Test Optoma UHD35 : l’avis de Grégory.

Test Optoma UHD35
Optoma UHD35

Les principaux assembleurs mettent décidément à contribution la nouvelle puce DMD 0,47″ à simulation 4K XPR ×4 optimisée pour offrir le minimum d’input lag. Toute une ribambelle de projeteurs gaming est en effet annoncée chez Acer, BenQ, ViewSonic ainsi que chez le constructeur Optoma qui nous intéresse aujourd’hui avec l’UHD35. Bien que PHC fasse avant tout dans le home-cinéma, voici quand même son test car ce vidéoprojecteur 4K Ultra HD Optoma UHD35 est un modèle destiné aussi bien au gaming qu’aux séances de cinéma ou de séries à domicile.

De quoi s’agit-il ?

Optoma vient de lancer deux nouveaux modèles, les UHD35 (999€) et UHD38 (1099€). Avec sur le papier une luminosité respective de 3600 et 4000 ANSI lumens pour permettre une visualisation aisée dans les espaces de vie bien éclairés, les UHD35 et UHD38 partagent un certain nombre d’attributs, notamment une roue chromatique RGBWRGBW à 8 segments pour la prise en charge des gammes de couleurs REC.709 et DCI-P3, un rapport de contraste pouvant atteindre 1 000 000:1 (ha-ha! pourquoi pas 3 milliards non plus?) et la compatibilité HDR10 et HLG.


Gérant une surface d’écran jusqu’à 300 pouces de diagonale (soit 7,62m), ces projecteurs sont livrés avec une correction horizontale et verticale du trapèze aux 4 coins pour permettre un placement et une installation flexibles. En outre, les lampes de ces modèles UHD35 et UHD38 ont une durée de vie de 15 000 heures en mode Dynamic Black.

Tour physique

L’Optoma UHD35 prend l’apparence d’un boîtier rectangulaire de couleur blanche avec l’optique décentrée. Ses dimensions sont de 315 × 270 × 118mm pour un poids de 3,98 kg. A l’exception du Lens-shift, l’UHD35 a repris la coque de l’UHD42 déjà testé sur ce blog.

Test Optoma UHD35
Optoma UHD35

Équipé d’un objectif avec zoom optique manuel de 1.1, il propose un rapport de projection de 1.5:1 ~ 1.66:1. Ainsi, pour obtenir une image de 2m50 de base au format 16/9ème, il vous faudra un recul compris entre 3m75 (minimum) et 4m15 (maximum).

Test Optoma UHD35
Coque haut Optoma UHD35

Le panneau de connectique comprend 2 prises HDMI 2.0 (qui devront être utilisées pour les signaux 4K HDR), 1 prise de synchronisation 3D, 1 USB-A (1.5 A) et une sortie audio 3.5 mm.

Test Optoma UHD35
Connectique Optoma UHD35

La télécommande Optoma reprend les anciens standards de la marque avec sa forme ergonomique et sa couleur blanche. Elle dispose d’un éclairage bien pratique dans le noir.

Test Optoma UHD35
Télécommande Optoma UHD35

Mais la navigation avec cette zapette est un peu ardue. Les commandes accusent régulièrement un certain retard, et parfois le projecteur ne répond pas du tout aux entrées lorsqu’elles sont censées se refléter sur l’écran. Dans ce cas, c’est une bonne idée de diriger la télécommande directement vers l’UHD35. La navigation dans les menus d’images est alors beaucoup plus rapide. Bref, pas très efficace, l’infrarouge est désormais plutôt archaïque ; vivement le passage à la télécommande Bluetooth.

Ce nouveau projecteur est compatible 3D avec des lunettes ZD302 (DLP-Link) à acheter séparément.

Menus

On retrouve la forme de vignettes typiques à Optoma avec, sur la première ligne, les réglages images. Les valeurs usines sont classées de la manière suivante : «  Cinéma, HDR, HLG, HDR Sim, Référence, Jeux, Lumineux, utilisateur, 3D». En fonction du type de programme diffusé, toutes ne sont pas disponibles. Les outils de réglages de la colorimétrie sont complets avec un ajustement séparé de l’échelle de gris (Gain et Bias) et un CMS sur les 3 dimensions du Gamut.

Test Optoma UHD35
Menu affichage

La gestion du Gamma est limitée à des valeurs prédéfinies.

Pour bénéficier du niveau de lag le plus réduit, un mode « enhanced gaming » est présent. En matière de traitement vidéo, point de mode super résolution ou d’interpolation d’images, seul un réglage classique de netteté est disponible.

La détection des signaux HDR-10 permet d’activer le menu spécifique HDR et d’avoir accès à quatre sélections : « standard, détails, lumineux, film » ainsi qu’à 10 niveaux de luminosité.

Test Optoma UHD35
Réglages hdr

Pour le contraste, seules des options de gestion de la puissance lumineuse sont présentes, listées de la manière suivante: « lumineux, éco. dynamic et éco+ ».

Verdict technique

Bruit de fonctionnement et qualité du système sonore intégré :

L’UHD35 dispose de 4 modes de fonctionnement de la lampe « lumineux, éco, dynamic et éco+ ». Seul le mode éco permet d’abaisser le niveau sonore du projecteur. Autrement dit, les sélections dynamic et éco+ sont aussi bruyantes que le mode lumineux.

Test Optoma UHD35
Bruit de fonctionnement haut

Sonomètre posé sur le projecteur à pleine puissance de lampe je mesure 49,3db et 38,8 dB à 50 cm. Pour revenir à des valeurs plus raisonnables mais sans pour autant être discrètes, il faut passer en mode éco, ce qui permet d’obtenir 44,2 dB sur le projecteur et 35,2 dB à 50 cm. Bref, aux amoureux de la discrétion ce projo n’est pas fait pour vous. Il est plutôt à ranger dans la catégorie pénible. Même en mode éco le ventilateur du nouvel Optoma n’arrivera pas à se faire totalement oublier pendant une séance de projection. En 2021, il devient pénible de devoir répéter sans cesse que la discrétion de fonctionnement est un critère majeur… les constructeurs ont des actions chez BouleKièsse ou quoi ?!?

Test Optoma UHD35
Bruit de fonctionnement bas

Le rendu sonore du seul haut-parleur de 10W intégré ne saurait égaler celui d’un système home cinéma digne de ce nom. Il est également bien loin de valoir ceux de Xiaomi ou Fengmi. En résumé, il est inutile!

Consommation électrique :

Avec ses 3600 lumens, l’UHD35 ne peut être qu’un dévoreur de watts. Sur une mire à 100% de blanc il aura besoin de 282W à pleine puissance et 198,9W en mode économique.

Test Optoma UHD35
Consommation électrique comparée

Piqué et netteté :

Pour un appareil à moins de 1000€, je n’ai pas de reproches à faire à la précision d’image. C’est propre, sans bavure et sans aberrations chromatiques. Les adeptes de la technologie DLP seront contents devant une image aussi bien ciselée.

Test Optoma UHD35
Mire de netteté

Fluidité :

Le petit travelling latéral de la course de la jeune Wonder Woman dans WW84 n’est pas marqué par des ralentissements ou déchirements et ce malgré l’absence d’une aide à la fluidité. Avec l’UHD35 je n’ai pas souffert du judder.

Input lag :

Avec la sélection jeu et l’activation du mode enhanced gaming, ma sonde Leobnard affiche 16,9 ms de retard en résolution UHD à 60hz. Le passage en 1080p 120HZ doit abaisser la mesure à 8,4 ms. C’est du rapide! Les promesses faites aux adeptes de jeux vidéo sont bien tenues.

Test Optoma UHD35
Input lag avec menu

Overscan et cadre lumineux de la puce DMD 0,47″ :

Par défaut, le cropping est réglé sur zéro. On a donc à l’écran la totalité des éléments devant figurer dans l’image. Le cadre plus clair des puces DMD non actives est présent en bordure de l’image mais avec une petite largeur de 2 cm.

Test Optoma UHD35
Mire overscan 4K

Accroche HDMI :

C’est toujours aussi long ! Messieurs les ingénieurs de Coretronics (la maison mère d’Optoma), il va réellement falloir améliorer ce point car à chaque changement de source on perd 7 à 10 secondes avec un écran noir en liaison HDMI. Personnellement ça a tendance à bien m’énerver.

Colorimétrie et Gamma :

L’examen du Gamut permet de confirmer que la mise en œuvre d’une roue chromatique avec segments blancs impacte directement l’amplitude de l’espace couleurs. L’UHD35 n’atteint pas la totalité du rec.709 et dans ces conditions on dira simplement qu’il est apte à recevoir des programmes 4K HDR mais pas à les restituer avec toutes leurs qualités dans le domaine de la saturation des couleurs.

Le Gamut natif du projecteur est limité à 90% du rec.709

Le mode référence offre le meilleur rendu en sortie de boîte mais il faudra passer par un calibrage pour obtenir un deltaE inférieur à 3 et un Gamma plus élevé.

Valeurs correctives

Mode utilisateur

Luminosité : – 5

Contraste : 3

Balance des blancs

R GAIN: -4

G GAIN : 0

B GAIN : 2

R OFFSET : – 3

B OFFSET : 0

G OFFSET : 0

Puissance lumineuse : Eco

Gamma : 2.2

Température de couleurs D65

En l’absence d’une gestion automatisée des métadonnées HDR, la gestion du Gamma EOTF devra se faire manuellement par le biais du menu HDR et du sous-menu HDR-Strength.

Contraste et luminosité :

Avec 3404 lumens obtenus, les 3600 promis par le constructeur sont presque là dans le mode lumineux, si ce n’était que pour bénéficier de couleurs naturelles il faudra se contenter de 2091 lumens après calibrage (mode économique). D’ailleurs, en raison du bruit de fonctionnement important le mode lampe à pleine puissance sera certainement évité par les utilisateurs qui tiennent à leur ouïe.

Test Optoma UHD35

Si la luminosité est très forte et permet d’éclairer de grandes bases d’image (3m65 en 4K HDR avec le mode économique) son corollaire est un contraste moyen (803:1). Les modes lampes dynamique et éco+ n’ont que peu d’influence sur la valeur des noirs.

Test Optoma UHD35
Niveau de noir

Bref, l’UHD35 est à son l’aise sur les scènes de jour mais n’espérez pas de miracles pour les scènes nocturnes.

Verdict subjectif

Avec sa forte puissance lumineuse, l’Optoma UHD35 assure sa mère en SDR et 4K HDR sur mon écran Vividstorm Obsidian, que je recommande chaudement avec ce type de projecteur à savoir un canon à lumens avec des lacunes dans le domaine du contraste. Le gain négatif de cet écran redonne de la densité aux scènes sombres, à l’image de ces extraits du film Crawl (cliquez à droite sur l’image pour l’afficher en grand).

Sur l’introduction de World Woman 84 vous obtiendrez un condensé des points forts de l’UHD35 : forte dynamique d’image et belle netteté.

Le choix d’une roue chromatique avec deux segments blancs entraîne une restitution des couleurs manquant de saturation et de puissance. Si ce point est déjà visible sur les programmes SDR, il est encore plus évident en 4K HDR.

Conclusion

Je teste depuis plusieurs années des projecteurs en m’efforçant de toujours vous donner la mesure de lag la plus précise mais cette démarche n’est pas la priorité, celle-ci résidant en les capacités home cinéma des engins. Là, Optoma et DLP proposent, vous l’aurez compris, une configuration donnant la priorité au gaming. Je dois avouer que ce n’est pas mon optique lorsque j’achète un nouveau projecteur. A mes yeux il doit déjà être un surdoué de l’image cinéma avant de l’être du jeu vidéo, et dans ce sens je vais vite oublier cet UHD35. Comme tant d’autres il ne bouleversera pas les guides d’achat que PHC vous propose autant que possible chaque année.

Notons toutefois quelques progrès appréciables par rapport à l’UHD42 déjà testé sur le blog, le principal étant l’absence du défaut d’écran scindé. Ça s’améliore, c’est très bien…

J’ai apprécié :

– La puissance lumineuse,

– Le prix,

– Le piqué,

– L’input lag.

Je regrette :

– Le bruit de fonctionnement en mode haut,

– Le contraste faiblard,

– L’écran noir en liaison HDMI,

– Un Gamut trop restreint.

Test Optoma UHD35
Optoma UHD35

ENGLISH VERSION

OPTOMA UHD35 TEST

The main assemblers are definitely putting the new 0.47″ DMD chip with 4K XPR ×4 simulation optimized to offer the minimum input lag to work. A whole slew of gaming projectors have been announced by Acer, BenQ, ViewSonic and Optoma, the manufacturer we are interested in today with the UHD35. Although PHC is primarily in the home theater, here is still its test because this 4K Ultra HD Optoma UHD35 projector is a model intended for gaming as well as for movie or series sessions at home.


What is it?

Optoma has just launched two new models, the UHD35 (999€) and UHD38 (1099€). With on-paper brightness of 3600 and 4000 ANSI lumens respectively to enable easy viewing in well-lit living spaces, the UHD35 and UHD38 share a number of attributes, including an 8-segment RGBWRGBW color wheel for support of REC.709 and DCI-P3 color ranges, a contrast ratio of up to 1,000,000:1 (ha-ha! why not 3 billion either?), and HDR10 and HLG compatibility.

Handling a screen area of up to 300 inches diagonal (or 7.62m), these projectors come with horizontal and vertical keystone correction at all 4 corners to allow for flexible placement and installation. In addition, the lamps in these UHD35 and UHD38 models have a lamp life of 15,000 hours in Dynamic Black mode.

Physical Tower


The Optoma UHD35 takes on the appearance of a white rectangular housing with the optics off-center. Its dimensions are 315 × 270 × 118mm with a weight of 3.98 kg. Except for the Lens-shift, the UHD35 has taken the body of the UHD42 already tested on this blog.

Test Optoma UHD35
Optoma UHD35


Equipped with a lens with a manual optical zoom of 1.1, it offers a projection ratio of 1.5:1 ~ 1.66:1. Thus, to obtain an image of 2m50 in 16/9 format, you will need a distance between 3m75 (minimum) and 4m15 (maximum).

Test Optoma UHD35
Coque haut Optoma UHD35



The connectivity panel includes 2 HDMI 2.0 sockets (which should be used for 4K HDR signals), 1 3D sync socket, 1 USB-A (1.5 A) and a 3.5 mm audio output.

Test Optoma UHD35
Connectique Optoma UHD35


The Optoma remote control is in line with the old standards of the brand with its ergonomic shape and white color. It has a very practical lighting in the dark.
But the navigation with this remote control is a bit difficult. The controls regularly lag, and sometimes the projector doesn’t respond at all to inputs when they are supposed to be reflected on the screen. In this case, it’s a good idea to point the remote directly at the UHD35. Navigation through the picture menus is then much faster. In short, not very efficient, the infrared is now rather archaic; I can’t wait to switch to the Bluetooth remote.

Test Optoma UHD35
Télécommande Optoma UHD35


This new projector is 3D compatible with ZD302 glasses (DLP-Link) to be purchased separately.

Menus

We find the typical Optoma thumbnails with, on the first line, the image settings. The factory values are classified as follows: « Cinema, HDR, HLG, HDR Sim, Reference, Games, Bright, User, 3D« . Depending on the type of program being broadcast, not all of them are available. The tools for adjusting the colorimetry are complete with a separate adjustment of the gray scale (Gain and Bias) and a CMS on the 3 dimensions of the Gamut.

Test Optoma UHD35
Menu affichage


The Gamma management is limited to predefined values.

To benefit from the lowest level of lag, an « enhanced gaming » mode is present. In terms of video processing, no super resolution mode or image interpolation, only a classic sharpness setting is available.
The detection of HDR-10 signals allows to activate the specific HDR menu and to have access to four selections: « standard, details, bright, film » as well as 10 levels of brightness.

Test Optoma UHD35
Réglages hdr


For the contrast, only options for managing the light power are present, listed as follows: « bright, eco. dynamic and eco +« .

Technical verdict


Operating noise and quality of the integrated sound system :

The UHD35 has 4 modes of lamp operation « bright, eco, dynamic and eco+ ». Only the eco mode lowers the noise level of the projector. In other words, the dynamic and eco+ selections are as loud as the bright mode.
Sound level meter placed on the projector at full lamp power I measure 49,3db and 38,8 dB at 50 cm. To return to more reasonable values but without being discreet, it is necessary to switch to eco mode, which allows to obtain 44.2 dB on the projector and 35.2 dB at 50 cm. In short, for those who love discretion, this projo is not for you. It is rather to be classified as a nuisance.

Test Optoma UHD35
Bruit de fonctionnement haut

Even in eco mode, the fan of the new Optoma will not manage to be totally forgotten during a projection session. In 2021, it’s becoming annoying to have to keep repeating that discretion is a major criterion… do manufacturers have shares at BouleKièsse or what?!?

Test Optoma UHD35
Bruit de fonctionnement bas

The sound rendering of the only integrated 10W loudspeaker cannot match that of a home cinema system worthy of the name. It is also far from being worth those of Xiaomi or Fengmi. In short, it is useless!

Power consumption :

With its 3600 lumens, the UHD35 can only be a watt eater. On a 100% white test pattern it will need 282W at full power and 198.9W in economy mode.

Test Optoma UHD35
Consommation électrique comparée


Sharpness:

For a camera under 1000€, I have no complaints about the image sharpness. It’s clean, smooth and free of chromatic aberrations. Fans of DLP technology will be happy in front of such a well-chiseled image.

Test Optoma UHD35
Mire de netteté

Smoothness:

The small sideways tracking of the young Wonder Woman’s run in WW84 is not marked by slowdowns or tearing and this despite the absence of a smoothness aid. With the UHD35 I did not suffer from the judder.


Input lag:

With game selection and enhanced gaming mode enabled, my Leobnard probe shows 16.9ms of delay in UHD resolution at 60hz. Switching to 1080p 120HZ should lower the measurement to 8.4 ms. That’s fast! The promises made to video game enthusiasts are well kept.

Test Optoma UHD35
Input lag avec menu



Overscan and light frame of the 0.47″ DMD chip:

By default, the cropping is set to zero. This means that all the elements that should be in the image are on the screen. The lighter frame of the non-active DMD chips is present at the edge of the image but with a small width of 2 cm.

Test Optoma UHD35
Mire overscan 4K


HDMI hook:

It’s still long as ever! Dear Coretronics (Optoma’s parent company) engineers, you really need to improve this point because each time you change source you lose 7 to 10 seconds with a black screen in HDMI connection. Personally, this tends to annoy me.


Colorimetry and Gamma:

The examination of the Gamut confirms that the implementation of a color wheel with white segments directly impacts the amplitude of the color space. The UHD35 does not reach the full rec.709 and in these conditions we can simply say that it is able to receive 4K HDR programs but not to restore them with all their qualities in the area of color saturation.


The native gamut of the projector is limited to 90% of rec.709

The reference mode offers the best rendering out of the box but it will be necessary to go through a calibration to obtain a deltaE lower than 3 and a higher Gamma.

Corrective values
User mode
Brightness : – 5
Contrast: 3
White balance
R GAIN: -4
G GAIN: 0
B GAIN: 2
R OFFSET: – 3
B OFFSET : 0
G OFFSET: 0
Light power : Eco
Gamma : 2.2
Color temperature D65

In the absence of an automated management of HDR metadata, the management of the EOTF Gamma will have to be done manually through the HDR menu and the HDR-Strength sub-menu.


Contrast and Brightness:

With 3404 lumens obtained, the 3600 promised by the manufacturer are almost there in the bright mode, if it were not that to benefit from natural colors it will be necessary to settle for 2091 lumens after calibration (economic mode). Moreover, because of the significant operating noise the lamp mode at full power will certainly be avoided by users who value their hearing.

Test Optoma UHD35

If the brightness is very strong and can illuminate large image bases (3m65 in 4K HDR with the economic mode) its corollary is an average contrast (803:1). The dynamic lamp and eco+ modes have little influence on the value of blacks.
In short, the UHD35 is at ease on daytime scenes but do not expect miracles for night scenes.

Test Optoma UHD35
Niveau de noir

Subjective verdict

With its high light output, the Optoma UHD35 ensures its mother in SDR and 4K HDR on my Vividstorm Obsidian screen, which I highly recommend with this type of projector, namely a lumen gun with shortcomings in the area of contrast. The negative gain of this screen gives density back to dark scenes, like these clips from the movie Crawl (click on right to see the picture in full size).


On the introduction of World Woman 84 you get a summary of the strengths of the UHD35: strong image dynamics and beautiful sharpness.
The choice of a color wheel with two white segments results in a color reproduction that lacks saturation and power. If this point is already visible on SDR programs, it is even more obvious in 4K HDR.


Conclusion

I’ve been testing projectors for several years now, always trying to give you the most accurate measurement of the lag, but this approach is not the priority, as the priority lies in the home cinema capabilities of the machines. Here, Optoma and DLP propose, you will have understood, a configuration giving priority to gaming. I have to admit that this is not my perspective when I buy a new projector. In my eyes, it must already be a gifted cinema image before being a gifted video game player, and in this sense I will quickly forget this UHD35. Like so many others, it won’t upset the buying guides that PHC offers as much as possible each year.
However, there have been some appreciable improvements over the UHD42 already tested on the blog, the main one being the absence of the split screen defect. It’s getting better, that’s very good….




I liked:

– The light output,
– The price,
– The sharpness,
– The input lag.

I regret:

– The noise of operation in high mode,
– The weak contrast,
– The black screen in HDMI connection,
– A too restricted Gamut.

Test Optoma UHD35
Optoma UHD35



19 Comments

  1. Hello, Merci pour ce site et tout ce travail bien utile pour trouver chaussure à son pied.

    J’ai acheté il y a quelques jours le UDH38, destiné à un salon avec mur blanc avec le besoin de pouvoir voir quelque chose correctement avec un peu de lumière ambiante ou lampes. En ce sens il convient très bien en mode lumineux, tout était pas trop mal sur la qualité d’image et la luminosité jusqu’à ce que je me rende compte d’un soucis énorme : des ciels pixelisés, cramés, et des halos lumineux blancs autour de chaque objet ou personne avec un ciel en fond. Vraiment horrible.

    J’ai bien galéré à trouver la source de ce problème, et il n’en est pas fait mention dans le test, peut-être une différence ? Mais il s’agit du réglage de Brilliant Color, avec son échelle de 1 à 10, réglé sur 10 par défaut. Il faut le passer à 1 ou 2 max pour ne pas avoir ces halos, sauf que la luminosité globale est divisée par 4 ou 5 et tout devient très sombre, les lumens s’envolent…

    Donc c’est très frustrant, en l’état c’est soit avoir une image qualitative pour mes exigences mais avec un gros soucis, soit une image sans défauts mais extrêmement sombre.

    Je pensais prendre sinon un ultra courte focale Xiaomi Mijia 1S, mais j’ai très peur que la luminosité soit équivalente au mode éco de ce Optoma, ce qui ne conviendrait pas pour mon usage…

    Merci d’avance sur une réponse éventuelle 🙂

    • Hello spash,

      Thank you very much for your report. I owned the UHD30 for about 1 year and was actually quite happy with it. Unfortunately, there is a problem that optoma has kept silent about this projector to this day. It is not able to generate an 4k image with a low input lag in enhanced gaming mode. After long emails and submissions to support, the problem was recently confirmed, as was the fact that the UHD30 and Uhd42 models are not able to do this due to the texas instruments DLP chip.

      The uhd38 and uhd 35 models are no longer affected and have a new chip installed. So I bought the uhd38 and was shocked by the things you explain in your report. Extreme banding with bright content such as the sun. The only remedy is to reduce the brilliant color to 1 or 2. But then with a very dark picture. This is a big problem because the picture is worse than the old models.

      I have already reported this to optoma and am looking forward to the answer.

      • Thanks for sharing your experience.
        On my end, after some hours using it, trying different settings etc, I noticed that the white « halo » tends to reduce, as I could set the BrilliantColor at 9 without it to be a big problem.

        For sure the whites in the sky are a bit strange and not so nice, but that’s the only way to have a bright image and the best contrast as possible on this product. I could watch Top Gun in 4K HDR (on Nvidia Shield Pro, file around 60 Gbs) and it was really nice.

        I use the maximum brightness mode and try to have the most colored and contrasted image, using in a living room sometimes with day light, or night lights or in darkness.

        I may return it anyway, I ordered an Ultra Short Throw Projector to compare.

  2. Je me permets une question bête mais importante pour moi :
    En terme de luminosité entre un projecteur classique comme celui-ci, et un focale ultra courte laser, est-ce que les mesures de Lumens sont équivalentes ?

    En gros, est-ce que 2000 lumens mesurés pour ce Optoma équivalent à 2000 lumens mesurés sur un Xiaomi / Fengmi (Cinema pro / Mija 1s par exemple) ?

    Ou alors ceux à focale ultra courte étant plus proches du mur, l’image sera plus lumineuse au final ?

    Je demande ça en partie pour pouvoir comparer le mode « Lumineux » de ces Optoma et me faire une idée si les Xiaomi / Fengmi seraient similaires au mode « Lumineux » ou plutôt « éco » des ces Optoma…

    Merci d’avance !

  3. Merci, c’est comme d’hab, un super test.
    J’avoue que je n’en peux plus d’attendre le test du LG, je crois que je refresh ta page deux fois par jour 😀
    Parrai-t’il qu’il n’est mauvais nul part, un mode gamming pour les casu comme moi mais avec quand même une utilisation principale pour le cinéma à l’inverse de ces projecteurs… Mais impossible de me lancer sans le test objectif du patron 😉
    Merci beaucoup

  4. Bonjour,

    Merci pour ce test, j’ai fait l’acquisition de ce produit et votre analyse est pertinente.

    Cela dit pour le prix du produit l’image n’est franchement pas si mal

    Top votre réglage optimisé, par contre je ne trouve pas les réglages offset ?

    Quel serait le réglage idéal en HDR ?

    Merci d’avance !

    Franck

  5. Petit test sympa!
    Dommage il lui manque le petit truc qui fait que je reste toujours dans l’attente des px728/748‑4k de chez Viewsonic.
    En espérant qu’ils se dépêchent un peu, je vais finir par craquer!

  6. Bonjour Gregory,
    Voilà un petit moment que je me renseigne à fond pour trouver un bon vidéoproj (mon 1er) dans les mêmes prix que le UHD35 et je pensais justement prendre celui-là. Ton test m’a un peu refroidi, surtout par rapport au manque de couleurs…
    Peux-tu conseiller d’autres alternatives à budget comparable pour ceux qui auraient à peu près les mêmes besoin en terme de ratio distance/projection et de luminosité?
    En tout cas, merci beaucoup pour le test! Très précis et complet!

  7. Bonjour Gregory, un grand merci pour tout ces tests très complet! Pour un néophyte comme moi à la recherche de son premier videoprojecteur c’est vraiment très instructif. Je penchais bien sur ce optoma UHD35 (ou 38) car semblais correspondre a ma config, mais selon votre essai il n’a pas l’air si bien que je l’imaginais. Mon utilisation est dans une pièce de vie (exposé sud, 2 baie vitrées que je peux fermer) comme utilisation TV et home cinema cela implique donc une forte luminosité (sur ce point les UHD 35 et 38 semblais de bon candidats), chez boulanger on me pousse vers un laser optoma HZ40 (mais pour le coup pas de UHD, et plutot orienté bureautique selon votre essai, mais durée de vie en theorie plus élevé). Selon votre expérience dans cette gamme de prix (1000/1500€) quels sont les bon candidats (forte luminosité, utilisation TV et HC, je ne suis pas gamer, rapport de projection 1.5 /1.6, ecran 2.65 de largeur et recul 4.2m) les LEDs semble manquer de lumen, les lasers restent peu répandu, donc je penche vers un Lampe ultra HD (bien que pas 4K natif), d’avance merci pour vos conseils avisé!

      • Merci de votre réponse Gregory, je n’avais pas connaissance de ce modèle Epson, et avais mis de coté jusqu’à présent les LCD (car pensait que je n’aurais pas luminosité requise avec cette techno…. Pour info l’ancien occupant de ma maison utilisais un Benq MH741 (donc 4000Lumens) et m’avais recommandé de favoriser cet aspect pour la pièce en question, actuellement je me suis fait prêter un BenQ W1070 (2000 Lumens, full HD) étant totalement néophyte je trouve ce dernier en qualité satisfaisant mais manque de luminosité si la pièce n’est pas totalement obscure (ce modèle etant mon seul point de comparaison). Selon vous les modèles que j’avais shortlisté Optoma UHD 35/38, HZ40, HD29H, benQ W2700 peuvent être mis de coté au profit de l’Epson EH-TW7000?

  8. Bonjour Grégory,

    Un énorme merci pour l’énorme travail que vous faites avec ces test, je commence à en avoir lu pas mal et je me rend compte de la complexité et du nombre de modèles différents qui existent…

    Je voudrais avoir votre avis pour changer mon vidéoprojecteur Epson de 2014…

    Je souhaiterais un vidéoprojecteur 4K (ou compatible) pour faire 80% de films et 20% de gaming.
    J’ai une contrainte qui est que mon écran (Kimex 2,2m de large) est à environ 6m du vidéoprojecteur.
    J’ai un budget (si possible) en dessous de 1500€.

    J’ai du mal à chercher des vidéoprojecteur en filtrant avec le rapport de projection…

    Un grand merci pour vos réponses et pour tous ces conseils que vous pouvez nous donner !
    Bien à vous,
    Mathieu

  9. Correctif incompréhensible sans le message initial
    URGENT car je compte acheter demain l’optoma cinemax P2 pour le black friday et j’hésite avec cet optoma UHD 35 plus de deux fois moins cher:
    pour projeter sur un mur blanc mat lumières éteintes ou tamisées, cela vaut-il le coup de dépenser plus, le gain de qualité sur le papier sera t-il réellement significatif en conditions réelles? Je n’ai plus de budget pour l’achat d’une toile.
    Merci à qui me répondra, pas forcément Grégory donc.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Test Fengmi MAX 4K Formovie : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –
  2. Test Epson EH-TW5820 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –
  3. Test Fengmi Formovie Cinéma 2 : l’avis de Grégory. – – Le Blog de PHC –

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*