Test JVC DLA-NX9 : l’avis de Grégory

Test JVC DLA-NX9
Logo THX ISF JVC

TEST JVC DLA-NX9

Sans faiblir ni ralentir, voici au tour du JVC DLA-NX9 de venir prendre place en salle de test. Ce vidéoprojecteur DLA est le premier modèle home cinéma à proposer une image de résolution 8K simulée. S’il partage les panneaux 4K natifs avec ses petits frères (N5 et N7), il est le seul à utiliser le processus E-shift (combinaison de wobulation et de traitement vidéo) pour mettre à l’échelle les sources entrantes à la résolution 8K d’environ 8 000 x 4 000 pixels à partir d’une résolution native de 4096 x 2160 pixels.

Pour restituer toute la finesse d’une image de cette résolution, le nouveau JVC hérite de l’objectif haut de gamme du projecteur laser JVC DLA-Z1, entièrement composé d’éléments en verre.

Test JVC DLA-NX9
JVC DLA-NX9

Ce projecteur à lampe classique (référence PK-L2618U) entre en concurrence avec un modèle comme le Sony VPL-VW760ES équipé quant à lui d’une source lumineuse laser. Nous allons voir ensemble que le NX9 va faire rêver de nombreux amoureux de cinéma à domicile… mais vu son prix sans doute presque autant de joueurs de loto (17999€ ; admirez l’€uro commercial psychologique appliqué !).

PRÉSENTATION

Non seulement le constructeur a enfin répondu aux attentes des amoureux de la marque en sortant enfin une gamme de 3 modèles équipés de puce 4K natives mais il a poussé le concept plus loin en déclinant le premier projecteur home cinéma 8K. On peut légitimement se poser la question de ce choix, car aucune source de cette résolution n’existe pour l’heure et de toute manière le NX9 ne peut pas les accepter en entrées. Je vérifierai plus loin dans la partie technique l’apport de cette simulation 8K.

Il faut également signaler que le NX9 bénéficie d’une certification THX à l’image du BenQ W11000.

Test JVC DLA-NX9
Logo THX ISF JVC

La nouvelle puce 4K s’accompagne d’un nouveau châssis pour le projecteur, qui se démarque ainsi de la série X. Si les N5 et N7 sont déjà imposants, le NX9 les dépasse en raison principalement du poids du bloc optique. Ce haut de gamme de JVC affiche sur la balance une masse de près de 22 kg presque digne d’une cloche de Notre Dame ; attention à prévoir sinon un échafaudage au moins un kit de fixation adapté si vous envisagez de l’installer au plafond de votre cathédrale cinématographique.

Test JVC DLA-NX9
BenQ W5700 versus JVC DLA-NX9

Autre nouveauté également présente sur les N5 et N7, la gestion par auto-mapping des signaux HDR et HLG. Les informations contenues dans le flux vidéo des sources HDR, les fameuses « métadonnées HDR », indiquent au projecteur de la série JVC-N la luminosité moyenne de l’image la plus claire et la luminosité absolue du point le plus clair (MaxCLL et MaxFALL).

Test JVC DLA-NX9
Menu Gamma HDR JVC DLA-NX9

Ces deux valeurs sont lues par les nouveaux projecteurs JVC. Ceci permet d’ajuster l’affichage pour reproduire les valeurs HDR optimales (la luminosité correcte de tous les composants de l’image).

De plus, le curseur « Niveau de mappage » permet de régler manuellement la luminosité moyenne de l’image. Le JVC DLA-NX9 est également compatible avec le second standard HDR « Hybrid Log. Gamma », en abrégé HLG.

Les appareils de la série N sont annoncés avec un espace couleur qui correspond approximativement au DCI-P3.

Tous les projecteurs de la série N bénéficient d’une mise à jour par firmware qui peut être réalisée à domicile grâce à une prise USB dédiée. A l’heure de la rédaction de ce test, la dernière version est la 2.01 qui réduit le temps d’apparition de l’image et surtout ajoute deux profils de couleurs dédiés pour relier le projecteur à une des nouvelles platines UHD Blu-ray de Panasonic (telle ma UBD820).

En remplacement des anciens profils « User 5 » et « User 6 », cette mise à jour met en place deux nouveaux settings de couleurs baptisés « Pana_PQ_HL » (High Luminance Projector) et « Pana_PQ_BLN » (Basic Luminance Projector).

Ils sont spécifiquement conçus pour une association des nouveaux projecteurs 4K JVC D-ILA avec les lecteurs UHB Blu-ray de Panasonic comme les DP-UB9000 ou UB820 avec leur gestion optimisée des images HDR. Les profils fonctionnent en conjonction avec l’optimiseur HDR du lecteur pour assurer la meilleure qualité possible de reproduction d’images à haute dynamique. L’utilisateur peut décider d’utiliser le profil de couleurs « Pana_PQ_HL » ou « Pana_PQ_BL ».

Le traitement vidéo du NX9 dispose du Clear Motion Drive, un dispositif d’aide à la fluidité actif sur les signaux 4K/60p (4:4:4).

La luminosité du NX9 est annoncée à 2200 lumens avec un contraste natif de 100 000:1 et dynamique de 1 000 000:1 (je ne surprendrai personne en annonçant qu’aucun de ces 2 chiffres n’est atteint).

TOUR PHYSIQUE

Le châssis entièrement sombre est surmonté par un panneau affichant de nombreux logos : THX, 4K HDR, ISFccc.

La lentille frontale de l’objectif est protégée par un cache en plastique qu’on enlève à la main. Le bloc optique se compose entièrement d’éléments en verre et est gouverné électriquement. Focus, zoom et Lens-shift peuvent donc être pilotés à la télécommande et cette motorisation permet également au NX9 d’offrir une capacité de mémorisation d’emplacement de l’image (mémoire de zoom). L’amplitude du Lens-shift est gigantesque puisqu’il peut être déplacé de plus de 100 % verticalement.

Pour obtenir une image de 2m50 il faudra un recul compris entre un minimum de 3m40 et un maximum de 6m89.

Le refroidissement du projecteur s’effectue par l’arrière et l’air chaud est soufflé vers l’avant. L’ensemble transite par un filtre à poussières accessible depuis l’extérieur.

Pour la connectique, le nouveau châssis de la série N possède les mêmes connecteurs que les JVC précédents : deux entrées HDMI compatibles avec une bande passante de 18 Gbps pour toutes les résolutions jusqu’à 4K avec HDR ainsi qu’un mini-DIN pour l’émetteur radio 3D pour synchroniser les lunettes à obturateur.

Test JVC DLA-NX9
Connectique JVC DLA-NX9

Pour le contrôle et la mise à jour de l’appareil des prises RS-232, USB et LAN sont présentes et un mini-jack 12 volts permet de commander les ascenseurs, écrans ou objectifs anamorphiques. Un panneau de commande est présent sur la coque Les capteurs infrarouges pour la télécommande sont situés à l’avant et à l’arrière.

Une autre nouveauté est la télécommande. Au premier abord elle semble plus élégante que le modèle précédent. Elle dispose surtout d’un éclairage appréciable pendant la projection. Les touches sont un peu trop enfoncées dans la coque.

Test JVC DLA-N5
Télécommande JVC DLA série N

MENUS

S’il y a bien un reproche qu’on ne peut pas faire aux ingénieurs de JVC c’est d’être économe sur les options intégrées dans leurs projecteurs, mais pour le coup on frise même l’indigestion. Au menu image qui comprend les classiques  contraste, luminosité, température de couleurs, il faut rajouter la gestion de l’interpolation d’images, de l’E-shift 8K, etc.…

Test JVC DLA-NX9
Choix des températures de couleurs JVC DLA-NX9

Les niveaux RVB ont la possibilité d’être finement optimisés grâce à des ajustements dédiés du Gain et du Bias (offset pour JVC). Il est possible également de se limiter à l’utilisation des réglages prédéfinis de températures. JVC propose un CMS qui travaille sur les 3 dimensions du Gamut.

Le choix de l’espace couleurs est possible (RGB ou YcbCr 4:4:4 ou 4:2:2). À ces multiples réglages de colorimétrie, il convient de rajouter des mémoires ajustées en usine qui doivent permettre de faire correspondre l’image du projecteur au(x) gabarit(s) d’écran que vous utilisez à domicile.

Les configurations de l’image réglées en usine se décomposent de la manière suivante : « naturel, cinéma, HDR10, HLG, Film, THX » accompagnées de 6 mémoires utilisateurs dont deux sont prévues pour associer le projecteur à un lecteur UHD Blu-ray Panasonic (User 5 et 6).

Il faut noter que toutes les sélections usine sont éditables ce qui fait un total de 14 mémoires de sauvegardes en incluant les 2 modes 3D.

Pour ajuster la forte luminosité du NX9, vous bénéficiez de la combinaison d’un iris dynamique et d’un iris fixe. Le premier s’ouvre et se ferme en fonction du contenu de l’image (sombre ou lumineux), le second est paramétrable sur 15 niveaux pour réduire ou augmenter le flux de sortie de la lumière. Ceci permet d’adapter la luminosité du projecteur à la taille de votre écran.

E-shift 8K JVC DLA NX9

Les classiques Clear Motion Drive (interpolation d’images) et MPC (Multiple Pixels Créator, simulation 8K) sont également présents, accompagnés d’une option de réduction de l’input lag. Les réglages de netteté et de lissage d’image sont présents dans le MPC et disponibles pour deux types de source (standard et haute définition).

Comparaison effet MPC standard et haute résolution JVC DLA-NX9

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement :

Avec le mode économique, le JVC DLA-NX9 est inaudible dans ma pièce ou mon sonomètre affiche la plus basse de ses mesures soit 30 dB, le passage en lampe haute faisant bouger légèrement l’aiguille en la positionnant sur 34 dB. C’est satisfaisant, encore discret pour ce type d’appareil très lumineux. La large et épaisse coque aide à contenir le bruit de fonctionnement des ventilateurs.

Temps d’allumage et synchronisation HDMI :

Avec le firmware V2.01, le logo DLA de JVC apparaît 30 secondes après avoir appuyé sur la touche de la télécommande ; c’est un progrès notable par rapport au N5 récemment testé.

Seconde bonne nouvelle, déjà relevée sur le modèle d’entrée de gamme, il n’y a plus aucun souci de synchronisation HDMI, comme a pu en connaître la génération X. Vous pouvez commuter simplement entre les prises 1 et 2 sans devoir attendre de longues secondes avant de voir apparaître l’image.

Piqué et netteté :

J’inaugure pour cette partie de mon analyse une nouvelle mire 4K composée de grilles croisées. Seule une optique de qualité est capable de restituer toutes les lignes de ces croix.

Test JVC DLA-NX9
Mire netteté JVC DLA-NX9

C’est bien le cas avec le NX9 dont le bloc optique affiche sur toute les parties de l’image, même les plus éloignées, une précision sans faille et sans trace de défauts d’alignement.

Test JVC DLA-NX9
zoom netteté 4K JVC NX9

C’est tout simplement le meilleur projecteur à triple matrices dans ce domaine ; le SONY VPL-VW870ES n’arrive pas à faire aussi bien.

Le JVC DLA-NX9 est équipé d’une correction électronique de l’alignement des panneaux : après avoir laissé l’appareil monter en température, les lignes de mes mires de test apparaissent sans défauts.

Test JVC DLA-NX9
Décalage pixels JVC DLA-NX9

Fluidité :

L’aide à la fluidité du NX9, dénommée Clear Motion Drive, fait partie des meilleures. Eelle permet en effet d’obtenir un gain de précision dans les images en mouvement tout en les exemptant d’artefacts de bougé (halos entourant les personnages et objets en mouvement). Il faudra plutôt se limiter au réglage bas pour conserver le naturel de la restitution cinématographique et ne pas transformer votre film en match de foot (réglage haut).

Input lag :

Test JVC DLA-NX9
Input lag normal JVC NX9

Sans activer l’option de réduction du temps de latence, le JVC DLA-NX9 affiche en 4K 60hz un temps de retard de 99,1 ms, beaucoup trop pour des Gamers. Après avoir activé le mode « faible latence », j’ai mesuré un 39,9ms plus supportable.

Test JVC DLA-NX9
Input lag réduit JVC DLA-NX9

Contraste et luminosité :

Si les 2200 lumens annoncés sont presque au rendez-vous, il n’en va pas de même pour le contraste, bien loin des 100 000:1 promotionnés.

J’ai donc mesuré toutes les sélections usine en détaillant pour chacune la luminosité à pleine puissance puis avec le mode économique. A titre anecdotique j’ai également mesuré les résultats avec l’iris fermé complètement ; c’est uniquement à titre informatif parce que personne ne l’utilisera dans cette configuration car l’image devient trop sombre.

Le JVC DLA-NX9 dépasse la puissance lumineuse du Sony 4K laser VPL-VW870ES. Avec ses 2153 lumens dans le mode HDR10, il permet de projeter une image 4K HDR sur 3m50 de base en conservant une luminance de 29 fL. En se limitant aux recommandations de 26 fL, il est possible d’atteindre 3m70.

Le passage en mode économique ramène la luminosité à 1814 lumens, ce qui est suffisant pour obtenir une base d’écran de 3m20 avec une luminance de 29 fL et 3m40 avec 26 fL.

Pour les signaux SDR 1080p et avec des couleurs justes, le JVC DLA-NX9 est capable d’illuminer avec la lampe à pleine puissance une image de 3m90 de base avec une luminance de 16 fL (1469 lumens) et 3m20 en mode économique.

J’avoue avoir été particulièrement surpris par mes mesures de contraste car le JVC DLA-N5 (qui est moins lumineux que le NX9) est plus contrasté que son grand frère. Le contraste natif du projecteur 8K oscille donc entre 8690:1 (SDR) et 10500:1 (HDR). L’Iris dynamique est disponible sur 2 niveaux (auto 1 et auto 2) ; si son fonctionnement n’entraîne pas d’effet de pompage perceptible, il impacte la colorimétrie. Le contraste Ansi est limité à 220:1, une valeur proche de celle obtenue sur les modèles des générations précédentes.

Personnellement le contraste natif me suffit et je ne me suis pas servi de l’iris dynamique.

Colorimétrie et gamma :

CIE mode naturel JVC NX9

J’ai bien pris soin de remettre à zéro les réglages usine de chaque mode de colorimétrie pré-installé avant de procéder à mes mesures. Autre point à noter, tout comme pour les convergences il faut que le NX9 soit bien monté en température pour obtenir des résultats stabilisés. C’est un point qu’il convient de surveiller pour tous les projecteurs mais encore plus avec le JVC.

CIE mode THX JVC DLA-NX9

Après le respect de ces quelques conseils, les valeurs obtenues sont très proches des références HDTV, spécialement dans les modes « naturel et THX », sans aucun surcroît du bleu comme j’ai pu le lire ailleurs. Le mode THX est d’ailleurs si bien réglé d’usine que je recommande de ne pas le corriger.

Test JVC DLA-NX9
RVB GAMMA THX JVC NX9

Gamma, température de couleurs et CIE sont des exemples de calibrage effectués en usine (à 17999€ je n’en attendais pas moins mais il faut néanmoins le souligner).

CMS avancé mode THX JVC NX9

Pour le HDR, le gamut du projecteur permet d’atteindre 99,7 % de l’espace couleurs DCI-P3 grâce au filtre de couleurs.

Test JVC DLA-NX9
Référence DCI-P3 JVC NX9

VERDICT SUBJECTIF

1080P SDR :

L’image projetée par ce NX9 est exceptionnelle et rassemble à l’écran toutes les qualités recherchées par les adeptes de cinéma à domicile. Les couleurs fortes et naturelles sont appuyées par une grande dynamique d’image grâce à la combinaison luminosité et contraste.

La profondeur des scènes nocturnes et les détails qui s’y trouvent permettent d’alterner scènes de jour et scènes de nuit sans jamais préférer les unes ou les autres. Dans ce domaine, notons toutefois que la série X fait mieux, mais c’est la seule concession que je fais à la génération précédente. Car une fois que vous avez goûté à la précision d’une image 4K offerte par l’optique de compétition du NX9, vous n’aurez plus le goût à retourner à la simulation E-shift des séries X.

Test JVC DLA-NX9
GoT JVC DLA-NX9 saison 7

Gestion HDR :

En comparaison avec mon projecteur de référence actuel, le BenQ W5700, il faut reconnaître que si le DLP est surclassé dans la plupart des domaines, il travaille à égalité avec le NX9 dans le domaine de la colorimétrie mais surtout le surclasse dans celui de lecture des métadonnées HDR et de la configuration automatisée qui en découle.

Avec le JVC il faut finir les réglages avec la télécommande (n’hésitez pas à augmenter le contraste) en fonction du film HDR sélectionné ; le BenQ W5700 le fait automatiquement. Pour le coup David bat encore une fois Goliath.

Test JVC DLA-NX9
Image test 4K HDR JVC DLA-NX9

Effet de la 8K :

Sur le montage joint vous pourrez constater qu’il est quasiment impossible de distinguer l’apport de la simulation 8K sur l’extrait issu d’Alien Covenant. C’est l’impression globale que j’ai retiré de ces heures passées en compagnie du vaisseau amiral de JVC ; la 8K ne sert donc pas forcément à grand-chose.

Test JVC DLA-NX9
Comparaison 8K actif et désactivé JVC DLA-NX9

CONCLUSION

La synthèse est simple si vous disposez de la somme « conséquente » nécessaire pour acquérir ce bibendum ainsi que de la place voulue : le JVC DLA-NX9 est ce qui se fait de mieux actuellement sur le marché de la vidéoprojection domestique. Il vient devancer le Sony VPLW870ES laser grâce à la précision de son optique qui pousse encore plus loin la netteté de l’ultra haute définition et du 4K. Le 8K est toutefois gadget et ne saurait constituer la motivation principale d’achat du NX9.

Afin de clairement signifier la qualité du nouveau venu, je lui décerne le titre de meilleur vidéoprojecteur de l’année 2019 avec l’attribution d’un double Gold Award pour bien marquer la différence avec tous ses concurrents.

GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR
GOLD AWARD PHC.FR

J’ai apprécié :

– L’image dans sa globalité et toutes les options présentes.

Je regrette :

– Un auto-mapping HDR qui n’est pas « automatique »

– Le prix.

Caractéristiques (données constructeur)

  • Matrice : x3 D-ILA 4K 0,65’’
  • Objectif : Zoom x2 et mise au point motorisés; f=21.4-42.8mm / F3.2-4
  • Décalage d’objectif : ±100% sur l’axe vertical et ±43% sur l’axe horizontal (motorisé)
  • Protège-objectif : oui
  • Taille de projection : 60’’ – 200’’ (diagonale)
  • Lampe : NSH 265W (durée de vie de la lampe : environ 4 500 heures en mode basse consommation).
  • Luminosité : 2 200 lumens
  • Rapport de contraste : Natif : 100 000:1 / Dynamique : 1 000 000:1
  • Connecteurs d’entrée HDMI :  2 (3D/Deep Colour/HDCP2.2)
  • Connecteurs de sortie Déclencheur :  1 (Mini jack, DC12V/100mA)
  • Sync. 3D : 1 (Mini DIN 3 broches)
  • Connecteurs de commande  RS-232C : 1 (sub-D 9 broches)
  • Connecteurs de commande LAN (RJ-45) : 1
  • Rapport de projection‎ : 1.36 – 2.78
  • Consommation : 400W (veille en mode normal : 1.5W, Mode éco : 0.3W)
  • Niveau sonore du ventilateur : 21dB (avec la lampe en mode basse consommation)
  • Alimentation : AC 110V-240V, 50/60Hz
  • Dimensions : (LxHxP) 500 x 234 x 518 mm
  • Poids (net) :  21,8 Kg

12 Comments

    • Yes it is the result of my measurements in my environment with these 2 models. Measurements confirmed by an ISF calibrator on the NX9. This does not detract from the strong qualities of this projector.

  1. Bonjour Gregory

    Enfin un site au top!
    Mon problème est le suivant: quel projecteur pour une distance écran – machine de 7 m? Et surtout … en wifi! Et bien sûr avec lens shift.
    Celui ci pourrait convenir?

  2. Bonjour,

    Super article, très exhaustif.

    Je voudrais faire l’acquisition de ce modèle d’occasion. À quoi me conseillez-vous d’être attentif, lors de l’achat.

    Merci

8 Trackbacks / Pingbacks

  1. Test BenQ W1720 : l’avis de Grégory – – Le Blog de PHC –
  2. Guide d’achat vidéoprojection 2019 : la sélection de Grégory – – Le Blog de PHC –
  3. IFA BERLIN 2019 : une édition qui s’annonce morose pour la vidéoprojection – – Le Blog de PHC –
  4. JVC LX-NZ3 : DLP à simulation 4K 0.47 avec source laser – – Le Blog de PHC –
  5. Test JVC LX-NZ3 : l’avis de Grégory – – Le Blog de PHC –
  6. Pas de nouveaux projecteurs JVC home cinéma en 2020 mais des mises à jour pour la gamme existante. – – Le Blog de PHC –
  7. Test JVC DLA-N7B : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –
  8. Nouvelle gamme JVC : 4 nouveaux projecteurs home cinéma. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*