Test BenQ TK800M : l’avis de Grégory

BenQ TK800M
BenQ TK800M

Avec le banc d’essai du BenQ TK800M voilà que s’achève le tour d’horizon de la nouvelle gamme 2019 du constructeur. Tous ces projecteurs sont équipés de la version révisée de la puce DMD 0.47 réduisant l’effet « cadre lumineux » présent sur la précédente génération. Nous allons voir ensemble les modifications concernant le nouveau venu par rapport au TK800 premier du nom commercialisé l’année dernière.

PRÉSENTATION

Le TK800M est proche du TK800 initial mais plusieurs changements ont été apportés par ses concepteurs, le principal étant le remplacement de la puce 0.47 à simulation 4K XPR (X4) par un modèle de seconde génération moins touché par la pollution lumineuse des pixels inutilisés*.

(La résolution native de la puce DMD 0.47 est de 2048×1200. Pour simuler une image 4K, seule une résolution utile de 1920×1080 va être utilisée, en reproduisant les pixels à très grande vitesse sur 4 axes légèrement décalés (240hz). Ce subterfuge indétectable pour l’œil humain permet de réduire les coûts de production d’une puce native 4K. Hélas, l’utilisation de la première version s’accompagnait d’un cadre lumineux qui venait entourer l’image. Il est produit par la partie de pixels inactifs de la puce 2048×1200 qui n’utilise, rappelons-le, que 1920×1080).

Le bloc optique est différent de celui du TK800 puisque nous passons d’une version disposant d’un rapport de projection de 1.47 – 1.76 avec zoom de 1,2X (TK800) à un modèle équipé d’un zoom 1,1x et d’un rapport de projection de 1.50 – 1.65 (TK800M).

Autre différence, le nouveau venu ajoute la compatibilité Hybrid Log Gamma (HLG) qui était absente sur le TK800.

Le reste est sans changement avec une lampe de 240W et une roue chromatique 4 segments (RGBW) qui permet de pousser la luminosité jusqu’à 3000 lumens avec un contraste de 10 000 :1 (selon les données constructeur).

La forte luminosité du TK800M le prédestine à une utilisation table dans une salle non dédiée avec deux modes dévolus à la retransmission des évènements sportifs (sport et football). Ces catégories nous éloignent légèrement de notre domaine de prédilection, celui du cinéma à domicile, mais nous allons voir que le nouveau BenQ proposé à 999€ peut très bien s’occuper de la projection de votre blockbuster favori.

TOUR PHYSIQUE

Sur l’aspect extérieur et la télécommande, rien ne distingue le TK800 de la version « M ». La façade bleue marque toujours la différence par rapport aux W1700/W1720. Le zoom et le focus sont manuels et le projecteur ne dispose d’aucun Lens-shift.

BenQ TK800M
BenQ TK800M

En revanche, il faudra éloigner le TK800M de l’écran de quelques centimètres de plus pour obtenir la même base d’image que le TK800 avec le zoom au minimum. Ainsi pour 2m50 de base au format 16/9ème un recul compris entre 3m75 et 4m12 est nécessaire pour le TK800M contre 3m67 et 4m 40 avec le TK800.

L’amplitude de placement offerte par la première version est donc plus importante que sur le TK800M.

Le vidéoprojecteur BenQ TK800M intègre un haut-parleur d’une puissance de 5 watts avec le label Cinemaster Audio+2 et plusieurs choix d’ambiances sonores. En matière de connectique, ses deux prises HDMI (1 seule est compatible 4K) sont épaulées par 1 prise Computer In-1 (D-sub 15 broches, femelle), 1 entrée x1 USB Type A (alimentation 1,5 A), x1 USB Type mini B (Service), x1 Audio In (mini jack), x1Audio Out (mini jack), x1 RS232 In (D-sub 9 broches, mâle) et x1Trigger CC 12 V (jack 3,5 mm).

BenQ TK800M
Connectique BenQ TK800M

Le nouveau BenQ supporte les signaux 4K HDR-10et HLG ainsi que les programmes 3D avec des lunettes DLP-Link (en option) en 1080P.

La télécommande livrée avec le projecteur BenQ TK800 est blanche avec un éclairage rouge. Elle est identique à celle des BenQ W1720/W2700 mais nombre de ses options sont inopérantes (pixel enhancer, module cinéma, etc.).

MENUS

Point de traitement vidéo sophistiqué ou de certification ISFccc, le TK800M est un projecteur d’entrée de gamme.

Les modes usine sont décomposés de la manière suivante : « Bright, Vivid TV, cinéma, sport, football, 3D, HDR et deux mémoires utilisateurs ». Pour les sélections « HDR et 3D » seule la détection d’un signal correspondant les activent.

BenQ TK800M
Menu information BenQ TK800M

Pour ajuster les couleurs et le Gamma, le TK800M est pourvu de réglages de Gain et de Bias (température de couleurs), d’un CMS sur les 3 dimensions du Gamut et de valeurs de Gamma prédéfinies. Chacune des sélections usine est éditable ce qui augmente les possibilités de sauvegardes de ses réglages.

Le traitement vidéo ne dispose pas d’une aide à la fluidité et le Cinéma Master des W5700/W2700/W1720 a disparu. Dès que le projecteur détecte un signal 4K, il donne accès à un réglage spécifique de luminosité HDR sur 5 niveaux (un point zéro et 2 points négatifs et positifs. N’espérez pas retrouver l’auto-mapping HDR des W2700/W5700.

BenQ TK800M
Activation menu 4K HDR BenQ TK800M

Pour le contraste, la gestion de la lampe se fait de façon dynamique par le biais des modes « smart éco et éco.+ ». Ces deux options adaptent le flux lumineux au contenu de l’image et permettent également de pousser la durée de vie de la lampe jusqu’à 15 000 heures (données constructeur).

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement :

Au niveau du bruit de fonctionnement, le vidéoprojecteur BenQ TK800M est capable de désactiver le mode XPR (simulation 4K) par l’intermédiaire de son mode « silence » mais il s’accompagne de la perte de la simulation 4K et il travaille donc dans sa résolution 1080p. Dans cette configuration j’ai pu mesurer un très correct 32db. Après avoir remis le traitement vidéo, le passage en mode lampe bas fait grimper le sonomètre à 36dB, pour atteindre 41dB avec la lampe à pleine puissance. Le mode « smart éco. » atteint également 41 dB.

Piqué et netteté :

Sans être mauvais, le TK800M n’atteint pas la précision offerte par un W5700 ; on s’en serait douté vu l’écart de tarif. Elle n’atteint cependant pas non plus celle du W1720. Le centre de l’image est bien rendu mais les bords présentent une apparence plus douce. Si la précision est importante pour vous, je recommande de plutôt envisager le W1720 ou mieux le W5700.

Fluidité :

L’absence d’interpolation d’images ne porte pas préjudice à l’image en mouvement du TK800M. Le judder s’avère bien maîtrisé et aucun ralentissement désagréable ne vient perturber la projection.

Input lag :

Les Gamers seront heureux de lire que le TK800M permet de bénéficier d’un retard à l’affichage inférieur à 50 ms.

BenQ TK800M
Input lag BenQ TK800M

C’est une bonne nouvelle pour un projecteur DLP à simulation 4K, car même si il n’atteint pas les niveaux des meilleurs dans ce domaine (16 ms) il permet avec ses 48,5 ms de pouvoir envisager des parties de frags en réseaux sur très grande image.

Artefact vidéo/overscan :

Par défaut, le réglage de cropping (overscan) est désactivé et toute l’image 4k de test est bien présente à l’écran. La recherche du défaut de cadre lumineux permet de constater qu’il a été réduit sur chaque côté à environ 10 pixels quand antérieurement il était de 60 pixels. Cela signifie que la gêne visuelle a été diminuée mais sans disparaître complètement. Il faut signaler que ce phénomène de cadre était déjà présent sur nombre de projecteurs avant la sortie de la puce 0.47.

BenQ TK800M
Overscan BenQ TK800M

Contraste et luminosité :

Comme son prédécesseur, le TK800M est particulièrement lumineux, avec ses presque 3000 lumens mesurés. Il est carrément capable d’éclairer avec une luminance de 16 fL une image 1080P SDR de plus de 5 mètres de base.

Dans les mêmes niveaux il permet de projeter une image 4K HDR sur 4 mètres de base ; autant dire que les signaux HDR10 et HLG ne lui font pas peur.

BenQ TK800M
Contraste et luminosité BenQ TK800M

Pour le contraste, la différence est également marquée par rapport au TK800 puisque les valeurs natives sont quasiment doublées. On reste toutefois en dessous de 800 :1 dans le contraste séquentiel et les niveaux de noirs mesurés imposent l’utilisation d’un écran technique gris pour redonner de la profondeur aux scènes nocturnes. C’est la seule solution car le TK800M ne dispose pas de l’iris dynamique présent sur les W2700/W5700.

Pour pouvoir comparer, voici les mesures de contraste et de luminosité du TK800 :

TEST BENQ TK800
TEST BENQ TK800

Colorimétrie et Gamma :

SDR :

Le TK800M n’est pas un projecteur « prêt à l’emploi » dans le domaine de la fidélité colorimétrique. Le meilleur mode usine en sortie de boîte correspond à la sélection « cinéma » mais avec un écart deltaE supérieur à 11 (on recherche des valeurs inférieures à 3). Le Gamma est mieux ajusté avec une moyenne de 2.19.

Il faudra donc obligatoirement calibrer le TK800M pour pouvoir bénéficier d’une image avec des couleurs naturelles. Je vous place ci-dessous mes valeurs post-calibrage :

HDR :

Faute d’une gestion automatisée des signaux HDR, l’utilisateur devra ajuster manuellement les niveaux de contraste et de luminosité par l’intermédiaire du menu HDR dédié pour éclairer correctement l’image du film projeté. Comme les films ne sont pas encodés de la même manière, il faudra faire l’ajustement à chaque fois.

Je place ci-dessous un montage de comparaison entre le BenQ TK800M et mon projecteur de référence le BenQ W5700.

BenQ TK800M
Comparaison 4K HDR BenQ TK800M versus BenQ W5700

VERDICT SUBJECTIF

1080P SDR :

Après avoir pris soin de calibrer l’image du TK800M je dois avouer avoir pris quelques claques visuelles sur toutes les scènes de jour de Lucy ou Fury, avec une dynamique énorme et une mise à l’échelle menée de main de maître par le couple TK800M/Panasonic DP-UB820 et tout ceci avec une bonne fluidité dans les travellings.

BenQ TK800M
Lucy 1080p SDR BenQ TK800M

Mais, dès que le noir arrive c’est une autre paire de manches et à chaque fois j’en arrive à regretter mon petit ViewSonic PX725HD ou simplement un BenQ W1090 dont le contraste natif avoisine les 2000 :1 et qui permet de bénéficier de noirs crédibles sans passer obligatoirement par un écran technique.

4K HDR :

BenQ TK800M
SICARIO 4K HDR BenQ TK800M

Le passage en 4K HDR permet de densifier les scènes nocturnes. Il faudra là également calibrer le projecteur pour éclaircir une image à haute dynamique trop sombre avec la configuration usine. Une fois cette opération réalisée, le TK800M se révèle comme un champion de l’image HDR-10 grâce principalement à sa puissance lumineuse. Il est taillé pour les grandes images donc n’hésitez pas à lui confier des bases d’écran supérieures à 3 mètres !

BenQ TK800M
Village SICARIO BenQ TK800M

CONCLUSION

Si vous n’avez pas d’outils de calibrage (sonde de mesures et logiciel dédié) je recommande plutôt de prendre le W1720 par rapport au TK800M. Dans le cas contraire, si donc vous disposez des outils, le nouveau venu avec sa forte luminosité permet de bénéficier d’un spectacle 4K HDR de qualité sur de grandes bases d’image. Le TK800M s’affiche comme une belle amélioration du TK800 grâce à des valeurs qui progressent dans tous les domaines d’évaluation. Reste que, comme ses camarades, il souffre d’un manque évident de contraste natif. Celui-ci demeure faible et impose à mon sens l’usage d’un écran technique gris avec un gain inférieur à 1 pour redonner de la puissance et de la profondeur aux passages sombres de vos films ou séries préférés.

En définitive chers lecteurs home-cinéphiles vous voilà prévenus à l’approche de l’été : le TK800M est riche en vitamine C mais est carencé en D. Dynamisme contre « ternitude », à vous de voir, de choisir, le cas échéant d’accepter le compromis que propose ce modèle.

Coupez ! On la refait pour les sportifs : A l’approche de la coupe du monde de football féminine qui se déroule en France et pour laquelle ce projecteur pourrait proposer le spectacle en grande dimension, vous devez choisir entre une attaque percutante et une défense perfectible. En prenant ce TK800M vous optez pour une formule intermédiaire crédible : le milieu de terrain, une charnière davantage capable d’obtenir un nul qu’une victoire, en se préservant donc d’une défaite. Vous voilà des supporters avertis ! 😀 Quoi qu’il en soit ALLEZ LES BLEUES !!

BenQ TK800M
BenQ TK800M

J’ai apprécié :

  • La luminosité,
  • L’input lag,
  • La dynamique d’image,
  • La fluidité,
  • Le prix,
  • Des valeurs en progression par rapport au TK800.

Je regrette :

  • La colorimétrie en sortie de boîte,
  • Le contraste faiblard.

CARACTÉRISTIQUES (données constructeur)

Résolution native : 1080P avec simulation XPR 4K (X4)
Luminosité de l’image : 3000 ANSI-Lumens
Bruit de fonctionnement (normal) : 33 db
Bruit de fonctionnement (ECO) : 29 db
Rapport d’aspect : 16:9
Ratio de projection : 1,5 – 1,65
Rapport de contraste : 10000 :1
Durée de vie de la lampe (ECO) : 4000 à 15000 heures
Zoom de l’objectif : 1.1 x
Dimensions : 27,2 x 13,5 x 35,3 cm
Technologie : DLP
Connexions : Entrées VGA : 1, HDMI : 2, USB type A : 1, USB type B : 1, 12V Sorties de déclenchement : 1, 3,5 mm Mini Jack sorties : 1
Poids du produit : 4,2 KG
Correction trapézoïdale verticale : 40
Période de garantie en mois : 24 mois
PPI : 999€ disponibilité immédiate

22 Comments

  1. Bonjour,

    Merci Gregory pour ce site qui est une mine d’information, et sur lequelle je me retrouve nettement plus que certains sites un peu trop « élitiste » à mon gout.
    Suite à la lecture de ce test je vais me laisser tenter par video projecteur (un autre modele, le px706HD, pour une utilisation cinéma, pour un écran de 250 cm de diag environ).

    Mais j’ai une questio : quid de la toile technique pour l’accompagner ? Quel matériel utilises-tu pour tes tests ?
    Y’a t’il une marque qui fait du bon matériel en particulier ? une à éviter ? quelle(s) spécificité(s) technique faut-il exiger ?

    Je suis un peu perdu concernant cet aspect là 🙁
    Au plaisir de vous lire prochainement

  2. Bonjour,
    je souhaite acquérir un video projecteur qui sera dans mon faut plafond, avec un petit ascenseur motorisé pour le faire sortir du plafond, il sera situé environ entre 2,5m et 3,5 de l’écran de projection motorisé lui aussi, pour avoir un écran d’environ 2m de large, j’hésite entre le modèle Tk800m et le Xgimi H2, mon budget est donc d’environ 1000€ pour le videoprojecteur.
    il va en fait servir de 2ème système de tv, car l’écran de projection va descendre devant ma tv fixé au mur, du coup j’utiliserais chromecast pour Netflix et Molotov tv.. il servira aussi pour projeter la ps4.
    que me conseillez vous ? il y a t’il mieux pour mon budget ?

  3. Merci pour la critique Gregory! Il est proposé d’ajouter un graphique de la consommation d’énergie dans les modes lumineux, standard, éco et calibrés.

  4. Je viens de changer la lampe de mon w1070, il m’en reste une d’avances au vu de l’input lag, d’ici 4ans, durée de mes 2 lampes, on aura surement progressé sur le sujet, parce que 50ms, désolé Grégory mais on est loin de la bonne nouvelle annoncée 🙁
    Dommage pour les joueurs, il va falloir se dire que le père noel n’existe vraiment pas pour nous lol

  5. Merci pour ce super test Grégory nikel comme d’hab, mais je dois dire que je rencontre un sérieux problème: j’étais parti sur le 5700 mais firmware pas terminé, cela me refroidit un peu. C’était le seul qui pouvait me faire du 3m30 en 16/9 en full hd un peu moins en 4k dommage pour les autres, je viens de m’apercevoir que vu le ratio de 1.5 /1.65 impossible de le mettre dans ma salle, mon projo est à 4m 80 de l’écran; cela ne passe pas pour ma base de 3m50 DIY en 2/35 et 3.3m en 16/9 🙁 pas beaucoup de marge sur les nouveaux à part le 5700 c’est pas facile l’année ci

  6. Salut Gregory, merci pour tes reviews toujours aussi précises.
    J’ai toujours un ou deux tritubes qui traînent dans un coin mais c’est une autre époque et une autre histoire … 😉
    Je cherche un videoprojecteur pouvant remplacer un moniteur PC (dans une pièce assez sombre, 2m à 2,4m de base, donc pas de gros soucis de luminosité). J’ai besoin au minimum d’être en full HD car c’est pour travailler à plusieurs sur des logiciels de modélisation 3D genre AutoCAD, Solidworks. Avec un DLP dois-je m’attendre à un souci AeC sur des images majoritairement fixes ? Avec un Epson 5650 aurais-je suffisamment de piqué ?
    Aurais-tu des suggestions à me faire ?
    En te remerciant à l’avance, cordialement,
    Choukard

      • Salut Grégory, merci pour ton conseil. Actuellement, même sur des moniteurs 24 ou 27 pouces (certains sont déjà repartis chez les vendeurs) nous avons du mal à afficher sans que cela nous « flashe » la rétine des écrans assez blancs comme sur le logiciel Fusion 360 (http://solidutopia.com/fr/logiciels-de-modelisation-3d-gratuits/fusion-360-2/), d’autant qu’il y a un quadrillage très fin qui disparait lorsque le contraste est trop fort. D’où mon interrogation sur les AeC en fait.

        • Je ne suis pas le meilleur conseiller en matière d’AEC, je n’y suis pas sensible. En tout cas si tu recherches la plus grande précision possible, le DLP est indispensable.

          • Le 706 pourrait effectivement être le candidat idéal pour moi.
            J’aimerai bien faire un test en live avant d’acheter, faut que je trouve un magasin ou une bonne âme dans ma région … Merci pour le tuyau Grégory

  7. Bonjour Gregory,

    Je fais aménager une pièce de mon sous sol en salle home cinema. Je pense donc acheter un videoprojecteur attaché sur mon plafond à dalle pour projeter sur mon mur blanc à 3.5-4m de distance.
    Ca sera mon premier viodeoprojecteur et je découvre un nouveau monde plutôt compliqué pour un novice…
    Que me conseilles tu comme videoprojecteur avec un budget de 700-1300€? La pièce sera donc complètement sombre. Je regarderai essentiellement des films en streaming ou Divx et donc la 4K n’est pas forcément indispensable. J’aimerai trouver un video projecteur qui respecte bien la profondeur des noirs, les couleurs.
    J’avais après certains tests, pré sélectionné l’EPSON EH-TW 6700, voire l’Acer M550 mais beaucoup plus cher. J’ai lu que l’Acer M550 nécessite beaucoup de réglage que je ne suis pas sûr de pouvoir réaliser. Que me conseilles tu comme videoprojecteur, un de ces deux la ou un autre?

    Merci beaucoup

    Bruno

  8. merci Grégory je connaissais pas ce blog d’ailleurs je le trouve pas . tu n’a pas les réglages de calibration par hasard L’image est déjà top mais si on peu faire mieux c’est pas de refus 🙂

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*