Test BenQ W1800i : l’avis de Grégory.

Test BenQ W1800i
W1800i

Malgré un engouement de plus en plus important envers les projecteurs lasers à ultracourte focale, une frange non négligeable des lecteurs de PHC.FR reste attachée à la projection à plus longue distance de l’écran, façon cinéma traditionnel. Hélas, ce segment semble délaissé par les constructeurs. C’est donc avec empressement que j’ai annoncé la réception du nouveau BenQ W1800i. Il s’agit d’ un DLP 4K à focale classique conçu pour le home cinéma et non pour le Gaming comme toute cette ribambelle de bombes à lumens avec input lag réduit et contraste du même acabit (qui à mon avis n’ont rien à faire dans notre domaine de prédilection).

Positionné au tarif agressif de 1199€, il doit offrir une alternative aux plus onéreux W2700/W5700 et surtout mieux finalisé que le W2700 dont les défauts à répétition ont lassé nombre d’amoureux de la marque. C’est donc dans ce terrain miné que s’avance aujourd’hui le nouveau W1800i et nous allons examiner ensemble s’il tient les promesses d’un cinéma à domicile de qualité.

De quoi s’agit-il ?

Le constructeur taïwanais BenQ a lancé toute une série de projecteurs DLP à simulation 4K XPR X4 (puce 0,47 DMD) avec module AndroïdTV additionnel. Ils portent tous la lettre « i » à la fin de leur référence pour indiquer qu’ils bénéficient de capacités SmartTV à l’aide d’un compte Google.

Contrairement aux concurrents chinois (Xiaomi, Fengmi ou Xgimi), les options de streaming ne sont pas directement intégrées dans le projecteur mais nécessitent l’installation du stick BenQ sur une prise HDMI dissimulée sous un capot de la coque.

Je m’étonne du choix du constructeur car le stick de la marque ne permet pas l’accès au programme de streaming le plus en vogue du moment, je veux bien sûr parler de Netflix. Dès lors, il semble plus intéressant pour l’utilisateur d’opter pour un boîtier média ou un stick externe pour bénéficier de plus d’options. S’agissant d’un problème de droits, j’espère que tout ceci n’est que temporaire et que BenQ pourra proposer une expérience streaming des plus complètes avec ses propres appareils.

Test BenQ W1800i
Stick HDMI BenQ ANDROIDTV

Mais revenons au nouveau W1800i. Avec sa roue chromatique 6 segments RVBRVB il partage ses gênes avec les W2700/W5700 pour la fidélité colorimétrique. Cette solution technique signifie également une luminosité moins puissante que celle des appareils équipés avec une roue à segment blanc. Le constructeur annonce donc 2000 lumens avec un contraste de 10 000:1.

Le W1800i est un modèle d’entrée de gamme et donc quelques économies sont réalisées par rapport à son grand frère (W2700). Il ne dispose pas de mode d’interpolation d’images ni de filtres de couleurs pour accroître son Gamut et lui permettre de se rapprocher des références DCI-P3. Il fait également l’impasse sur le Lens-shift (décalage mécanique de l’objectif).

Il est compatible 4K HDR-10 et HLG avec une détection automatisée des métadonnées HDR (mais pas de manière dynamique).

Très attaché à la fidélité colorimétrique de ses projecteurs home cinéma depuis de nombreuses années, le constructeur livre ses W1800i avec un rapport de calibrage réalisé en usine. Il propose dans ses menus un Filmmaker Mode (c’est très tendance en ce moment) dont la destination est : « Le mode FilmMaker préserve la fluidité des mouvements, les couleurs cinématographiques, la plage dynamique et la luminosité conçues par les réalisateurs pour le grand écran. Les projecteurs Home Cinéma de BenQ exaucent le souhait des cinéastes qui est de permettre aux téléspectateurs de revivre des scènes majestueuses et des moments de tendresse exactement comme ils doivent être visualisés. »

Nous verrons ensemble dans la partie consacrée à la colorimétrie du chapitre « verdict technique » que ses promesses sont presque tenues mais pas dans la sélection Filmmaker Mode.

Enfin il faut souligner que le W1800i est certifié ISFccc et dispose de menus de calibrage dédiés protégés par un code de verrouillage.

Tour physique

Le W1800i n’emprunte pas les formes arrondies des W2700 ou W1720. Il arrive sous l’apparence d’un bloc rectangulaire blanc (312 × 110 × 246 mm pour un poids de 3,1 kg) avec un bloc optique décentré.

Test BenQ W1800i
W1800i

Son rapport de projection est de 1.127 – 1.46 avec un zoom manuel × 1,3. Concrètement, pour un écran de 2m43 de base (donc 110 pouces de diagonale), il faudra un recul minimum de 2m74 et maximum de 3m55.

Pour surélever son image, une vis centrale est présente sous la coque. Le projecteur est équipé d’une lampe classique dont la durée de vie varie en fonction des modes de fonctionnement sélectionnés (Normal = 4000 heures; Économique = 10 000 heures; SmartEco = 8000 heures et LampSave = 15 000 heures).

La connectique comprend 3 prises HDMI, 2.0b, HDCP 2.2. L’une d’entre elles est dissimulée sous le capot arrière sur lequel figure le logo BenQ. Il faut enlever une vis pour pouvoir y avoir accès et placer le stick AndroïdTV dans son logement.

Test BenQ W1800i
Connectique BenQ W1800i

Une fois cette opération réalisée la télécommande permet de piloter simultanément le projecteur et le module smartTV. Elle dispose également d’une commande vocale. Une touche directe Amazon Prime permet d’accéder aisément à la chaîne de streaming après avoir configuré ses codes d’accès.

Test BenQ W1800i
Télécommande BenQ W1800i

La prise USB alimentée située à l’arrière du projecteur est uniquement destinée au service. Le W1800i ne dispose pas de lecteur médias (c’est peut être mieux ainsi parce que d’expérience les lecteurs intégrés BenQ ne sont pas très performants).

Achevons ce panorama de l’appareil par le signalement de la présence d’un unique haut-parleur d’une puissance de 5W.

Menus

Je suis un habitué des projecteurs BenQ et de leurs menus qui se ressemblent de modèles en modèles et si l’architecture est proche des précédentes, je dois avouer être ici surpris par la fine ciselure des lettres, lesquelles avaient par le passé tendance à être bien plus douce et moins précise. C’est de bonne augure pour la précision générale de l’image.

Je vais faire abstraction des menus AndroïdTV qui ne sont pas propres à BenQ pour me concentrer sur les options de commandes du projecteur et plus spécifiquement sur les paramètres de correction de l’image.

Test BenQ W1800i
Menu BenQ W1800i

Petit prix = petit choix de modes images. Ils sont au nombre de 4 en 1080p SDR « Bright, Living Room, Sports et Filmmaker Mode ». C’est peu mais il faut rajouter un seul réglage 4K HDR ! A la détection d’une source HDR-10 le projecteur se positionne automatiquement dans le Filmmaker Mode. Enfin, signalons une mémoire utilisateur pour sauvegarder votre configuration. Attention, tous les modes sont éditables donc il y a en fait davantage qu’une mémoire de sauvegarde.

Test BenQ W1800i
Modes image BenQ W1800i

Et si comme moi vous bénéficiez du code d’accès ISF vous pourrez déverrouiller deux modes images supplémentaires « ISF Night et ISF day ».

Point d’iris mécanique pour améliorer le contraste sur le W1800i mais les modes de fonctionnement de lampes SmartEco et LampSave agissent sur la gestion du flux lumineux.

Les traitements vidéos Cinema Master des W2700 et W5700 ne sont pas présents, ce qui signifie qu’il n’y a pas de dispositif d’accroissement de la résolution ou d’aide à la fluidité. Seul point notable mais qui est disponible uniquement avec des signaux 60hz, une option de réduction du lag est présente et nous verrons qu’elle est diablement efficace.

Verdict technique

Après cette mise en jambes par la présentation de l’appareil et de ses menus, il est temps de dévoiler ses performances et cela débute comme de coutume par l’étude de son niveau de bruit.

Bruit de fonctionnement et qualité du rendu sonore du haut-parleur intégré :

Sonomètre sur le projecteur mes mesures sont de 51,5 dB en fonctionnement normal et 46,2 dB en mode économique. En déplaçant l’appareil de 50 cm, elles s’abaissent respectivement à 39 dB et 35,9 dB. Si vous ne voulez pas être importuné par la ventilation du W1800i il faudra se limiter à l’utiliser en mode économique. A noter que les sélections SmartEco et LampeSave produisent le même niveau de bruit que, respectivement, le mode normal et le mode économique.

Qualité du système sonore BenQ présent dans le W1800i :

Je ne saluerai même pas sa présence tant son fonctionnement est anecdotique. Si c’est pour nous fournir ce type de solution autant prévoir une liaison Bluetooth pour une enceinte externe qui offrira un bien meilleur rendu que ce petit haut-parleur. BenQ, vous auriez encore pu économiser des sous sur cette partie.

Consommation électrique :

Je mesure la consommation électrique d’un projecteur en lui faisant afficher une mire à 100% de blanc (le blanc pur). Dans ces conditions, le W1800i avec sa lampe classique en fonctionnement normal avale 285W. Dès commutation du mode économique on perd 80W, à donc 205W. Cela reste raisonnable pour un projecteur à lampe, en tout cas bien en-dessous des 380W annoncés par le constructeur et c’est une bonne nouvelle pour l’environnement et votre portefeuille.

Précision d’image et netteté :

Je le devinais en découvrant les menus, le W1800i offre une belle image bien précise et finement ciselée en 1080p et en 4K. Les amoureux de la précision de l’image DLP seront ravis.

Il suffit de comparer sur la même mire 4K les résultats obtenus dans la reproduction et découpe des chiffres entre le LG HU810 (également un projecteur DLP mais à 2999€) et le BenQ W1800i (1199€), c’est sans hésiter une victoire du petit modèle à lampe.

Test BenQ W1800i
Comparaison LG HU810 et BenQ W1800i netteté des lettres

Fluidité :

Grosse surprise sur ce point, en liaison avec mon Panasonic UB820, la fluidité sans interpolation d’images est excellente. Les travellings sur les boules géants de Spears and Munsils 4K HDR sont reproduits sans aucune anicroche.

Test BenQ W1800i
Fluidité 4K HDR

C’est surprenant mais particulièrement enthousiasmant et un bon point pour ce W1800i.

Input lag :

C’est peut être la source des bons résultats dans le domaine de la fluidité car sans aide le retard à l’affichage du W1800i est limité à un très bon 33,7 ms. Ce chiffre seul me permettrait déjà de recommander ce projecteur pour une utilisation Gaming réseau, mais ce serait passer à côté de l’option de réduction du lag qui permet d’abaisser encore plus le lag en obtenant un très bon 16,9 ms en 4K HDR 60hz.

Overscan, bordure claire extérieure à l’image et autres défauts recensés par le passé sur des DLP XPR BenQ (écran splitté, buzz XPR et accroche HDMI) :

Dans cette partie un peu fourre tout j’ai souhaité revenir sur la suite de problèmes techniques qui ont frappé des projecteurs DLP XPR 4K BenQ en entachant la réputation de fiabilité de la marque. Pour ma part c’est sur le W2700 que j’ai constaté la présence du défaut d’écran séparé ou splitté. C’est donc armé de cette expérience personnelle que j’ai cherché à identifier des faiblesses présentes sur le W1800i. Pendant la dizaine d’heures nécessaire à mes mesures je n’ai expérimenté aucun sifflement du au traitement XPR, aucune perte d’image signe d’une mauvaise accroche HDMI et enfin l’image de mon modèle de test n’a jamais montré trace du début d’une séparation d’écran. J’ose ainsi espérer que les ingénieurs de la marque informés des retours utilisateurs ont corrigé ces problèmes présents sur les modèles évoqués plus haut.

Reste la présence d’un cadre lumineux d’une largeur de 2,5 cm mais qui est présent sur tous les projecteurs DLP home cinéma équipés d’une puce DMD 0,47. Pour l’overscan vous pouvez constater à l’étude de la mire de cropping jointe qu’il est absent.

Test BenQ W1800i
Overscan BenQ W1800i

Colorimétrie et Gamma :

Cette partie pourrait s’intituler « la fidélité colorimétrique n’est pas là où elle est annoncée mais elle est bien présente ».

Conformément à mon protocole de mesures, j’ai relevé les températures de couleurs, écart deltaE, niveau de Gamma et étendu du Gamut de chacun des modes usines et je dois dire que pour le coup les promesses de fidélité colorimétrique aux références HDTV rec.709 ne sont pas tenues dans les 4 modes usines SDR « Bright, Living Room, Sports et Filmmaker Mode ». Les écarts deltaE de chacun d’entre eux sont trop importants et les températures de couleurs affichent des déficits de bleu et de rouge avec un vert dominant que l’on retrouve à l’image. Le Gamut ne décolle pas du rec.709. N’oublions pas que bien que le W1800i soit un projecteur estampillé 4K HDR, sa lampe classique ne lui permet pas d’atteindre les valeurs de références des containers DCI-P3 et rec.2020.

Mais alors damned ! BenQ nous aurait menti sur la fidélité des couleurs de son dernier rejeton ? Oui pour la partie Filmmaker Mode mais non pour les deux modes ISF qui viennent sauver la réputation du soldat W1800i.

En déverrouillant ces deux modes, je mesure des valeurs bien plus proches des références HDTV et qui permettent pour l’utilisateur de se faire une séance de cinéma proche de la volonté du réalisateur sans s’arracher les cheveux. Les deux modes ISF proposent un Gamma bien positionné à 2,16 et 2,17, un point blanc proche des 6500K et des écarts deltaE réduits à 5,44 et 5,20.

Ce n’est pas la perfection mais il est possible de s’affranchir de la case calibrage avec de tels résultats. Pour les perfectionnistes, le BenQ W1800i est pourvu de toutes les options de réglages permettant de coller aux références SMPTE (ajustement de la température de couleurs Gain et Bias, CMS sur les 3 dimensions du Gamut et valeurs de Gamma précises et bien ajustées en usine).

Après calibrage j’obtiens un excellent 6449K avec un écarte deltaE microscopique de 0,6 et un Gamma linéaire de 2.23. Voici la liste des corrections apportées :

Mode utilisateur

luminosité : 51

Contraste : 48

Gamma : 2,4

Température de couleurs

GAIN R : 102

GAIN V : C 100

GAIN B : 105

BIAS R : 255

BIAS V : 256

BIAS B : 256

En 4K HDR le tableau est moins réjouissant. La détection des métadonnées HDR place bien souvent le projecteur dans des niveaux de Gamma EOTF inadaptés et à lui seul le Filmmaker Mode est mal ajusté présentant une dominante verte/jaune marquée. Pour le coup il faudra ajuster le niveau de luminosité HDR manuellement en fonction du film que vous diffuserez. Le Gamut restreint du W1800i ne vous permettra pas de bénéficier de toute la force et la saturation d’une image à haute dynamique.

Luminosité et contraste :

Test BenQ W1800i

Le contraste natif du W1800i ne se démarque pas vraiment de celui de ses prédécesseurs comme le W1720, ils sont même très proches avec 791:1 et des couleurs justes. Les 1072:1 relevés dans le mode Bright sont inutilisables avec un écart deltaE de 55,13 !

Si vous supporter le bruit de ventilation du projecteur, le mode SmartEco permet de redonner une bonne consistance et de la profondeur aux noirs sans trop perdre en dynamique.

Pour la luminosité, nous ne sommes pas devant un canon à lumens conçu pour une utilisation dans un salon. Le W1800i aura davantage sa place dans une salle dédiée avec des tailles d’images en 4K HDR qui ne dépassent pas 2m80.

Verdict subjectif

En 1080p SDR :

Sortant du test de l’Epson TW5820, je trouve que les deux antagonistes historiques ont chacun leurs caractéristiques et avantages propres. Précision d’image et fluidité sont les apanages du DLP BenQ, domaines dans lesquels le LCD ne peut lutter, quand l’Epson montrera quant à lui sa force dans la dynamique (contraste et luminosité). On ne les départagera pas sur le plan de la colorimétrie et du niveau de bruit de fonctionnement.

La précision de l’image du W1800i et sa fidélité colorimétrique lui permettent de proposer une image cinéma typée DLP de qualité et équilibrée car, malgré son contraste natif moyen, le passage par les modes de gestion dynamique de la lampe offre un résultat plus crédible dans ce domaine que des appareils comme l’Optoma UHD35 ou, chez BenQ, le X1300i par exemple.

4K HDR :

Là je dois avouer ma déception. Premièrement c’est lié au Gamut trop restreint ne permettant pas à une image à haut rendement d’exprimer toute la force de ses couleurs, secondairement à la gestion du Gamma EOTF qu’il faut régler manuellement alors qu’on est censé bénéficier d’une gestion automatisée des signaux HDR-10.

Il faudra également se retrousser les manches pour corriger l’image à tendance jaune/verte dans le mode Filmmaker Mode bloqué.

Conclusion

Le W1800i vient effacer le navrant épisode du BenQ W2700 en offrant un appareil abouti qui ne souffre pas des défauts de jeunesse de son prédécesseur. A 1199€, il permet avec quelques compromis d’avoir accès à la 4K HDR avec un rendu précis et ciselé qui rendra justice à vos images à ultra haute définition et avec une belle fluidité home cinéma.

Malgré son cœur de cible cinéphile, il saura également toucher la fibre nerveuse des Gamers en proposant un niveau d’input lag que peuvent lui envier Epson, JVC et Sony pourtant champions en la matière (je fais allusion à des projecteurs home cinéma avec une option Gaming et pas à cette génération de projecteurs Gaming qui en a oublié ses aptitudes originelles).

Ce W1800i est donc une bonne surprise, qui n’atteint pas la perfection mais qui permet de se concentrer à nouveau sur le cœur de métier de nos diffuseurs frontaux, à savoir la projection de films !

Test BenQ W1800i
W1800i

J’ai apprécié :

– Le prix,

– Le piqué de l’image,

– La fluidité,

– Les options de réglages,

– La colorimétrie dans les modes ISF,

– L’input lag.

Je regrette :

– Le bruit de fonctionnement en mode normal,

– Une puissance lumineuse un peu juste pour du 4K HDR,

– Des options HDR trop succinctes.

ENGLISH VERSION

Test BenQ W1800i


In spite of a growing craze for ultra-short-throw laser projectors, a significant portion of PHC.FR readers remain attached to projection at a longer distance from the screen, in the traditional cinema style. Unfortunately, this segment seems to be abandoned by the manufacturers. It is thus with eagerness that I announced the reception of the new BenQ W1800i. It is a 4K DLP with a classic focal length designed for home cinema and not for gaming like all those lumen bombs with reduced input lag and contrast of the same kind (which in my opinion have nothing to do in our favorite field).

Positioned at the aggressive price of 1199€, it should offer an alternative to the more expensive W2700/W5700 and especially better finished than the W2700 whose repeated defects have wearied many lovers of the brand. It is therefore in this minefield that the new W1800i is advancing today and we are going to examine together if it keeps the promises of a quality home theater.


What’s it all about?


Taiwanese manufacturer BenQ has launched a whole series of XPR X4 (0.47 DMD chip) 4K simulation DLP projectors with additional AndroidTV module. They all have the letter « i » at the end of their part number to indicate that they have SmartTV capabilities using a Google account.
Unlike the Chinese competitors (Xiaomi, Fengmi or Xgimi), the streaming options are not built directly into the projector but require the BenQ stick to be installed on an HDMI socket hidden under a cover on the shell.

I am surprised by the choice of the manufacturer because the stick of the brand does not allow access to the most popular streaming program of the moment, I mean of course Netflix. Therefore, it seems more interesting for the user to opt for a media box or an external stick to benefit from more options. As this is a rights issue, I hope that this is only temporary and that BenQ will be able to offer a more complete streaming experience with their own devices.

Test BenQ W1800i
Stick HDMI BenQ ANDROIDTV


But back to the new W1800i. With its 6-segment RGB color wheel it shares its genes with the W2700/W5700 for color fidelity. This technical solution also means a luminosity less powerful than that of the devices equipped with a white segment wheel. The manufacturer announces 2000 lumens with a contrast of 10 000:1.

The W1800i is an entry-level model and therefore some savings are made compared to its big brother (W2700). It does not have an image interpolation mode or color filters to increase its Gamut and allow it to approach the DCI-P3 references. It also lacks the Lens-shift (mechanical lens shift).

It is 4K HDR-10 and HLG compatible with automated HDR metadata detection (but not dynamically).

Very attached to the colorimetric fidelity of its home theater projectors for many years, the manufacturer delivers its W1800i with a factory calibration report. It proposes in its menus a Filmmaker Mode (it is very trendy at the moment) whose destination is: « The FilmMaker mode preserves the fluidity of movements, the cinematographic colors, the dynamic range and the luminosity conceived by the directors for the big screen. BenQ’s home theater projectors fulfill the filmmakers’ wish to allow viewers to relive majestic scenes and tender moments exactly as they should be viewed. »
We’ll see together in the colorimetry section of the « technical verdict » chapter that its promises are almost fulfilled but not in the Filmmaker Mode selection.


Finally it should be noted that the W1800i is ISFccc certified and has dedicated calibration menus protected by a lock code.

Physical tour



The W1800i does not borrow the rounded shapes of the W2700 or W1720, but arrives as a white rectangular block (312 × 110 × 246 mm for a weight of 3.1 kg) with an off-center optical block.

Test BenQ W1800i
W1800i



Its projection ratio is 1.127 – 1.46 with a manual zoom × 1.3. Concretely, for a screen of 2m43 of base (thus 110 inches of diagonal), it will be necessary a minimum distance of 2m74 and maximum of 3m55.

To raise its image, a central screw is present under the shell. The projector is equipped with a classic lamp whose life varies according to the selected operating modes (Normal = 4000 hours; Economy = 10 000 hours; SmartEco = 8000 hours and LampSave = 15 000 hours).

The connectivity includes 3 HDMI, 2.0b, HDCP 2.2. One of them is hidden under the rear cover on which appears the BenQ logo. It is necessary to remove a screw to have access to it and to place the stick AndroïdTV in its housing.

Test BenQ W1800i
Connectique BenQ W1800i



Once this operation is done, the remote control allows you to control the projector and the smartTV module simultaneously. It also has a voice command. A direct Amazon Prime button allows easy access to the streaming channel after configuring its access codes.

Test BenQ W1800i
Télécommande BenQ W1800i



The powered USB socket on the back of the projector is for service only. The W1800i doesn’t have a media player (maybe that’s for the best because in my experience BenQ’s built-in players aren’t very good).

Let’s finish this overview of the device by pointing out the presence of a single speaker with a power of 5W.


Menus


I’m used to BenQ projectors and their menus, which look the same from model to model, and if the architecture is close to the previous ones, I must admit to being surprised here by the fine chiseling of the letters, which in the past tended to be much softer and less precise. This bodes well for the overall accuracy of the image.

Test BenQ W1800i
Menu BenQ W1800i



I’m going to ignore the non-BenQ-specific AndroidTV menus to focus on the projector’s control options and specifically the image correction settings.

Small price = small choice of image modes. There are 4 in 1080p SDR « Bright, Living Room, Sports and Filmmaker Mode ». It is not much but it is necessary to add a single 4K HDR setting! Upon detection of an HDR-10 source, the projector is automatically set to Filmmaker Mode. Finally, there is a user memory to save your configuration. Beware, all modes are editable so there is actually more than one memory for saving.
And if like me you have the ISF access code you can unlock two additional image modes « ISF Night and ISF day ».

Test BenQ W1800i
Modes image BenQ W1800i



No mechanical iris to improve the contrast on the W1800i but the SmartEco and LampSave lamp modes act on the management of the luminous flux.

The Cinema Master video processing of the W2700 and W5700 are not present, which means that there is no device to increase the resolution or help smoothness. The only notable point, but only available with 60Hz signals, is the lag reduction option, which we will see is devilishly effective.

Technical verdict


After this introduction to the device and its menus, it is time to reveal its performance and this begins as usual with the study of its noise level.

Operating noise and sound quality of the integrated speaker :

Sound level meter on the projector my measurements are 51.5 dB in normal operation and 46.2 dB in economy mode. By moving the device by 50 cm, they drop to 39 dB and 35.9 dB respectively. If you don’t want to be bothered by the ventilation of the W1800i, you should limit yourself to using it in economy mode. Note that the SmartEco and LampeSave selections produce the same noise level as the normal and economy modes, respectively.



Quality of the BenQ sound system present in the W1800i :

I won’t even praise its presence as its operation is so anecdotal. If it is to provide us with this type of solution, we might as well provide a Bluetooth link for an external speaker that will offer a much better rendering than this small speaker. BenQ, you could still have saved some money on this part.

Power consumption:

I measure the power consumption of a projector by making it display a 100% white test pattern (pure white). In these conditions, the W1800i with its classic lamp in normal operation consumes 285W. As soon as the economy mode is switched on, 80W are lost, so 205W. This remains reasonable for a lamp projector, in any case well below the 380W announced by the manufacturer and this is good news for the environment and your wallet.



Image accuracy and sharpness :

I could tell from the menus, the W1800i offers a nice, sharp and finely chiseled image in 1080p and 4K. Lovers of DLP image precision will be delighted.

Test BenQ W1800i
Mire de précision 4K BenQ W1800i


Just compare on the same 4K test pattern the results obtained in the reproduction and cutting of the figures between the LG HU810 (also a DLP projector but at 2999€) and the BenQ W1800i (1199€), it is without hesitation a victory of the small lamp model.

Test BenQ W1800i
Comparaison LG HU810 et BenQ W1800i netteté des lettres

Fluidity :

Big surprise on this point, in conjunction with my Panasonic UB820, the smoothness without frame interpolation is excellent. The dollies on the giant cylinders of Spears and Munsils 4K HDR are reproduced without any hitch.
This is surprising but particularly exciting and a good point for this W1800i.

Test BenQ W1800i
Fluidité 4K HDR



Input lag :

This may be the source of the good results in the area of smoothness because without help the display delay of the W1800i is limited to a very good 33.7 ms. This figure alone would already allow me to recommend this projector for network gaming use, but this would be to miss the lag reduction option which allows to lower the lag even more by obtaining a very good 16.9 ms in 4K HDR 60hz.



Overscan, clear border outside the image and other defects recorded in the past on BenQ DLP XPR (split screen, buzz XPR and HDMI hookup) :

In this somewhat catch-all section I wanted to return to the string of technical problems that have plagued BenQ DLP XPR 4K projectors, tainting the brand’s reputation for reliability. For my part it is on the W2700 that I noticed the presence of the split screen defect. It is thus armed with this personal experience that I tried to identify weaknesses present on the W1800i. During the ten hours necessary for my measurements I did not experience any hissing due to the XPR processing, no image loss sign of a bad HDMI connection and finally the image of my test model never showed any trace of the beginning of a split screen. I dare to hope that the engineers of the brand, informed of the user feedback, have corrected these problems present on the models mentioned above.

Remains the presence of a light frame of a width of 2.5 cm but which is present on all DLP home theater projectors equipped with a DMD 0.47 chip. For the overscan you can see by studying the cropping pattern attached that it is absent.

Test BenQ W1800i
Overscan BenQ W1800i



Colorimetry and Gamma :

This part could be entitled « the colorimetric fidelity is not where it is announced but it is well present ».
In accordance with my measurement protocol, I took the color temperatures, deltaE deviation, Gamma level and Gamut range of each of the factory modes and I have to say that the promises of color fidelity to HDTV rec.709 references are not kept in the 4 SDR factory modes « Bright, Living Room, Sports and Filmmaker Mode ». The deltaE differences of each of them are too large and the color temperatures show deficits of blue and red with a dominant green that is found in the image. The Gamut does not take off from the rec.709. Let’s not forget that although the W1800i is a 4K HDR projector, its conventional lamp does not allow it to reach the reference values of DCI-P3 and rec.2020 containers.



But then damned! BenQ would have lied to us about the color fidelity of its latest offspring? Yes for the Filmmaker Mode part but not for the two ISF modes which come to save the reputation of the W1800i soldier.

By unlocking these two modes, I measure values much closer to the HDTV references and which allow the user to have a cinema session close to the director’s will without pulling out one’s hair. The two ISF modes offer a well positioned Gamma at 2.16 and 2.17, a white point close to 6500K and deltaE deviations reduced to 5.44 and 5.20.



It’s not perfection, but it’s possible to avoid the calibration box with such results. For the perfectionists, the BenQ W1800i is equipped with all the adjustment options allowing to stick to the SMPTE references (adjustment of the color temperature Gain and Bias, CMS on the 3 dimensions of the Gamut and precise and well adjusted Gamma values at the factory).

After calibration I get an excellent 6449K with a microscopic deltaE deviation of 0.6 and a linear Gamma of 2.23. Here is the list of corrections made :


User mode
brightness : 51
Contrast: 48
Gamma: 2.4
Color temperature
GAIN R: 102
GAIN G : C 100
GAIN B: 105
BIAS R: 255
BIAS G: 256
BIAS B: 256



In 4K HDR the picture is less pleasing. The detection of HDR metadata often places the projector in unsuitable EOTF Gamma levels and the Filmmaker Mode alone is badly adjusted with a marked green/yellow dominance. As a result, you will have to adjust the HDR brightness level manually depending on the movie you are showing. The restricted Gamut of the W1800i will not allow you to benefit from the full strength and saturation of a high dynamic range image.


Brightness and contrast :

Test BenQ W1800i



The native contrast of the W1800i does not really stand out from its predecessors like the W1720, they are even very close with 791:1 and fair colors. The 1072:1 in Bright mode are unusable with a deltaE of 55.13!



If you can stand the noise of the projector’s ventilation, the SmartEco mode allows you to restore a good consistency and depth to the blacks without losing too much dynamic.

For the brightness, we are not in front of a lumen gun designed for use in a living room. The W1800i will have more place in a dedicated room with image sizes in 4K HDR that do not exceed 2m80.


Subjective verdict

In 1080p SDR :

Coming out of the Epson TW5820 test, I find that the two historical antagonists each have their own characteristics and advantages. Image precision and fluidity are the prerogatives of the DLP BenQ, areas in which the LCD can not fight, while the Epson will show its strength in the dynamics (contrast and brightness). We will not separate them in terms of colorimetry and noise level.

The precision of the image of the W1800i and its colorimetric fidelity allow it to offer a quality and balanced DLP-type cinema image because, despite its average native contrast, the passage through the dynamic management modes of the lamp offers a more credible result in this area than devices like the Optoma UHD35 or, at BenQ, the X1300i for example.


4K HDR :

There I must confess my disappointment. Firstly, it’s linked to the too restricted Gamut that doesn’t allow a high yield image to express all the strength of its colors, secondly to the management of the EOTF Gamma that you have to adjust manually when you’re supposed to benefit from an automated management of HDR-10 signals.
You will also have to roll up your sleeves to correct the image with a yellow/green tendency in the blocked Filmmaker Mode.

Conclusion


The W1800i erases the sorry episode of the BenQ W2700 by offering a successful device that does not suffer from the youthful defects of its predecessor. At 1199€, it allows, with a few compromises, to have access to 4K HDR with a precise and chiseled rendering that will do justice to your images in ultra high definition and with a nice home cinema fluidity.

Despite its core target of moviegoers, it will also touch the nerve of gamers by offering a level of input lag that can envy Epson, JVC and Sony yet champions in the field (I am referring to home theater projectors with a Gaming option and not to this generation of Gaming projectors that has forgotten its original abilities).

So this W1800i is a good surprise, which does not reach perfection but allows us to focus again on the core business of our front-end projectors, namely movie projection !

Test BenQ W1800i
W1800i




I liked :

– The price,
– The sharpness of the image,
– The fluidity,
– The adjustment options,
– The colorimetry in the EWB modes,
– Input lag.



I regret :

– The operating noise in normal mode,
– A light power a bit too low for 4K HDR,
– HDR options too succinct.

56 Comments

    • En faveur du BenQ W2000+ oui. Le modèle 1080p est bien plus contrasté et équipé d’´une puce DMD 0,65 avec un meilleur piqué. Seul souci il n’est pas 4K HDR.

  1. Merci pour le test. La présentation annonçait un modèle assez quelconque dans les 10-15 en 4K que Benq a sorti entre 1000 et 2000 euros.
    A aucun moment la marque ne renie son ADN qui est de sortir des modèles trop bruyants avec une optique de qualité qui permet un rendu précis de l’image. Mais il est regrettable qu’elle ne parvienne pas à corriger ses défauts, surtout lorsque l’on voit la qualité de la concurrence chinoise.

    Personnellement je lui préfère le modèle TK810 sorti l’an dernier, aussi bien au niveau de la finition que des performances. Ou le TK700STi pour son rapport de projection court qui permet d’éviter un lustre dans un salon.

  2. perso je cherche un projo 0.66″ 4k relativement silencieux à focal moyenne/courte et interpolation d’image…bah je n’arrive pas à le trouver

  3. Belle surprise!
    Peut-on rêver du test du W2700i ?
    Il corrige deux des trois défauts évoqués (plus grande luminosité et plus de choix HDR, il ne manquerait que le Dolby Vision mais le seul essai de projecteur avec HDR Dolby Vision a été un échec)…

  4. Super reportage, comme toujours !!! Question : comment se classe-t-il dans un classement idéal par rapport au « xiaomi mijia 1s 4k (N°1) et la version anglaise de Fengmi Cinéma Pro (N°2) » que vous avez testés récemment, notamment pour un visionnage en 4K ?

    Ou, peut-être, il vaut mieux avoir un peu plus de patience et attendre les nouvelles puces du T.I. dont on parle beaucoup de bien ?

    Merci Gregoy

    Rudy

  5. Merci grégory pour test très complet.
    Je cherche à remplacer mon bon vieux benq w1070, à part le rapport de projection, il y a-t-il beaucoup de différence entre le w1720 qui semblait très bon dans le précédent test, et ce nouveau w1800i ?

      • Ok, merci pour ta réponse. N’étant pas très chaud pour déplacer la position du vidéoprojecteur ( waf oblige) je passerai sûrement avec ce w1800i. penses-tu qu’il m’apportera une amélioration significative de l’image par rapport au w1070 ( surtout en précision ) pour des projections de films en 1080p qui sont l’essentiel de ma vidéothèque ? ( sur une base d’image de 2,34m)

  6. bonjour gregory.pour une utilisation dans une salle dédiée ou un salon ou je peux faire le noir quasi absolue as tu une préférence entre ce benq ou l’epson 5820 ? merci

  7. Merci pour ce test complet.
    Je voulais remplacer mon w1090 par ce w1800i mais si j’en crois ton test, il ne semble pas être la relève du 1090.
    Reste à savoir si la 4k justifie le remplacement et le côté « smart » demi complet.
    Méditons Méditons…

  8. Salut Grégory,

    Merci pour ce test complet, je crois que je vais attendre les DLP qui auront la nouvelle puce 4K ti sur une base de 4×1080 mais en 0.65′ pour le contraste…
    Je n’ai pas l’impression d’avoir vu passer une annonce avec, mais c’est peut-être encore un peu trop récent. J’ai bon espoir sur une nouvelle fournée Acer, qu’en penses-tu?

    J’avoue que j’avais craqué sur le LG HU810, qui est arrivé le jour de la publication de ton test et réparti illico sans déballage :/

    • Ce n’est pas prévu pour tout de suite et le premier modèle qui sera équipé sera un projecteur Panasonic de la gamme professionnelle donc rien à voir avec le home cinéma.

  9. Ce BenQ semble très sympa ! Sauf le bruit qui semble trop important pour moi ! Pour le remplacement du w1090, je vous conseille d attendre le px728 4k !
    Bonne journée à tous

  10. Salut Greg.

    J’attendais ton test pour le commander et remplacer mon W1070….bon ba c’est chose faite ! BenQ peut te remercier comme beaucoup d’autres marques, car ils te doivent certainement beaucoup de commandes !

    Bonne soirée et encore merci

  11. Bonjour !

    Je cherche à savoir si le w1800i tire droit ou haut (comme mon w1100). Grégory, tu aurait ces caractéristiques ?
    (L’angle de projection ou le rapport distance/hauteur ?)
    Ça me paraît plutôt important en l’absence d’un Lens shif, si on veut éviter de dégrader l’image avec la correction trapézoïdale.

    Merci et bonne journée!l

  12. Salut Grégory, très sympa ce test,

    maintenant j’hésite avec le epson TW5820, c’est malin 🙂
    L’interpolation d’images génératrice d’artefacts de mouvement dont tu parles, je ne me rends pas bien compte c’est très gênant ?
    Tu opterais pour lequel des deux toi pour passer d’un Benq W2000 à un (enfin) proj 4k
    Merci par avance !

    • Bonjour Pierre, le TW5820 n’est pas un projecteur 4K. Sur l’Epson oui les artefacts de mouvements peuvent être gênants mais pour toi qui vient d’un BenQ W2000, c’est le meilleur choix face au W1800i.

  13. Merci Gregory pour ce test, sur un produit très récent, ton test est très complet et agréable à lire. Bravo pour toutes ces heures passées pour nous donner ces informations très précises avec ta grande expérience sur la gamme Benq.

  14. merci gregory pour ta réponse.cet epson me fait de l’oeil surtout pour le fait qu’il délivre une belle image avec des sources 4k mm si l’epson n’est pas 4k.je vais attendre sept/oct mais il pourrait bien venir remplacer mon xgimi h1

  15. Hello Gregory,

    Tout d’abord merci pour des super tests!

    J’ai une question plus générale.

    Avec un budget de 500/600 € intégrant le son et une batterie tu conseillerais quelle bête?

    Plutôt pour utiliser dehors 😉

    Merci

    Christophe

  16. J’ai fais le tour des derniers tests, certe très intéressants mais ne m’y connaissant pas je m’y retrouve pas vraiment… Entre celui-çi, l’Epson EH-TW5820, un tel et un tel… Je voudrais créer un ciné club dans le lycée ou je travaille à la rentrée prochaine, avoir une image assez grande pour pouvoir projeter pour 5 comme pour 30 personnes avec un budget aux alentours des 1200 euros max. Quelqu’un a t’il une idée pour un bon compromis?
    Merci pour votre aide.

  17. Ciao a tutti, e grazie a Gregorio per questi dettagliatissimi tests.
    Due domande banali: il w1800 è pienamente compatibile con una Fire Stick tv Amazon inserita in porta HDMI? Lo consigliereste per l’Home Cinema di una stanza piccola (3×6 m) poco illuminata? O che alternative suggerireste su un budget simile (anche eventualmente FullHD se migliore soluzione). Grazie in anticipo a tutti!

  18. Merci beaucoup Grégory pour le test.
    Je souhaite acheter un projecteur et j’hésite entre celui-ci ou l’Optoma UHD42. Je ne joue pas sur consoles. Je suis un cinéphile.
    Lequel des deux achèteriez-vous ?

  19. Bonjour à tous, et merci à Gregory pour ces tests très détaillés.
    Deux questions triviales : le w1800 est-il compatible avec un Amazon Fire Stick TV branché sur le port HDMI au lieu de son dongle fourni ? Le recommanderiez-vous pour le Home Cinéma d’une petite pièce (3 × 6 m) faiblement éclairée ? Ou quelle alternative suggérée sur un budget similaire (même éventuellement FullHD si meilleure solution). Meilleur BenQ w1800i ou Epson H-TW5820 ? Merci d’avance !

    • Bonjour,

      Oui il est compatible avec le Firestick mais vous n’arriverez pas à fermer le logement de la prise HDMI présente sous le cache. Ce n’est pas grave, il suffit d’installer le stick sur une autre prise HDMI.
      Entre les deux je prends l’Epson.

  20. bonjour Gregory je cherche un videoprojecteur qui servira uniquement pour le cinema pour une salle dediée, quel appareil me conseillez vous pour un budget de 1500e max, d’avance merci

  21. Bonjour Gregory,

    Nous souhaiterions acheter un projecteur pour une projection murale à 5m de distance (donc pas de Laser ultra-court).

    Je suis donc tombé sur ton site et te remercie pour l’ensemble de ces tests très éclairant.
    Nous avons un chromecast 4K et la fibre donc nous cherchons un vidéoprojecteur cable d’exploiter ces fonctionalité (donc pas l’epson EH-TW5820) pour un budget inférieur à 1500€.

    Au vu des test je pensais partir vers un BenQ 1720 mais ce dernier est de 2019 et me fait hésiter face à ce 1800i à l’input lag un peu plus réduit (mais dont à priori le 4K n’est pas son point fort).

    Est-ce que tu conseille le 1720 au dessus du 1800i malgré les deux ans d’avancée technologique qui se sont écoulé ? Est-ce qu’un autre vidéoprojecteur devrait attirer mon attention au vu de mon cahier des charges et budget ?

    Merci d’avance,
    Max

    • Petite précision complémentaire, ce serait placé dans un salon pas loin de la baie vitré et ce sera vraiment l’idéal de pouvoir l’utiliser pour regarder la TV entre midi et deux sans tirer le rideau (pour le journal etc… donc une qualité un peu inférieur en cas de lumière est acceptable).

      • Notre mur nous permet d’avoir une image de 2m de diagonale sans trop de problème à priori (mais après j’imagine que le but n’est pas non plus de tirer trop l’image au détriment de la qualité surtout au vu de notre budget).

        • Max je suis désolé mais si vous envisagez de projeter une image de 2 mètres de diagonale soit 1m74 de base avec 5 mètres de recul sur un mur blanc, je suis désolé je ne suis pas en mesure de vous conseiller un projecteur home cinéma, ça n’existe tout simplement pas à 1500€. De la même manière qu’envisager regarder la télé en plein jour avec un projecteur sur un mur blanc, je ne peux que vous le déconseiller.

  22. Bonjour Grégory

    Très beau site! Bourré de détails. Chapeau

    Je vais m’acheter un vidéo projecteur 4K et j’ai entre 1000€ et 1300€ de budget. Je souhaite la compatibilité 3D et c’est uniquement pour un usage Film (pas de jeux vidéos). Le soir venu, rideaux tombés, dans un salon avec 3m50 de recul du projo et un écran blanc de 2m40 de large (bref du classique sur ce côté là).

    Est-ce que le BenQ w1800i est ce qui se fait de mieux (à tes yeux) dans cette gamme de prix ou par exemple est-ce que le BenQ W1720 où tu avais l’air dithyrambique à l’époque du test en 2019 reste mieux ? Je ne sais pas si 2 ans ca change beaucoup de chose d’un point de vue Gap technologique dans ce domaine.

    As-tu sinon d’autres modèles à me conseiller ?

    Merci d’avance et merci pour ton site et ta contribution.
    Olivier

1 Trackback / Pingback

  1. Test ViewSonic PX728-4K : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*