its faithful colors in the natural mode, followed by the 4K HDR version of the first Predator opus and the tank battle of the movie Fury.

I can only report my enthusiasm for the overall balance of the image and the management of the laser allowing a dynamic range adapted to the size of your screen. I was of course using the projector in combination with a CLR Vividstorm screen all dedicated to get the best possible image from a UST. Successful challenge for the Epson EH-LS300 and once again despite its 1080p resolution at no time during my hours of viewing I regretted the absence of 4K matrix (which does not exist in home theater models of the manufacturer).

A spotlight with no noticeable weaknesses… I have a feeling that the UST 2021 rankings are going to see some shakeups.

CONCLUSION

Simple, efficient and exciting, that’s the LS300 in three words. Moreover, considering its quality, I can only recommend to the manufacturer to review its copy of the LS500 and to rather start from a blank sheet to propose a device whose office origin is less apparent.

With the good cinema moments I had with the LS300, it is only natural for me to give it a PHC.FR Gold Award. It is only 1080p and still costs 2300€ but I find that it shakes up a lot of laser UST projectors of Chinese body and mind that remain stuck in 60hz.

GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR

I enjoyed:

– A model and a shell specially designed for home cinema,

– Exceptional light power,

– A good dive,

– A fluidity without judder,

– Well-balanced colors.

I regret:

– A smartTV part really too small,

– The noise of 100% laser operation,

– ISFccc options for color adjustments are non-existent,

– A restricted range.

24 Comments

  1. A l’issue de ce test, il semble que Gold Award soit plus mérité que celui du Samsung Premiere LSP9…
    Ici, un contraste natif et dynamique honnête, pas d’AEC, et un prix abordable.
    Bravo Epson !

    • Mais pas de 4 K. Mais je trouve aussi que le Samsung LSP9, est trop cher, pour être intéressant. Ce qui m’ennuie quand même c’est que des très bons projecteurs UST restent en 60 hz. Quand j’ai trouvé très important de retrouver le taux de rafraîchissement d’origine. je rêve d’un UST avec un contraste exceptionnel, des noirs profonds et un taux de rafraîchissement d’origine respecté.

      • Le uhz65ust couche ces cases sur les souces 4k hdr ou l’utilisation du contraste dynamique fait des merveilles, sur les autres sources c’est moins bon (pompage) Au détriment d’une colorimérie bonne mais pas exceptionnelle. Plus silencieux aussi.

  2. bonjour Grégory,
    petite question technique qui s’appliquerait à n’importe quel VP : comment fais tu pour conclure que les signaux 24p ne sont pas convertis en 60Hz? tu le juges à la fluidité des travelings dans un film? Au défilement des petits textes dans les pubs avec 50hz/60hz?

  3. Pourquoi dans les moins, il n’y a pas l’imput élevé, 123 ms c’est vraiment beaucoup même en dehors du jeu en réseau, il n’est clairement pas fait pour du jeu, ce n’est pas rien.Même si tu notes que tu n’es pas sur de ton résultat, il faut le notifier car profiter d’une très grande image en jeu vidéo est quand même le top surtout avec beaucoup de lumens, il y a quand pas de gens qui joue au final en PC ou console.
    A oui, une dernière chose pourquoi tant réduire la puissance du vidéoprojecteur, si tu le mets a 1800 lumens, on perd trop de puissance pour s’en servir en pleine lumière la journée même avec un écran technique, je sais que c’est en partie à cause de la calibration, mais je trouve décevant qu’on ne puisse pas avoir de vidéoprojecteur et surtout laser ou led ust avec une image bonne voire très bonne à plus de 2500 lumens pour remplacer complètement une TV tous les jours sans se mettre dans la pénombre ou lumière faible, ton image prouve qu’on est dans une pièce sombre quand même.Voila c’est mes remarques.Dommage.

  4. Je voulais rectifier, il y a pas de gens qui jouent au jeu vidéo au final sur PC et console et smartphone, donc sur grand écran, c’est top.C’est donc une partie à ne pas négliger je pense chez les constructeurs et je m’aperçois qu’il y en à vraiment pas beaucoup de bon dans ce domaine depuis que je lis tous test Grégory.

  5. Merci pour ce test très intéressant
    Ce test confirme les autres tests que l’on retrouve sur youtube, tous très positifs.

    J’imagine que si l’on descend la puissance lumineuse, le bruit va baisser ?

    Pour les points négatifs :
    -La partie smartTV n’est pas intéressante car l’on ne peut pas sortir les bandes sons HD du projecteur par la prise HDMI pour les envoyer sur un ampli , il faudrait pour cela un HDMI eARC. De plus une prise RJ45 serait bien

    -Dommage que les réglages habituels d’Epson manquent à l’appel .

    Sinon pour le reste c’est du tout bon
    Je vais craquer pour ce projecteur, je ferai un compte rendu ici prochainement

  6. Thanks for the test. Contrast and brightness are promising!

    Can you provide noise values for the laser at 75% and 50%? 40dB is insanely loud, and I had issues in that department with the Mijia 1S 4K.

  7. Bonjour Grégory,
    je voudrais vous poser une question. Quel projecteur préférez-vous s’il s’agissait de performances d’image ? Epson EH-LS300 ou Samsung LSP7T ?
    Merci

  8. Bonjour,
    Merci pour ces comparatifs et tests de qualité.
    Je me suis orienté donc vers ce eh-ls300W… le visionnage de 2 films a été une belle expérience avec un son de qualité. Ce jour, apparition de pixels blancs multiples et scintillants , en lien avec affichages de plages sombres, sursauts d’image et pauses intempestives parfois. Les menus de réglages ne sont pas impactés curieusement. Je précise que l’utilisation a été entre 50 et 80% de la puissance maximale. Bien dommage car l’appareil semblait prometteur!

  9. Bonjour,

    Is the lamp still operating at 100% and thus very loud in cinema mode?

    We have a bright living room and during the day I’d like to watch Formula 1 and Football and then the sound matters less and mostly care about brightness. In evening when it’s dark we’d welcome a quiet projector in cinema mode that gives a deep image.

    We sit 4.2 meters away and I would combine it with a 100″ Vividstorm ALR screen for UST.

    Considering this, would you recommended LS300 or Optoma P2/Samsung LSP7T?

    Merci

  10. Bonsoir,
    Un grand merci déjà pour tous ces tests!!
    Si l’on se fie seulement à la qualité d’image, est ce que le 9400W sort toujours vainqueur vs. le LS300 (tu l’avais mis vainqueur vs. le LS500).
    Merci encore 🙂

  11. Bonjour
    Grégory : pour le test de l’Epson LS300 , as tu dû corriger le trapèze 8 point ? et as tu eu des problèmes de netteté sur certaines zones de l’écran ?
    Car avec mon LS300 , l’image n’est pas complètement rectangulaire, au milieu sur le haut et le bas l’image descend , impossible de régler ça en a justant les pieds(je projete sur un écran cadre fixe XYscreen, qui va très bien avec mon Fengmi 4k cinema pro)
    De plus je n’arrive pas avoir la netteté sur tout l’écran, c’est net soit à droite ou soit net à gauche, mais jamais partout.
    Avec des doubles contours vert et violet

    Je suis en contact avec Epson, mais je voulais ton avis et ton experience sur la question.
    Merci

1 Trackback / Pingback

  1. Match UST : LCD 1080P Laser Epson EH-LS300 versus DLP 1080P Xiaomi Mi laser projector version globale. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*