Test Samsung LSP7T : l’avis de Grégory.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Samsung The Premiere LSP7T

Ne mettez pas la table! Ne sortez pas déjà les cotillons! Arrêtez là le tartinage des petits amuse-gueule au foie gras, et remettez le Sauternes au frais un moment. C’est en effet dans les dernières heures de cette année 2020 que j’ai pu réceptionner un des deux nouveaux projecteurs laser à ultra courte focale du constructeur coréen Samsung : le LSP7T. Cette année singulière se termine-t-elle par une pétillance visuelle champagnesque qui vaut que vous détourniez votre regard gourmand des toasts au saumon fumé? C’est ce que nous allons voir avant de basculer l’éphéméride à 2021.

Il s’agit de la version la plus accessible à un prix public indicatif de 3490€. Bon, ça coupe d’emblée un peu les papilles mais à l’appui cet appareil est équipé tout comme le LSP9T, d’une puce DMD 0,47 DLP470TE qui simule une résolution UHD (3840 × 2160 pixels) avec un traitement XPR X4 de Texas Instruments. Associée à l’extrême précision d’une image mono DLP, cette technique permet d’approcher visuellement les performances en termes de précision et de netteté des projecteurs 4K natifs à trois panneaux LCD.

Un second projecteur bien plus onéreux est également commercialisé par Samsung. Il s’agit du LSP9T à 6490€. Il a pour principale caractéristique d’utiliser pour sa part une source lumineuse triple laser RVB à l’image du ChiQ C8UT antérieurement testé sur ce blog.

C’est avec impatience que j’attendais de pouvoir mettre la main sur un exemplaire de ces diffuseurs frontaux qui signent le retour de Samsung dans le domaine de la vidéoprojection après une absence de plus d’une dizaine d’années.

Ce test a été rendu possible grâce à la gentillesse et la confiance du directeur général du site allemand spécialisé dans les projecteurs https://www.beamer-discount.de/ que je tiens à remercier chaleureusement au passage. J’en profite pour tacler le service Presse de Samsung France dont l’impolitesse de son attaché(e) de presse m’a conduit à solliciter et obtenir ce prêt hors des frontières de l’Hexagone. Le LSP7T est disponible ici chez Beamer Discount à 3449€ :

https://www.heimkino.de/samsung/samsung-the-premiere-lsp7t-4k-hdr-laser-tv-beamer-heimkino-de-tuning-edition

De quoi s’agit-il ?

La dernière incursion de Samsung dans la projection frontale date de 2008 et concernait des appareils DLP pourvus d’une focale classique. Le coréen ne s’était en outre et jusqu’alors jamais aventuré sur les terres de la grande image avec peu de recul.

Il a donc fait appel à Coretronics (la maison mère d’Optoma) pour concevoir les bases physiques des LSP7T et LSP9T et ensuite y ajouter son OS maison que l’on retrouve dans les écrans plats de la marque. Si vous avez déjà une télévision Samsung vous ne serez donc pas en terrain inconnu pour naviguer dans les menus.

Le LSP7T est donc un projecteur mono-DLP laser à ultra courte focale. Pour obtenir 2m35 de base au format 16/9ème j’ai positionné l’appareil à 29 cm exactement de mon écran Vividstorm S PRO CLR de 110 pouces.

Test Samsung The Premiere LSP7T
LSP7T avec écran Vividstorm CLR

C’est un appareil qui s’inscrit dans la désormais conséquente lignée à succès des projecteurs UST laser avec fonctions SmartTV. Il s’agit de solutions audiovisuelles tout-en-un qui rassemblent le projecteur, un système sonore, un magasin d’applications et de fonctions de streaming et lectures sans fil.

La source lumineuse laser avec roue au phosphore est annoncée avec une durée de vie de 20 000 heures et une puissance lumineuse de 2200 lumens. Le contraste, pour une fois, est donné avec la valeur d’apparence honnête et concrète de 1000:1 ; c’est assez rare pour le souligner.

Le projecteur laser 4K Samsung The Premiere LSP7T est compatible HDR (High Dynamic Range) et prend en charge les formats HDR 10+ et Hybrid Log Gamma.

Nous sommes ici face à un projecteur officiellement importé, distribué et conçu pour le marché européen. Ça fait du bien tel une cuillère de caviar ! A 3449€, vous bénéficiez donc de menus en français, d’une garantie française de deux années, d’un Tuner TV, bref de tout ce qui manque cruellement aux appareils d’importation parallèle de marques Xiaomi, Fengmi et consorts, dont d’ailleurs un tel commerce d’import direct ne bénéficie qu’à Pékin. Seulement, ceci expliquant cela, eux coûtent deux fois moins cher ! Quel dilemme !

Tour physique

Le LSP7T n’est pas particulièrement encombrant. Ses dimensions de 36.7 × 55 × 12.8 cm pour un poids de 5 kg permettent de le placer sans trop de difficulté. On ne s’en étonnera pas pour un UST, son bloc optique n’est pourvu d’aucun zoom ; c’est son emplacement qui va déterminer la taille de l’image produite. Vous bénéficiez par contre d’une gestion électrique à la télécommande du focus et du trapèze. Je positionne ci-dessous le recul nécessaire pour une image de 2m35 de base au format 16/9ème (cliquez à droite sur l’image pour la voir en taille normale).

Pour compléter le tour d’horizon des outils d’installation, on doit mentionner les pieds à vis qui permettent de compenser les éventuels défauts de planéité.

J’avoue apprécier sa coque blanche associée au cache gris qui dissimule les haut-parleurs d’une puissance sonore de 30 watts RMS avec un système audio 2.2 canaux et un caisson de basses intégré. Le Samsung reconnaît le format Dolby Digital Plus mais pas le DTS. Il peut être utilisé comme enceinte externe grâce au Bluetooth Audio (4.2).

Pour la connectique, le projecteur est pourvu de 3 prises HDMI 2.0 HDCP 2.2 dont 1 eARC, puis d’une prise USB pour connecter une clé USB ou un disque dur. Vous pouvez relier le projecteur à un système sonore externe grâce à une prise numérique optique. Une entrée réseau ainsi qu’une prise antenne TV sont présentes.

Test Samsung The Premiere LSP7T
LSP7T connectique

La connectivité réseau (LAN ou Wifi) du LSP7T permet d’exploiter sa compatibilité avec les principaux assistants vocaux du marché. Vous pourrez de la sorte inviter au réveillon Amazon Alexa et Google Assistant ; plus on est de fous, plus on rit! Il est ainsi possible de le commander à la voix, ce qui ne pourra que vous enchanter comparé à la belle-mère sourde comme un pot et qui n’obtempère jamais à plus forte raison le soir de la Saint-Sylvestre quand elle a un coup dans le pif. Avec la compatibilité AirPlay, on peut aussi lancer la lecture de médias depuis un iPhone, iPad ou iPod Touch pour diffuser l’image sans fil sur grand écran.

La télécommande blanche assortie à la coque du projecteur ne dispose d’aucun éclairage. Minimaliste, elle est à l’image de ce que proposent la plupart des projecteurs UST laser actuellement disponibles.

Test Samsung The Premiere LSP7T

A noter pour les amoureux de la 3D que Samsung a abandonné ce format depuis plusieurs années, donc n’espérez pas le retrouver sur ce projecteur.

Menus

En matière de capacités SmartTV, l’excellence était jusqu’à présent disponible uniquement chez LG, mais c’était sans compter avec l’arrivée de Samsung. Son OS TIZEN est un concurrent redoutable au WebOS de LG. Les applications médias les plus populaires sont disponibles directement depuis le projecteur sans avoir besoin d’adjoindre une box ou un stick externe.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Menus Samsung

J’ai vérifié la compatibilité totale 4K HDR de Netflix, ainsi qu’Amazon Prime. Je n’ai par contre pas trouvé Molotov, certainement en raison de la présence du tuner tv intégré. Les autres applications de streaming comme Disney+, YouTube ou MyCanal sont également disponibles en versions complètes.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Netlfix complet 4K HDR

Une barre de navigation est disposée en bas de l’écran avec les principales applications de streaming et de contenus vidéo en ligne. Lorsqu’on défile vers la gauche, on accède au catalogue d’applications, aux sources ainsi qu’au menu de réglages.

Concernant l’image, les modes disponibles seront dépendants de la source que vous connecterez au projecteur. Ainsi avec un PC seuls les modes « dynamique et standard » seront accessibles, tandis qu’avec le lecteur médias intégré ou une platine Blu-ray de salon 4 modes éditables sont proposés « dynamique, standard, cinéma et filmakermode ».

Test Samsung The Premiere LSP7T
Paramètres expert

Samsung n’a pas lésiné sur les réglages et options nécessaires pour calibrer finement l’image puisque nous avons droit à un CMS sur les 3 dimensions de Gamut ainsi qu’un choix de l’espace couleurs BT.709, DCI-P3 ou REC.2020. L’échelle de gris n’est pas en reste avec un réglage séparé des niveaux de gris. Une option de contraste dynamique est présente. Enfin, saluons l’existence d’une aide à la fluidité 1080p et 4K (60hz) qui fonctionne soit automatiquement, soit de manière personnalisée sur une échelle de 1 à 10. Elle prend la dénomination de « clarté de l’image ».

Test Samsung The Premiere LSP7T
Interpolation d’images Samsung LSP7T

Fonction SmartTV oblige, un lecteur de médias interne permet de lire les fichiers audio et vidéos disponibles sur votre réseau ou sur clé USB. J’ai rencontré quelques petits soucis de reconnaissance des formats audio avec des fichiers H265.

Verdict technique

Consommation électrique :

Sur une mire de blanc à 100%, le LSP7T avale 220W. C’est certes davantage que le sonotone de mémé mais bien moins que les projecteurs Sony récemment testés et avec une luminosité équivalente.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Consommation électrique LSP7T

Bruit de fonctionnement et rendu du système sonore intégré :

A 50 cm de l’appareil mon sonomètre affiche une valeur de 38,4 dB. C’est nettement moins bon qu’un projecteur comme le Xiaomi ALPD3.0 mais pas pire que la plupart de ses concurrents. Pour un ultra-courte-focale c’est tolérable ; ce ne serait pas le cas pour un focale classique. Je n’ai pas trouvé d’option de gestion fine de la puissance du laser (normal il n’y en a pas !) et donc vous n’aurez droit qu’à cette unique mesure.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Bruit de fonctionnement LSP7T

Concernant la tenue et le rendu du système sonore du LSP7T, la présence de petits subwoofers permet d’obtenir une dynamique et une amplitude convaincantes dans une pièce de 30 m2.

Piqué et netteté :

En examinant les résultats des mires UHD projetées par des projecteurs 4K natifs comme les derniers JVC et SONY, il est facile de voir que la netteté et la précision restent l’apanage de la puce aux micros-miroirs de Texas Instruments. Le Samsung est exceptionnel sur ce point. Ajoutez lui l’interpolation d’images et vous obtenez un des meilleurs rendus dans ce domaine et qui fait honneur à toutes les œuvres SDR, FHD ou 4K HDR que vous lui demanderez de diffuser.

Test Samsung The Premiere LSP7T

Fluidité :

L’évocation de l’interpolation d’images me permet d’embrayer sur l’examen de la fluidité. Pas de miracle à attendre sans cette option car en l’absence le judder est perceptible. Mais la sélection auto ou individualisée à partir du niveau 7 permet de le faire disparaître totalement. Elle s’accompagne toutefois par moment d’artefacts de mouvements, des halos qui entourent les personnages mouvants.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Fluidité Samsung LSP7T

Input lag :

Test Samsung The Premiere LSP7T
Lag sans mode amélioré

Les ingénieurs de Coretronics ont eu la bonne idée de doter leur progéniture d’un mode Gaming qui vise à réduire le retour d’affichage de 63,9 ms à 47,3 ms en 4K. Il est bien nommé car ainsi en-dessous du seuil de 50 ms le projecteur est qualifié pour le jeu en réseau.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Lag amélioré

Overscan, accroche HDMI et cadre lumineux :

La mire de la suite AVS 4K affiche l’ensemble de ses symboles sur mon écran Vividstorm, gage d’une absence de rognage de l’image par le traitement interne du LSP7T. Un léger cadre gris de 2 centimètres de large entoure l’image.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Overscan Samsung LSP7T

Le passage d’une source à l’autre, que ce soit via une des trois prises HDMI ou l’entrée USB, est transparente et sans retard ou effet d’image noire de transition.

Colorimétrie et Gamma :

Bien qu’il s’agisse d’un projecteur laser qui est théoriquement capable de matcher l’espace de couleurs étendu REC.2020, la présence d’une roue au phosphore l’empêche de s’exprimer pleinement dans ce domaine. Le LSP7T atteint 89,1% du container DCI-P3 et 63,9% du rec.2020.

Test Samsung LSP7T
CIE mode dynamique Référence Gamut DCI-P3

Avec ma source PC, je n’ai pu mesurer que les modes d’origine « Dynamique et standard » (voir partie menus). Ces deux configurations ajustées en usine ne permettent pas de se rapprocher des valeurs HDTV (rec.709) de référence.

Le mode dynamique affiche une température de couleurs trop froide de 9352K et le mode standard 8517K, avec des écarts deltaE supérieurs à 3. Le Gamma est quant à lui plutôt bien positionné à 2.3.

Concernant la gestion HDR, elle n’est pas automatisée. Il faudra ajuster finement le niveau de Gamma EOTF manuellement en fonction du film projeté. Le LSP7T offre cette capacité soit par le biais du menu « Gamma » soit par la gestion du niveau de noir.

La détection HDR, HDR-10+, HLG est automatique mais pas celle de la gestion des métadonnées des programmes à haute dynamique.

Pour obtenir une température de couleurs proche de 6500K avec un écart deltaE inférieur à 3, j’ai appliqué les valeurs correctives suivantes :

– Réglage Rouge : 30

– Réglage Vert : 9

– Réglage Bleu : – 19

– Aj. Rouge : – 3

– Aj vert : 0

– Aj Bleu 0

Contraste et luminosité :

2200 lumens annoncé par le constructeur et 2109 mesurés ; je salue cette transparence du constructeur qui se manifeste également dans le contraste puisque qu’après calibrage j’obtiens une valeur de 903:1 proche des 1000 annoncés. D’ailleurs, les 1000:1 sont dépassés dans les modes dynamique et standard avec respectivement 1236:1 et 1124:1.

Avec 1553 lumens mesurés post-calibrage, le LSP7T est apte à illuminer une base d’image de 4 mètres avec une luminance de 16 fL (théoriques, car le principe optique limitera les capacités du Samsung dans ce domaine). En 4K HDR pour obtenir 26 fL, il faudra se limiter à 3m14, ce qui est déjà excellent pour son petit gabarit.

Verdict subjectif

Après avoir configuré et calibré le LSP7T, j’ai pris mon premier effet « WOW » avec le niveau de détails et la précision offerts par ce nouveau modèle. C’est fort, par exemple sur l’introduction de James Bond Spectre, dans laquelle la foule déambule dans la rue et où les façades des bâtiments défilent alors que l’agent secret progresse sur les toits de Mexico ; dans cette scène mainte et mainte fois utilisée cette magnificence est particulièrement notable. (cliquez à droite sur l’image pour la voir en taille réelle).

Autre qualité à souligner : la fluidité avec l’interpolation d’images activée. J’avoue être un adepte et je n’apprécie pas du tout le Filmakermode qui désactive toutes les options de traitement vidéo.

Une fois ajustée, la colorimétrie est naturelle avec des tons chair et des blancs restitués avec brio mais j’aurais aimé que cette caractéristique soit offerte dès la sortie de boîte et non avec l’obligation de sortir la sonde de mesures.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Modes images

Je suis moins enthousiaste avec le contraste. Dans ce domaine le Samsung est largement derrière les Xiaomi 4K 1S ou Fengmi Cinéma Pro. L’activation du contraste dynamique a même pour effet de trop éclairer l’image et mieux vaut à mon sens la laisser inactive. Vous trouverez ci-dessous un exemple visuel du niveau de noir obtenu avec le Samsung.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Niveau de noir Samsung LSP7T

Conclusion

C’est un come-back réussi que nous offre Samsung avec le LSP7T. L’appareil rassemble les qualités répondant à la plupart des attentes des amoureux de la projection à courte distance ainsi qu’à celles des Gamers grâce à la précision chirurgicale de son image, à son input lag inférieur à 50 ms, à son mode d’interpolation d’images convainquant. Et avec son concept tout en un il sait faire plein de choses (mais quand même pas ouvrir les huîtres). Le seul point qui m’empêche de l’assoir à la même table d’honneur que les Xiaomi 4K 1S et Fengmi Cinéma Pro est le contraste tout relatif ; les modèles d’importation parallèle font en effet montre de valeurs triples de celle proposée par le Samsung et visuellement cela compte, surtout si vous êtes un fan d’Aliens, de Star Wars ou d’autres œuvres sidérales, fuligineuses voire cavernicoles.

Mais je n’hésite pas une seconde à le positionner devant les Optoma UHZ65UST et P2, principalement en raison d’une expérience SmartTV bien plus complète et élaborée.

Le LSP7T est en conséquence l’ultime projecteur testé en 2020 à bénéficier d’un Gold Award PHC.FR ; l’année se conclut donc en beauté! Alors, allez, on balance des confettis et des serpentins partout et on fait péter la Clairette ! Bon réveillon à toutes et tous, amusez-vous et rendez-vous l’année prochaine ! (Heu… Par contre, il est stipulé sur la garantie qu’elle s’annule si on fait diffuser au projecteur du 패트릭 세바스티앙 … traduction du coréen : Patrick Sébastien! Sage précaution! 😀 ).

J’ai apprécié :

– Le design et la compacité,

– Une des meilleures expériences SmartTV UST laser disponible,

– La précision d’image,

– L’input lag contenu,

– La fluidité,

– Les nombreuses options de réglages,

– La colorimétrie après calibrage,

– La relative discrétion de fonctionnement au regard de bien de ses concurrents,

– La distribution européenne, avec les langues disponibles en conséquence.

Je regrette :

– Le contraste moyen,

– La gestion de certains formats audio,

– Le rapport qualité prix relatif.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Samsung The Premiere LSP7T

TEST SAMSUNG LSP7T (ENGLISH VERSION)

Don’t set the table! Don’t bring out the cotillion already! Stop there the spreading of the small appetizers with foie gras, and put the Sauternes back in the fridge for a while. It is indeed in the last hours of this year 2020 that I was able to receive one of the two new ultra short focal length laser projectors from the Korean manufacturer Samsung: the LSP7T. Does this singular year end with a sparkling champagne visual sparkle that is worth you turning your eyes away from the smoked salmon toast? That’s what we’re going to see before switching the ephemeris to 2021.

This is the most accessible version at an indicative public price of 3490€. Well, it immediately cuts the taste buds a little but to the support and device is equipped with a DMD 0,47 DLP470TEchip that simulates a UHD resolution (3840 × 2160 pixels) with XPR X4 processing from Texas Instruments. This display is so fast that the eye is unable to detect it, Combined with the extreme precision of a single DLP image, this technique makes it possible to visually match the precision and sharpness performance of native 4K triple-panel LCD projectors.

A second, much more expensive projector is also available from Samsung. It is the LSP9T at 6490€. I l’s main feature is to use a triple RGB laser light source like the ChiQ C8UT previously tested on this blog.

I’ve been looking forward to getting my hands on one of these front broadcasters that mark Samsung’s return to video projection after an absence of more than a decade.

This test was made possible thanks to the kindness and trust of the general manager of the German website https://www.beamer-discount.de/, which I would like to thank warmly in passing. I would like to take this opportunity to tackle the Samsung France press department, whose press officer’s rudeness led me to apply for and obtain this loan outside of France. The LSP7T is available here at Beamer Discount at 3449€:

https://www.heimkino.de/samsung/samsung-the-premiere-lsp7t-4k-hdr-laser-tv-beamer-heimkino-de-tuning-edition

What is it all about?

Samsung’s latest foray into front projection dates back to 2008 and involved DLP devices with a conventional focal length. Moreover, the Korean had never before ventured into the realm of the large image with little recoil.

He called on Coretronics (Optoma’s parent company) to design the physical bases of the LSP7T and LSP9T and then add his home OS found in the brand’s flat panel displays. If you already have a Samsung TV, you will not be in unfamiliar territory to navigate the menus.

The LSP7T is therefore an ultra-short laser mono-DLP projector. To obtain a basic 2m35 in 16/9 format, I positioned the device exactly 29 cm from my 110 inch Vividstorm S PRO CLR screen.

Test Samsung The Premiere LSP7T
LSP7T avec écran Vividstorm CLR

It is a device that is part of the now successful line of laser UST projectors with SmartTV functions. These are all-in-one audiovisual solutions that bring together the projector, a sound system, a store of applications and wireless streaming and playback functions.

The laser light source with phosphor wheel is advertised with a lifetime of 20,000 hours and a light output of 2200 lumens. The contrast, for once, is given with the honest and concrete appearance value of 1000:1; this is rare enough to emphasize.

The Samsung The Premiere LSP7T 4K laser projector is HDR (High Dynamic Range) compatible and supports HDR 10+ and Hybrid Log Gamma formats.

Here we are in front of a projector officially imported, distributed and designed for the European market. It feels as good as a spoon of caviar! At 3449€, you benefit from French menus, a two-year French warranty, a TV Tuner, in short, everything that is cruelly missing from parallel import devices of Xiaomi, Fengmi and other brands, which moreover such a direct import trade only benefits in Beijing. Only, this explaining this, they cost half as much! What a dilemma!

Physical tour

The LSP7T is not particularly bulky. Its dimensions of 36.7 × 55 × 12.8 cm and a weight of 5 kg allow it to be placed without too much difficulty. It is not surprising for a UST, if the optical block is not equipped with any zoom; its location will determine the size of the image produced. On the other hand, you benefit from an electrical management with the remote control of the focus and the trapeze. I position below the necessary recoil for an image of 2m35 base at the 16/9th format.

To complete the overview of the installation tools, we must mention the screw feet that compensate for possible flatness defects.

I must admit I appreciate its white shell combined with the gray cover that hides the 30-watt RMS speakers with a 2.2-channel audio system and integrated subwoofer. The Samsung recognizes the Dolby Digital Plus format but not the DTS. It can be used as an external speaker thanks to Bluetooth Audio (4.2).

The projector is equipped with 3 HDMI 2.0 HDCP 2.2 sockets including 1 eARC, and a USB socket for connecting a USB key or hard disk. You can connect the projector to an external sound system through an optical digital jack. A network input as well as a TV antenna jack are present.

Test Samsung The Premiere LSP7T
LSP7T connectique

The network connectivity (LAN or Wifi) of the LSP7T allows to exploit its compatibility with the main voice assistants on the market. This way, you can invite Amazon Alexa and Google Assistant to your New Year’s Eve party; the more the merrier! It is also possible to command it by voice, which will only delight you compared to the mother-in-law who is deaf as a bell and who never complies, especially on New Year’s Eve when she gets a kick in the pants. With AirPlay compatibility, you can also start playing media from an iPhone, iPad or iPod Touch to play the image wirelessly on the big screen.

The white remote control that matches the projector shell has no lighting. M inimalistic, it is like most UST laser projectors currently available.

Test Samsung The Premiere LSP7T

Note for 3D lovers that Samsung abandoned this format several years ago, so don’t expect to find it again on this projector.

Menus

When it comes to SmartTV capabilities, excellence was until now only available from LG, but that was without counting on the arrival of Samsung. Its TIZEN OS is a formidable competitor to LG’s WebOS. The most popular media applications are available directly from the projector without the need for an external box or stick.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Menus Samsung

I checked the full 4K HDR compatibility of Netflix, as well as Amazon Prime. However, I couldn’t find Molotov, probably because of the built-in TV tuner. Other streaming applications like Disney+, YouTube or MyCanal are also available in full versions.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Netlfix complet 4K HDR

A navigation bar is located at the bottom of the screen with the main applications for streaming and online video content. Scrolling to the left takes you to the application catalog, sources and settings menu.

Regarding the image, the available modes will depend on the source you connect to the projector. With a PC, only the « dynamic and standard » modes are available, while with the integrated media player or a Blu-ray player, 4 editable modes are available: « dynamic, standard, cinema and film mode ».

Test Samsung The Premiere LSP7T
Paramètres expert

Samsung did not skimp on the settings and options necessary to finely calibrate the image since we are entitled to a SMD on the 3 dimensions of Gamut as well as a choice of BT.709, DCI-P3 or REC.2020 color space. The grayscale is not to be outdone with a separate grayscale setting. A dynamic contrast option is available. Finally, let’s welcome the existence of a 1080p and 4K (60hz) fluidity aid that works either automatically or in a personalized way on a scale of 1 to 10 and is called « image clarity ».

Test Samsung The Premiere LSP7T
Interpolation d’images Samsung LSP7T

SmartTV feature requires an internal media player to play audio and video files available on your network or USB flash drive. I have encountered some small problems recognizing audio formats with H265 files.

Technical verdict

Power consumption :

On a 100% white test pattern, the LSP7T swallows 220W. That’s more than Granny’s sound system, but far less than the recently tested Sony projectors with equivalent brightness.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Consommation électrique LSP7T

Operating noise and rendering of the integrated sound system :

At 50 cm from the device my sound level meter displays a value of 38.4 dB. This is much worse than a projector like the Xiaomi ALPD3.0 but not worse than most of its competitors. For an ultra-short focal length this is tolerable; it would not be the case for a classic focal length. I did not find any option for fine management of the laser power and therefore you will only be entitled to this single measurement.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Bruit de fonctionnement LSP7T

As for the performance and the rendering of the LSP7T’s sound system, the presence of small subwoofers makes it possible to achieve convincing dynamics and amplitude in a 30 m2 room.

Quilted and sharp :

Looking at the results of UHD test patterns projected by native 4K projectors such as the latest JVC and SONY, it’s easy to see that sharpness and precision remain the prerogative of the Texas Instruments micromirror chip. The Samsung is exceptional in this respect. Play it the image interpolation and you get one of the best rendering in this field and that honors all the SDR, FHD or 4K HDR works that you will ask him to broadcast.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Réglage contraste

Fluidity :

The evocation of image interpolation allows me to start examining fluidity. No miracle to be expected without this option because in the absence the judder is perceptible. But the auto or individualized selection from level 7 allows me to make it disappear completely. However, it is accompanied by movement artifacts, halos surrounding the moving characters at times.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Fluidité Samsung LSP7T

Input lag :

Test Samsung The Premiere LSP7T
Lag sans mode amélioré

Coretronics engineers had the good idea to equip their offspring with a Gaming mode that aims to reduce the display return from 63.9 ms to 47.3 ms in 4K. It is aptly named because below the 50 ms threshold the projector is qualified for network gaming.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Lag amélioré

Overscan and HDMI hook :

The test pattern of the AVS 4K suite displays all of its symbols on my Vividstorm screen, ensuring that the image is not cropped by the internal processing of the LSP7T.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Overscan Samsung LSP7T

Switching from one source to another, whether via one of the three HDMI jacks or the USB input, is seamless and without any delay or transition black image effect.

Colorimetry and Gamma :

Although it is a laser projector that is theoretically capable of matting the extended color space REC.2020, the presence of a phosphor wheel prevents it from fully expressing itself in this area. The LSP7T reaches 89.1% of the DCI-P3 container and 63.9% of the rec.2020.

Test Samsung LSP7T
CIE mode dynamique Référence Gamut DCI-P3

With my PC source, I could only measure the original « Dynamic and standard » modes (see menu section). These two factory adjusted configurations do not allow to get closer to the HDTV (rec.709) reference values.

The dynamic mode displays a color temperature of 9352K that is too cold and the standard mode 8517K with deltaE deviations greater than 3. The Gamma is rather well positioned at 2.3.

Concerning HDR management, it is not automated. I t will be necessary to finely adjust the level of Gamma EOTF manually according to the projected film. The LSP7T offers this capability either through the « Gamma » menu or through the black level management.

The detection of HDR, HDR-10+, HLG is automatic but not that of the metadata management of highly dynamic programs.

To obtain a color temperature close to 6500K with a deltaE deviation lower than 3, I applied the following corrective values :

– Red setting: 30

– Green setting: 9

– Blue setting: – 19

– Aj. Red: – 3

– Add green : 0

– Aj Blue 0

Contrast and brightness :

2200 lumens announced by the manufacturer and 2109 measured; I salute this transparency of the manufacturer which also manifests itself in the contrast since after calibration I obtain a value of 903:1 close to the 1000 announced. Moreover, the 1000:1 are exceeded in the dynamic and standard modes with respectively 1236:1 and 1124:1.

With 1553 lumens measured post-calibration, the LSP7T is capable of illuminating a 4-meter image base with a luminance of 16 fL (theoretical, as the optical principle will limit Samsung’s capabilities in this area). In 4K HDR to obtain 26 fL, it will be necessary to limit itself to 3m14, which is already excellent for its small size .

Subjective verdict

After configuring and calibrating the LSP7T, I got my first « WOW » effect with the level of detail and accuracy offered by this new model. It is strong, for example, in the introduction of James Bond Spectre, where the crowd wanders through the streets and the facades of buildings parade as the secret agent progresses over the rooftops of Mexico City; in this scene, which is used over and over again, this magnificence is particularly noticeable.

Another quality to be emphasized is the fluidity with image interpolation activated. I must admit that I’m a fan and I don’t appreciate at all the Filmakermode which disables all the video processing options.

Once adjusted, the colorimetry is natural with flesh tones and whites brilliantly restored but I would have liked this feature to be offered right out of the box and not with the obligation to take the probe out of the box.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Modes images

I am less enthusiastic about the contrast. In this area the Samsung is well behind the Xiaomi 4K 1S or Fengmi Cinema Pro. The activation of the dynamic contrast even has the effect of over-lighting the image and in my opinion it is better to leave it inactive. You will find below a visual example of the black level obtained with the Samsung.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Niveau de noir Samsung LSP7T

Conclusion

It is a successful c ome-back that Samsung offers us with the LSP7T. The device brings together qualities that meet most of the expectations of lovers of short distance projection as well as those of Gamers thanks to the surgical precision of its image, its input lag of less than 50 ms, and its convincing image interpolation mode. And with his all-in-one concept he knows how to do a lot of things (but still not how to open oysters). The only point that prevents me from sitting at the same head table as the Xiaomi 4K 1S and Fengmi Cinéma Pro is the relative contrast; the parallel import models show triple the values of the Samsung’s and visually this counts, especially if you are a fan of Aliens, Star Wars or other sidereal, sooty or even cavernous works.

But I don’t hesitate for a second to position it ahead of the Optoma UHZ65UST and P2, mainly because of a much more complete and elaborate SmartTV experience.

The LSP7T is therefore the last projector tested in 2020 to receive a Gold Award PHC.FR; the year is therefore ending in style! So, come on, let’s throw confetti and streamers everywhere and let’s blow up the Clairette! Happy New Year’s Eve to you all, have fun and see you next year! (Heu… On the other hand, it is stipulated on the guarantee that it will be cancelled if we broadcast on the projector of 패트릭 세바스티앙 … translation from Korean: Patrick Sébastien! Wise precaution! 😀 ).

I enjoyed it:

– Design and compactness,

– One of the best SmartTV UST laser experiences available,

– Image accuracy,

– The input lag content,

– Fluidity,

– Numerous setting options,

– Colorimetry after calibration,

– The relative discretion of operation with regard to its competitors,

– European distribution, with the languages available accordingly.

I regret :

– Medium contrast,

– Management of some audio formats,

– Relative price-quality ratio.

Test Samsung The Premiere LSP7T
Samsung The Premiere LSP7T

98 Comments

  1. Et voilà, le dernier test de 2020 est en ligne, je vais donc vous donner rendez-vous en 2021 pour la reprise et en attendant je vous souhaite, ainsi qu’à mon camarade Cattod qui aura encore une fois été inspiré par l’Asie ;), une bien meilleure année que celle que nous nous apprêtons à abandonner sans regrets.

  2. Merci à Gregory et Cattod. Bien que l’année 2020 est à oublier, je vous remercie pour tous vos tests publiés, toujours très détaillés et plutôt agréables à lire. Vos tests sont toujours très complets et faciles d’accès pour des personnes qui débutent en vidéoprojection.

    Concernant ce projecteur, dommage pour la valeur des contrastes, mais je pense que c’est projecteur plutôt destiné à être utilisé en pièce de vie où les conditions pour la vidéoprojection ne sont pas toujours optimales.

  3. Merci Greg, you have been a total star! 2021 is going to be my 1st UST projector year (on top of my beloved LG HU70LS!). So far, wrapping up your reviews, got these thoughts:

    – For Movies, Xiaomi 4k 1S is the clear winner with its €1450 and best contrast/crisp sound but still mix Chinese/English experience…

    – For Gaming & Movies: this new Samsung (€3450) beats Optoma P2 (€3050) for better Smart TV experience and overall better chip(?) but low contrast…

    Unless LG strikes in Jan/Feb with a new UST projector with better specs( HDMI 2.1 or eArc) at same price level (€3-3.5k) it’s gonna be Samsung or 1S 🙂

  4. Quel travail. Mais vu le prix, le contraste moyen est quand même décevant. L’avantage est que c’est un appareil conçu pour le marché Européen, mais vu le rapport qualité/prix, est ce que le Golden award n’est pas trop généreux ?

  5. Finalement, je suis déçu je m’attendais à mieux. Le contraste est vraiment faiblard.
    A voir le LSP9T maintenant mais d’après les reviews étrangères, le contraste n’est pas exceptionnel non plus.

  6. Bonjour.
    J’écris depuis l’Espagne, je m’excuse pour la traduction automatique.
    Votre forum m’est d’une grande aide pour un éventuel changement de projecteur, je suis sur le point de faire le saut vers un projecteur ust.
    vu que vous avez récemment publié la critique de ce Samsung, peut-être qu’il l’a encore installé, serait-il possible de mesurer le db à une distance de 2 mètres? Ce serait une aide précieuse pour me décider.
    Merci beaucoup et félicitations pour votre travail.

  7. Merci encore une fois à Grégory pour cette super étude et analyse. Je suis juste désolé que ce ne soit pas le LSP9T car j’aurais aimé voir une comparaison avec le CHiQ C8UT.
    J’ai souvent donné suite à vos examens. Elles m’ont incité à acheter dans le passé l’Acer M550, le Vividstorm S Pro 120 et le CHiQ C8UT (je pense être la seule personne en Europe à en avoir acheté un :-).
    Votre critique l’a critiqué pour sa vision et sa précision. Mon expérience ne semble pas correspondre à la vôtre. Peut-être pourriez-vous me donner votre avis sur mes photos (soit en me contactant directement pour les obtenir, soit en les voyant sur mon site).
    Je vous remercie. Continuez à faire du bon travail et passez une merveilleuse année. Espérons que l’attaché de presse de Samsung France ne le fera pas 🙂

  8. Bonne surprise un petit test last minute en 2020!!! Merci !
    Un peu déçu quand même que pour 3500 eur il n’y a pas de 3d pas de gestion auto de l hdr et un contraste faiblard…

  9. Tous d’abord une belle année 2021 à toi Grégory, ainsi qu’à Cattod et bien sûr à l’ensemble des lecteurs!..que celle-ci soit aussi prospère que 2020 et c’est bien là, la seule chose positive que l’on retiendra de cette année particulière.
    Pour ce Samsung l’attente était aussi grande que celle des enfants au pied du sapin le 24 au soir!.. voir ce menu écrit en français!.. toutes ces promesses qui nous indique que la soirée sera forcément bonne!.mais, là, c’est comme le lendemain du repas du réveillon!..un caviar au goût d’œufs de lompes!..un champagne difficile à digérer!.. le rapport qualité prix de ce repas n’y est pas!.. le contraste insuffisant est rédhibitoire!.. comme belle-maman qui souhaite s’incruster à la fête alors qu’elle est à risque!.. Tout n’est pas mauvais et fait avancer le monde de la vidéo projection, mais puisque nous sommes dans la période des vœux, j’aimerais que les fabricants arrêtent de nous vendre leur produits au prix forts sous le prétexte de garantie et produits spécifiquement réalisés pour notre continent!..
    Pour terminer, je te remercie d’avoir mis en photos les différentes distances du positionnement du vidéo projecteur UST avec l’indication de ta base d’écran!.. je pense que tu devrais le mettre pour les prochains tests pour faire évoluer ceux-ci comme tu l’as si bien fait avec la mesure de consommation!
    Encore une belle année à tous et croisons les doigts pour que chacun puisse trouver son bonheur en 2021!

  10. Bonjour à tous.
    Merci pour ces tests très précis et surtout non orienté vu que vous n’êtes pas un revendeur.
    J’hésite entre prendre le Samsung LSP7T ou importer le Xiaomi ou attendre votre test du LSP9.
    Que me conseillez vous ? Le budget n’est pas un critère mais si la différence entre un xiaomi a 1500 et un Samsung a 3500 ou 6400 ne se ressent qu’au niveau du prix alors le prix devient un critère déterminant.
    Merci beaucoup pour votre aide.

  11. Je présente mes meilleurs voeux à tous les passionnés de home cinéma. Je félicite Gregory pour l’excellence de son travail et son dur labeur. Les chroniques des différents test, outre d’être détaillées sont toujours formulées avec style.
    Ce site internet constitue la bible de tout amateur de vidéo-projection.
    J’ai pu apprendre beaucoup de choses.
    Je souhaite donc le meilleur à « www.passionhomecinema.fr » .

  12. Très bonne année et merci à Grégory pour ses tests que je lis assidument depuis bien longtemps.
    Cela fait bientôt 2 ans que je souhaite remplacer mon excellent Benq 1080ST+ par un UST 4K gamer, sans jamais trouver chaussure à mon pied.
    J’ai failli craquer pour le P2, et puis je me suis dis qu’il fallait patienter. Et, coïncidence étrange : mon Benq a rendu l’âme pile le jour de la sortie du test du LSP7T.
    Comme il ne faut pas rejeter les signes du destin, j’ai commandé le Samsung !

  13. Bon j’ai la réponse pour le LSP7T, c’est une puce DMD 0,47 DLP470TE apte à supporter une luminosité de 4000 lumens donc bien au-dessus des 2200 lumens du projecteur. Le choix de cette puce n’a aucune incidence sur le rapport de projection QUI EST LIE AU BLOC OPTIQUE , ni sur la luminosité puisque nous sommes largement en-dessous des valeurs maximales pouvant être prises en charge par cette puce.

  14. Pour ceux qui ont le LSP7T, avez vous rencontré un problème de luminosité ? Mon affichage va de plus sombre à gauche à plus clair à droite. J’ai tourné le vidéoproj dans tous les sens pour m’assurer que cela ne venait pas de l’écran. J’ai testé plusieurs câbles et plusieurs sources.
    J’attends une réponse du vendeur et du constructeur.

  15. Bonjour Gregory et merci encore pour ce test.
    Tu dis que tu n’hesites pas une seconde à le positionner devant les Optoma UHZ65UST et P2, principalement en raison d’une expérience SmartTV bien plus complète et élaborée.
    Le cote smart tv peut se rajouter avec un stick ou une nvidia par exemple, alors que les performances ne peuvent helas pas changer. Je prefere privilegier contraste, luminisotite et une discretion en terme de bruit de fonctionnement que le cote smart. Sinon bravo a Samsung, une marque de plus dans les UST !

    • Il n’y a pas que l’expérience smartTV qui le distingue, le piqué est excellent, l’input lag est réduit, il est discret et il dispose d’un bonne gestion de la fluidité.

  16. Merci pour le test !
    J’ai le uhz65ust, la différence de luminosité entre le uhz65ust et le Samsung est ce qu’il est vraiment très important?
    Je l’utilise dans un salon éclairé, mais je sais pas si les 2200 lumen du Samsung ne sont pas un peu limite.

    • Samsung calibré :

      Avec 1553 lumens mesurés post-calibrage, le LSP7T est apte à illuminer une base d’image de 4 mètres avec une luminance de 16 fL (théoriques, car le principe optique limitera les capacités du Samsung dans ce domaine). En 4K HDR pour obtenir 26 fL, il faudra se limiter à 3m14, ce qui est déjà excellent pour son petit gabarit

      Optoma :

      https://www.passionhomecinema.fr/blog/wp-content/uploads/Contraste-luminosit%C3%A9-Couleurs-Gamma-Optoma-UHZ65UST.jpg

      Les tailles d’écrans maximum théoriques sont mentionnées dans les deux tests.

      • Oui ok merci, sur mon optoma je suis donc a 2146 lumens.
        Tout ça c’est des chiffres mais je suis pas assez connaisseur pour savoir si dans les faits, l’écart entre 1553 et 2146 lumens c’est énorme ou non. On voit vraiment la différence a l’oeil nue entre les deux?

        • J ai le UHZ65ust egalement. La force de ce VP entre autre c est sa puissance lumineuse bien au dessus des autres modèles avec un bruit de fonctionnement réduit en comparaison avec la lumière dégagée. Certes quand on utilise le mode lumineux (3500 lumens) la colorimétrie en prend un coup. Mais pour moi c’est un réel avantage d’avoir 60% de plus de lumière que les autres modèles car cela permet quasi de l’utiliser comme une TV en journee.Et honnetement quand je mets des enfants devant un dessin animé ou que je regarde 15 minutes le JT, la colorimétrie je m en moque. Si tu mets ton VP en piece dediée, ce critère devient anecdotique mais en piece à vivre c est un critère à prendre en consideration surtout si tu envisages un ecran technique qui absorbe 50% de la lumière émise par le VP.

          • C’est mon cas aussi. Dans un salon lumineux. L’input lag de se projecteur me plaît bien mais j’ai peur pour la luminosité.

  17. Comme le dit Sébastien, je m’interroge un peu aussi. Avec moi, la configuration vient dans une pièce très bien éclairée, l’écran serait un plancher de 110 pouces vividstorm se levant. Projecteur Je serais plus enclin à utiliser le Samsung lsp7t pour des raisons comme vous les décrivez dans votre test. Mais je doute que les lumens soient suffisants dans cette pièce très bien éclairée. Je ne peux pas assombrir la lucarne, mais je peux assombrir les fenêtres tout autour, mais je préférerais ne pas le faire complètement à cause de mes autres colocataires. Que pensez-vous que Gregory pourrait utiliser cette configuration pour le Samsung lsp7 ou non? Merci d’avance pour votre avis à ce sujet. Cordialement, Frédéric

  18. Bonjour ,

    J’hésite entre l’OPTOMA P2 et ce SAMSUNG LSP7t pour remplacer mon XIAOMI WEMAX ONE PRO , je pencherais plus sur le SAMSUNG car j’aurais aimé avoir le tuner TNT , que me conseilleriez-vous ?
    merci

  19. Ce qui compte c’est le résultat et franchement je ne suis pas reçut avec le Lsp9t. Les noirs ne sont pas aussi bon qu’une bonne tv, mais pour le reste, fluidité, luminosité, couleurs, bruit de fonctionnement, fonctionnalités il est au top.

  20. Curious how this ust the ViewSonic X1000-4K will be . In terms of price, it is well below the lsp7t. Are you going to test this viewsonic Gregory and what are your expectations with regard to the lsp7t?
    Greetings Frédéric

  21. Bon, j’ai sauté le pas ! Ça fait un peu plus de 2 ans que je parcours ce site et AVSforum pour être bien sûr de faire le bon choix, étant donné l’investissement et mon choix c’est finalement arrêté sur ce LSP7T.
    Le délai de rétractation de 14 jours m’a conforté dans le fait de me lancer et je ne regrette pas mon achat 🙂
    Je n’ai pourtant pas investi dans un écran technique, je projette directement sur le mur blanc de mon salon et cela me convient farpaitement pour le moment (et puis ça m’arrange de ne pas faire de trous dans les murs, étant locataire).
    Sinon, je suis loin d’utiliser la taille d’image maximale de 120″ car le recul du projecteur avec le mur est actuellement de 20,5 cm. Je ne suis même pas en 90″ du coup mais c’est déjà bien assez grand comme ça et avec le peu de recul, une image plus grande serait trop grande honnêtement.
    Mon seul souci pour l’instant est qu’il existe un léger décalage de quelques millisecondes entre le système son du projecteur et ma chaîne HiFi Pioneer alors que je passe pourtant par la sortie optique S/PDIF. J’espère que ça pourrait être corrigé à l’avenir car avoir la chaine HiFi en simultanée ajoute du volume et des basses 🙂

    Voilà, voilà ! Merci à vous deux pour tous vos tests !!!

  22. Ah oui, une question quand même : est-ce que vous savez comment changer la source par défaut, à l’allumage ?
    Mes deux uniques sources étant mon PC et ma console, j’aimerais qu’il n’essaye pas de s’y connecter en vain au démarrage mais qu’il se contente d’afficher l’interface du projecteur (l’OS TIZEN) car mon PC et ma console sont éteint la plupart du temps..

    Merci !

  23. Bonjour,

    Merci pour ce test très complet.

    Je ne trouve pas l’information du réglage vertical, est il possible de gérer la hauteur de projection?
    En fait je vois que vous avez le vividstorm en écran, il y a une grande bande noire, le VP projette pile poil au dessus ou vous l’avez réglé?

    Merci d’avance

  24. Pour info, j’avais un p’tit soucis de décalage son entre les hauts parleurs du projecteur et ma chaine connectée en s/PDIF et cela peut se régler en allant dans les « paramètres expert » du son 🙂

    Voilà, si ça peut aider quelqu’un qui a le même problème.
    J’ai toujours pas résolu le problème de ce qui s’affiche au démarrage.

  25. Bonsoir, merci pour tous ces conseils qui m’ont fait craquer pour le LSP9. J’en suis très content mais il y a un point qui me dérange et je ne sais pas si c’est un défaut ou un problème de réglage. Ça se produit uniquement en streaming (application Netflix par exemple), mais j’ai des variations de teintes notamment quand j’ai du bleu et du vert à l’écran. Ça passe à une teinte chaude puis froide puis chaude, etc… Quelqu’un a se problème et/ou sait comment le régler ?
    Merci

    • Bonjour Julien,
      Je n’ai pas ce problème.
      Essaye sans le contraste dynamique. Essaye aussi avec un espace de couleur définis sur Manuel (DCI-P3 ou REC 709 selon ta source) et pas Auto.
      Est-ce Netflix intégré au projo ?

      • Merci pour ta réponse. J’ai déjà fait des essais en désactivant le contraste et avec toutes les combinaisons possibles de réglages manuels pour l’espace des couleurs et j’ai le même soucis plus ou moins amplifié selon les réglages. Oui j’ai bien le problème principalement avec Netflix directement sur le projecteur mais aussi avec ArteTV sur le projecteur également.
        Je crois que je vais passer par le sav…

  26. Bonjour.
    Merci tout d’abord pour vos tests instructifs mais je reste encore très indécis concernant le top 3 et ce samsung.

    Ma piece fait env 40m2 avec une baie vitree et fenetre de cuisine en luminositée (8mL x 4m50l)

    Et etant un gros adepte des films sf horreur comme alien… j’ai un doute sur ce Samsung.
    L’optoma cinema p2 aussi pour le coup.
    Mais si ce n’est pas trop perceptible ok…
    Le RProj servira souvent en soirée et occasionnellement en journee.

    Et enfin… netflix disney et prime sont aussi mes amis.

    Vos avis m’eclaireront beaucoup !
    Merci d’avance
    Marc

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*